Notes et anecdotes d’un greffier : J.-J. Cuna

Après les anecdotes d’un notaire, voici celles d’un greffier : Notes et anecdotes d’un greffier est une autobiographie professionnelle de Jean-Jacques Cuna, employé aux écritures puis greffier à Epinal.

Le texte est assez court (96 pages), ce que l’on peut regretter au regard de la facilité de lecture de ces mémoires. Jean-Jacques Cuna ne livre pas une vision technique de sa profession et privilégie l’importance des relations humaines nouées tout au long de ses années d’exercice professionnel. Entré au tribunal d’Epinal à l’âge de 16 ans, comme employé aux écritures, il a connu les évolutions de cette juridiction.

La fonctionnarisation des greffiers est ainsi vécue de l’intérieur, tout comme la récente réforme de la carte judiciaire ou bien encore l’impact médiatique de l’affaire Grégory. Ce livre intéressera particulièrement les spinaliens qui verront leur ville racontée depuis le tribunal. Le récit de l’évolution d’un greffe de province se révèle assez émouvant.

Le travail en juridiction est montré comme un travail d’équipe : l’évolution de la carrière personnelle de l’auteur est indissociable de celle du travail en juridiction. La nostalgie pointe lorsque les changements de pratiques, d’environnement, sont synonymes de déshumanisation : les collègues ne travaillent plus réellement ensemble, la spécialisation des magistrats et greffiers aboutit à un cloisonnement, etc. Ces changements n’affectent pas que les méthodes de travail, mais la justice elle-même. La description du fonctionnement quotidien d’une juridiction permet d’en relativiser l’importance symbolique tout en insistant sur l’intérêt des liens entre greffiers et magistrats. Le livre regorge d’anecdotes amusantes et tragiques (comme la réaction affligeante d’un magistrat suite au décès d’une greffière, p.74).

Le petit monde de la justice est raconté par ceux qui la composent : les habitudes de chacun, les blagues de bureau, les petits larcins commis dans l’enceinte du tribunal, etc.

Photo : Nicolas de Potter

Le lien fréquent entre l’évolution des rapports professionnels et l’architecture du tribunal d’Epinal est intéressant à soulever : la configuration extérieure et intérieure du bâtiment ne manque pas d’avoir des effets sur la vie de la juridiction. On croit bien volontiers l’auteur lorsqu’il explique que le bâtiment d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui de ses débuts. Jean-Jacques Cuna moque d’ailleurs gentiment le «1% culturel» que l’on aperçoit au premier plan de la photographie.

L’ouvrage est à recommander à tous : aux étudiants qui peuvent découvrir une profession dont on ne dit pas grand chose, aux spinaliens qui redécouvriront leur ville et leur tribunal, aux justiciables qui souhaitent connaître la justice autrement, loin des grands procès médiatisés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search