La ballade des dangereuses. Journal d’une incarcération: D. Hermans, A. Hermans, V. Zézé

L’ouvrage de Delphine et Anaële Hermans et Valérie Zézé vient s’ajouter à la liste des bandes dessinées sur la prison (v. ici pour les billets traitant de BD). Il s’agit d’une bande dessinée consacrée à l’incarcération d’une femme. Le récit est celui d’une énième incarcération de l’héroïne, en raison d’un vol. Cette femme lettrée, intelligente, polyglotte, subit l’exécution de sa peine d’emprisonnement en Belgique. Elle est confrontée, une fois de plus, à la solitude de la prisonnière, à l’absurdité du fonctionnement de l’administration pénitentiaire, au comportement de ses codétenues, à la résignation, la rébellion, l’envie de la réinsertion. Habituée de la prison, Valérie Zézé en connaît le fonctionnement, les coutumes, l’ensemble des règles non écrites qui rythment les journées. Elle impose sa loi, aide au besoin ses codétenues, marque rapidement son territoire.

De nombreuses règles pénitentiaires sont vécues comme une injustice : « Il y a tant de raisons d’être en colère en prison, l’une succède à l’autre sans vous ayez digéré la première » (p. 106). Un florilège de décisions absurdes est montré au lecteur. Cette répétition de vexations entraînera une douce révolte : Valérie Zézé adoptera une coiffure rasta colorée, manière pour elle d’exprimer son désaccord, ce qui entraînera plusieurs codétenues à adopter la même coiffure. Le livre est l’occasion de montrer la violence de la détention, qui apparaît comme un maigre palliatif dans la gestion de personnes en situation de précarité. Valérie Zézé a pourtant une chance importante : celle d’avoir un fils, qui la ramène le plus souvent possible vers la possibilité d’un bonheur à l’extérieur (tout en lui apportant des stupéfiants lors des visites). Le livre réussit à montrer, chose difficile, que la réinsertion est un chemin tortueux, parsemé d’obstacles : les barreaux de l’échelle sont franchis laborieusement et le moindre écart entraîne une chute.

La lecture, la religion ou le travail apparaissent comme de petits instants de liberté. Le dessin fait la part belle aux allégories : juges incarnés par des pigeons, détenue enfermée dans une cage… Le dessin ne cherche pas le réalisme : sa légèreté accentue l’attention portée aux personnages et il ne se détourne presque jamais des visages toujours dessinés en gros plan. Cette ballade est un récit sensible et délicat, qui s’intéresse avant tout au parcours de son héroïne plutôt qu’à la prison. Il ne s’agit donc pas, à proprement parler, d’une bande dessinée carcérale, puisqu’il ne s’agit pas pour les auteurs de décrire la prison. La prison n’est qu’une étape dans la vie de Valérie Zézé, difficile, souvent injuste, mais nécessaire dans son parcours. Il ne s’agit pas d’une dénonciation de la privation de liberté, mais d’un récit équilibré qui ne perd jamais de vue son sujet : le chemin vers la réinsertion de Valérie Zézé. Le livre ne se termine pas à proprement parler : la vie de Madame Zézé ne se termine pas parce qu’elle sort de prison.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.