Liste des qualifiés aux fonctions de maître de conférences 2017 – section 01

La campagne de qualification aux fonctions de maître de conférences est terminée, s’agissant de la section 01 – Droit privé et sciences criminelles. Les candidats sont aujourd’hui informés du résultat de la procédure, via l’application Galaxie du ministère de l’Enseignement supérieur.

La liste qui suit n’est en aucun cas une liste officielle : elle est donc susceptible de contenir des erreurs et oublis. Il est bien évidemment possible de me contacter pour les réparer. Seul le résultat fourni par Galaxie compte, ainsi que la liste qui sera publiée ultérieurement par le ministère. Cette publication générale intervient tardivement. Elle ne fait en outre pas mention de l’intitulé des thèses des candidats, ni du lieu de soutenance. Or, ces informations sont importantes pour les heureux candidats qualifiés, dans le cadre de la procédure de recrutement.

Félicitations aux candidats qualifiés qui vont pouvoir se lancer dans un tour de France éprouvant. Les candidats non qualifiés ne doivent pas perdre courage et surtout ne pas hésiter pour présenter une nouvelle candidature.

  • ALLARD Baptiste, L’action de groupe. Etude franco-américaine des actions collectives en défense des intérêts individuels d’autrui, 2016, sous la direction de Luc Grynbaum, Université Paris Descartes
  • ALLOUCH Abdenbi, L’argument comparatiste. Essai sur les mutations du droit du travail, 2016, sous la direction de Martine Le Friant, Université d’Avignon
  • AZEMAR Marie, Etude sur les clauses limitatives ou exonératoires de responsabilité, 2016, sous la direction de Yves Lequette, Université Paris 2
  • BARRILLON Clément, Le critère de la qualité d’associé. Etude en droit français des sociétés, 2016, sous la direction de Marie-Laure Coquelet, Université Paris 10
  • BAVITOT Alexis, La probité publique en droit pénal, 2016, sous la direction de Xavier Pin, Université Jean Moulin Lyon
  • BETTONI Lucas, L’appel d’offres privé, 2016, sous la direction de Nicolas Ferrier, Université de Montpellier
  • BOISSON Julien, Les libéralités à caractère collectif, 2015, sous la direction de Michel Grimaldi, Université Paris 2
  • BRENAUT Maxime, Le renouveau des mesures de sureté en droit pénal français, 2016, sous la direction de Philippe Conte, Université Paris 2
  • CALLET Clovis, Le sérieux et le manifeste en droit judiciaire privé, 2015, sous la direction de Jean-Yves Chérot et Emmanuel Putman, Université d’Aix-Marseille
  • CARAYON Lisa, La catégorisation des corps. Etude sur l’humain avant la naissance et après la mort, 2016, sous la direction de Grégoire Loiseau, Université Paris 1
  • CARPENTIER Yan, Essai d’une théorie générale des aménagements de peine, 2016, sous la direction de Evelyne Bonis-Garçon, Université de Bordeaux
  • CAYOT Mathilde, Le préjudice économique pur, 2016, sous la direction de Daniel Mainguy, Université de Montpellier
  • DANET Anaïs, La présence en droit processuel, 2016, sous la direction de Aurélie Bergeaud, Université de Bordeaux
  • DE RAVEL D’ESCLAPON Thibault, Le droit commun des sûretés. Contribution à l’élaboration de principes directeurs en droit des sûretés, 2015, sous la direction de François Jacob, Université de Strasbourg
  • DEVAUX Caroline, La fabrique du droit du commerce international : réguler les risques de capture, 2016, sous la direction de Horatia Muir Watt, Institut d’études Politiques, Paris
  • DOCQ Sébastien, Essai pour le renouveau de la notion d’apport en droit des sociétés, 2015, sous la direction de Alain Couret, Université Paris 1
  • DREANO Maëlle, La non-discrimination en droit des contrats, 2016, sous la direction de Éric Savaux, Université de Poitiers
  • EL MEJRI Akram, Les LBO en droit français. Contribution à l’étude de la réception des innovations financières par le droit, 2016, sous la direction de Hervé Le Nabasque, Université paris 1
  • EMANE MEYO Martin, La norme facultative, 2016, sous la direction de Catherine Thibierge, Université d’Orléans
  • ESCUDEY Gaetan, Le couple en droit international privé, 2016, sous la direction de Sandrine Sana-Chaillé de Néré, Université de Bordeaux
  • GAYET Marie, L’anticipation successorale à l’épreuve de l’allongement de l’espérance de vie, 2016, sous la direction de Philippe Pierre, Université de Rennes 1
  • GHANDOUR Bertille, Le traitement judiciaire des entreprises en difficulté, 2016, sous la direction de Denis Voinot, Université de Lille 2
  • GOLTZBERG Stephan, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation : définition, présomption et argument a fortiori, 2011, sous la direction de Michel Meyer et Benoît Frydman, Université Libre de Bruxelles
  • GREBENYUK Iryna, Pour une reconstruction de la justice pénale internationale. Réflexions autour d’une complémentarité élargie, 2016, sous la direction de Geneviève Giudicelli-Delage, Université Paris 1
  • GUEGAN Elsa, Essai de réforme des nullités des décisions sociales, 2016, sous la direction de Renaud Mortier, Université Rennes 1
  • JOBERT Sylvain, La connaissance des actes du procès civil par les parties, 2016, sous la direction de Philippe Théry, Université Paris 2
  • JULIENNE Clotilde, Essai critique sur la théorie des obligations en droit privé, 2015, sous la direction de Philippe Briand, Université de Nantes
  • JULLIAN Nadège, La cession de patrimoine, 2016, sous la direction de Renaud Mortier, Université de Rennes 1
  • KA Ibrahima, Le juge face aux principes directeurs du procès civil, 2015, sous la direction de Olivier Salati, Université d’Aix-Marseille
  • KILGUS Nicolas, L’usufruit de biens incorporels. Contribution à la nature juridique de l’usufruit, 2016, sous la direction de Estelle Naudin, Université de Strasbourg
  • LABERNEDE Romain, L’obligation de renégocier en droit privé des contrats, 2016, sous la direction de Judith Rochfeld, Université Paris 1
  • LAROUER Marion, Les codes de conduite sources du droit, 2016, sous la direction de Pascale Deumier, Université Jean Moulin Lyon
  • LEFER Camille, Les droits potestatifs dans le contrat de travail, 2016, sous la direction de Jean-Michel Olivier, Université Paris 2
  • LERAY Grégoire, L’immeuble et la protection de la nature, 2016, sous la direction de François-Guy Trebulle, Université Paris 1
  • LINGLIN Emilie, Corps humain et assurances de personnes, 2014, sous la direction de Laurent Leveneur, Université Paris 2
  • MAIRE Guillaume, Volonté et exécution forcée de l’obligation, 2016, sous la direction de Nicolas Damas et Louis Perreau-Saussine, Université de Lorraine
  • MARGAINE Clément, La capacité pénale, 2011, sous la direction de Philippe Conte, Université de Bordeaux
  • MASSON Charles, La dualité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur, 2016, sous la direction de Christophe Caron, Université Paris Est
  • MASSON Florent, La propriété commune, 2016, sous la direction de Philippe Stoffel-Munck, Université Paris 1
  • MATTIUSSI Julie, L’apparence de la personne physique, 2016, sous la direction de Grégoire Loiseau, Université Paris 1
  • MAUMONT Bertrand, L’acte juridique en droit des personnes et de la famille, 2015, sous la direction de Jean Hauser, Université de Bordeaux
  • MENARD Benjamin, L’anormalité en droit de la responsabilité civile, 2016, sous la direction de Stéphanie Porchy-Simon, Université Jean Moulin Lyon
  • MICHEL Claire-Anne, La concurrence entre les sûretés, 2016, sous la direction de Philippe Dupichot, Université Paris 1
  • MINOIS Maud, Recherche sur la qualification en droit international privé des obligations, 2016, sous la direction de Tristan Azzi, Université Paris Descartes
  • MOIZO Kevin, La modification unilatérale du contrat, 2016, sous la direction de Sophie Gaudemet, Université de Rouen
  • MORIN Joseph, Le régime d’indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles et la responsabilité civile. Enquête sur un régime de responsabilité au cœur de la sécurité sociale, 2016, sous la direction de Pierre-Yves Verkindt, Université Paris 1
  • MORON-PUECH Benjamin, Contrat ou acte juridique ? Etude à partir de la relation médicale, 2016, sous la direction de Dominique Laszlo-Fenouillet, Université Paris 2
  • PETELIN Tanja, La création plurale en droit d’auteur : contribution à l’étude de l’indivision, 2016, sous la direction de Philippe Gaudrat, Université de Poitiers
  • PIATEK Dariusz, La crise des exceptions en droit d’auteur : étude paradigmatique, 2016, sous la direction de Jacques Leroy, Université d’Orléans
  • PRETOT Sophie, Les communautés d’intérêts. Essai sur des ensembles de personnes dépourvu de personnalité juridique, 2016, sous la direction de Anne-Marie Leroyer, Université Paris 1
  • PROROK Johan, La responsabilité civile sur les marchés financiers, 2016, sous la direction de Hervé Synvet, Université Paris 2
  • ROUSSEL Magali, L’évaluation des qualités professionnelles, 2016, sous la direction de Antoine Lyon-Caen, Université Paris 10
  • ROUX Adrien, La corruption internationale. Essai sur la répression d’un phénomène transnational, 2016, sous la direction de Philippe Bonfils, Université d’Aix-Marseille
  • TETARD Stessy, Mandat et famille. Contribution à l’étude du contrat de mandat, 2015, sous la direction de Hugues Fulchiron, Université Jean Moulin Lyon
  • TIREL Morgane, L’effet de plein droit, 2016, sous la direction de Philippe Briand, Université de Nantes
  • VALIERGUE Julien, Les conflits d’intérêts en droit privé. Contribution à la théorie juridique du pouvoir, 2016, sous la direction de Guillaume Wicker, Université de Bordeaux
  • VAN BOSTERHAUDT Patrice, La norme pénale pour lutter contre les atteintes à la nature : vers la reconnaissance d’une valeur essentielle, 2016, sous la direction de Hervé Bonnard, Université de Dijon
  • VEYRE Liza, La notion de partie en procédure civile, 2016, sous la direction de Emmanuel Jeuland, Université Paris 1
  • VILLEGAS SANTIAGO Diana Milena, La mafia comme phénomène de pluralisme juridique, 2016, sous la direction de Nicolas Molfessis, Université Paris 2
  • WALRAVENS Arnaud, Le droit de préemption, 2015, sous la direction de Michel Grimaldi, Université Paris 2
  • WATHELET Joachim, La loyauté en droit de la propriété intellectuelle, 2016, sous la direction de Didier Poracchia, Université Aix-Marseille
  • WATRIN Lucie, Les données scientifiques saisies par le droit, 2016, sous la direction de Marie-Eve Pancrazi, Université Aix-Marseille
  • ZOLOMIAN Matthieu, Le contrôle de la gestion des sociétés cotées, 2014, sous la direction de Hervé Le Nabasque, Université Paris 1

