La pédagogie d’après

À l’heure où les discussions1  vont bon train pour savoir comment organiser la rentrée universitaire, où les craintes des cours à distance se font ressentir, où les annonces – indirectes par voie de presse – du ministère sont pour le moins confuses, on peut saisir l’opportunité pour s’interroger sur la manière de faire cours. Il n’est évidemment question ici que du droit et de l’attachement des facultés au cours magistral. Les raisons sont nombreuses et il ne s’agit pas ici d’être exhaustif. Si certains enseignants-chercheurs prennent l’enseignement comme un mal nécessaire, il semble que la majorité d’entre eux aime faire cours. Dès lors, il est évidemment compréhensible que des craintes apparaissent lorsque les projections faites ici ou là expliquent qu’il faudra recourir aux cours à distance, totalement ou partiellement, à la rentrée. Le confinement et la fameuse « continuité pédagogique » ont obligé à faire tant bien que mal le nécessaire. Ce qui était nécessaire n’était et n’est peut-être pas ce qui relève de l’évidence, à savoir délivrer des connaissances. C’était sans doute de continuer à tisser du lien, à ne pas laisser les étudiants isolés et perdus. Nous l’avons plus ou moins bien fait, avec plus ou moins d’investissement, avec plus ou moins de réactivité et il ne s’agit évidemment pas de considérer que nous avons bien fait (à titre personnel, les retours sont mitigés : des remerciements gratifiants aux indignations marquées. À peu de choses près, les mêmes retours qu’en « présentiel » à vrai dire). Le verre est à moitié vide ou à moitié plein, c’est selon.

Mais alors que faire à la rentrée ? Pour le moment, c’est la grande inconnue, il vaut donc mieux anticiper. Miser sur le « tout présentiel » n’a pas plus de sens que sur le « tout distanciel ». On s’oriente à l’évidence vers des cours hybrides, dans des conditions qui varieront d’une faculté à l’autre : quel espacement entre les étudiants, combien de bouteilles de « pouic-pouic » à l’entrée de l’amphi, faudra-t-il porter un masque, une visière, etc. ? L’organisation administrative va devenir encore plus complexe s’il faut diviser des amphis déjà bien (sur)chargés et la conception des emplois du temps s’apparentera au pire des casse-têtes, si l’on garde à l’esprit que les différents diplômes, pour ne rester que sur les licences et master sont déjà très morcelés en fonction des offres pédagogiques très variées et des choix faits par les étudiants.

Pourquoi être attaché aux cours magistraux et aux travaux dirigés ? Le droit se conçoit souvent comme une démonstration orale, où la forme importe beaucoup puisque la force d’une démonstration réside dans la manière dont les arguments sont présentés. Les arguments, à l’exception peut-être de quelques-uns, sont exposés pour être soumis, en quelque sorte, à l’appréciation contradictoire de l’auditoire : le débat est au cœur du droit que l’on présente malheureusement trop souvent comme mécanique, le raisonnement juridique ne peut pas se départir d’une approche factuelle ou contextuelle. Même si le lieu n’est pas le plus adapté, il y a de l’interaction, implicite ou explicite, entre l’enseignant et les étudiants. Les regards peuvent traduire des incompréhensions et des questions peuvent être posées, avant, pendant et après le cours. L’enseignant est censé s’adapter, avancer, revenir en arrière, insister, accepter de perdre du temps sur quelque chose qu’il pensait simple, etc. Lire un cours n’a pas d’intérêt ou alors il faut développer à l’avenir, et pourquoi pas, les manuels audio. L’attachement au cours magistral est aussi justifié, il faut bien le reconnaître, parce qu’en plus d’être plaisant, il est confortable : quand un domaine est bien maîtrisé, on peut faire cours sans trop formaliser et jouer une partition que l’on connaît bien sans l’avoir sous les yeux. Si le cours comporte en plus des travaux dirigés, une partie considérable de la charge de préparations et corrections repose sur les chargés de TD.

Comment mal défendre le présentiel ? L’hostilité marquée envers les cours à distance a souvent l’air viscérale, pour de plus ou moins bonnes raisons. Souvent, c’est l’inanité du cours fait devant un écran qui revient : on peut effectivement assez facilement s’entendre sur l’absurdité d’une telle pratique. C’est souvent moche, long et ennuyeux à regarder, compliqué à faire de l’autre côté. On a pu proposer, pour préserver le cours magistral en présentiel, de filmer les cours pour les diffuser, en direct ou en différé dans d’autres amphis, comme cela se fait déjà dans certaines facultés de médecine par exemple. L’intérêt est nul pour l’enseignant et l’étudiant, et cette pratique démontre au contraire qu’il est inutile d’avoir plusieurs enseignants pour un même cours. Ce que l’un fait peut suffire pour la France entière. C’est exactement la même logique que celle qui consiste à lire un manuel en guise de cours. Ce qui fait le cours n’est pas la récitation du cours, c’est l’interaction en cours. Sans cela, c’est au mieux une conférence filmée (ce qui peut être par ailleurs intéressant mais c’est autre chose). Et cette interaction ne peut pas être la même avec des effectifs qui deviendraient démesurés. C’est la raison pour laquelle le cours à distance ne peut pas se départir de cette interactivité. Réduire le cours à distance à la visioconférence est contreproductif. Si cette modalité seule est à envisager pour les cours à distance alors oui, évidemment, le cours à distance doit être rejeté : autant fermer les universités.

L’autre argument contre les cours à distance, plutôt étrange puisqu’il apparaît comme un lapin sorti du chapeau, repose sur les inégalités entre étudiants : zones blanches, fracture numérique, impossibilité de travailler avec plusieurs personnes au domicile, etc. Les exemples sont nombreux qui sont apparus à certains lors du confinement. Mais les inégalités existent également en présentiel et l’on voit mal en quoi elles seraient d’une nature différente : beaucoup d’étudiants travaillent, font de longs trajets pour venir assister à un cours (parfois ennuyeux), ne sont pas plus à l’aise pour travailler chez eux, et subissaient déjà la fracture numérique. Défendre le présentiel au seul nom de la lutte contre l’inégalité est un peu court.

Au reste, l’inégalité n’est pas uniquement celle des étudiants. Les enseignants ne sont pas non plus tous au même niveau face aux outils informatiques. Les outils numériques, riches et variés, nécessitent un minimum de maîtrise. Concevoir un QCM ou un dépôt de devoirs sur une plateforme moodle ne va pas de soi ; enregistrer une vidéo, un podcast (sans même parler de les monter) depuis son domicile familial signifie souvent le faire de nuit ; écrire le cours entièrement, le structurer, envisager sa progressivité, prend du temps. Etc.

Difficultés des cours à distance. Pour qu’il y ait un vrai cours à distance, plusieurs conditions semblent devoir être réunies. La première, déjà évoquée, est celle de l’interactivité. C’est la raison pour laquelle les effectifs ne peuvent pas et ne doivent pas varier, que le cours ait lieu à distance, totalement ou partiellement, ou pas. Cette interactivité pourrait se manifester lors de séances de discussions en ligne, pourquoi pas de visio, ou lors des cours qui auront lieu en présentiel, justement. La deuxième, plus difficile, est la variété des ressources : n’envisager un cours à distance que sous une forme unique est une erreur. Si la vidéo n’est pas à proscrire, elle n’a pas de sens au-delà de 20-30 minutes, comme les fichiers sonores. Des supports écrits doivent être réalisés, des liens fournis vers les ressources adaptées, etc. Le plus contraignant, parce que étrangement on ne se pose pas souvent la question, est de savoir ce que l’on attend des étudiants à la fin du cours : puisqu’il faut les évaluer, qu’est-ce qui doit avoir été transmis et compris ? Quels sont les objectifs à atteindre ? Connaître, sans doute, mais est-ce suffisant ? Mettre en œuvre alors ? Mais sous quelle forme ? Faute d’objectifs suffisamment précis, on risque de pédaler dans le vide. Une chose est sûre : le cours à distance suppose un investissement réel, différent du cours magistral classique et beaucoup plus conséquent. Les possibilités sont certes nombreuses et très stimulantes, encore faut-il vouloir les saisir. De là à dire que les opposants aux cours à distance sont ceux qui ne sont pas les plus investis dans leurs enseignements, il n’y a qu’un pas qui ne sera évidemment pas franchi ici.

