Au tribunal des couples: B. Virot et le collectif Onze

En 2013 était publié aux éditions Odile Jacob Au tribunal des couples, Enquête sur les affaires familiales : l’ouvrage, fruit d’un travail d’observation, permettait d’avoir une vision de l’intérieur du contentieux du droit de la famille. La sociologique de la justice est toujours riche d’enseignements car elle permet de dépasser le seul constat de l’existence de la règle pour mieux comprendre les contraintes de son application. Technique, le contentieux du droit de la famille est en outre difficile à appréhender puisqu’il paraît souvent difficilement rationalisable en raison des enjeux. Il est par ailleurs assez largement méconnu malgré son caractère massif (comme le prouvent les différents mouvements accentuant sa déjudiciarisation).

Les éditions Casterman ont utilement doublé ce projet sociologique d’une bande-dessinée, réalisée par Baptiste Virot, dans la collection Sociorama (qui a déjà accueilli, notamment, Lisa Mandel). L’idée est simple : construire une histoire à partir des constatations sociologiques. Ici, il s’agit de suivre Malika, greffière au sein d’un tribunal de grande instance (l’étude date de 2013) : le lecteur assiste donc avec elle, et de son point de vue, aux audiences de non-conciliation du juge aux affaires familiales (qui intégraient encore le divorce par consentement mutuel), voit défiler des couples pauvres et riches, heureux et malheureux demandant au juge de résoudre une situation qu’ils trouvent devenue intenable. C’est donc une forme rare d’audience qui, normalement, ne se donne pas à voir, à laquelle le lecteur peut assister. Le récit dépasse un peu la seule constatation sociologique – déjà riche – puisqu’il s’attache à lui-même construire l’histoire de l’héroïne, confrontée à un changement de juge et à une vie familiale elle-même difficile. La bande-dessinée dépasse alors le cadre du simple tribunal pour montrer, s’il en était besoin, que les acteurs de la justice n’en sont pas que des auxiliaires et que la participation à l’acte de juger peut être procédurale et personnelle. Juges et greffiers organisent les audiences sur le divorce autant qu’ils peuvent être concernés par le divorce : « On arrive parfois à voir plus clair dans la vie des autres que dans la sienne » explique l’ancienne juge aux affaires familiales passée au pénal.

Si le dessin peut ne pas plaire et que quelques erreurs regrettables se glissent dans les bulles (le « votre honneur » passerait bien dans la bouche de justiciables, mais se trouve dit par des avocats), la mise en scène est souvent bien trouvée : le violon qui accompagne les propos d’un avocat, les traits fâchés ou apeurés des justiciables, l’attente, autant d’éléments justement restitués par Baptiste Virot. Surtout, la bande dessinée est l’occasion de se plonger dans les coulisses du travail judiciaire et, plus particulièrement, dans le rôle du greffier et de « son » juge. Malika est habituée à travailler avec une magistrate devenue son amie : la mutation de cette dernière force la greffière à collaborer avec un jeune juge, sûr de lui, peu passionné par le contentieux des affaires familiales et psychologue assez grossier ne préparant pas spécialement ses audiences. Le juge et la greffière doivent alors s’apprivoiser, les certitudes de l’un devant céder face à la connaissance de l’autre.

Au tribunal des couples montre, s’il en était besoin, que la bande-dessinée permet de connaître, sous un autre angle, le quotidien judiciaire, d’interroger la pertinence de règles juridiques (en l’occurrence, celles relatives aux institutions familiales) qui, sans leurs acteurs, sont bien démunies et ne tiennent parfois qu’à peu de choses.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.