Des colloques en ligne au Late Law Show

La « colloquine » (plutôt que « colloquite », actualité oblige) n’a pas abandonné les universitaires confinés comme le reste de la population. Chargés de la désormais fameuse continuité pédagogique (v. « Pédagovid-19 (Comment faire cours pendant le coronavirus?) »), ils ont dû, pour certains, se mettre aux cours en ligne. Certains ont réinventé l’eau tiède, d’autres ont fait des choses tellement élaborées qu’ils se posent aujourd’hui la question de leur utilité en présentiel. La plupart ont essayé de faire, imparfaitement sans doute, mais ont réussi à maintenir le lien avec les étudiants, ce qui est après tout l’essentiel. Mais l’enseignement supérieur n’est pas qu’un enseignement : il est consubstantiel à la recherche. Celle-ci a donc également continué, même s’il en a moins été question. Dans le champ du droit, l’actualité normative s’est considérablement précipitée. Il suffit pour s’en convaincre de regarder l’actualité du droit criminel publiée sur ce site il y a quelques jours. Tous les champs du droit ont été touchés : du droit des obligations au droit social, en passant par le droit constitutionnel et le droit administratif, les adaptations, heureuses ou malheureuses, ont été nombreuses et, point commun à toutes ces normes, précipitées. Les éditeurs ont alors assuré une veille impressionnante à destination de leur lectorat, universitaire et professionnel.

Comme tout sujet dans l’air du temps, il était inévitable que le Covid-19 occupe les préoccupations. L’ANR va bientôt ouvrir un appel à projets sur le virus, les publications se multiplient et les leçons de la crise sanitaire seront évidemment passées au tamis des différents champs disciplinaires dans les mois – et sans doute les années – qui viennent.

Qui dit sujet de recherche dit inévitablement colloques et conférences. Jusqu’à présent les interventions en visioconférence étaient réservées aux hypothèses de grèves des transports ou autres impossibilités de déplacement. Désormais, et pour quelques temps encore, la visioconférence est devenue la règle. En droit, c’est dès le 31 mars qu’a été organisé le colloque Droit et Coronavirus, sous la direction d’Olga Mamoudy, Frédéric Rolin et Serge Slama, en deux temps : communications en ligne (accessibles sur le chaîne Youtube) suite à un appel à contributions, puis organisation de discussions en ligne. Plus récemment, la table-ronde virtuelle Droit social et COVID-19, sous la direction de Patrice Adam, Raphaël Dalmasso, Yann Leroy et Kristel Meiffre (également accessible sur Youtube).

Mais un colloque en ligne est-il encore un colloque ? Si l’on ne peut pas « commencer en retard, en respectant le célèbre quart d’heure [aixois-bordelais-lorrain-lyonnais-parisien-toulousain] de retard, […] renvoyer à sa contribution écrite si l’intervention orale a été terminée dans le train (des différences sensibles peuvent alors apparaître le moment venu mais personne ne s’en souviendra), […] ne pas respecter le temps imparti en le dépassant allègrement au risque de voir le traiteur en charge du buffet débarquer pour s’alarmer de la conservation des aliments, […] se moquer des mauvaises interventions, […] remercier les organisateurs tout en soulignant la difficulté du sujet qu’ils ont bien voulu confier à l’intervenant, de regretter d’être [le premier, le dernier, le premier après le déjeuner, le dernier avant le déjeuner] à prendre la parole, […] se dissimuler derrière l’écran d’ordinateur pour faire semblant de prendre des notes alors qu’il s’agit de répondre aux mails en retard, […] souligner l’originalité du plan en trois parties choisi, et, évidemment, […] laisser les doctorants accéder au buffet », quel intérêt ? C’est évidemment la rencontre physique qui fait le colloque et une certaine forme de spontanéité inhérente à un instant unique. Si la vidéo de l’intervention reste toujours accessible et que le tout a été filmé dans sa chambre à coucher ou son salon, la spontanéité disparaît sans doute et est de toute façon moins importante.

Un collègue et, surtout, ami, Marc Touillier, a, dans cette période particulière, eu une initiative aussi impromptue qu’enthousiaste, inspirée de L’Équipe du soir (chère aux « footeux ») : réunir, non sur un même plateau mais par visio, différents intervenants et recréer une unité de temps, de lieu (virtuel) et d’espace (le multi-écrans de la visioconférence). Chacun se voit, se parle, peut même échanger pendant les interventions, couper son micro ou sa caméra, réagir ou non aux propos tenus, être interrompu par l’animateur intransigeant et bienveillant. Le tout est ensuite remonté, découpé et mis en ligne, sur une chaîne Youtube dédiée et une plateforme de podcast (épisode 1 et épisode 2). La spontanéité des échanges habituels est ainsi restituée et les participants passent un bon moment en essayant d’apporter un éclairage juridique sur différents sujets d’actualité liés aux mesures prises pour faire face à l’épidémie du Covid-19 ou en livrant des chroniques et billets à teneur « déconfinante ». En trois épisodes ont déjà participé Marc Touillier (qui m’a gentiment proposé de participer), Mélanie Jaoul, , Anne Simon, Jean-Baptiste Perrier, Nicolas Catelan, Lisa Carayon, Serge Slama, Olga Mamoudy, Benoît Touillier, Florian Savonitto, Guillaume Zambrano, Matteo Bonaglia, Charles Dubreuil, Olivier Bachelet, Alicia Mazouz.

Est ainsi né le Late Law Show, sorte d’équipe juridique du soir, ni colloque, ni conférence, une émission à part entière, évolutive et vive. En attendant de retourner dans les amphis, les universitaires ne sont donc pas pour autant aux fraises.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search