Un colloque, qu’est-ce que c’est?

La question semble incongrue : les universitaires savent tellement bien ce qu’est un colloque qu’ils semblent parfois atteints de « colloquite » aigue et l’on ne compte plus les manifestations scientifiques, quelles que soient les disciplines. Toutes ont leurs règles, plus ou moins officielles : l’on prendra soin, pêle-mêle, de commencer en retard, en respectant le célèbre quart d’heure [aixois-bordelais-lorrain-lyonnais-parisien-toulousain] de retard, de renvoyer à sa contribution écrite si l’intervention orale a été terminée dans le train (des différences sensibles peuvent alors apparaître le moment venu mais personne ne s’en souviendra), de ne pas respecter le temps imparti en le dépassant allègrement au risque de voir le traiteur en charge du buffet débarquer pour s’alarmer de la conservation des aliments, de se moquer des mauvaises interventions, de remercier les organisateurs tout en soulignant la difficulté du sujet qu’ils ont bien voulu confier à l’intervenant, de regretter d’être [le premier, le dernier, le premier après le déjeuner, le dernier avant le déjeuner] à prendre la parole, de se dissimuler derrière l’écran d’ordinateur pour faire semblant de prendre des notes alors qu’il s’agit de répondre aux mails en retard, de souligner l’originalité du plan en trois parties choisi, et, évidemment, de laisser les doctorants accéder au buffet.

La technique du buffet, via GIPHY

Le « colloque » est en réalité un raccourci, puisqu’il peut être question, sans souci d’exhaustivité, de congrès, de colloque, et même de colloquium, de conférence, de workshop, de table-ronde, d’atelier, de journée d’études, de soirée d’études, de séminaires, de symposium, d’entretiens, d’assises, voire de rencontres ou de petits-déjeuners, et même de « webinar » si le tout se fait en ligne. Les différences sont subtiles, comme le montre le Trésor informatisé de la langue française : le congrès est une « assemblée de personnes appartenant à un même pays ou de pays différents, qui se réunissent pendant une courte période pour délibérer sur un sujet commun » ; le colloque est une « réunion de spécialistes en nombre plus ou moins limité convoqués pour discuter et confronter leurs informations et leurs opinions sur un thème ou un domaine donné » ; la conférence est une « assemblée de personnes qui discutent d’une ou plusieurs questions d’importance » ; le workshop supposerait une participation actives des personnes présentes, la table-ronde (qui ne l’est presque jamais) est une « réunion, conférence traitant de questions politiques, scientifiques, professionnelles ou syndicales, dans laquelle les participants discutent à égalité des problèmes d’intérêt commun et généralement litigieux en vue de trouver des points d’accord » ; l’atelier renverrait davantage au lieu « où plusieurs élèves travaillent sous la direction d’un artiste », un symposium est une « réunion de spécialistes (philosophes, scientifiques, etc.) consacrée à des échanges sur un sujet particulier » ; quand les entretiens renvoient à des « conférences entre savants ou spécialistes ayant, au moins à l’origine, un caractère de simplicité ». Difficile de s’y retrouver ! L’importance de la manifestation n’est pas neutre : si elle se déroule sur plusieurs jours, il sera davantage question de congrès ou de symposium ; si les intervenants sont peu nombreux, on préfèrera conférence ou journée-soirée-matinée-après-midi d’études ; si l’on veut faire croire que le public pourra participer, il faudra privilégier table-ronde, workshop ou atelier, etc. Finalement, il s’agit de permettre à des intervenants d’exposer le fruit de leurs recherches et réflexions sur un sujet donné, en permettant l’échange des points de vue, ce que les juristes ont l’habitude de clore par des synthèses, voire des rapports conclusifs.
Ces manifestations multiformes sont aussi intéressantes pour ce qui y est dit à la chaire que pour ce qui se dit en dehors : l’intérêt du colloque va souvent bien au-delà de la seule communication ; des amitiés, voire plus si affinités, et inimitiés y naissent ou y meurent ; des projets s’y mettent en place ; des contacts sont pris ; des villes sont visitées et des bouteilles, éclusées (le colloque a d’ailleurs été défini comme un « évènement thématique qui précède un cocktail. Facteur de rassemblement de copains juristes »).

Payants, gratuits, passionnants, ennuyeux, décevants ou stimulants, les colloques semblent de plus en plus marqués par une autre caractéristique : leur nombre. Il faut peut-être y voir un effet de l’amélioration de la communication, mais rares sont les semaines où un colloque n’a pas lieu. Consulter Calenda peut vite donner le tournis et, pour ne parler que du droit, M. Gilles Dumont indiquait récemment que pour 2018, ce sont pas moins de 1 357 actualités scientifiques qui ont été annoncées sur le site univ-droit, portail universitaire du droit (dont un grand nombre de publications). Il faut ajouter à ces manifestations universitaires celles qui sont organisées par les étudiants, qui n’ont souvent rien à envier aux premières.
Cette vitalité est impressionnante et démontre, s’il en était besoin, que l’Université est un lieu de circulation et d’extériorisation du savoir. Elle a plusieurs explications : le colloque est un instrument – voire une obligation – de valorisation qui démontre le dynamisme d’un chercheur, d’un laboratoire, tant et si bien que quantité semble parfois rimer avec qualité. Le problème reste toutefois que les universitaires profitent en réalité assez peu de cette richesse et de cette diversité. Ils n’assistent le plus souvent qu’aux colloques où ils interviennent et la possibilité de se libérer pour une manifestation reste exceptionnelle : elle suppose de n’avoir pas d’autres obligations et, lorsque le colloque est loin, de réussir à financer cette participation, ce qui s’apparente parfois à un parcours du combattant. Il est heureusement souvent possible d’avoir une retransmission vidéo – certaines universités prévoient une captation des débats – ou audio – par des initiatives comme celle de Lexradio – mais il en va des colloques comme des concerts ou rencontres sportives : rien ne remplace le live. Certains utilisent le livetweet mais s’exposent alors à passer pour des auditeurs peu attentifs aux propos des intervenants. Heureusement, nombre de ces manifestations donnent par la suite lieu à des publications.

Le livetweet, un exercice difficile, via GIPHY

Une autre caractéristique des manifestations universitaires est la professionnalisation. Pas celle des collègues dont certains peuvent être fréquemment sollicités en raison de leur expertise, mais bien celle des intervenants non universitaires qui paraissent de plus en plus présents lors de ces manifestations. Le droit est peut-être plus concerné par ce phénomène que d’autres disciplines. Rien de choquant a priori puisque le colloque peut justement être une manière de voir comment le droit est appliqué au quotidien, quels sont les problèmes concrets rencontrés par les magistrats, notaires, avocats, huissiers, policiers, gendarmes, etc. Mais s’agit-il encore de colloques universitaires lorsqu’il ne s’agit pour l’université que de récolter l’avis de praticiens (d’où peut-être le développement des « regards croisés ») ? Y a-t-il une spécificité liée à l’université lorsque les intervenants viennent davantage livrer une vision de leur pratique professionnelle plutôt qu’une réflexion fondée sur des recherches ? Y a-t-il un débat doctrinal lorsque les propos s’inscrivent davantage dans la subjectivité d’une pratique professionnelle ? L’universitaire est censé se démarquer de ces approches puisque son approche n’est pas catégorielle mais plus générale. La présence d’un notaire ou d’un juge peut certes éclairer différemment une approche souvent jugée trop théorique, mais peut-être ne faut-il pas perdre de vue la finalité d’un colloque universitaire : construire un savoir à partir d’une méthode. Il ne faut certes pas bannir les non-universitaires des manifestations universitaires, mais l’on peut parfois s’étonner de cette appétence des chercheurs pour les praticiens, qui peut ressembler à une forme de légitimation de la recherche. Le mouvement est à sens unique : du côté des manifestations organisées par les professionnels, les universitaires, dont les considérations sont sans doute jugées trop éloignées des implications immédiates pour mériter l’intérêt, sont moins présents. Il ne faut bien évidemment pas exclure les non-universitaires des colloques universitaires, ce qui serait à tout le moins contre-productif, mais peut-être s’interroger davantage sur les particularités d’un colloque universitaire par rapport à un colloque non-universitaire : un colloque de juges, d’avocats, de notaires, a-t-il la même vocation à participer à la construction de la connaissance qu’un colloque de chercheurs ? En définitive, ces interrogations sont symptomatiques des réflexions menées sur la place de la « pratique » dans les Facultés de Droit, non pour la rejeter, mais pour réfléchir à son articulation avec la “théorie” afin d’éviter le piège souligné par Jean Larguier : “La querelle de la théorie et de la pratique est sans doute une guerre largement stérile: mais l’opposition a l’avantage de dispenser chacun de s’interroger sur la valeur de sa propre participation” (J. Larguier, “Ce que les praticiens appellent la pratique (précédé de quelques libres propos théoriques)”, in Mélanges offerts à Raymond Gassin, PUAM, 2007, p. 273, spéc. p. 282).

 

L’autre forme de professionnalisation est évidemment celle du public, indispensable au succès de la manifestation. Parfois, l’assistance des colloques est composée des seuls intervenants : il faut alors que la salle ne soit pas trop grande, au risque d’illustrer parfaitement l’idée selon laquelle la doctrine prêche dans le désert. Souvent, l’assistance des colloques est composée d’étudiants, plus ou moins contraints d’y assister. Quantité ne rimant pas avec qualité, il n’est pas certains que tous soient passionnés par ce qu’ils entendent. Les étudiants, surtout lorsqu’ils préparent des concours et examens, ne devraient pas hésiter à profiter des nombreuses manifestations organisées dans leurs universités : rien de tel pour comprendre des évolutions du droit, compléter sa culture juridique et sortir le nez des cours et travaux dirigés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.