Vemes rencontres Droit et cinéma

Les 29 et 30 juin prochains auront lieu, à la Rochelle, les cinquièmes rencontres Droit et cinéma, qui portent cette année sur le thème de la censure.

J’ai la chance d’y intervenir, sur le film The people vs Larry Flynt, de Milos Forman. Voici le résumé de l’intervention :

«Rares sont les œuvres cinématographiques qui traitent expressément de la censure. Certaines, documentaires, abordent la question du contrôle politique des journalistes (Pierre Carles, ou Les nouveaux chiens de garde) ; d’autres, nombreuses, ont vu leur sortie empêchée, entraînant un classement X, ou obligeant le réalisateur à modifier une scène, un dialogue, une situation. The People vs Larry Flynt, réalisé par Milos Forman en 1996, présente la particularité de traiter principalement de la lutte de Larry Flynt, personnage réel, contre toutes les formes de censure auxquelles il a été confronté en qualité de directeur de la revue pornographique Hustler. Le film a en outre été indirectement concerné par la censure : l’affiche du film, représentant l’acteur principal crucifié sur un pubis féminin, ayant suscité de très vives réactions d’associations religieuses. Le réalisateur décida de retirer l’affiche du film pour éviter toute polémique.

 

Le film est particulièrement intéressant à étudier sous l’angle de la censure, qui en constitue le thème central : Larry Flynt est constamment victime de la censure, de la part des juridictions, de son avocat, voire de ses proches et de sa femme Althea. Sous un angle cinématographique, Milos Forman a réussi à filmer un provocateur sans l’être, jouant habilement avec les flous et les suggestions.

 

Sous un angle juridique, la censure filmée par Milos Forman l’est de deux raisons manières. La première, évidente, est relative à la manière dont le réalisateur a appréhendé la censure juridique dont Hustler a fait l’objet à plusieurs reprises. Le choix scénaristique est d’écarter le plus possible l’argumentation du professionnel du droit – l’avocat de Larry Flynt joué par Edward Norton – pour laisser libre cours aux arguments provocateurs de Larry Flynt lui-même et à ses réactions outrancières à toute censure dont il est victime. La seconde, moins évidente, est relative au rôle de censeur joué par Larry Flynt à plusieurs occasions. D’abord lorsqu’il découvre la foi suite à sa rencontre avec Ruth Carter Stapelton – sœur du président Carter : il impose alors une nouvelle ligne éditoriale à Hustler, mélangeant christianisme, glorification de Dieu et du sexe. Cet épisode prend fin avec la tentative d’assassinat dont il est victime et la perte de sa foi. Ensuite, en raison de son comportement lors de chaque procès. Ne laissant que très rarement la parole à son avocat, multipliant les provocations envers les jurés et magistrats (« Votre honneur, vous n’avez pris encore aucune décision intelligente durant ce procès, je ne m’attends pas à ce que vous en preniez une maintenant », ou bien encore la scène où Larry Flynt refuse de révéler ses sources et vient à l’audience en se servant du drapeau américain comme d’une couche), Larry Flynt est le censeur de sa propre réussite. La fin du film traduit bien cette réalité : ce n’est que lorsque Larry Flynt n’intervient pas, que seul son avocat plaide devant la Cour suprême des Etats-Unis, qu’il obtient gain de cause, au travers de l’important arrêt Hustler Magazine vs Falwell.

 

Ces deux axes du film – la censure de et par Larry Flynt – articuleront donc la communication».

Dès que le programme définitif sera accessible, il sera mis en ligne sur sinelege.

Il faut enfin noter la publication des actes des troisièmes rencontres Droit et cinéma (L’enfant, le droit et le cinéma) et la parution prochaine des actes des rencontres consacrées au vote.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search