Au Guet-Apens : Maître Mô

Me Jean-Yves Moyart, alias Me Mô, est bien connu des internautes. Ceux qui suivent régulièrement son blog ou son fil Twitter apprécient ses récits, sa pédagogie et ses traits d’esprit. De la publication électronique à la publication papier, il n’y a qu’un pas, que Me Mô a franchi allégrement en publient, aux éditions La Table Ronde Au Guet-Apens, Chroniques de la justice pénale ordinaire.

Le titre est bien réducteur tant les tranches de vie et de procès narrées par l’auteur montrent qu’il n’y a jamais d’ordinaire quand une peine est en jeu. De la première plaidoirie, renversante, à ces deux secondes au cours desquelles la vie de Omar a basculé, en passant par un «petit» vol avec usage d’une arme, les courts récits qui structurent le livre démontrent que l’avocat pénaliste ne peut ni ne doit considérer comme ordinaires les intérêts qu’il doit défendre.

Deux mots viennent immédiatement à l’esprit à la lecture de Au Guet-Apens : empathie et humanisme. L’empathie, ce «mode de connaissance par une forme de sympathie qui atteint autrui en lui-même, sans toutefois s’identifier à lui» (Trésor informatisé de la langue française) caractérise bien l’auteur de ces chroniques. Qu’il s’agisse de ses réactions d’indignation, de ses pleurs, de ses relations avec ses clients, Me Mô ne se départit jamais de cette qualité qui lui permet de mieux comprendre celui qu’il doit assister. Deux illustrations. La première, au chapitre «Noël» (p.171) : décrit immédiatement comme un monstre – les faits qui lui sont reprochés ne feront que conforter ce qualificatif – jusque dans son apparence physique, Noël s’humanise petit à petit grâce au travail de son avocat. La barbarie dont il a fait preuve apparaît peu à peu sous un jour humain : Me Mô ne cherche en aucun cas à excuser, mais à comprendre et, surtout, faire comprendre aux jurés et à ses lecteurs la logique et la personnalité d’un homme, rappelant les mots de Philippe Conte : «on n’a d’ailleurs pas hésité à affubler parfois les criminels de qualificatifs divers, tel celui de “monstre” : si les tenants d’un pareil vocabulaire ont voulu, ainsi, gagner le combat devant l’opinion (qui n’avait pas besoin d’être poussée dans cette voie), ils ont aussi pris le risque d’instiller l’idée que nous n’aurions donc plus affaire à des hommes. On a pourtant déjà tenté, dans l’Histoire, de diviser l’humanité en plusieurs catégories ; son caractère sacré en a toujours été atteint, par le sacrifice de principes qui lui sont immanents» (Ph. Conte, «Oxymores», Dr. pén., 2009, rep. 11). La seconde se trouve dans le chapitre intitulé «Passion» (p. 195) où la narration se fait à la première personne du singulier, du point de vue du délinquant. Me Mô démontre ainsi qu’il n’y a de justice que dans le dialogue qui, seul, permet la compréhension de l’acte commis.

L’humanisme, ensuite. Quels que soient les intérêts défendus par Me Mô – partie civile, prévenu, accusé –, le regard est toujours bienveillant. Le métier d’avocat, tel qu’il est décrit dans l’ouvrage, dépasse de loin le simple conseil apporté. Il éclaire le regard de l’auteur sur le monde, sa foi dans son prochain et sa révolte face à l’injustice, qu’elle soit pénale ou sociale. Cet humanisme est entêté : comment ne pas perdre courage, comment ne pas revenir sur ses convictions après la lecture du chapitre qui donne son titre à l’ouvrage (et qui rappelle étonnamment The Fifth Witness, de Michael Connelly) ?

Il faut être franc : les premiers chapitres, enlevés, souvent poignants, laissent penser que cet humanisme relève de la béatitude, qu’il n’est guère crédible. Toutes les personnes poursuivies sont innocentes et elles ont de la chance d’être tombées sur un avocat aussi talentueux. Mais ce n’est qu’une impression due à l’habileté et l’honnêteté de Me Mô : les chapitres suivants montrent que c’est un humanisme raisonné, mis à rude épreuve, qui ne survit que grâce à la force de l’auteur, sa sagesse et la beauté de son action.

Au Guet-Apens est un livre au style enlevé, drôle, émouvant, parfois choquant. Il est un excellent outil de vulgarisation pour mieux comprendre la procédure pénale ou le droit pénal spécial. Il contient des digressions intéressantes : l’organisation architecturale des salles d’audience est souvent présente (la place de l’avocat, le rôle de la barre, la situation des magistrats, le couloir où l’accusé attend, escorté, etc.) et montre que le rituel judiciaire trouve également son sens dans cette mise en scène des lieux. Ce livre est assurément à recommander aux étudiants que le droit pénal intéresse, aux universitaires qui envisageraient de cumuler leur activité principale avec le métier d’avocat qui cherchent parfois à trouver une manière percutante de montrer la mise en œuvre du droit, aux citoyens intéressés par les évolutions de notre justice, à toute personne prête à voir ses idées reçues bousculées.

Pour aller plus loin, on peut lire avec intérêt la présentation de Jean-Yves Moyart dans la Semaine juridique (A. Coignac, «Me Mô, des mots pour dépeindre l’humanité», JCP, 2012, 36) et regarder l’interview réalisée pour Dalloz qui permettra de mettre un visage sur un nom et de mieux comprendre le rôle de twitter et des réseaux sociaux dans la diffusion de la connaissance, la compréhension du droit et l’évolution des pratiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search