Meilleure copie de l’épreuve Droit et Littérature

Maintenant que tout le monde a pu réfléchir – bien plus longtemps que les étudiants concernés qui devaient composer en 1h30 – sur le sujet de l’épreuve Droit et Littérature, voici la meilleure copie : elle a été rédigée par M. Paul VALETTE. Bravo à lui!

 


 

 

L’enfer, sa vie était un véritable enfer…

Marcel Godignol, ébéniste et passionné de Jazz vivait depuis ses plus jeunes années dans la banlieue du Havre, non loin du port. Toute sa vie, il partageait son quotidien avec les odeurs d’un vent marin nauséabond et celle d’une cheminée de la raffinerie voisine. Sa vie triste parfois sans goût, glauque, une vie qui passe, se confondait avec son faciès d’homme plus que banal. Mais depuis quelques temps il correspondait avec une jeune fille, sûrement la vingtaine, il avait quarante-six ans. Cette jeune fille était pour lui un moyen de s’évader de son quotidien fade. Il l’avait rencontrée sur ces fameux sites de rencontre pour célibataire ou plutôt en instance de célibat. Cette relation purement épistolaire, si l’on peut dire, devait le rester de toute façon, Marcel Godignol ayant promis à sa dernière femme sur son lit de mort, qu’il ne connaitrait aucun autre amour. Mais depuis quelques jours, la jeune fille était en Normandie. Marcel Godignol le savait de sources sûres, puisque sur le site de rencontre, l’option géolocalisation de la jeune fille était activée.

Ainsi il n’hésita donc pas à proposer à la jeune fille une rencontre amicale dans les rues du Havre. La jeune fille mit presque une journée à répondre pour lui dire qu’elle n’était pas sûre que ce soit une bonne idée. Monsieur Godignol tenta de la rassurer et il lui fit quelques petites phrases attendrissantes comme un père en ferait à sa fille. La jeune fille proposa donc à Marcel de venir chez lui pour boire une infusion à la myrtille, Marcel proposa par ailleurs un thé, pour mardi à 15 heures…

Infusion ou thé c’était presque pareil, la jeune fille accepta. Monsieur Godignol était ravi. Les jours passèrent, et mardi arriva.

C’était une journée ensoleillée comme il y en a peu au Havre. Marcel Godignol n’avait rien préparé de spécial, si ce n’est une nappe blanche et un gâteau qu’il avait acheté dans une boulangerie voisine. Un gâteau coloré, qui respirait tout sauf la vie que Monsieur Godignol avait connue. Le gâteau était rouge sur les côtés, des fraises surement surgelées établissaient tout un périmètre autour des framboises et autres myrtilles et groseilles. C’était un gâteau aux fruits rouges ou une tarte peut-être bien. La jeune fille venait d’arriver en taxi. Il lui fit son plus beau sourire, le taxi s’éloigna, les voici maintenant seuls, ou plutôt ensemble. Il est 15h, nous sommes Mardi

 

 

Fin N°1: De l’enfer au paradis

 

La jeune fille était très belle, Marcel Godignol ne put s’empêcher de lui dire. Elle fut flattée. Ils s’installèrent dans le salon, Marcel apporta le gâteau et le thé sur un plateau. Il était heureux, sa vie si fade venait d’être éclairée par le visage innocent de la jeune fille. Ils parlèrent de Jazz, c’était leur sujet favori de discussion sur internet. Marcel Godignol expliqua sa vie, ou plutôt raconta cette vie fade, triste, sans omettre le décès de sa dernière épouse. Il s’excusa d’ailleurs quelques minutes pour aller pleurer dans la cuisine. Cette jolie cuisine très coquette, où son épouse lui préparait de si bons repas. La jeune fille entendit les pleurs dans la cuisine et ne put s’empêcher d’aller le voir. Elle lui demanda si tout allait bien, Marcel lui répondit d’un signe de tête. Ils discutèrent longuement dans la cuisine, ils étaient heureux, la jeune fille raconta son enfance difficile, de foyer en foyer, elle n’avait pas connu sa mère, morte en couche et son père n’avait jamais donné aucun signe de vie. Marcel Godignol ne disait rien. La jeune fille appela son taxi, elle venait de gagner un ami. Marcel Godignol venait faire connaissance avec sa fille.

 

Fin N° 2: De l’enfer à l’enfer

 

La jeune fille était très belle, Marcel Godignol ne put s’empêcher de lui dire. Marcel Godignol était très heureux de lui faire visiter sa maison. Il complimenta de nouveau la jeune fille, elle rougit. Il lui proposa de s’installer dans la cuisine, sur la table sur laquelle il mange habituellement. La discussion n’était pas aussi simple que sur internet. Marcel Godignol n’est pas quelqu’un de très à l’aise, il n’a pas l’habitude de parler sa dernière épouse le lui reprocha

La jeune fille elle n’avait aucune difficulté pour s’exprimer. Marcel Godignol n’était pas à l’aise, un homme et une femme, dans une cuisine. Cela lui rappela la mort de sa dernière épouse. En effet Marcel Godignol avait tué sa femme dans cette même cuisine il y a quelques années. Étant ébéniste de métier, il l’avait découpée comme une vulgaire planche de bois à l’aide de ses outils contondants. Cette femme aussi il l’avait rencontré sur Internet, son dernier amour disait-il. La jeune fille ignorait la part d’ombre de son hôte, elle ne pouvait s’en douter.

La porte de la cuisine se referma, le travail de l’ébéniste pouvait commencer, sa huitième œuvre venait de se livrer elle-même en enfer. Une musique de Jazz accompagnait son travail, le dessein tragique de la jeune fille…

Marcel Godignol était ébéniste. L’enfer, sa vie était un véritable enfer. Enfermé dans ses tourments, il ne trouvait de réconfort que dans la mort de ces femmes. Sa vie était moins fade.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *