Cher(s) collègue(s)

L’Université fourmille d’usages qui peuvent parfois susciter l’interrogation. L’usage des mails avait fait l’objet d’un précédent billet. La manière de s’adresser à ses interlocuteurs est une autre illustration de l’embrouillamini de ces traditions.

Cher collègue, chers collègues, chère collègue, cher.e.s collègues : il n’est guère évident de connaître la manière d’employer cette expression. Parfois, le cher collègue sera également un cher ami (quand le cher ami sera peut-être néanmoins un collègue) : le collègue n’est donc pas l’ami et réciproquement, tant et si bien que l’expression « cher collègue » peut rapidement sentir le souffre. S’il n’est pas l’ami, le collègue peut-il être réellement « cher », c’est-à-dire une personne « à qui on voue une affectueuse tendresse » ? La familiarité de l’adjectif s’accommode-t-elle de l’appartenance commune à l’Université ?

La position du destinataire peut être utile : si l’on hésite à l’affubler d’un « cher collègue », il est possible de se référer à une qualité pour contourner la difficulté. Le « collègue » peut être Doyen, Directeur, Président, vice-Président, vice-Doyen, co-Directeur, Directeur adjoint : l’Université regorge de titres, mais ces termes ne peuvent toutefois être utilisés que si l’on s’adresse à la personne ès qualité. S’adresser à un enseignant-chercheur en usant de sa qualité de directeur ­– de quelque chose – n’a guère de sens s’il s’agit de lui rappeler une réunion qui n’a rien à voir avec la chose en question.

Le professeur confirmé donnera allègrement du « cher collègue » aux jeunes maîtres de conférences, quand la réciproque ne sera pas toujours vraie, car le destinataire pourrait réfuter être « celui ou celle qui, à l’intérieur d’une institution publique ou privée, est revêtu de la même fonction ou de la même charge » que l’émetteur (Trésor informatisé de la langue française). D’autres considèreront que toutes les personnes à l’Université sont de « chers collègues », qu’ils soient doctorants ou non, personnels enseignants, enseignants-chercheurs, administratifs ou techniques. D’autres établiront une nette distinction entre chaque catégorie, réservant le « cher collègue » aux membres du même rang, le « cher collègue et ami » au co-auteur ou camarade de recrutement, par exemple. Le « cher collègue » peut également être ironique, pour ne pas dire cynique : l’employer serait alors presque une manière de nier à la personne destinataire cette qualification, ou d’introduire poliment une controverse doctrinale (V. par ex. la controverse entre MM. Malaurie et Ghestin : Ph. Malaurie, « Cession d’actions : la réticence dolosive en raison des circonstances. L’affaire Bouygues des Grands Moulins de Paris », note sous Com. 27 fév. 1996, D., 1996, p. 518, où l’auteur « entend aussi critiquer le commentaire qu’en a fait [s]on cher collègue Jacques Ghestin » ; J. Ghestin, « Précisions sur une note de Philippe Malaurie sous un arrêt de la Chambre commerciale de la Cour de cassation du 27 février 1996 », D. 1996, p. 591, où le collègue n’est plus « cher », et où les observations de l’auteur « n’enlèvent naturellement rien à l’estime que je porte aux remarquables qualités intellectuelles de [s]on collègue »).

A défaut d’être « cher », le collègue sera parfois simplement « jeune » : le « jeune collègue » doit alors prendre garde car ce qui peut passer pour une constatation objective de cette jeunesse (dans la vie ou dans la carrière) peut tout autant constituer un discrédit de forme sur tout ce qu’il pourrait dire au fond.

Et si l’expression n’est pas employée, est-ce que cela signifie que l’on conteste la qualité de collègue au destinataire, qu’on le voit davantage comme un ami, ou bien qu’une certaine humilité justifie cette marque de déférence ? Le « jeune collègue » ne devrait-il pas s’abstenir de donner à tous du « cher collègue », ce que l’on pourrait interpréter comme une forme de vantardise malvenue ? Et s’il n’en donne qu’à quelques-uns, quels sont les critères qu’il devrait retenir ? Traditionnellement, il semblerait que la formule soit employée envers des égaux, mais pas envers des supérieurs. Dès lors, employer ou non l’expression « cher collègue » peut devenir un casse-tête, surtout lorsque l’on s’adresse à plusieurs personnes. « Chers tous », « Mesdames, Messieurs », « Madame », « Monsieur », « Chère Madame », « Cher Monsieur », ne sont pas dépourvus d’ambiguïté.

Ce « cher collègue » est décidément bien étrange, et presque antinomique : le collègue, s’il est cher, sera appelé par son prénom, ou par sa qualité d’ami. En réalité, « cher collègue » est souvent, mais pas tout le temps, une locution impersonnelle, employée soit parce que l’on ne connaît pas vraiment le destinataire, soit parce qu’on s’adresse à un ensemble de collègues.

En conclusion, chers lecteurs, il faut peut-être se souvenir de la fin d’un précédent billet : Dieu a créé l’être parfait : l’enseignant-chercheur ; puis le Diable s’en est mêlé et a créé son ennemi : le « cher collègue ».

Pour citer cet article : Jean-Baptiste THIERRY, "Cher(s) collègue(s)," in Sine lege, 19 octobre 2017, http://sinelege.hypotheses.org/3688.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *