Pourquoi Harry Potter est-il important pour le droit ?

Le jeudi 7 février, le Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit organisait, sous la direction de M. Ralph Evêque, une soirée d’études intitulée « Le droit dans le monde magique d’Harry Potter ». J’intervenais aux côtés de Antoine Touzain (« La distinction des personnes et des choses dans Harry Potter »), de Morgane Fortin et Maxime Tourette (« Le statut des créatures magiques »), Arnaud Lobry (« La qualification juridique de la bataille de Poudlard ») et Pierre Fressoz (« Harry Potter et le sortilège de confusion des pouvoirs »). Il me fallait répondre à la question « Pourquoi Harry Potter est-il important pour le droit ? ». Le texte correspond, peu ou prou, à ce qui a été dit sur cette question.

 

La question est finalement assez peu posée : depuis la parution en 2010 du livre The Law & Harry Potter, et du remarquable projet mené en 2016 par Valère Ndior et Nicolas Rousseau, Harry Potter et le Droit, on ne peut qu’être convaincu de l’intérêt d’analyser juridiquement le récit de Harry Potter. Les thèmes abordés sont nombreux et concernent toutes les branches du droit. Quand j’ai relaté sur Twitter la conversation que j’ai eue avec mon fils aîné, auprès de qui je cherchais quelques idées (voilà peut-être un premier élément de réponse à la question – susciter la réflexion de tous – même si lui ne m’en a donné aucun), beaucoup de personnes ont très gentiment accepté de m’indiquer des pistes : qu’elles en soient ici remerciées. En voici quelques-unes, sans souci d’exhaustivité : le statut des elfes de maison, la tutelle des mineurs, le principe d’égalité, le procès équitable, le respect de la CEDH, le legs de la chose d’autrui, la responsabilité pénale des animaux, les conflits de normes entre celles des moldus et des sorciers, la responsabilité pénale d’un crime commis sous le sortilège de l’imperium, etc. Toutes ces suggestions présentent néanmoins un inconvénient majeur : celui de ne pas répondre à la question ! Encore qu’elles démontrent tout de même une première importance de Harry Potter pour le droit : susciter l’interrogation et soumettre nos règles de droit aux hypothèses « limites » ou extra-ordinaires du monde de la magie pour éprouver le raisonnement et la pertinence de nos catégories juridiques. Mais Harry Potter est alors identique à tout récit : on peut se poser des questions juridiques à propos de très nombreuses situations rencontrées dans une œuvre littéraire ou cinématographique, ce qui n’explique pas pour autant pourquoi cette œuvre est importante pour le droit.

Pourquoi alors Harry Potter est-il important pour le droit ? La question est décidément saugrenue. Là encore, sur les réseaux sociaux, réagissant à l’annonce de cette manifestation, une personne relevait justement que quand elle regardait Harry Potter, elle préférait y voir autre chose que du droit. Et on la comprend : les juristes seraient-ils devenus fous à voir du droit partout, même dans les divertissements ? Oseraient-ils prétendre travailler lorsqu’ils regardent un film ou lisent un livre ? On n’ose le croire. Pourquoi Harry Potter est-il important pour le droit ? Parce qu’il n’en est pas question, et que ça fait du bien !

Et faut-il vraiment aller chercher du droit dans Harry Potter ? J. K Rowling n’y fait guère allusion directement : le droit n’est pas un ressort narratif évident, premier, si l’on met de côté le tribunal des sorciers ou la prison par exemple, mais dans l’ensemble tous les mécanismes apparaissent largement arbitraires. A moins que les moldus ne perçoivent pas correctement les règles à l’œuvre dans un monde qui semble « a-juridique ». Faut-il alors craindre cette juridicisation de Harry Potter ? Faut-il vraiment venir troubler juridiquement la quiétude normative du monde des sorciers ? Le monde des sorciers n’est pas un monde anormal, mais un monde autrement normal, avec ses propres règles et il peut paraître vain de chercher à y coller nos interprétations de droit positif (interrogations déjà soulevées dans ces « propos « presque » conclusifs »). Pourtant, Harry Potter est bien important pour le droit, pour deux raisons principales. C’est d’abord le personnage de Harry Potter qui est important pour le droit dans le récit. C’est ensuite le récit Harry Potter qui est important pour le droit. Il convient donc de s’intéresser à l’importance de Harry Potter pour le droit dans le récit et à l’importance du récit de Harry Potter pour le droit.

