C.R.F.P.A : préparations et statistiques

Le hasard fait parfois bien les choses. L’actualité ne manque pas de ressources sur l’évolution de l’accès à la profession d’avocat : à l’heure où je mettais en ligne un bref questionnaire pour essayer de mieux cibler les attentes des étudiants inscrits à l’Institut d’Etudes Judiciaires, un communiqué de presse du tribunal administratif de Paris annonçait l’annulation des décisions de l’Université Paris 2 créant une préparation à l’examen d’accès à un C.R.F.P.A sous forme de société par actions simplifiée. Dans le même temps, un rapport était rendu en faveur d’une plus grande sélection dans l’accès à la profession d’avocat. Et hier, les résultats de l’examen d’accès à un C.R.F.P.A organisé par l’Université de Lorraine étaient proclamés.

L’examen d’accès à un C.R.F.P.A comprend différentes épreuves d’admissibilité et d’admission. Tout candidat doit s’inscrire à l’examen, effectuer certains choix. S’ils le souhaitent, les candidats peuvent préparer cet examen, soit au sein des préparations organisées par les Instituts d’Études Judiciaires, soit au sein d’un organisme privé. Généralement, l’inscription à l’examen est indépendante de l’inscription à la formation organisée dans le cadre d’un I.E.J.

Le coût des préparations privées est assez élevé : de 1500 euros à 2500 euros environ pour une préparation estivale intensive. On y trouve beaucoup de cours, et des galops d’essai, fondamentaux pour les étudiants. Les préparations réalisées au sein des I.E.J sont nettement moins chères et dépendent du statut du candidat: le nombre de cours y est souvent plus faible (l’Université dispense par ailleurs les cours…) et les formules varient: par exemple, la préparation nancéienne se fait actuellement sous forme de préparation estivale, pour la préparation à l’examen d’entrée dans un C.R.F.P.A, avec galops d’essai. Le coût variera selon que l’étudiant est déjà inscrit dans un autre diplôme, de son statut de boursier, etc. L’inscription dans certains I.E.J n’octroie pas le statut étudiant et exclut donc le candidat de la sécurité sociale étudiante, de l’accès pourtant indispensable aux ressources des bibliothèques. Certains I.E.J lient l’inscription à l’examen et la formation, quand d’autres laissent une liberté à l’étudiant. Certains I.E.J. pourraient être des U.F.R. à part entière quand la plupart fonctionnent grâce à la bonne volonté des collègues… A l’Université, l’augmentation d’un volume horaire de formation s’accompagne nécessairement d’une augmentation des coûts d’inscription à la formation. Dans une préparation privée, le calcul du coût de la formation est nécessairement orienté vers un profit à réaliser, ce qui est bien compréhensible.

Il est souvent question de la comparaison entre l’efficacité des préparations dispensées dans les I.E.J et les préparations privées. Des chiffres circulent : 90% de réussite à tel examen ou tel concours, 98%, etc.

L’examen d’accès à un C.R.F.P.A vient de se dérouler à l’Université de Lorraine. Il faut préciser que la préparation s’effectue soit à la Faculté de Nancy, soit à la Faculté de Metz. Au terme des épreuves d’admission, les statistiques sont les suivantes :

Sur 316 candidats inscrits, 43 admis, soit 13,6% ; seulement 160 candidats étaient effectivement présents, soit  26,8% d’admis. Parmi les étudiants ayant suivi la préparation de Nancy,  33,33% ont été admis, en fonction du nombre de présents, ou 24%, en fonction du nombre d’inscrits à la préparation. Parmi les étudiants ayant suivi la préparation de Metz, 27,5% ont été admis, en fonction du nombre de présents, ou 22% en fonction du nombre d’inscrits à la préparation. En tout état de cause, ces chiffres sont à relativiser : trois candidats ont suivi les deux préparations (Nancy et Metz) et ont été déclarés admis. Ils ont été comptabilisés pour Nancy et pour Metz.

Au total, 76% des admis ont suivi une préparation à l’Université. Le reste n’a pas suivi une préparation organisée à l’Université (préparation privée ou aucune préparation).

Ces taux paraissent plutôt satisfaisants. Ils ne bien évidemment pas complets et suscitent des interrogations:

– parmi les admis ayant suivi une préparation à l’Université, certains ont sans doute fait le choix de suivre une préparation privée supplémentaire;

– parmi les admis n’ayant pas suivi une préparation à l’Université, certains ont sans doute suivi une préparation privée, voire une absence de préparation spécifique;

– surtout, si l’on peut caractériser une corrélation entre le nombre d’admis et le nombre d’inscrits à une préparation, il est difficile de caractériser une causalité. Les explications sont nombreuses : ceux qui suivent le plus de préparations sont peut-être ceux qui se dévouent le plus à l’examen et sont les plus travailleurs ; ceux qui suivent une préparation privée et une préparation I.E.J. sont mieux formés; la préparation I.E.J. est suffisante, etc.

Ces chiffres ne reflètent en aucun cas l’investissement personnel des étudiants, ou le fait que certains se présentaient peut-être à l’examen pour la deuxième ou la troisième fois. On ignore également le «passé universitaire» des candidats : ont-ils suivi un Master 2, plusieurs, ont-ils eu fréquemment des mentions pendant leur cursus, maîtrisent-ils particulièrement bien une langue étrangère? Ces chiffres sont toutefois pertinents :

– d’un point de vue «local», ils montrent une similarité très forte de réussite entre les préparations réalisées à Nancy et à Metz;

– d’un point de vue général, ils montrent qu’il existe une corrélation entre l’inscription à une préparation réalisée à l’I.E.J. et la réussite à l’examen.

Ils ne reflètent toutefois pas l’essentiel de la préparation à l’examen : le travail personnel. Trop souvent, l’accent est mis sur l’insuffisance de la préparation de tel ou tel organisme. Il est ainsi souvent fait référence au manque de galops d’essai dans les I.E.J quand, parallèlement, le travail proposé hors condition d’examen n’est pas préparé. Il ne faut pas oublier que la méthodologie des épreuves de l’examen est enseignée depuis la première année et qu’elle est censé être acquise depuis longtemps. Il est permis de penser que la formation apporte principalement un cadre structurant, indispensable pour beaucoup de candidats : la préparation en solitaire est sans doute possible, mais rien ne remplace la saine émulation entre candidats, la compréhension de ses erreurs, de celles des autres. L’échec peut trouver une explication dans une formation, mais sa justification réside souvent dans le travail ou les erreurs du candidat. Il en va de même pour la réussite.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 septembre 2016

    […] question ici à plusieurs reprises de la réforme de l’examen d’accès à un C.R.F.P.A : au sujet de la préparation, pour faire un bref rapport sur un examen, ou pour critiquer les propositions soumises à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *