Denial – Le Procès du siècle : M. Jackson

Adaptation de l’ouvrage de Deborah Lipstadt, History on Trial: My Day in Court with a Holocaust Denier, Denial (Le Procès du siècle) est un film réalisé par Mick Jackson, sorti en 2006. Il retrace le procès en diffamation, intenté en Angleterre, par David Irving, dénoncé comme un négationniste par Deborah Lipstadt dans l’un de ses ouvrages.

Le film retrace les 22 jours d’audience, en suivant l’équipe de défense, conséquente, de Deborah Lipstadt, incarnée par Rachel Weisz. Irving décide au contraire de se défendre seul, renforçant ainsi incidemment l’idée selon laquelle il serait victime d’un complot sioniste. Grave erreur, puisqu’il sera immédiatement berné par les avocats de la défense lors du choix de la procédure. Craignant beaucoup la présence d’un jury populaire, la défense souhaite voir le litige tranché par un juge, supposé moins perméable aux insinuations fallacieuses du demandeur. L’avocat réussit alors à convaincre Irving de l’opportunité de se passer d’un jury, faisant appel à son orgueil, en expliquant que ses thèses « savantes » ne sauraient être laissées à l’appréciation d’« ignorants ». Commençons par la fin, sans pour autant ruiner la surprise : la défense et la vérité l’emportent. Le déséquilibre des forces en présence n’est pas renversé, Goliath – Deborah Lipstadt et son équipe de défense, contrainte de faire une levée de fonds – renverse David – ironiquement incarné par Irving l’antisémite.

Le film est d’abord intéressant en ce qu’il donne à voir un procès différent des habituels procès états-uniens, plus en vogue à l’écran. L’héroïne est elle-même confrontée à une autre culture judiciaire : elle s’étonne d’avoir à démontrer que ses propos sont fondés, quand, aux Etats-Unis, ce serait au demandeur de démontrer la fausseté des allégations. Le procès intenté par Irving se retourne contre lui et devient le procès du mensonge, du complot et de la haine à peine dissimulée. Tout l’art de la défense sera de démontrer l’antisémitisme d’Irving, d’une part, et l’existence des crimes contre l’humanité commis à Auschwitz, d’autre part.

Dénonciation de la haine. Une force du film est de montrer les fondements haineux sur lesquels reposent les thèses négationnistes. Le négationnisme n’est pas que la manifestation d’un prétendu doute historique, mais est conduit sur une logique de haine d’autrui. L’antisémitisme de Irving se double de sexisme et de racisme. Irving incarne le mal, ce que montre la doublure rouge de sa veste de costume, et ne réussit pas à dissimuler qu’il est en réalité un admirateur des thèses nazies. Ceci sera démontré par l’exploitation de son journal intime, immense, dans lequel la défense trouvera un passage où il raconte avoir appris une chanson raciste et extrémiste à sa jeune fille. Mais cette seule haine – et c’est tout l’intérêt du procès – est insuffisante en elle-même à justifier la dénonciation de son négationnisme. Comme il est dit dans le film, il peut y avoir d’honnêtes antisémites, sincères, qui n’exprimeraient qu’une opinion, d’où l’importance de la démonstration de la manipulation des faits par le négationnisme. Le juge, directeur du procès, attaché non à la défense d’une thèse mais à l’application des principes juridiques, le rappelle. La question qu’il pose à la défense montre qu’il est attaché à la liberté d’expression. Lorsque la défense essaie de démontrer l’antisémitisme du demandeur, le juge intervient alors : « si quelqu’un est antisémite, antisémite et extrémiste, il peut tout à fait être sincèrement antisémite. Il a ces opinions et exprime ces opinions car ce sont là ses opinions ». Ainsi, dans un premier temps, le juge ne semble pas persuadé de l’importance de la démonstration de l’antisémitisme du demandeur, même si, dans sa décision, il y fera référence.

Dénonciation de la falsification. Sur la réalité de la Shoah, la force de l’équipe de défense est de ne pas la prendre pour acquise et, au contraire, d’en démontrer, une fois de plus, l’existence. La question de la preuve est évidemment au cœur du procès. Comment prouver l’impensable ? Comment prouver l’extermination des juifs, dont le caractère inimaginable renforce paradoxalement la thèse négationniste ? L’avocat est obsédé par cette preuve, il accomplit un travail d’enquête minutieux en se rendant à Auschwitz, quitte à ne pas paraître respectueux, pour démontrer rationnellement que les propos d’Irving ne reposent sur aucune base factuelle suffisante. Car il faut démontrer que Irving n’est pas seulement un historien négligent – la bonne foi est qualifiée par la défense de « bombe atomique » –, mais bel et bien un faussaire de l’histoire. Le procès n’est donc pas mémoriel et pose au contraire de réelles questions criminalistiques. Irving se pose en historien autodidacte et prétend fonder ses assertions sur l’absence d’éléments prouvant l’existence des chambres à gaz. La rhétorique du complot est bien connue : les chambres à gaz ayant été dynamitées, il serait impossible de déterminer leur fonction ; la parole des rescapés ne serait pas une preuve suffisante, faute pour eux d’être allés dans les chambres à gaz. Par ces interrogations faussement naïves, que l’on retrouve régulièrement, et la victimisation de celui qui se prétend ostracisé par la pensée dominante (Irving va jusqu’à dire qu’être qualifié de négationniste est « une étoile jaune verbale »), il ne s’agit que de dissimuler grossièrement un discours de haine sous l’exercice de la liberté d’expression. Il faut donc déconstruire la logique du complot pour démontrer, minutieusement, la réalité des crimes commis. Pour y parvenir, il faut refuser d’entrer dans le jeu démagogique proposé par les négationnistes, en refusant de faire témoigner les rescapés, à la fois pour les protéger et pour rester dans une défense fondée sur la raison plus que sur l’émotion. La confiscation de la parole des rescapés de la Shoah, et même de la parole de Deborah Lipstadt, est en réalité un moyen de laisser la place à la sérénité de l’audience et de la décision. L’une des forces du film est d’alerter le spectateur sur le danger du complotisme : on ne peut qu’être marqué par l’étalage de moyens, de puissance, juridique et monétaire, pour faire triompher la vérité. Le combat contre l’ignorance doit être acharné.

Confrontation culturelle. A côté de cette confrontation entre la dénonciation de la Shoah par Deborah Lipstadt et sa négation par Irving, se déroule une autre confrontation entre deux cultures judiciaires. Bien que non juriste, Deborah Lipstadt connaît le fonctionnement de son système judiciaire. Elle s’étonne de la différence entre le sollicitor et le barrister, d’avoir à rapporter la preuve de la vérité de ses allégations, quand aux Etats-Unis Irving aurait dû démontrer leur fausseté. Deborah Lipstadt doit se départir de ses préjugés et apprendre à faire confiance à des hommes de loi dont elle ne partage que la langue, et à un système judiciaire empreint de traditions dont elle ignore tout. Cette confrontation est montrée dans deux scènes opposées : l’ouverture et la fermeture du procès. Lorsque le juge entre le premier jour dans la salle d’audience, entouré de tout l’apparat judiciaire, tout le monde s’incline devant lui. Deborah Lipstadt refuse : « Je suis américaine. Tout mais pas de révérence ». Mais à la fin du procès, lors de la lecture du verdict, elle fait la révérence. Se soumettant symboliquement à l’autorité du juge, elle se soumet à la vérité judiciaire qu’il proclame : le respect des règles du jeu entraîne l’acceptation de la décision. La confrontation avec le système judiciaire de common law est également celle du spectateur qui n’est pas nécessairement familier de cette procédure. Le choix entre une procédure avec ou sans jury est ainsi étonnant. Au-delà de l’aspect stratégique, la procédure sans jury garantit surtout un jugement écrit : la motivation de la décision occupe alors un rôle essentiel dans le verdict rendu. Elle est fondamentale pour les parties au procès, mais également pour le public. Comme cela est souligné, cette motivation enrichir le dispositif de la décision. Autrement dit, la décision ne se résume pas à savoir qui a eu raison, mais pourquoi la défense a eu raison, et cette motivation reste gravée et accessible au public.

Ce public n’est au courant de l’audience que par les comptes-rendus de la presse. Le rôle de la presse est très important, et le procès se fait également hors les murs. Même si les avocats de la défense rappellent à leur cliente qu’une seule personne compte, le juge, l’importance des journalistes dans la stratégie du demandeur apparaît lors d’une scène où les débats prennent fin à 15h56, permettant à la presse de s’emparer, in extremis, de propos de Irving, les faisant ainsi accéder à la légitimité. Voici le risque du procès : donner une crédibilité aux thèses négationnistes en les mettant sous les projecteurs. Certains préconisent d’ailleurs le recours à la transaction, pour éviter toute publicité supplémentaire. Mais la fierté de Deborah Lipstadt s’oppose à ce choix de facilité. Le film, comme le procès, est le refus d’un piège : celui de la provocation. Deborah Lipstadt doit rester sereine et faire confiance à ses avocats. Elle doit faire appel à sa propre raison pour ne pas tomber dans l’émotion, pour ne pas perdre de vue l’objectif du procès. Cette confiance doit être presque aveugle, comme le montre l’une des particularités du procès : le secret. Lorsque le juge a rédigé sa décision, le verdict est communiqué aux avocats, qui ne peuvent en aucun cas le porter à la connaissance de leur client. Deborah Lipstadt est donc dans l’ignorance quand Irving, qui est son propre défenseur, le connaît.

Acteurs. Le juge occupe un rôle secondaire à l’écran, mais fondamental pour l’intrigue. Or, le raisonnement judiciaire est difficile à mettre en scène. On le voit quelquefois à l’écran, mais il faut bien convenir que filmer un processus de réflexion n’est guère évident. On se souvient de Toutes nos envies, de Philippe Lioret (2011), où deux juges discutent de la meilleure manière de rédiger une question préjudicielle. En littérature, c’est le beau roman de Ian McEwan, L’intérêt de l’enfant, qui fait un parallèle intéressant entre la rédaction de la décision et la démarche artistique, où l’écriture juridique est comparée à une performance musicale. Dans Denial, c’est la succession de plans sur le juge, son stylo, son thé – inévitable – qui relate cette rédaction : ces plans successifs ne servent toutefois pas à montrer le raisonnement à l’œuvre, lequel résultera de la lecture de la motivation, mais à amplifier le suspense pour mettre le spectateur dans la même position d’attente que les protagonistes du procès.

Les autres protagonistes retiennent évidemment l’attention. Les avocats d’abord, sont des personnages importants : ambitieux, attachés à la défense de la liberté, consciencieux, drôles (« Un procureur très célèbre m’a dit il y a longtemps qu’on devenait bien meilleur avocat après quelques verres »). Bien entendu, l’héroïne est au cœur du film : universitaire, on la voit transmettre ses connaissances et ses convictions, apprendre avec humilité à garder le silence pendant le jeu judiciaire dont elle ignore les règles. Le réalisateur montre ainsi comment la connaissance se construit : elle n’est pas le produit d’un discours idéologique, même si elle peut conforter une croyance idéologique. A la différence d’Irving, c’est en démontrant et en argumentant que Deborah Lipstadt est renforcée dans ses convictions. La controverse que cherche Irving n’est que de la démagogie puisqu’il n’apporte rien d’autre que des spéculations qu’il construit en fonction de ses opinions. Son approche n’a qu’un vernis scientifique qui ne résiste pas à la rigueur scientifique de Deborah Lipstadt, comme ses avocats le lui diront : « on a plaidé, mais c’est le livre ».

Polysémie. Il faut entendre le titre français du film – Le Procès du siècle – au sens figuré. Il ne s’agit pas du procès le plus important du siècle – lequel serait sans doute celui de Nuremberg – mais du procès d’un siècle, du procès de l’histoire. Cette relation entre vérité historique et vérité judiciaire est bien évidemment au cœur du film. Peut-on juger le travail d’un historien ? Deborah Lipstadt en doute elle-même, comme elle l’avouera à la fin (« J’étais tout sauf sûre qu’un tribunal était idéal pour enquêter sur la vérité historique », dira-t-elle en conférence de presse). Mais la décision judiciaire permet, par le biais du procès en diffamation, de figer cette vérité (« On ne peut pas mentir et escompter ne pas en être responsable. Les opinions ne se valent pas toutes et il s’est passé des choses. […] Il y a eu l’esclavage. Il y a eu la peste noire. La terre est ronde. Les pôles fondent et Elvis n’est plus vivant »). Le procès n’est donc pas celui de la liberté d’expression, mais du mensonge et de la haine qu’il sous-tend. La décision condamne les mensonges d’Irving : « la falsification de l’aspect historique était délibérée et […] Irving a été mû par le désir de présenter les événements conformément à ses convictions idéologiques, quitte à ce qu’il y ait déformation et manipulation de la vérité historique ». La liberté d’expression est ainsi rappelée, tout comme son corollaire : la responsabilité.

Le titre original – Denial – est également intéressant et riche de sens. Il ne s’agit pas que du négationnisme, il s’agit également du déni d’Irving qui, condamné, persiste dans ses opinions, quitte à expliquer que le jugement lui est en partie favorable. La limite du droit est ainsi montrée : la solennité, la publicité et l’importance de la décision sont impuissantes à modifier les opinions. Fixer la vérité n’empêchera malheureusement pas sa falsification.

Pour citer cet article : Jean-Baptiste THIERRY, "Denial – Le Procès du siècle : M. Jackson," in Sine lege, 11 juin 2018, https://sinelege.hypotheses.org/3829.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.