Intraitable, tome 1 : C. Kyu-sok

L’année 2019 s’est terminée par la recension d’un manga. L’année 2020 débute par celle d’un manhwa (bande-dessinée coréenne) : le tome 1 de Intraitable, par Choi Kyu-sok, publié aux éditions Rue de l’échiquier en 2019.

Une fois n’est pas coutume, il n’est pas question de droit pénal sur ce carnet mais bel et bien de droit du travail, preuve que les représentations du droit en bande dessinée sont riches et variées (Sur ce point : J.-B. Thierry, « Le droit dans la bande dessinée », Considérant, Revue du droit imaginé, 2019, n° 1, p. 139). Le héros de cette histoire est en effet Gu Go-shin, un défenseur syndical, sorte de super héros du droit du travail défendant les travailleurs soumis à l’injustice de leurs employeurs. Fin connaisseur des règles du droit du travail coréen, Gu Go-shin est surtout un négociateur inflexible, qui n’hésite pas à recourir à des multiples pressions pour rétablir l’équilibre rompu par des employeurs peu scrupuleux. L’une des scènes montre Gu Go-shin négociant avec un restaurateur qui refuse de payer les indemnités dues à l’un de ses salariés devenu sans abri. Gu Go-shin se rend dans le restaurant, explique les règles applicables et, face au refus entêté de l’employeur d’exécuter ses obligations, contacte tous ses amis syndicalistes pour leur enjoindre de ne plus fréquenter ce restaurant. Apeuré par la baisse à venir de son chiffre d’affaires, l’employeur finit par entendre raison.

Le tome 1 de Intraitable est le récit croisé des actions de Gu Go-shin et de Lee Su-in. Ce dernier est un ancien soldat. Sa personnalité est réservée, pour ne pas dire effacée. Néanmoins Lee Su-in est habité par la conscience de l’injustice sociale, depuis son enfance, et intérieurement révolté par la corruption de tous ceux qu’il côtoie, depuis son instituteur jusqu’à ses employeurs actuels, en passant par les gradés de l’armée qu’il a défiés.

Le récit croisé entre l’idéal de justice sociale et combattante incarné par Gu Go-shin et les aspirations de Lee Su-in conduit à la rencontre des deux personnages. Lee Su-in travaille dans un supermarché « Les fourmis », qui appartient à une société française. Les responsables obligent les managers à harceler les salariés pour les contraindre à la démission et ainsi faire des économies de personnel. Lee Su-in rencontre donc une nouvelle fois l’injustice. La seule manière de lutter est donc de rejoindre les rangs syndicaux.

Intraitable réussit plusieurs tours de force. Le premier est de montrer au lecteur français une société coréenne où la violence des rapports sociaux n’a rien à envier aux autres pays : les comportements policés qui flirtent avec la soumission volontaire font du héros Gu Go-shin un personnage à part parmi ses concitoyens. Le deuxième est de s’intéresser de près à cette violence des rapports sociaux. Les méthodes managériales sont dénoncées comme autant de négations de la dignité des salariés qui n’ont d’autre choix, faute de respect des règles de droit, que de se soumettre au risque de perdre leur emploi. Le syndicalisme apparaît alors comme une démarche nécessaire pour apporter un contre-pouvoir juridique et dangereux pour celui qui décide de l’embrasser. Les règles protectrices peuvent bien exister mais leur effectivité est indépendante de leur seule affirmation : il faut des soldats pour les appliquer. L’analogie avec le passé militaire de Lee Su-in est importante à cet égard. L’auteur montre en outre que la culture est primordiale dans la connaissance et le respect de ces droits : citant les exemples suédois, allemand, français, il regrette que les coréens n’aient pas cette tradition de protection des droits sociaux. L’internationalisation est également en cause: lors d’un cours Lee Su-in demande à Gu Go-shin : « Vous prétendez que la France est favorable à la cause ouvrière. Comment ça se fait que mon supérieur français rejette le syndicat? »  » Parce qu’il peut se le permettre chez nous. En Corée, enfreindre la loi n’est pas un problème. Non seulement personne n’y trouve à redire, mais c’est un bon moyen d’augmenter les profits. Peu de gens résistent à la tentation! La nature humaine est ainsi faite. L’homme est un caméléon qui s’adapte à son environnement » (p. 204-205). Le troisième, et pas le moindre, est de réussir à rendre cette histoire passionnante. Choi Kyu-sok crée l’empathie avec ses personnages : en faisant détester le fort, il magnifie les faibles ; en racontant l’histoire de Lee Su-in, il crée chez le lecteur une empathie importante.

Il reste alors à attendre la parution du tome 2 en mars 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search