Justice et Cinéma : B. Dayez

Paru en 2007 aux éditions Anthemis, l’ouvrage de Bruno Dayez, Justice et Cinéma, est à mettre entre toutes les mains. Sur la forme, il est très intelligemment construit et la lecture en est très agréable, même si le lecteur n’a pas vu les films traités. Quarante films sont étudiés, toujours sur un même schéma :

  • une présentation de l’histoire;
  • une lecture juridique du film;
  • un encadré retraçant les critiques du film lors de sa sortie.

Le tout est illustré de photographies.

L’ouvrage est servi par le style remarquable de l’auteur, fin cinéphile et amoureux de la justice. Sa franchise l’honore : les films choisis ne sont pas tous des chefs-d’œuvre et, lorsque c’est le cas, Bruno Dayez n’y va pas par quatre chemins. On lit ainsi, au sujet de A few good men (Des hommes d’honneur) : «Si Nicholson sauve naturellement la mise même quand il cabotine, on n’en dira pas autant de Tom Cruise, premier rôle sans épaisseur, ni de Demi Moore, faire-valoir du précédent : leur consistance tient pour l’essentiel dans leurs uniformes militaires flambants neufs. La musique est exécrable. La mise en scène sans originalité. La psychologie des personnages vraiment sommaire. D’une manière générale, c’est empesé et sans humour» (p. 52). Pourtant, chaque film trouve grâce à ses yeux, car il contient toujours des enseignements utiles. En ce sens, l’ouvrage est habile : il ne s’agit pas pour Bruno Dayez de déceler les invraisemblances juridiques (depuis quand une œuvre, même réaliste, doit-elle être conforme au droit?), ni de faire une analyse des problèmes juridiques soulevés dans les films (comme cela peut être le cas ailleurs), ni même d’expliquer un régime juridique donné (Justices à l’écran, de Christian Guéry le fait très bien). L’auteur cherche en effet à faire une lecture juridique d’une oeuvre cinématographique.

La philosophie de l’ouvrage est expliquée dans l’introduction : «Traiter des rapports entre la justice et le cinéma ne se limite pas […] à dresser la nomenclature des films les plus remarquables ayant trait à la justice. Cela permet d’abord de se rendre compte que la raison d’être de l’institution judiciaire est, déjà, de fabriquer des images. Autrement dit, la justice […] est une entreprise dont le but consiste à forger nos représentations, à imprimer dans nos esprits la conviction qu’elle est telle qu’elle doit être. Il n’y a aucune activité humaine aussi continuellement accaparée par le souci de son apparente légitimité. La justice, en effet, ne se soutient que de la foi qu’ont en elles ses destinataires : il faut donc que la manière dont elle s’incarne emporte l’adhésion du public. […] La justice est totalement inséparable de sa représentation» (p. 13).
De nombreux thèmes sont analysés. La signification et la portée de la vérité judiciaire occupent une place centrale. Le rôle du juge, souvent dénoncé, du jury, souvent loué. Le rôle du droit est rappelé : ainsi, au sujet de La nuit des juges (The star  chamber), film où des juges contournent le droit, Bruno Dayez souligne que la conscience du juge peut être problématique : «comment doit réagir un juge lorsque sa conscience le convainc de punir là où l’application rigoureuse de la norme le lui interdit ? Peut-il, au nom d’un devoir de conscience, passer outre le respect de la loi? […] Le juge est faillible et […] l’obéissance jurée aux lois constitue un garde-fou contre son arbitraire» (p. 71).

 Plus largement, l’acte de juger est mis à l’épreuve car, malgré les garanties de l’enquête, de l’instruction, du contradictoire, la part de raison est délicate à déterminer : «le procès, public, oral et contradictoire, semble présenter toutes les garanties d’une procédure équitable. En fait, il n’est que l’endroit d’un envers, la face visible d’une face cachée, car c’est au niveau de l’enquête que se décide la vérité» (p. 140, ce qui n’est pas sans évoquer les débats actuels autour de l’accès au dossier d’enquête par l’avocat!) Le geste criminel est également un thème important de l’ouvrage : les films sélectionnés peinent d’ailleurs à expliquer des actes inexplicables. Certains essaieront l’humour (Landru), d’autres le drame (Monster), sans jamais réellement parvenir à la compréhension du geste.

