The Law & Harry Potter

 Déjà signalé au sujet du courant Literature and Law, voici enfin une note de lecture de l’ouvrage collectif dirigé par Jeffrey E. Thomas et Franklin G. Snyder, The Law and Harry Potter, Carolina Academic Press, 2010.

L’aspect anecdotique de l’ouvrage est très rapidement contrebalancé par la consultation de la table des matières, qui mêle histoire du droit, droit public, droit privé, droit pénal, mais également des analyses économiques, de droit bancaire, enseignement du droit, accessibilité du droit, etc.

 Voyez plutôt :

 

Part I – Legal Traditions and Institutions
  •  What Role Need Law Play in a Society with Magic ? John Gava, Jeannie Marie Paterson ;
  • Bots and Gemots : Anglo-Saxon Legal References in Harry Potter, Susan P. Liemer ;
  • Harry Potter and the Half-Crazed Bureaucracy, Benjamin H. Barton ;
  • Moral Choice, Wizardry, Law and Liberty : A Classical Liberal Reading of the Role of Law in the Harry Potter Series, Andrew P. Morriss ;
Part II – Crimes and Punishments
  •  Harry Potter and the Unforgivable Curses, Aaron Schwabach ;
  • Sirius Black : A Case Study in Actual Innocence, Geoffrey Christopher Rapp ;
  • The Persecution of Tom Riddle : A Study in Human Rights Law, Geoffrey R. Watson ;
  • Punishment in the Harry Potter Novels, Joel Fishman.

 

Part III – Harry Potter and Identity
  •  Hogwarts, the Family, and the State : Forging Identity and Virtue in Harry Potter, Danaya C. Wright ;
  • Harry Potter and the Development of Moral Judgment in Children, Wendy N. Law, Anna K. Teller ;
  • Harry Potter and the Curse of Difference, Benjamin Loffredo ;
  • When Harry Met Martin : Imagination, Imagery and the Color Line, Benjamin G. Davis ;
  • Harry Potter and the Image of God : How House-Elves Can Help Us to Understand the Dignity of the Person, Alison McMorran Sulentic ;
Part IV – The Wizard Economy
  •  Economic Growth in the Potterian Economy, Avichai Snir, Daniel Levy ;
  • The Magic of Money and Banking, Eric J. Gouvin ;
  • Gringotts : The Role of Banks in Harry Potter’s Wizarding World, Heidi Mandanis Schooner ;
Part V – Harry Potter as an Archetype
  •  Harry Potter goes to Law School, Lenora Ledwon ;
  • Which Spell : Learning to Think Like a Wizard, Mary Beth Beazley ;
  • Harry Potter as Client in a Lawsuit : Utilizing the Archetypal Hero’s Journey as Part of Case Strategy, Ruth Anne Robbins ;
  • Who Wants to Be a Muggle ? The Diminished Legitimacy of Law as Magic, Mark Edwin Burge ;
  • Agents of the Good, Servants of Evil : Harry Potter and the Law of Agency, Daniel S. Kleinberger ;
  • Professor Dumbledore’s Wisdom and Advice, Darby Dickerson.

 

Les contributions, qui s’ajoutent à une liste déjà impressionante de publications relatives à Harry Potter,  mêlent le sérieux et l’humour, y compris dans la présentation finale des contributeurs (« All remainings errors are Neville Longbottom’s») et l’ouvrage présente un immense intérêt pour le juriste français : apprendre beaucoup du droit de la Common Law, du système universitaire américain, tout en s’amusant. Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les aventures d’Harry Potter pour comprendre les analyses, même si cela constitue un avantage indéniable. Il constitue également un outil de vulgarisation intéressant, offrant une porte d’entrée vers le droit grâce aux analyses qui y sont menées.

La lecture offre quelques moments savoureux. Geoffrey R. Watson défend ainsi ardemment Lord Voldemort dans «The Persecution of Tom Riddle : A Study in Human Rights Law » (p. 103), ne reculant devant aucun argument, mais démontrant, s’il en était besoin, que le droit à l’assistance d’un avocat doit bénéficier à tous les délinquants. Ron, Hermione et Harry sont ainsi mis en cause pour avoir mis en place une organisation paramilitaire scolaire, tandis que les compétences d’Albus Dumbledore sont contestées car, après tout, il recrute des loups-garous comme enseignants. L’auteur se livre à un examen minutieux des différentes conventions internationales qui ont été violées par Harry Potter et ses compagnons : il est ainsi reproché à Neville Longbottom d’avoir tué un animal domestique (le serpent de Voldemort) alors qu’il n’est pas vétérinaire, violant l’article 11 de la Convention européenne pour la protection des animaux domestiques du 13 novembre 1987. Au-delà de l’habileté de l’exercice (et d’une mauvaise foi à toute épreuve), la liste des conventions internationales laisse apparaître un certain amusement, sous lequel pointe un agacement compréhensible face à certains droits considérés comme fondamentaux.

L’analyse menée par Mark Edwin Burge (« Who Wants to Be a Muggle ? The Diminished Legitimacy of Law as Magic», p. 333) est également à mettre en avant pour sa reconstitution de dialogues où les personnages de Harry Potter sont transformés en juristes afin de démontrer le parallèle entre les termes magiques et les incantations juridiques :

« Res judicata! » shouted Malfoy, shooting a blast of sparks towards Harry’s Amended Complaint. But Harry responded almost instinctively. « Waiver! » he cried, deflecting Malfoy’s spell harmlessly to the floor of the courtroom. […] « We’re doomed, » said Ron, as Harry glumly looked on. « We have absolutely no direct evidence of causation. » Hermione simply glared at them. « Oh, honestly ! Am I the only person to have read Torts : A History ? ». She deftly flicked her wand. « Res ispa loquitur, » she said, and the causation gap in the summary judgment response appeared to mend itself (p. 336).

Les analyses menées montrent, s’il en était besoin, que le monde de Harry Potter est peu concerné par le droit. L’objet des premières contributions consiste alors à identifier les traces de droit, d’une part, et à analyser les raisons de son faible développement, d’autre part. Le droit des obligations est ainsi peu développé en raison de plusieurs facteurs : l’auto-exécution forcée de nombreux contrats magiques, l’acceptation du risque plus élevée dans le monde de la magie (même si la question de la validité de l’acceptation d’un risque par un mineur est judicieusement soulevée en page 8). Finalement, l’explication du faible rôle du droit tient en un simple aphorisme : « Without lawyers, there can be no rule of law » (A. Schwabach, « Harry Potter and the Unforgivable Curses », p. 67, spéc. p. 89).

Si le droit est peu présent dans les ouvrages de J. K. Rowling, cela n’empêche pas pour autant de faire une analyse juridique des thèmes abordés. Il ne s’agit pas de dresser une liste exhaustive des thèmes abordés, mais bien de montrer leur richesse qui permet de conforter l’intérêt du courant Littérature et Droit :

  • le problème de la condamnation des innocents est ainsi soulevé grâce au cas Sirius Black (p. 91) : Geoffrey Christopher Rapp parvient ainsi à démontrer que la saga Harry Potter permet d’expliquer les mécanismes de l’erreur judiciaire ;
  • la réflexion menée autour du pouvoir de punir dans le monde des sorciers (p. 119) ;
  • la détermination de la personnalité des êtres peuplant le monde de Harry Potter (p. 189) ;
  • l’analyse économique du monde «potterien» (p. 211) : on appréciera à sa juste valeur les développements démontrant qu’un système éducatif ne doit pas être uniquement pratique ou professionnalisant, car la théorie et l’enseignement des humanités permettent de développer le sens de l’initiative des étudiants.

Du point de vue de l’Université, l’ouvrage permet également de comparer utilement les méthodes d’enseignement du droit, la manière dont on devient juriste ou magicien (les deux mondes n’étant finalement pas si éloignés) et dont on utilisera le pouvoir obtenu (car la magie, tout autant que la maîtrise du droit, confère un pouvoir indéniable).

Aborder le droit par le biais de Harry Potter peut permettre de montrer la richesse de la matière sous un angle plus accrocheur que la théorie des sources. Il ne faut donc pas s’en priver et plonger joyeusement dans la saga, littéraire ou cinématographique.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Océane.G dit :

    Serait il possible d’acquérir ce livre en Français ?

  2. Guillaume B. dit :

    « Du point de vue de l’Université, l’ouvrage permet également de comparer utilement les méthodes d’enseignement du droit, la manière dont on devient juriste ou magicien (les deux mondes n’étant finalement pas si éloignés) et dont on utilisera le pouvoir obtenu (car la magie, tout autant que la maîtrise du droit, confère un pouvoir indéniable). »

    Oui, et la robe ! Noir, c’est noir !

  3. Guillaume B. dit :

    Quand Albus Dumbledore est mort, j’ai pleuré. Cela n’a rien à voir avec le droit, mais ça soulage…

    (désolé)

  4. Mister V dit :

    Mes collègues sont bien jeunes pour évoquer ces heures douloureuses dudépart d’ALBUS !
    Moi qui ai connu Albus et Severus sur les banc de l’université je peux, au risque de sembler discourtois envers notre hôte JBT, qu’il sagissait bien d’un cas d’euthanasie extérieure au sens que lui donnait Sir BACON. Ce n’est qu’à votre siècle que l’on a commencé à parler d’actifs et de passifs (et pas seulement sur la question qui nous préoccupe selon les derniers écrits de Julie L)…Je peux attester qu’ALBUS n’a pas souffert… enfin pas longtemps !

    Notre jeune ami anonyme se souviendra encore que THANATOS n’est autre qu’un certain BRAD P.

  5. Anonyme dit :

    En même temps, il s’agit peut être également d’un message caché visant à solutionner la question de la réforme des retraites. Nous pourrions considérer q’Albus Dumbledore se sacrifie au profit du jeune travailleur qu’est Harry Potter. Il était temps qu’il lâche la baguette…..

    Cette saga est véritablement étonnante.

    • Jean-Baptiste THIERRY dit :

      A quand des assises consacrées au corps du magicien (qui souffre tout de même beaucoup tout au long des aventures) ?

  6. Anonyme dit :

    Je tiens, pour rajouter un « plus » supplémentaire à cet article, qu’un certain Monsieur V., MCF dans une ville du sud a courageusement défendu en colloque l’approche de l’euthanasie dans Harry Potter. En effet, (Attention Spoiler) si nous prenons le fait qu’Albus Dumbledore, se sachant mourant et condamné, a demandé au Professeur Rogue de le tuer et que celui-ci a bien rempli sa tache, il y a là véritablement un cas manifeste d’euthanasie active de la part du prince de sang-mélé. (Fin spoiler)

    Qu’on se le dise, Harry Potter est en passe de devenir la Bible des juristes !!!

    Ps: Souhaitant avoir mon doctorat, je préfère rester anonyme pour ce post délateur 🙂

    • Jean-Baptiste THIERRY dit :

      Sauf à contredire Monsieur V. (He-Who-Must-Not-Be-Named ?), il me semble que l’on est plus dans une situation de suicide assisté que d’euthanasie : la « bonne » mort est tout de même un peu violente!

      • Anonyme dit :

        Je ne suis pas sur que He-Who-Must-Not-Be-Named est entendu à ce moment le terme euthanasie dans son sens baconien. Mais je vais lui demander.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.