Juge avec les stars

La quiétude dominicale de ce 23 septembre a été troublée chez les juristes en général, et les pénalistes, en particulier. La cause ? La prochaine diffusion, le 1er octobre, d’un téléfilm réalisé par Yves Rénier – Jacqueline Sauvage : C’était lui ou moi – adapté du livre de Jacqueline Sauvage, que l’on ne présentera pas ici faute de l’avoir lu, Je voulais juste que ça s’arrête. Jacqueline Sauvage y est incarnée par Muriel Robin. La promotion du téléfilm s’accompagne d’un manifeste annoncé par le Journal du Dimanche, contre les violences conjugales, porté par Muriel Robin et signé par 87 personnalités publiques. Au titre des propositions, on trouve, la nécessité de « faire évoluer la médiation pénale, en imposant à l’agresseur une interdiction d’approcher le domicile de l’agressée », ce qui est doublement étonnant, puisque la mesure est déjà prévue à l’article 41-1, 6° du code de procédure pénale, d’une part, et que la sévérité du manifeste aurait pu faire pencher la balance pour l’exclusion de la médiation pénale dans l’hypothèse des violences conjugales, d’autre part. On trouve également la proposition de « repenser la loi sur la légitime défense » pour permettre une légitime défense différée et non proportionnée, sans pour autant « donner le droit aux victimes de se faire justice elles-mêmes ». Ainsi serait réglé le drame des violences conjugales évoqué au début du manifeste, et dont personne ne songe à contester la réalité.

Au-delà de propositions plus qu’hasardeuses, de la concomitance entre la sortie du téléfilm et ce manifeste et d’une vision très parcellaire de l’affaire Sauvage, au-delà des inexactitudes juridiques du manifeste, qui desservent la nécessité d’améliorer la détection et la lutte contre les violences conjugales en préconisant une solution dangereuse (dont on voit mal pourquoi elle devrait être cantonnée aux violences conjugales, puisque des personnes vulnérables victimes de violences pourraient avoir la même argumentation), le problème soulevé est, encore une fois, celui de la prévalence de la démagogie sur la réflexion approfondie. Puisque la cause est juste – la défense des victimes de violences conjugales – il ne peut être question de se moquer. Pourtant, les moqueries étaient bien réelles qui ont fait suite à la réception de Kim Kardashian par Donald Trump pour évoquer une réforme pénale. Il n’y a pourtant pas de différence fondamentale entre les deux situations : une juste cause, une personnalité médiatique. Les pouvoirs publics n’y sont d’ailleurs pas insensibles et l’on se souvient qu’une commission de réflexion sur la prescription des infractions de nature sexuelle a été confiée à une animatrice de télévision. La chose n’est pas nouvelle après tout et elle a donné lieu par le passé à de grandes et belles mobilisations et évolutions de notre droit si l’on songe, par exemple, au manifeste des 343 salopes.

Il ne saurait être question ici de retirer à ces personnalités le droit de s’exprimer sur des problèmes sociaux importants. Il est au contraire intéressant de voir que des personnalités publiques s’impliquent et s’engagent : le droit n’a pas à être réservé aux seuls juristes. Ce qui laisse en revanche perplexe, c’est la médiocrité de ces interventions. Un esprit chagrin la relirait à la qualité du téléfilm concerné, dont on voit bien qu’il ne fera pas dans la dentelle et qu’il risque de prendre de grandes libertés avec le droit, même si son réalisateur a incarné pendant de nombreuses années un célèbre commissaire ! Un jour viendra peut-être où une fiction française de qualité et grand public pourra alerter sur les difficultés quotidiennes rencontrées par l’institution judiciaire – entendue largement –, sur la prudence qui doit être celle du législateur ou bien encore sur la délicate application des règles juridiques. Elle pourrait éclairer les spectateurs sur le rôle des acteurs de la procédure et, pourquoi pas, des enseignants-chercheurs en droit (même s’il ne faut peut-être pas trop espérer). La chose est possible et l’espoir est permis : la culture populaire a un rôle évident à jouer pour faire évoluer la culture juridique. En attendant, il faudra se contenter d’une énième fiction inspirée de faits réels sans prise aucune avec la réalité.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.