 

L’importance du droit dans le récit de Harry Potter se manifeste de multiples manières. C’est justement parce que le droit n’est guère convoqué qu’il est important. Le monde des sorciers est excitant mais dangereux et chaque appel au droit est souvent un passage important du récit, qu’il s’agisse d’en dénoncer les malfaçons ou de rappeler ses vertus.

Les malfaçons de la norme sont innombrables. La norme peut être tout simplement inexistante ; elle est également mal conçue ou tout simplement ineffective. La norme du monde des sorciers apparaît souvent bien étrange aux moldus qui ne sont pas familiers de l’univers des sorciers. Les enfants sont maltraités, soumis à des dangers considérables, sans que personne ne s’en émeuve. Les fausses nouvelles se multiplient sans que la vérité puisse être rétablie. Et l’on ne compte plus les infractions commises. Un contrat se conclut sur sa vie et l’on ne peut guère compter sur l’autorité publique des sorciers pour endiguer les multiples dangers. La répression apparaît souvent absurde et dénuée de fondement. Les infractions ne sont guère définies et la punition est arbitraire et cruelle. On le voit lorsque Dolorès Ombrage multiplie les interdits, qui deviennent tellement nombreux que Rusard peine à les afficher, et qu’il devient presque amusant de les violer. On le voit encore lorsque Rogue réclame la délation, en précisant que ceux qui ne dénonceront pas Harry seront traités comme aussi coupables que ceux qui le cachent. Dumbledore est tout aussi arbitraire lorsqu’il récompense Gryffondor en octroyant des points selon un barème qui semble tout personnel, alimentant sans doute la rancune des Serpentards. L’inventaire à la Prévert est inutile pour démontrer que le droit tel qu’il est envisagé dans le récit n’est que le produit de l’arbitraire. En ce sens, Voldemort trouve évidemment un terrain fertile : il n’y a pas d’ordre à renverser puisque c’est de toute façon le désordre qui règne. Il ne cherche à remplacer un désordre que par un autre désordre. Si l’on met de côté quelques interdits fondamentaux, remarquablement permanents s’agissant des sorts interdits, la règle de droit dans Harry Potter n’est qu’une réglementation technique, bureaucratique dont la finalité n’apparaît pas toujours très claire : la réglementation du fond des chaudrons n’en est qu’une illustration. « Le constat d’une dérive bureaucratique du droit a sa part de vérité, reconnue par de nombreux juristes eux-mêmes. Mais on ne doit pas oublier que la norme juridique intervient pour arbitrer entre des intérêts opposés, que le droit interdit pour protéger, que l’apparent déclin des libertés d’un individu cache une meilleure protection des libertés de tous » (R. Cabrillac, « “Il n’y a certainement aucun secteur de l’activité humaine qui dégage un ennui aussi total que le droit” », D. 2019, p. 193). C’est cette raison d’être de la règle juridique qui fait défaut dans Harry Potter, et qui rend le droit aussi absurde et obscur pour Harry. Dès lors, Harry, Ron et Hermione sont donc légitimes à violer toutes ces règles qui n’ont guère de sens. Violant des normes illégitimes, ils rappellent en réalité les vertus du droit.