18 réflexions au sujet de « Liste des qualifiés aux fonctions de maître de conférences 2017 – section 01 »

  1. Pope en bois

    Alors, le système de qualification n’est probablement pas parfait, mais s’agissant de juger une thèse et d’autres travaux, je ne vois pas très bien comment rendre anonyme, ne serait-ce qu’en partie, la procédure.

    La sélection fait naturellement des déçus, mais je dois dire qu’à titre personnel autant j’observe des candidats dont la qualification me paraît discutable au vu de leurs travaux, autant la valeur d’un candidat est généralement reconnue même s’il faut parfois s’y reprendre à deux fois.

    Enfin j’observe que certains se plaisent à critiquer tous les processus quels qu’ils soient, la qualification au CNU est injuste, le concours d’agrégation est injuste, etc. Bref, le système passerait son temps à sacrifier des Mozart en puissance …

    Répondre
    1. philip

      En même temps, c’est le seul « concours » (et j’insiste sur les guillemets) à présenter des caractéristiques aussi particulières… Je ne crois pas que d’autres concours suscitent autant de critiques. Naturellement, l’examen de la thèse du candidat semble exclure l’anonymat. Il faudrait y réfléchir sérieusement, mais il n’en est pas nécessairement de même de ses autres travaux. On pourrait aussi penser à d’autres épreuves.
      Par ailleurs, il faut quand même penser que si les déçus le sont autant, c’est parce qu’ils ont consacré plusieurs années à ces travaux, et surtout ont exercé des fonctions universitaires, pour ensuite se voir dire finalement qu’ils ne sont pas compétents…
      Quant à l’agrégation, les épreuves écrites sont bien anonymes dans l’agrégation du secondaire.

      Répondre
      1. Pope en bois

        Sur le fond je pourrai être d’accord, mais vous ne tenez pas compte de deux éléments :

        1/ l’agrégation du secondaire n’a rien à voir avec les recrutements auxquels on procède à l’université. Dans un cas on recrute des enseignants, dans l’autre des enseignants-chercheurs, et la différence n’est pas mince même si certains (rares) ont tendance à considérer que leur métier se limite à délivrer 128 heures de cours magistral par an.

        2/ On pourrait concevoir au moins une épreuve anonyme à l’agrégation sans supprimer pour autant l’épreuve sur travaux, le cours dure très longtemps et les membres du jury y consacre l’essentiel de leur temps (d’où des décharges de service et généralement une activité de recherche qu’ils doivent mettre entre parenthèses le temps du concours). Mais pour le recrutement de MCF ça me semble matériellement impossible. On a parfois du mal à organiser deux réunions (contraintes d’équilibre extérieurs/locaux; parité hommes/femmes qui tend à s’imposer; équilibre Pr/MCF) pour sélectionner les dossiers et auditionner les candidats, s’il faut rajouter une épreuve anonyme dans les conditions actuelles je ne vois pas comment l’organiser correctement. Et j’ajoute que pour les candidats cela signifierait un tour de France beaucoup plus compliqué à gérer !

        Enfin, bien sûr il y a des déçus, et il y en aura toujours. Ou alors vous désirez secrètement que tout docteur soit qualifié et que tout docteur qualifié soit recruté … Je le redis, je n’ai pas en mémoire des cas d’auteurs de thèses véritablement excellentes qui n’ont pas été qualifiés ni recrutés. Beaucoup estiment probablement avoir accompli une oeuvre doctrinale majeure, mais entre ce sentiment et le jugement que pourront porter un certain nombre de Pr ou Mcf (un tantinet chevronnés) il y a parfois un décalage, que dis-je il y a parfois un gouffre …

        Répondre
        1. marc

          En sciences humaines et sociales, le concours pour accéder à l’ENS comporte des épreuves anonymes… Et pourtant il s’agit bien de recruter des chercheurs.

          Répondre
          1. Poumarede

            Euh non. Les élèves de l’ENS ne sont pas des chercheurs. Et les EC de l’ENS ne passent pas d’écrit à ma connaissance

        2. philip

          Pour l’agrégation du secondaire, il est vrai que ce n’est pas complètement la même chose, mais je n’irais pas jusqu’à dire que « cela n’a rien à voir ». Même si la recherche est naturellement moins poussée, nombre d’enseignants du secondaire font des manuels, par exemple, à la manière des universitaires.
          Pour les thèses excellentes, vous avez probablement raison, mais pour les autres, celles qui sont honnêtes, et qui mériteraient de déboucher sur quelque chose, sauf à avoir lu les travaux de tous les candidats, c’est difficile de le savoir… On ne peut que l’espérer.