Sept chapitres ponctuent Justice & Cinéma : Figures d’avocats, Figures de juges, Figures de jurés, Figures de criminels, Figures d’innocents, Cherchez l’erreur, Figures allégoriques de la justice. Des films traités dans un thème auraient parfois pu l’être ailleurs. Ainsi de L’idéaliste (The Rainmaker) où l’un des personnages secondaires, le juge, est également une belle illustration de la partialité. Les scénaristes semblent d’ailleurs plus inspirés lorsqu’il s’agit de traiter des avocats, où les histoires sont inventées, que lorsqu’il s’agit des juges ou des criminels, où l’on compte plus d’histoires tirées de faits réels. Ils n’aiment d’ailleurs pas les avocats, souvent raillés pour leurs défauts : égoïstes, menteurs, manipulateurs, etc. Mais ils sont les serviteurs de la justice, sinon de la vérité. Bruno Dayez résume d’ailleurs parfaitement «ce qui fait le propre d’un avocat pénaliste : avoir perdu la foi en la justice mais chercher toute occasion de la retrouver» (p. 47).

Ce livre est à recommander à tous : cinéphiles, juristes ou non. Il permet de voir autrement l’œuvre de justice, la vie du droit, décidément bien éloigné de l’image réglementariste qui est trop souvent la sienne.

 

Liste des films traités dans l’ouvrage:

  • M le Maudit, Fritz Lang 1931
  • Nous sommes tous des assassins, André Cayatte 1952
  • Witness for the Prosecution (Témoin à charge), Billy Wilder 1957
  • Twelve Angry Men (Douze hommes en colère), Sydney Lumet 1957
  • The wrong man (Le faux coupable), Alfred Hitchcock 1957
  • Pickpocket, Robert Bresson 1959
  • Anatomy of a murder (Autopsie d’un meurtre), Otto Preminger 1959
  • La vérité, Henri-Georges Clouzot 1960
  • Le septième juré, Georges Lautner 1961
  • Judgment at Nuremberg (Jugement à Nuremberg), Stanley Kramer 1961
  • Le procès, Orson Welles 1962
  • Landru, Claude Chabrol 1963
  • Les bonnes causes, Christian-Jaque 1963
  • Justice est faite, André Cayatte 1963
  • King and country (Pour l’exemple), Joseph Losey 1964
  • In Cold Bloom (De sang-froid), Richard Brooks 1967
  • Sacco et Vanzetti, Giuliano Montaldo 1971
  • L’affaire Dominici, Claude Bernard-Aubert 1973
  • Stavisky, Alain Resnais 1974
  • Section spéciale, Costa-Gavras 1975
  • Le juge et l’assassin, Bertrand Tavernier 1976
  • Le pull-over rouge, Michel Drach 1979
  • The Verdict (Le verdict), Sidney Lumet 1982
  • L’argent, Robert Bresson, 1983
  • The Star Chamber (La nuit des juges), Peter Hyams, 1984
  • True Believer (Coupable ressemblance), Jospeh Ruben, 1989
  • Presumed Innocent (Présumé innocent), Alan Pakula 1990
  • Docteur Petiot, Christian de Chalonge 1990
  • Reversal of Fortune (Le mystère Von Bulow), Barbet Schroeder 1990
  • A Few Good Men (Des hommes d’honneur), Rob Reiner 1992
  • L’affaire Seznec, Yves Boisset 1993
  • In the Name of the Father (Au nom du père), Jim Sheridan, 1993
  • Murder in the First (Meurtre à Alcatraz), Marc Rocco, 1995
  • L’affaire Dreyfus, Yves Boisset 1995
  • Indictment : the McMartin Trial (Le silence des innocents), Mick Jackson 1995
  • The Rainmaker (L’idéaliste), Francis Ford Coppola 1997
  • Les blessures assassines, Jean-Pierre Denis 2000
  • Monster, Aileen Wuornos 2003
  • Runaway jury (Le maître du jeu), Gary Fleder 2003
  • Find me guilty (Juges-moi coupable, Sydney Lumet 2006

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.