Crimes de papier : J. Sebrien, Jean-Baptiste B

L’affaire Papon a suscité de nombreux écrits en matière pénale. Elle soulève des questions importantes, techniquement parlant : Maurice Papon a été reconnu coupable, non pas de crime contre l’humanité, mais de complicité de crime contre l’humanité. La caractérisation des différents éléments d’un tel cas de complicité ne relève pas de l’évidence. Maurice Papon a également été au cœur de l’application de l’article 720-1-1 du Code de procédure pénale, créant la suspension de peine pour motif médical. La suspension avait à l’époque suscité de nombreux débats.

  Le roman graphique de Johanna Sebrien et Jean-Baptiste B, Crimes de papier, Retour sur l’affaire Papon, permet de poser un autre regard sur cet épisode important de l’histoire. Les auteurs ont habilement mêlé la petite et grande histoire : le lecteur suit le héros et la jeune fille dont il est alors amoureux. Leur histoire ponctue le récit et fait d’eux des acteurs secondaires, à l’échelle du crime reproché à Maurice Papon, mais essentiels dans la trame narrative de la bande dessinée.

Le dessin est d’une grande élégance et très habile. On le voit dès la couverture où le réalisme du visage laisse apparaître des yeux vides, dont la noirceur reflète les actes de Maurice Papon. A plusieurs reprises, l’homme est décrit comme un haut-fonctionnaire respectueux de l’Etat, appliquant consciencieusement les ordres. Le parallèle fait avec deux policiers est d’ailleurs intéressant: à partir de quel moment la participation à l’inhumanité devient-elle un acte de complicité ? Les auteurs y apportent une réponse, puisque l’une des scènes évoque la distinction entre «les fonctionnaires subalternes et ceux qui donnent les ordres. Malheureusement [ces] deux policiers n’ont fait qu’obéir à la législation en vigueur en 1942 […]. “Le juge devra déterminer si le fonctionnaire s’est borné à exécuter des ordres sans avoir l’autorité nécessaire pour les discuter ou si, au contraire, allant au-delà de ses strictes obligations professionnelles, il s’est sciemment associé à une politique antinationale et a manifestement dépassé dans la répression l’exercice normal de ses fonctions”» (p. 67-68). L’épineuse question de la caractérisation du commandement de l’autorité légitime, est illustrée parfaitement dans ces quelques cases.

Toute l’histoire montre l’écrasante banalité du mal bureaucratique. Le procès Eichmann est également raconté, afin de mettre en avant l’implacable machinerie nazie, aboutissant à une déresponsabilisation de tous. Les débats qui ont lieu devant la cour d’assises de la Gironde sont saisissants qui mettent en place une discussion autour de la portée de la délégation dont bénéficiait Maurice Papon : délégation de compétence ou de signature ? Cette discussion ne fait que renforcer l’inhumanité qui devient «juridicisée» pour la rendre plus compréhensible.

«Cependant, la chambre d’accusation ne l’entendra pas ainsi et retiendra […] le concours de Maurice Papon (…) manifesté de façon continue depuis le 20 juin 1942 et jusqu’au 16 mai 1944, dans le cadre des délégations de signatures qui lui étaient consenties par le Service aux questions juives (…) ” (arrêt, p. 113), par l’action permanente de ce service, “ sur lequel il avait un pouvoir hiérarchique ” (ibid., p. 114) et, par-delà cette “ action continue ”, le concours apporté par le Secrétaire générale et “ le Service des questions juives placé sous ses ordres (…) à l’occasion de chacune des opérations menées à l’instigation des autorités allemandes contre la communauté juive ” » (extraits de l’arrêt de la chambre d’accusation, in, C. Grynfogel, «Les limites de la complicité de crime contre l’humanité», Rev. sc. crim. 1998, p. 523).

« Ainsi M. Papon était-il apprécié de l’occupant, démontrait l’accusation,… tout en étant regardé avec méfiance par ses supérieurs, a prétendu l’intéressé, ses sentiments anti-maréchalistes bien connus d’eux les ayant décidés à l’éloigner de Vichy (en lui confiant néanmoins un poste à responsabilités à la préfecture de la Gironde) : une défense certes originale, mais “inconcevable” aux yeux des magistrats bordelais qui y répliquaient par le renvoi de l’ancien Secrétaire général devant la cour d’assises ; le même Papon, en outre, envoyait des Juifs, hommes, femmes et enfants, à la mort, tout en se préoccupant du sort de certains Juifs “intéressants” ; enfin, Maurice Papon clame haut et fort aujourd’hui sa qualité de Résistant (établie seulement, il est vrai, à partir de janvier 1943…), dissimulée sous le vêtement de la collaboration afin de mieux tromper l’adversaire nazi : on peut cependant s’interroger sur l’utilité, pour la Résistance, de l’organisation de rafles et de déportations, l’une des tâches accomplies – et précisément celles pour lesquelles il a été condamné à dix ans de réclusion criminelle – par le Secrétaire général de la préfecture dans le cadre du Service aux questions juives.» (Ibidem).

Les auteurs s’attachent également au traitement médiatique et politique de l’affaire : depuis la révélation des actes commis par Maurice Papon, dans le Canard enchaîné, jusqu’aux déclarations des avocats en salle des pas perdus, en passant par l’enjeu politique de la révélation des faits, en période d’élections présidentielles, alors que Maurice Papon était ministre.

L’ouvrage se distingue par sa sobriété. Les auteurs ne jugent pas les crimes commis. Mieux, ils réussissent à montrer la complexité de cette époque. Maurice Papon est également montré en vieil homme grabataire : trop humain. La banalisation du mal est excellemment montrée. Quelques scènes oniriques ponctuent le roman, dont l’une, très forte, en fin d’ouvrage: une discussion entre Arthur (le héros, fil rouge de l’histoire) et son père déporté. C’est à peine si l’on regrettera une certaine complexité en début d’ouvrage : les personnages principaux ne sont pas suffisamment installés pour que le lecteur les retrouve aisément en cours de lecture.

Me Michel Zaoui fait part dans la préface de ses craintes initiales lorsque la bande dessinée lui a été remise et montre comment ses doutes ont été levés : «C’était une gageure de présenter sous cette forme populaire et directe la terrible réalité de l’histoire française sous l’occupation, de faire admettre sans l’édulcorer le fait que notre pays, par l’intermédiaire de certains de ses agents comme Maurice Papon, s’était rendu complice de crimes contre l’humanité. Le pari a été gagné. […] Mais on sait bien que le temps passe et que bientôt il n’y aura plus personne pour témoigner. Seuls resteront les historiens qui travailleront sur tous les documents et sur tous les témoignages amassés durant ce qui fut le plus long procès qu’ait connu la France. Un livre comme celui-ci peut se lire comme l’une des pièces du puzzle que ne cesse de construire le récit historien. Car les auteurs ont su, avec émotion et talent, transcrire le sérieux du procès Papon et ce qu’il a révélé de cette catastrophe du XXe siècle.»


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 octobre 2012

    […] Présentation d'une bande dessinée historique consacrée à l'affaire Papon.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.