Quelques mots de Patrick Mistretta

Les lecteurs de ce site ont encore en mémoire la situation de Patrick Mistretta, ancien Maître de conférences à la Faculté de Droit de Clermont-Ferrand, victime du veto opposé par le président de l’Université à son recrutement en qualité de professeur. Une pétition avait été mise en ligne sur le site, qui a donné lieu à de nombreuses signatures et commentaires. La situation de M. Mistretta a finalement trouvé une heureuse issue puisqu’il a été nommé professeur à l’Université d’Amiens. Suite aux manifestations de soutien, il a tenu à publier sur ce carnet un court message :

«Mes cher(e)s collègues,

Depuis le début de ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui « l’affaire Mistretta », je ne me suis jamais exprimé publiquement  sur les événements et le droit de veto du président de l’Université d’Auvergne  qui, en juin 2011, empêchèrent ma nomination sur un poste de professeur des universités. Il est temps aujourd’hui de rompre le silence ne serait-ce que parce que le dénouement est heureux puisque je viens d’être nommé professeur à l’Université de Picardie sur un poste en partie fléché droit des affaires alors que les autorités clermontoises me faisait grief entre autres l’année passée précisément de ne pas posséder ce profil là …. Il y aurait beaucoup à dire sur le fond du dossier, mais ce n’est ni le lieu, ni le moment. Mon histoire aura simplement révélé certaines connivences et intérêts peu compatibles avec l’intérêt général  de l’Université et l’excellence scientifique pourtant au centre de la loi LRU. Il est temps que cette loi soit enfin modifiée pour que de telles injustices et pratiques locales ne puissent plus être  réitérées. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé de maintenir mon recours devant le Conseil d’Etat malgré ma nomination, recours auquel est intervenu, par ailleurs, le syndicat autonome.
Je voudrais, dans l’attente de la décision du Conseil d’Etat, simplement adresser mes plus vifs remerciements à tous les nombreux collègues, maitres de conférences et professeurs, qui  de toute la France, et spécialement à l’Université Lyon 3, m’ont manifesté leur soutien dans les moments difficiles que j’ai vécus en Auvergne depuis le début de cette affaire. Je remercie en particulier Hervé Causse et Audrey Darsonville qui à Clermont Ferrand ont veillé à ce que les principes élémentaires qui régissent une procédure de recrutement de professeur puissent être respectés. Je leur dois beaucoup ainsi qu’à mon collègue Thierry Fossier qui sur le blog et ailleurs montra l’absurdité et l’injustice de la situation.
Mes remerciements vont aussi et surtout à mes collègues et amis Marc Segonds, Bruno Py et Jean-Baptiste Thierry, qui sont à l’origine de la pétition de soutien qui a circulé en ma faveur. Cette action, portée par des professeurs et un maitre de conférences, permit de révéler l’affaire, de montrer combien la communauté universitaire pouvait s’unir, quels que soient les grades, pour dénoncer l’injustice  et recueillir plus de  119 signatures en pleine vacances universitaires ! Ce n’est pas rien. Elle me permit surtout de garder espoir et de comprendre qu’il existait parmi nous  et de manière majoritaire, un corps universitaire attaché aux principes élémentaires de liberté, d’égalité et de justice qui fondent depuis toujours la République et notre belle profession d’enseignant-chercheur …
Patrick Mistretta
 » La justice doit être cultivée pour elle-même  » , Cicéron.»


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.