The Outsider : S. King

Le dernier roman de Stephen King, The Outsider, signe le retour du maître de l’horreur. Une fois n’est pas coutume, le fond de l’histoire repose sur une trame juridique. Suite au meurtre sauvage d’un jeune enfant, un homme est rapidement suspecté : il s’agit de Terry Maitland, professeur d’anglais et entraîneur respecté de l’équipe locale de baseball. Formellement identifié par de nombreux témoins, confondu par ses empreintes génétiques, l’homme est arrêté d’une manière spectaculaire, au cours d’un match de baseball. Sa réputation ruinée et les preuves accablantes réunies par les enquêteurs ne l’empêchent pas de clamer son innocence. Le flegme qu’il oppose aux enquêteurs est perçu comme une insulte à l’évidence de sa culpabilité.

Les lecteurs seront heureux de retrouver Holly Gibney, l’une des héroïnes de la trilogie Mr Mercedes. Tout le savoir-faire de Stephen King est à l’œuvre dans ce roman haletant, « page turner » effrayant où l’auteur réussit, en deux phrases, à instiller l’angoisse chez le lecteur jusqu’à lors confortablement installé dans un genre familier : le roman policier. Si Stephen King pouvait sembler moins habitué aux codes du polar, il faut bien reconnaître qu’il l’aborde avec intelligence et efficacité. Les premières pages égrènent les procès-verbaux d’interrogatoires et forgent très rapidement la conviction des enquêteurs et du lecteur. Sans dévoiler le fond de l’histoire, qu’il soit tout de même permis de mentionner un élément marquant. Pour renforcer le réalisme et la crédibilité de son histoire, Stephen King brouille habilement la frontière entre la fiction du récit et la réalité du lecteur, en faisant simplement référence à Harlan Coben. Ce clin d’œil, qui n’avait a priori rien de nécessaire pour la suite du récit, remplit deux fonctions principales. Il lui sert d’abord à ancrer son récit dans le réel : en visant un vrai écrivain, vivant, que les lecteurs de King ont sans doute lu, ce renvoi permet de renforcer la vraisemblance de l’histoire. Il lui sert ensuite à annoncer au lecteur que son propre récit sera parsemé de rebondissements : même sans avoir lu Harlan Coben, le lecteur connaît sa réputation et s’attend donc inconsciemment à ce que le récit de King qui y fait référence soit, en quelque sorte, contaminé par le suspense de Coben. L’astuce n’est pas propre à Stephen King : Michael Connelly le fait très bien, d’une manière un peu différente, dans ses romans consacrés à Harry Bosch. Dans Two Kinds of Truth (2017), un bref passage permet à Connelly de laisser entendre à son lecteur que ce qu’il lit est peut-être réel, et à brouiller les pistes entre la fiction et la non-fiction. Il s’agit d’un dialogue téléphonique entre Harry Bosch et son demi-frère avocat, Mickey Haller. Mickey Haller est le héros de The Lincoln Lawyer, roman adapté au cinéma par Brad Furman en 2011, où le personnage est incarné par Matthew McConaughey.

« “My brutha from another mutha, what’s wrong ? DUI ?” Haller was fond of the line and said it every time, always employing a half-assed impression of the Texas-bred Matthew McConaughey, the actor who had played him in a movie six years earlier »

Ainsi, le statut réaliste du personnage fictionnel de Mickey Haller sort renforcé de cette référence à l’acteur, tout aussi réel, l’ayant incarné au cinéma : le film est érigé en adaptation, non d’un roman, mais bien de faits réels.

Pour en revenir à The Outsider, le roman présente l’originalité de reposer en grande partie sur le droit – la procédure pénale – et ses acteurs – un procureur et un avocat. King joue alors avec les défauts ou l’ironie attribués habituellement aux avocats (envers lesquels il exprimait déjà une méfiance dans Ecriture, mémoires d’un métier). Ainsi, quand son procureur apparaît d’abord concerné par sa réélection, son avocat est plus disposé à croire l’invraisemblable, voire l’indicible : « I’m a defense lawyer, son. I can believe anything ». Tout autant que les références à Harlan Coben, le fait d’inclure des professionnels du droit et une procédure dans le récit en renforce la crédibilité et le réalisme. Utiliser le droit comme une trame narrative pour accentuer le suspense et s’assurer de la captivité du lecteur était, au vu de la suite de l’histoire qu’on ne révèlera pas ici, une gageure. Le défi a été relevé et remporté haut la main.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.