          Répondre
          1. caroline

            Pourquoi ne pas limiter (vraiment) la durée du doctorat à trois ans ? Les thèses ne seraient certes pas les mêmes, mais en cas d’échec, ce serait plus facile pour le candidat de se retourner que quand il y a consacré cinq à sept ans de sa vie. Il faudrait cependant que tout le monde joue le jeu…

        3. Roger

          Vous êtes présomptueux.

          J’ai le sentiment d’avoir rédigé une très bonne thèse, cependant je n’ai pas été qualifié.

          Je doute que vous ayez lu ma thèse, alors même qu’elle a été citée dans des articles au recueil Dalloz.

          Et après avoir pris connaissance de l’avis de la section, et de mes rapports ; j’ai le sentiment que la section s’est contenté de choisir une motivation au hasard, parce que le sentiment général qui se dégageait de mon dossier était négatif.

          Lionel

          Répondre
        4. Germain

          « Je le redis, je n’ai pas en mémoire des cas d’auteurs de thèses véritablement excellentes qui n’ont pas été qualifiés ni recrutés »

          Pope, vous n’êtes pas présomptueux.

          Vos capacités de lectures sont juste exceptionnelles.

          Répondre
          1. Pope en bois

            En ce qui me concerne j’appliquerai plutôt le qualificatif aux auteurs de thèse s’auto-légitimant, se persuadant d’avoir fait oeuvre doctrinale majeure sous prétexte qu’ils sont cités deux fois au Recueil Dalloz, et refusant d’admettre que leur travail est peut-être honorable, mais pas forcément suffisant pour être qualifié … Et je redis que dans les matières que je connais bien, voire très bien, les auteurs de bonnes thèses sont qualifiés.

        5. Roger

          Calmons nous.

          Peut-être simplement, la pratique de la section est-elle d’examiner un dossier dans sa globalité et non plus uniquement la thèse.

          A défaut, pourquoi le CNU qualifierait-il des candidates ayant soutenu il y a plus de 5 ans, et non qualifiés jusqu’à présent ?

          Je pense que si ma thèse était bonne, mon dossier n’était probablement pas au niveau.

          Répondre
  2. jpbob

    Les candidats non qualifiés ne doivent pas perdre courage et surtout ne pas hésiter pour présenter une nouvelle candidature.

    Lol

    Je dirai plutôt

    Les candidats sont invités à retravailler leurs relations….

    Répondre
      1. philip

        Je le dis aussi ! On le dit chaque année en fait… Le réseau du candidat joue énormément, y compris au stade de la qualification. Il faudrait que le processus de sélection soit au moins en partie anonyme, c’est la seule garantie d’impartialité et d’égalité des chances. Mais malgré les critiques, rien ne change…
        Félicitations quand même aux qualifiés.

        Répondre
      2. jpbob

        C’est de la reproduction sociale….

        L’enseignement à l’université est nullissime…

        Nombre de maîtres de conférences ou de prof n’ont jamais plaidé, rédiger un contrat bref n’ont jamais pratiqué,

        Imaginez un chirurgien qui enseignement la chirurgie et qui n’a jamais opéré….

        Répondre
        1. Pope en bois

          Un troll !

          Malgré notre nullité, indiscutable assurément face à la très haute qualité de ces praticiens ayant étonnament survécu à cette indigence, nous avons conservé quelques bonnes habitudes quant au maniement de la langue française …

          Répondre
          1. jpbob

            Pope en bois: un pistonné!!!!

            Le niveau est extrêmement bas à la fac c’est indéniable…

            Beaucoup de prof sont incapables de gérer un dossier ou rédiger une consultation

            on est loin de Troplong et compagnie….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *