Pédagovid-19 (Comment faire cours pendant le coronavirus?)

La nouvelle est donc tombée jeudi soir et, à moins de vivre dans une grotte, tout le monde sait que les universités sont fermées. Reste alors aux enseignants-chercheurs, qui ne sont pas tous dans la même situation selon qu’ils doivent faire des TD, des TP ou des CM, depuis leur domicile ou depuis la Faculté, à des publics plus ou moins variés et plus ou moins nombreux, à assurer la désormais fameuse « continuité pédagogique ».

Comment faire alors ? Loin de prétendre apporter une réponse, ce billet se veut davantage une réflexion sur ce qui paraît envisageable voire indispensable. A l’université de Lorraine (mais c’est également le cas dans la plupart des universités), nous avons la chance de bénéficier de nombreuses ressources via la plateforme Arche (Moodle). Les outils ne manquent pas : certains sont certes un peu difficiles à utiliser, mais rien d’insurmontable.

Faut-il faire des cours en vidéos ? Se filmer pendant 1h, voire plus, en train de « dire » son cours ? L’intérêt ne saute pas aux yeux pour de nombreuses raisons. La qualité d’abord : un mauvais son, une mauvaise image ne facilitent pas les choses. C’est un peu comme subir un cours dans un amphithéâtre délabré : si l’on n’a pas envie d’y être, il y a peu de chances que l’on soit très attentif. Sans exiger le recours à des techniques de cinéma, il n’en demeure pas moins que la forme importe énormément. Le fond ensuite : pourquoi et pour qui faire un cours magistral ? L’enseignant s’adresse à un public déterminé, plus ou moins captif, auquel il doit apporter des connaissances, mais également des éléments de réflexion, un point de vue, répondre aux questions (et oui, on pose des questions dans les amphithéâtres, directement ou indirectement). Il paraît même, chose étrange, que certains s’autorisent des digressions et ne parleraient pas en cours que de leur cours. Quel intérêt alors à essayer de reproduire un cours en vidéo ? S’il peut être fait en vidéo, de la même manière qu’en amphi, c’est que le cours d’amphi ne sert à rien. Quel intérêt y aurait-il à raconter des anecdotes sur la faculté de Nancy, au hasard, dans une vidéo, hors de l’instant de l’anecdote ? C’est au mieux un ersatz de cours, détaché de toute adaptation, de toute reformulation, de toute idée d’interaction. Et, disons-le franchement, c’est surtout le moyen d’économiser une réflexion sur la manière d’enseigner et accréditer l’idée que ce que nous faisons pour 300, nous pouvons le faire pour 10 000. La vidéo est-elle à jeter ? Certainement pas, mais en réfléchissant à son contenu et, surtout, en ne l’envisageant pas seule. Imagine-t-on franchement que les étudiants vont lancer la vidéo du cours en prenant des notes sur ce qui se dit ? Et si c’est le cas, quel intérêt à le filmer ? La vidéo ne vaut que s’il y a une plus-value : voir la tête d’un enseignant en est peut-être une, mais l’on peut en douter.

Faut-il alors mettre son cours en ligne ? La solution ne paraît pas toujours adaptée. Certes, l’enseignant qui lit son cours ou le récite peut sans difficulté le mettre à disposition. Mais il ferait mieux d’en faire un manuel. Et surtout, l’interaction est encore inexistante.

En réalité, cette période oblige à réfléchir à la manière d’enseigner : le cours est un moment d’échange. Cet échange doit donc être préservé. Mettre en place une visioconférence pour des publics importants apparaît vain. Mais les plateformes des universités permettent en environ trois clics de mettre en place un forum pour répondre aux questions (tout le monde peut ainsi les lire, ce que le mail ne permet pas), un chat (qui « permet aux participants d’avoir une discussion synchrone en temps réel, en mode texte ») pour instaurer des rendez-vous périodiques. L’échange est donc possible et indispensable. De nombreux autres modules sont disponibles : déposer des fichiers, faire des bibliographies, donner des documents à lire, faire des cours progressifs, des exercices corrigés, des présentations interactives, etc. Mais cela prend du temps et l’on peut comprendre que beaucoup ne souhaitent pas s’embarrasser, faute de temps (il faut aller vite) ou d’envie.

Si la fermeture des universités s’avère évidemment contraignante, elle est également stimulante. Nous pouvons démontrer l’utilité des cours magistraux et des travaux dirigés en réinventant, rapidement et sans doute de manière imparfaite, nos outils et nos méthodes. Les cours reprendront : tout ce qui aura été fait n’aura pas été inutile puisqu’il sera possible de réutiliser à l’avenir les mêmes outils pour enseigner différemment. Pour que l’ensemble réussisse, il faudra surtout ne pas oublier qu’un cours n’est pas un monologue. Il y a deux parties : un enseignant et un public d’étudiants. Il faut donc compter sur l’investissement des étudiants. Ne les envisager que comme un public passif, en présentiel comme en virtuel, est réducteur et dévalorisant, des deux côtés de la chaire ou de l’écran.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.