Rendez-vous avec X

Le titre de ce billet n’a rien à voir avec la fameuse et passionnante émission de Patrick Pesnot, diffusée le samedi à 13h20 sur France Inter. Mais il sera question de X : pas de cinéma, pas de l’école polytechnique, ni même de musique, ou, une fois n’est pas coutume, de bandes-dessinées.

Ce billet a pour sujet principal Monsieur X, également appelé M. X…, ou Mr X., voire Mr X… C’est un personnage bien connu des étudiants en droit, entouré d’acolytes inséparables : Y et Z. Ses aventures sont incroyables, surtout depuis l’anonymisation des décisions de justice.

Lisez plutôt: en 2005, la Cour de cassation a statué sur le cas d’une madame Z., assignée par Mme X dans le cadre d’un conflit relatif à une société civile agricole et immobilière. Mme X avait sans doute du mal à digérer le fait que son époux, M. X. avait été condamné à une peine de travail d’intérêt général de 40 heures, sanction d’ailleurs non respectée. L’histoire familiale est bien compliquée : on apprend au hasard que Mme X est en réalité veuve Y!

On se dit parfois que monsieur X et ses amis nous rappellent d’autres personnes (ainsi, Ségolène Z. ministre déléguée auprès du ministre de l’Education nationale, chargée de l’enseignement scolaire, Jacques Y, ancien maire de Paris et ancien président de la République, ou bien Dominique X. député-maire de Toulouse). Tant de coïncidences! La vie des X. Y. Z. apparaît bien compliquée.

A moins que…

Le commentaire d’arrêt est un exercice incontournable dans les facultés de droit. Tout commentaire commence par une introduction dans laquelle les faits doivent être rappelés. Les enseignants rappellent constamment la nécessité de commenter l’arrêt en qualifiant les parties au lieu de les nommer (et pour cause). Ce n’est sans doute pas le conseil le plus difficile à suivre. Pourtant, on observe une résistance passive, et pour tout dire énervante, des étudiants, de L1 au M2, qui persistent à parler de monsieur X., madame Y et autres consorts Z. Il y a sans doute des raisons profondes qui expliquent cette obstination (le manque de confiance dans la parole de l’enseignant qui chercher forcément à piéger les étudiants ?). Ce bref billet permettra peut-être d’en montrer l’absurdité.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Guillaume B. dit :

    Ssst, suov en zeva’l emêm sap unnocer. Z tse’c Bulgroz ! Eviv Bulgroz !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search