Les vertus du droit sont en effet constamment rappelées lorsque la règle absurde n’est pas respectée. Si ces règles avaient été respectées, il n’y aurait à l’évidence pas eu de suite à l’École des sorciers. Dans le récit, les principes de justice et d’équité sont constamment rappelés, comme le rôle formateur de la violation de la norme. Harry semble être le seul conscient des dangers d’un droit défaillant, ineffectif voire inexistant. Le monde des sorciers est un monde sans vrai juge – indépendant et impartial – d’où il résulte des batailles permanentes et une vengeance privée omniprésente. De ces normes défaillantes résulte un conflit entre deux finalités du droit incarnées par Harry et Voldemort : l’émancipation contre l’oppression, l’égalité contre le racisme, la dignité contre l’avilissement. Harry Potter et Voldemort sont à cet égard les deux faces de la règle de droit qui peut à bon ou mauvais escient faire le bien ou le mal. Le personnage de Harry Potter est un idéal de liberté et de justice qui vit dans le cœur de chacun. Il incarne le sens de la règle qu’il construit au fur et à mesure de ses actions. C’est peu ou prou ce que dit Neville à la fin de la bataille de Poudlard lorsque, faisant face à Voldemort il s’adresse à tous les sorciers qui pensent que la partie est perdue à cause de la mort de Harry : « On a perdu Harry ce soir, mais il est avec nous, ici, comme Fred, Remus, Tonks, et tous les autres. Leur mort n’a pas été inutile. [S’adressant à Voldemort] La vôtre le sera. Parce que le cœur de Harry battait pour nous tous. C’est pas fini ». La soumission aux règles ne tient donc plus dès lors qu’elles deviennent dangereuses. Si une forme de respect des interdictions loufoques existe, c’est parce que l’enjeu est assez réduit. Mais si ce sont les fondements mêmes de la vie en société qui sont malmenés, alors la résistance s’installe. Et c’est évidemment grâce à Harry que le bien triomphe. C’est à lui que l’on doit l’abandon du pouvoir fantastique et absolu dont il pourrait tirer profit grâce à la baguette de Sureau. Par ce choix du refus de la toute-puissance, Harry montre qu’il faut privilégier le bien commun, signe que la limitation du pouvoir peut entraîner son renforcement : « la crédibilité passe par la limitation du pouvoir souverain » (B. Deffains, S. Ferey, Agir et juger, comment les économistes pensent le droit, éd. Panthéon-Assas, 2010, p. 39-40). L’idéal de sécurité juridique, certes moins romanesque, s’accommode mal de cette belle leçon, fruit de la décision d’un seul homme, même s’il s’agit de Harry Potter. C’est la force de Harry Potter que de délaisser l’injustice (« Tout homme, en effet, pense que l’injustice est individuellement plus profitable que la justice », Platon, La République, cité par N. Catelan, « Gêne… et pis ? », Lexbase Pénal, nov. 2018, no 10), mais il faut alors souhaiter que tout ne repose pas sur lui. La saga Harry Potter renvoie finalement à l’interrogation plus ancienne, repris par Alan Moore et Dave Gibbons dans Watchmen (1986-1987): quis custodiet ipsos custodes ? Who will watch the watchmen ? Qui surveille les gardiens ? Ces gardiens, personnages absents de Harry Potter, ce sont alors sans doute les juristes, puisque : « Without lawyers, there can be no rule of law » (A. Schwabach, « Harry Potter and the Unforgivable Curses », in Jeffrey E. Thomas et Franklin G. Snyder (dir), The Law & Harry Potter, Carolina Academic Press, p. 67, spéc. p. 89). Le droit est important dans Harry Potter car il est une sorte de guide des actions du personnage. Mais Harry Potter est aussi important pour le droit, en dehors du monde des sorciers, en dehors du récit : c’est l’importance du récit de Harry Potter pour le droit.

 L’importance du récit de Harry Potter pour le droit découle de l’importance, en général, de la littérature et des arts pour le droit. Il pourrait en soi s’agir d’une conférence, mais l’on se contentera de s’attacher à l’importance de la représentation du droit, d’abord, et de sa compréhension, ensuite.

La représentation du droit est, on l’a vu, importante dans Harry Potter, soit pour le moquer, soit pour montrer ce qu’il pourrait avoir de bénéfique pour la protection de tous. Hors du récit, les juristes ont tout à gagner à s’intéresser à la représentation du droit dans une œuvre comme Harry Potter. Il y a un intérêt évident à voir comment le contrat se conçoit dans Harry Potter, comment la sanction s’envisage (plus pour contenir que pour punir), comment les êtres sont classés, etc. Dans ses propos introductifs au projet Harry Potter et le droit, Jean-Christophe Roda relevait également un intérêt rhétorique de Harry Potter pour le droit, certaines décisions américaines l’utilisant pour illustrer un raisonnement. Harry Potter est alors une référence littéraire comme une autre, participant à la force d’une démonstration, comme Shakespeare ou d’autres références littéraires. Rien de nouveau depuis Benjamin N. Cardozo et son article fondateur Droit & Littérature paru en 1925, même si la chose semble toujours étrange vu de notre mode de rédaction des décisions de justice. S’il ne s’agissait que de ça, ce serait déjà beaucoup, mais on aurait alors rapidement tendance à ne voir dans l’approche juridique de Harry Potter qu’une « ornementation humaniste susceptible d’éclairer la sécheresse d’une démonstration juridique » (F. Ost, « Le droit au miroir de la littérature », 23 juin 2008). Or, comme le relève très justement Lionel Miniato, les représentations du droit dans la littérature ne sont pas extérieures au droit : elles « font partie intégrante du droit au même titre que ses fondations et ses réceptions ». La richesse d’une œuvre de fiction, en général, et de Harry Potter, en particulier, est donc de dire quelque chose sur le droit, sur la manière dont il est reçu, perçu et retranscrit. L’on peut y voir, par exemple, les dangers des situations d’exception pour le droit, l’indispensable respect de l’égalité et de la dignité des êtres. Grâce aux outils narratifs de Harry Potter, le droit, d’une manière générale, ne peut qu’être mieux compris.

