Zenkamono : M. Kagawa, T. Tsukishima

Il a souvent été question sur ce carnet de bandes-dessinées en lien avec la prison. Souvent réalisées par d’anciennes personnes détenues ou avec leur collaboration, elles permettent d’offrir un autre regard sur la détention. Récemment paru en France, le premier tome du manga Zenkamono, Repris de justice élargit un peu le spectre des récits consacrés à la peine. L’histoire débute en effet à la fin de l’exécution d’une peine de travaux forcés subie par un homme ayant tué son frère. Le lecteur n’en sait guère plus sur l’exécution de sa peine, dont on suppose qu’elle prend la forme d’une privation de liberté aggravée par ces travaux forcés. Mais faute d’être familier du droit pénal japonais, l’on est contraint de se référer aux précisions apportées par les auteurs. On relèvera tout de même la clémence de la peine prononcée – au contraire montrée comme particulièrement sévère par les auteurs – puisqu’il est précisé : « Immédiatement après le meurtre, Ishikawa a téléphoné à la police et s’est rendu de son propre gré. Mais le caractère prémédité de son acte et le fait qu’il l’ait commis à l’aide de deux armes blanches, un trident et un couteau, a sans doute joué fortement en sa défaveur et il a été condamné à six ans de travaux forcés ». Le récit n’est pourtant pas celui d’Ishikawa, mais de Kayo Agawa, jeune femme célibataire cumulant les petits boulots pour rembourser ses dettes et assurant sur son maigre temps libre les fonctions d’agent de libération conditionnelle. Le récit s’attache donc à ce personnage et à son implication pour permettre au probationnaire bénéficiant d’une libération conditionnelle de rester en liberté. L’intrigue permet de faire ressortir trahisons et secrets de famille. Le dessin et le découpage sont classiques, très cinématographiques. La mer est omniprésente : elle accompagne Kayo Agawa et offre un métier à Ishikawa, autant qu’elle a rendu le meurtre originel possible.

zenkamono – Repris de Justice from Le Lézard Noir on Vimeo.

Au-delà de l’histoire elle-même, c’est la description du suivi des condamnés qui justifie qu’il soit fait mention de ce manga sur ce carnet. Le lecteur apprend ainsi l’organisation du suivi des probationnaires. Celui-ci se partage entre « agents de libération conditionnelle et de probation » et « conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation » : les seconds semblent être des fonctionnaires et ne semblent pas avoir de liens avec les personnes concernées ; les premiers sont chargés d’accompagner la réinsertion des « repris de justice » et des mineurs délinquants. Il s’agit de « bénévoles qui s’investissent par pur esprit civique ». Vu par le manga, leur rôle est d’accompagner le retour à la liberté en évitant la solitude du probationnaire, propice à la récidive. Il ne s’agit pas d’une surveillance, mais de la construction d’une relation interpersonnelle : Kayo Agawa invite « son » probationnaire à dîner chez elle, le rencontre régulièrement pour s’assurer que tout va bien. Le sacerdoce de la jeune fille est d’autant plus impressionnant qu’elle doit composer avec ses propres difficultés financières : livreuse de journaux le matin, caissière le jour (et le soir) aux prises avec un patron méprisant, elle s’investit – voire sur surinvestit – en plus auprès de celui qu’elle doit aider. Elle n’est animée que par un idéal d’humanisme. Alors que son employeur lui demande pourquoi elle est agente de probation (« ça ne te rapporte pas un rond »), elle explique : « c’est précisément pour ça que je le fais. Si je n’étais pas agente de probation, ma vie se résumerait à travailler pour gagner de l’argent. […] J’ai besoin d’argent comme n’importe qui d’autre. Je n’ai aucune envie de travailler, je veux faire ce qui me plaît. Mais ce serait vraiment affligeant de ne vivre que pour soi. Tant que je peux faire de beaux discours, je veux offrir aux autres ce qu’il y a de meilleur en moi ».

L’idéalisme de la jeune fille dénote : la paisible ville d’Enoshima grouille de secrets et manipulations. Les personnes que Kayo Agawa côtoie ne sont pas tous recommandables, soit qu’ils l’exploitent, soit qu’ils l’agressent, soit qu’ils lui mentent… La poursuite de la série devrait en livrer davantage sur l’héroïne.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Victor dit :

    Pour prolonger la thématique bande-dessinées et prison, le manga « Rainbow » de George ABE et Masasumi KAKIZAKI est excellent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.