La force de l’ordre : D. Fassin

Paru en octobre 2011, La Force de l’ordre, une anthropologie de la police des quartiers, de Didier Fassin est un ouvrage à mettre entre toutes les mains. Œuvre de vulgarisation importante, outil précieux de compréhension de l’application de la règle de droit, support de réflexion pour le juriste, l’ouvrage de M. Fassin permet de fournir des éléments de connaissance importants sur la perception de la norme pénale et de la délinquance par ceux qui en sont les acteurs : les policiers. L’ouvrage constitue en outre un complément intéressant du livre de Laurent Mucchielli, L’Invention de la violence.

La démarche de Didier Fassin est la suivante : le chercheur a réussi à suivre sur une longue période une brigade anti-criminalité. L’anthropologue a ainsi réussi à dresser un tableau saisissant de ces brigades, souvent mises en avant en raison de l’efficacité de leurs interventions mais dont l’activité est en réalité très souvent sujette à caution.

Le livre n’est pas «à charge» en ce que Didier Fassin ne cherche pas à dresser un tableau négatif des forces de l’ordre. Au contraire, il cherche souvent à nuancer son propos en précisant que tous les policiers ne sont pas concernés par les constats qu’il opère. Ceux-ci sont édifiants :

  • comportements discriminatoires multiples;
  • contrôles d’identité inutiles et illégaux;
  • tactiques de pression et d’intimidation sur la population;
  • faiblesse procédurale des procédures mises en œuvre suite à la commission d’une infraction;
  • faible activité des B.A.C nocturnes.

Le propos tenu est argumenté, étayé par plusieurs études (américaines, notamment), et constamment illustré par un récit d’expérience. On regrettera toutefois la méthodologie suivie, qui nuit un peu à la qualité de l’ensemble : l’ampleur du travail est bien expliquée et les difficultés de la démarche anthropologique appliquée à la police, également. Mais les explications méthodologiques servent en réalité à minimiser la généralité de l’étude. L’auteur explique bien qu’elle ne concerne qu’une zone géographique très limitée et la question qui se pose immédiatement est celle de savoir si les observations réalisées sont généralisables à l’ensemble du territoire. Le travail est néanmoins très honnête puisque M. Fassin insiste bien sur les limites méthodologiques et pratiques de son étude en tout début d’ouvrage. L’important est donc de les garder à l’esprit pendant toute la lecture.

L’impression laissée par la lecture de La Force de l’ordre est celle d’un grand gâchis. Une citation illustre parfaitement ce sentiment : «Faire patrouiller la police en voiture pour lutter contre le crime est à peu près aussi sensé que de faire patrouiller des pompiers dans leur véhicule pour combattre le feu» (C. Klockars, Thinking about police, 1983, cité p.97). Le rôle des B.A.C est avant tout inactif : de nombreuses soirées sans appel, sans intervention, et une logique qui s’apparente à celle d’une guerre de territoires, entre contrôles d’identité d’individus connus (puisque contrôlés très fréquemment) et expéditions punitives, pressions sur une population. Didier Fassin explique que «l’enjeu n’est pas tant l’ordre public qu’il faudrait protéger que l’ordre social qu’il s’agit de maintenir» (p.118). D’autres constats sont plus inquiétants, comme celui du racisme présent au sein des B.A.C, manifesté par des affiches de soutien aux partis d’extrême-droite et des propos xénophobes envers des personnes souvent affaiblies du fait de la vulnérabilité propre au gardé à vue. Les provocations apparaissent ainsi souvent policières (p.147) et les policiers se perçoivent comme seuls contre tous (p.168). Pire, les discriminations sont réelles et nombreuses. L’intérêt de l’ouvrage est de ne pas s’arrêter au constat (p.230 et s.). L’auteur démontre que la discrimination opérée par les forces de police contribue à produire des faits ethniquement différenciés (p.248). Il est également question de la différence entre la police et la population : très peu de policiers présents dans «les quartiers» en sont issus. Plusieurs témoignages montrent que lorsqu’un policier connaît l’environnement dans lequel il évolue, il ne perçoit pas les mêmes problèmes que ses collègues. En revanche, issu d’un milieu rural, provincial, le policier aura tendance à se percevoir comme lâché en pleine jungle.

Outil de connaissance des pratiques policières, La Force de l’ordre n’est pas un outil de connaissance de toutes les pratiques policières. Il serait exagéré et erroné que de considérer que Didier Fassin a souhaité étendre son étude à l’ensemble des forces de police et de gendarmerie. Le propos tenu n’en perd pas de sa force, au contraire. Pour s’en convaincre, on peut regarder cette courte présentation vidéo de l’ouvrage par l’auteur, ou écouter l’émission consacrée à La Force de l’ordre.


Didier Fassin par franceinter

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search