Vulgarisation, interdisciplinarité et missions de l’Université

Parmi les missions classiquement assignées à un enseignant-chercheur, la mise à disposition de la société civile des connaissances « construites » dans le cadre de la recherche occupe une place importante. S’agissant du Droit, cet échange prend classiquement plusieurs formes :

  • la publication d’articles dans les revues spécialisées : il s’agit alors de s’adresser aux collègues du Droit, praticiens et universitaires (même si cette distinction peut être discutée) sur un sujet précis, une décision, un texte, une réforme, etc. La diffusion reste limitée tant le rôle de la doctrine reste délicat à déterminer avec précision, surtout en matière pénale. Les discussions se font alors entre spécialistes d’une même matière, ou entre personnes qui utilisent un même langage. Cette valorisation des travaux universitaires est indispensable à toute carrière d’enseignant-chercheur, mais sa diffusion reste limitée aux professionnels du Droit;
  • les communications orales lors de colloques, conférences, congrès, journées d’études, qui pourront faire l’objet d’une publication − publish or perish.  Tout dépend alors du public concerné par la manifestation. Il pourra s’agir de spécialistes, les remarques faites au sujet des revues spécialisées sont alors les mêmes. Il pourra s’agir de communications destinées au « grand public », i.e les personnes non juristes intéressées par la thématique abordée;
  • de journées de formation, ou de diplômes spécifiques destinés à des non-juristes. A titre d’exemple, l’ISCRIMED − Institut de Sciences Criminelles et de Droit médical − organise deux diplômes universitaires : le D.I.U de Droit médical et le D.U de Droit et responsabilité des professions paramédicales;
  • de collaborations avec d’autres spécialités : selon les thèmes de recherche, le juriste se dirigera ainsi vers les autres sciences sociales ou les sciences dites « dures ».

S’agissant des actions destinées au « grand public » ou s’effectuant en collaboration avec des non-juristes, plusieurs problèmes apparaissent. Il faut d’abord souligner que les modes d’évaluation des enseignants-chercheurs en Droit ne laissent qu’une très faible place à l’interdisciplinarité ou à la vulgarisation. L’action destinée aux non-juristes est regardée avec complaisance − « le Droit expliqué aux enfants ». Celle réalisée avec des non-juristes est souvent incomprise. Ce dernier constat est d’autant plus étrange que l’un des auteurs les plus reconnus par la communauté universitaire − le doyen Carbonnier − a constamment enrichi ses travaux des apports de la sociologie, de la psychologiue, de l’économie. D’autres ont suivi une démarche identique, mais d’une brève analyse de ces démarches, pourtant prestigieuses, il ressort que l’interdisciplinarité est un luxe que l’on ne peut s’offrir qu’après avoir fait ses preuves par les chemins classiques de l’agrégation l’évaluation propres aux facultés de Droit. Ce constat est d’autant plus regrettable que l’interdisciplinarité est aujourd’hui non seulement un mode de valorisation important, mais surtout un moyen de financement indéniable. Il ne faut toutefois pas tomber dans l’excès inverse : la construction de la connaissance est avant tout disciplinaire. C’est de là qu’il faut partir, sans pour autant nier les apports de l’extérieur.

Ensuite, le juriste − mais le constat vaut bien évidemment pour les autres disciplines − doit s’attendre à être déçu. Le non-spécialiste a sa propre vision de la matière, ses propres attentes, qui ne sont pas forcément conciliables avec celle de l’expert, du sachant! Une question « profane » est souvent riche de développements « initiés » mais il faudra faire court, bref, clair, synthétique, voire percutant. Est-ce alors à dire qu’il faut abandonner cette démarche d’ouverture? Bien évidemment non, car elle participe de la mission première de l’Université : construire et partager la connaissance. En outre, toute question ou demande de précision doit entraîner une double démarche de la part de l’expert, de remise en cause et de réflexion, voire de réorientation. La remise en cause n’est pas la vertu la plus communément partagée parmi les spécialistes, quels qu’ils soient, et on ne peut que le déplorer. Ne pas être compris  des autres peut avoir une multitude d’explications, mais la plus fréquente est que le discours n’était pas compréhensible, ce qu’il faut à l’évidence corriger sans dénaturer. La réflexion qui naît à la suite d’une question n’est pas systématique, mais elle se produit parfois, soit parce que l’on ne l’avait pas envisagée, soit parce que la perspective ouverte est nouvelle. Pour ne prendre qu’un exemple, le travail qui s’effectue  dans le champ du droit de la santé ou du droit médico-social ne peut s’abstraire de préoccupations qui n’ont rien à voir avec l’interrogation des professionnels du secteur : dire que la preuve est libre en matière médical et que l’écrit ne peut suffire est une chose, expliquer comment le professionnel peut l’administrer en est une autre!

Finalement, aucune de ces démarches ne devraient être négligées et elles devraient être conciliées. S’adresser à ses pairs est bien évidemment indispensable, parce qu’ils sont les seuls qui pourront valider, infirmer, commenter scientifiquement le discours. S’adresser aux spécialistes d’autres disciplines l’est tout autant : l’échange réciproque ne peut que rendre la construction plus riche. Ne pas s’adresser à la société civile est une hérésie dans une discipline qui concerne avant tout à régir les relations humaines.

Mais les journées n’ont que vingt-quatre heures !


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. LE DUC dit :

    Comment vulgariser des informations juridiques en tenant des discours incompréhensibles pour le commun des mortels ?
    On ne peut certainement pas faire disparaître le jargon propre à la discipline juridique.
    Il serait possible par contre de mieux expliquer le déroulé des raisonnements juridiques et judiciaires.
    Par exemple en faisant oeuvre de pédagogie dans les commentaires de jurisprudence pour en faire autre chose que des exercices ritualisés pour les étudiants en droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search