Mortelle défense : B. Meltzer

Traduisant maladroitement Dead Even, Mortelle défense est le deuxième roman de Brad Meltzer, paru en 1998. L’histoire est celle d’un couple : le mari, Jared, est un avocat exerçant au sein d’un grand cabinet où il espère devenir associé ; l’épouse, Sarah, est également avocate mais a démissionné du cabinet où elle exerçait et intègre le bureau du procureur. Malheureusement pour elle, à peine arrivée, elle est sous la menace d’un licenciement, la municipalité ayant annoncé d’importantes coupes budgétaires : elle doit donc rapidement faire ses preuves. En rusant, elle obtient un dossier a priori anodin. Las, la personne poursuivie pour vol choisit d’être défendue par son époux. Jared et Sarah se retrouvent donc opposés dans cette procédure. Pour éviter le conflit d’intérêts évident, et ne pas préjudicier à la carrière de son épouse, Jared accepte de ne pas s’occuper du dossier. C’était sans compter sur la mécanique de Meltzer : le client menace son avocat des pires tourments – et notamment de tuer son épouse – s’il lâche le dossier. De son côté, Sarah subit également des pressions : un individu mystérieux menace de tuer… son époux si elle ne s’occupe pas du dossier. L’affrontement du couple rejaillit sur leur vie privée : chacun se doit de gagner le dossier, ignorant les menaces qui pèsent sur l’autre.

Comme dans d’autres romans de Brad Meltzer, la mécanique du complot est un peu grossière. Dans Délit d’innocence (The Tenth Justice), c’est un chantage qui met un assistant de la Cour suprême dans une position intenable. Dans Chantage (The First Counsel), la logique complotiste est la même qui concerne cette fois un conseiller de la Maison blanche (Sur ces romans : J.-B. Thierry, « Carnets de lectures », Lexbase Pénal, no 8, 20 sept. 2018). Dans Jeu mortel (The Zero game), c’est un assistant parlementaire qui est concerné. La logique est toujours la même et les intrigues tourneraient cours si les personnages se rapprochaient rapidement des autorités au lieu d’essayer de s’en sortir seuls.

Malgré ces reproches, l’un des intérêts de Mortelle défense est de confronter, par ses deux héros, deux visions de la justice. Poursuites et défense pénales sont intimement associées puisqu’elles sont personnifiées par un couple : à la défense, le talent et la rigueur de Jared, aux poursuites le culot, la hargne et la soif de justice de Sarah. Poursuites et défense pénales sont les deux faces d’une même pièce, indissociables mais opposées. La relation entre les deux héros n’en est que plus difficile : « – Alors tu m’aimeras même si je deviens substitut du procureur ? » demande Sarah à son époux, comme si le fait de rejoindre le camp adverse ne pouvait que détruire leur couple. L’opposition professionnelle rend leurs discussions souvent tendues : chacun détient sa vision de la procédure juste et les avocats en prennent pour leur grade. « C’est ça le problème avec les avocats. Tout ce qui vous intéresse, c’est de sauver votre client. Nous, les procureurs, sommes les seuls à rechercher la vérité ». Celui qui rejoint les bancs de l’accusation change de nature : « – Tu n’es plus avocate. A partir d’aujourd’hui, tu es substitut du procureur. – Ce qui veut dire que je ne suis plus juriste ? ». Meltzer, diplôme de la faculté de droit de Columbia, en profite pour jouer sur le déroulement de la procédure, la recherche des preuves, les audiences, et montre un système juridique atrophié où il s’agit principalement de gérer des flux de dossiers. Toute ressemblance avec un autre système procédural ne serait que fortuite.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.