Forçats : Bedouel, Perna

Le bagne correspondait à un bâtiment pénitentiaire « où étaient logés les condamnés aux fers, puis aux travaux forcés; lieu, situé soit dans certains ports, soit outre-mer (Guyane), où s’exécutait la peine des travaux forcés » (Trésor informatisé de la langue française). Condamnés à la déportation ou à la transportation effectuaient leurs peines dans un bagne. En 1938, la peine de transportation est supprimée et il faudra attendre encore longtemps avant que les bagnards soient ramenés en métropole.

L’histoire du bagne a été en partie immortalisée pour le grand public dans Papillon (F. J Schaffner, 1973). Mais le combat contre le bagne est plus ancien et doit beaucoup au livre d’Albert Londres, Au Bagne.

La bande-dessinée ne pouvait pas ignorer l’histoire du bagne. Bedouel et Perna ont publié aux éditions Les Arènes BD, en 2016 et 2017, deux tomes consacrés à l’histoire de Eugène Dieudonné et Albert Londres, Forçats, aujourd’hui réunis dans une intégrale. L’histoire débute par le récit d’une terrible tentative d’évasion dans le milieu hostile de la jungle guyanaise. L’on suit ensuite le récit de la condamnation d’Eugène Dieudonné, faussement considéré comme membre de la bande à Bonnot et envoyé à Cayenne, et sa rencontre avec Albert Londres. En naît une forte amitié entre les deux hommes et un combat d’Albert Londres pour dénoncer en métropole la situation des bagnes et la condamnation injustifiée d’Eugène Dieudonné.

Le récit des deux auteurs est très sourcé, permettant de l’éloigner du registre de la fiction pour accentuer la dénonciation de conditions de vie indignes. Réduits à un état quasi-animal, les bagnards n’ont d’autre choix que de mourir en se suicidant ou en tentant de s’évader. Espérer une amélioration de la détention suppose de payer pour être contaminé par un tuberculeux et ainsi être à l’infirmerie. La résistance de Dieudonné apparaît surhumaine et ne fait que renforcer l’admiration pour cette détermination. Il réussira à rejoindre le Brésil mais ne fera alors qu’entamer un long parcours de reconstruction pour ne plus être considéré comme un meurtrier et, finalement, réussir à être reconnu comme écrivain.

Surtout, le dessin renforce la dureté du propos : tout est en noir et blanc (du moins dans l’édition intégrale), très tranché. Le poids du noir pèse sur les hommes, accentue les dangers de la jungle, accentue la déshumanisation des prisonniers comme des gardiens. Il en ressort une impression d’inexorable, accentuant ainsi la lutte d’Albert Londres pour redonner une dignité aux forçats et à Eugène Dieudonné.

L’histoire n’est pas seulement celle du bagne : elle permet également de remettre en cause les mécanismes qui ont pu aboutir à une condamnation injustifiée. Paradoxalement, celle-ci était presque nécessaire pour renforcer la dénonciation du bagne d’Albert Londres, comme si la présence d’un innocent en ces murs était plus intolérable que celle d’un coupable. La force d’Albert Londres est de ne pas avoir réduit son combat à une lutte contre l’erreur judiciaire, mais d’avoir redonné une dignité à tous les forçats. Loin de la métropole, leur situation était inconnue. Mais même lorsque l’opinion publique en prit connaissance, le combat est resté long et âpre. Les auteurs réussissent parfaitement à restituer cette longueur et cette difficulté par une mise en scène habile. Ces deux parties (L’enfer du bagne et Le prix de la liberté) permettent de dépasser la seule dénonciation d’un système : c’est aux hommes que Bedouel et Perna s’intéressent, à leur résistance incroyable face à l’oppression et au combat pour la liberté. Plus largement, c’est à une réflexion sur le jugement qu’invitent les auteurs. En démontrant que l’on accepte de reléguer des hommes au rang d’animaux, ils interrogent l’essence même de la punition : « C’est l’État français qui est responsable de cette situation. Lui qui pousse ces hommes à se révolter, à s’enfuir, à mourir… On peut légitimement s’interroger sur sa vision de la justice. C’est la République qui a créé Cayenne et qui y fait régner la barbarie la plus absolue en bafouant toutes les valeurs qu’elle prétend incarner aux yeux du monde ». En mobilisant l’opinion publique, Albert Londres a réussi à faire le procès des bagnes et non plus celui des forçats. C’est montrer que le travail du journaliste « n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.