L’enfant, le droit et le cinéma : A. de Luget, M. Flores-Lonjou (dir.)

Les lecteurs de ce site connaissent les journées Droit et cinéma organisées chaque année à La Rochelle, ainsi que le blog associé. Les actes des journées consacrées au vote à l’écran ont été publiés dans la revue Politeia. Au début de l’année, les actes des journées consacrées à l’enfant ont également été publiés aux Presses Universitaires de Rennes.

L’ouvrage est pluridisciplinaire, ce qui en fait tout l’intérêt. Il ne s’agit pas ici de faire un résumé de chaque contribution. Toutes sont intéressantes et permettent de voir que l’approche du courant Droit et Cinéma est pertinente pour aborder un objet d’étude. Un objet a priori non juridique, le film, peut donner lieu à une analyse juridique. Il est d’abord signifiant sur la manière dont le droit est perçu par la société tout comme sur la manière dont il peut être expliqué. Il est ensuite et surtout une formidable ressource d’analyse : l’histoire, la mise en scène (v. par exemple la contribution de L. Bellon, «Dialogues et silences d’adolescents sous main de justice (Des 400 coups à La vie de Jésus)», p. 135), peuvent donner lieu à une étude juridique riche et complète, permettant de comprendre la mise en œuvre des normes. Il est enfin un moyen agréable d’étudier le droit (à condition d’aimer le cinéma…).

L’enfant, le droit et le cinéma a un grand inconvénient : la filmographie est vaste et le lecteur est parfois perdu lorsqu’il est question de films qu’il n’a pas vus. Mais cela devient rapidement un avantage : la culture cinématographique est une construction perpétuelle et si l’on ne sait pas quoi regarder, l’inspiration est vite trouvée. Nul doute que le lecteur de ces actes regardera d’un autre œil Un Flic à la maternelle après avoir lu l’article de Gauthier Jurgensen (La figure de l’instituteur au cinéma : la mise en scène de la pédagogie, p. 175).

On pourra parfois regretter le manque d’analyse juridique dans certaines contributions, mais le reproche n’est pas si important : d’abord parce que le droit n’est pas la chose des juristes et que chacun peut, et c’est heureux, en donner sa vision; ensuite parce que plusieurs contributions «juridiques» figurent bien évidemment dans les actes (L. Miniato, S. Sur, etc.).

Lecture enrichissante et lecture qui demande à être enrichie par le visionnage des films mentionnés : une saine acquisition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.