La compréhension du droit peut être facilitée par la lecture de Harry Potter. Que l’on s’entende bien : il ne s’agit pas de dire qu’il faut lire Harry Potter pour comprendre le droit. Mais ça ne peut pas faire de mal. La saga Harry Potter permet de développer, comme la littérature d’une manière générale, la compréhension de l’autre. Les romans et les films Harry Potter ont accompagné le développement intellectuel et moral des lecteurs et des spectateurs, dans la découverte progressive de la complexité et de la nécessité de lutter contre les apparences, comme le montrent parfaitement les personnages de Dumbledore et Rogue, sans doute parmi les plus ambigus et les plus complexes, ce qui emporte nécessairement des interrogations sur autrui et donc un acte de jugement : Lucius Malfoy doit-il être puni ? Fallait-il sauver Drago ? L’amour d’une mère justifie-t-il son allégeance aux mange-morts ? Le jugement immédiat n’est pas possible dans Harry Potter. Le lecteur développe ses capacités d’empathie qui, comme l’a montré Martha Nussbaum dans Poetic Justice, permet aux juristes de s’approprier la littérature, de s’aider d’une compréhension littéraire des litiges pour lutter contre leurs préjugés et favoriser l’impartialité et l’empathie. Grâce à la littérature, et à Harry Potter, le juriste peut comprendre finement des situations qui lui sont étrangères (et quoi de plus étranger que le monde des sorciers !). Il doit imaginer ce que cela veut dire que de se trouver dans un contexte humain donné. La littérature permet donc d’acquérir un savoir sur l’expérience humaine. Le lecteur de Harry Potter a appris avec lui à philosopher : c’est l’un des objets de Harry Potter que de philosopher, puisque, comme l’écrivait Montaigne « Philosopher, c’est apprendre à mourir », ce que fait Harry et les lecteurs avec lui. Le lecteur de Harry Potter peut donc apprendre à raisonner. On apprend la violation juste et utile de la norme, on apprend l’équilibre du bien et du mal, on s’interroge sur le caractère équitable de la servitude volontaire, on développe une empathie pour les personnages, indispensable au raisonnement juridique, qui ne peut pas être réduit à une pure technique.

En plus de la faculté d’empathie, Harry Potter participe également à l’acquisition d’une culture juridique. Barbara Villez a bien montré les liens entre la culture populaire et l’acquisition d’une culture juridique : « le discours télévisuel […] permet, à sa façon, au citoyen de s’informer et de prendre du recul pour réfléchir à l’évolution des lois et à l’utilisation qui en est faite » (B. Villez, Séries télé : visions de la justice, PUF, 2005 p. 27). Certes Harry Potter n’est ni une saga judiciaire ni juridique, mais il permet, par les dilemmes qui y sont traités, de développer l’empathie, propre à la lecture ou au visionnage, pour favoriser la « construction d’une conscience démocratique » (ibid. p. 85). Harry Potter est donc important pour le droit, pour l’ensemble de ces raisons. Et le droit est lui-même un peu magique : comme le dit Dumbledore à Harry « Les mots sont notre plus grande source de magie ». Voici un appel à la fois à la puissance de la littérature autant qu’à la puissance du droit, que l’on peut envisager comme une belle magie ou une forme de magie noire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 avril 2019

    […] sur un carnet de recherche, c’est cette fois-ci Jean-Baptiste Thierry qui se demande « Pourquoi Harry Potter est-il important pour le droit ? » sur Sine lege et c’est toujours ravissant de voir à quoi peut servir une […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.