Opportunité des cours à distance. L’honnêteté oblige à avouer que le recours à l’ « hybridation pédagogique » nous confronte à un problème souvent éludé, alors autant l’affronter : les enseignants-chercheurs ne sont pas formés à la pédagogie et il n’est pas certain qu’ils sachent enseigner. Nous raisonnons par rapport à nos expériences, ce que nous aimions étudiants, ce que nous savons ou pensons savoir faire, en testant parfois de nouvelles approches, mais sans grand réflexivité. Nous en appelons parfois à la pédagogie inversée, mais sans réellement savoir de quoi il est question et en faisant parfois n’importe quoi. On appelle souvent à faire cours autrement mais, là encore, sans trop savoir ce que cela recouvre. Vouloir faire réfléchir les étudiants, c’est une chose, mais avec quelle méthode, quelles exigences, quels prérequis ?

La question est en fait assez simple : qu’est-ce qu’un cours – quelle que soit sa forme – permet ou devrait permettre qu’un manuel ne permet pas ?

Sans doute, d’abord, une synthèse d’un ensemble bien plus vaste. On imagine mal qu’en une trentaine d’heures, le contenu d’un cours soit équivalent à celui d’un manuel. Les deux sont complémentaires : c’est à cela que sert une bibliographie. Pour une matière juridique, outre ses mécanismes fondamentaux, le cours sert également à enrichir le contenu « sec » des règles par les recherches propres de l’enseignant : tel spécialiste de telle question insistera peut-être davantage sur celle-ci, tel autre livrera une approche différente, etc. Le cours est également un instant particulier puisqu’il est unique : c’est la différence entre une partition et un concert, entre un scénario et un film, etc. En cela il est important, puisqu’il s’y dit des choses qui ne seront pas répétées. Quoiqu’on en dise, une relation se crée entre l’enseignant et les étudiants à cet instant : il suffit d’avoir fait trois séances de travaux dirigés de la même matière, avec le même contenu, pour savoir que les trois moments seront différents. Les cours magistraux montrent que certains publics sont plus réactifs que d’autres et, s’ils sont répétés d’une année sur l’autre, ne sont pas censés se dérouler exactement de la même manière. Les enseignants sont parfois applaudis à la fin d’un cours, ce qui fait toujours plaisir et prête un peu à rire puisqu’on n’applaudit habituellement pas les gens qui font leur travail (sauf à sa fenêtre en période de crise ou à l’atterrissage d’un avion parfois). Mais ces applaudissements, s’ils ont lieu, sont bien la démonstration de ce que le cours a permis l’expression d’une forme de remerciement, qu’il ne s’agissait pas d’un trop mauvais moment et que quelque chose a eu lieu. Et puis, peut-être le plus important, le cours permet de créer un lien entre les étudiants : des amitiés, et plus si affinités, y naissent ou y meurent, il y a une émulation, un intérêt ou un ennui commun, des opinions différentes, etc. Ces avantages sont nombreux, mais il ne faut pas les surévaluer. On a tendance à oublier que la présence au cours est facultative. Pire, il paraît même que des étudiants ne viennent pas à certains cours, choisissent ceux auxquels ils veulent assister et réussissent malgré tout leurs examens. Certains même deviennent enseignants. Les notes de cours ont toujours circulé.

Si l’on « hybride », et que, dans l’idéal, on alterne cours à distance et en présentiel, comment articuler les deux, surtout avec de grands effectifs ? Imaginons l’enseignant qui construirait son cours à distance, avec des outils plus ou moins sophistiqués, alternant les supports, offrant des exercices de compréhension, qu’aura-t-il encore à dire aux étudiants lors des rencontres périodiques qui auront lieu ? S’il s’agit d’approfondir ou de mettre en application une notion, quelle sera alors la place des travaux dirigés ? Simplement posée, la question n’est pas si facile à résoudre et la question n’est pas ici. Remarquons juste que tout ceci demande beaucoup de temps : quand le ministère lance des appels à projet sur l’éducation en ligne, on perçoit évidemment la volonté de moins recruter (si c’est encore possible). Mais on peut tout aussi bien penser que les cours à distance supposent au moins autant d’enseignants pour les réaliser : on dit habituellement qu’une heure de cours équivaut à trois heures de préparation. C’est encore plus vrai, et sans doute davantage, pour les cours à distance.

Malheureusement, le ministère voit dans les cours à distance un moyen d’économiser et de mutualiser, ce qui est nier la spécificité de l’université et considérer que les enseignants-chercheurs sont interchangeables. Les opposants s’arc-boutent sur leur présence indispensable seule à même d’édifier les masses étudiantes. Le tout aux dépens d’une absence de réflexion sur nos pratiques.

  1. ce billet doit beaucoup aux échanges avec un ami et néanmoins collègue qui se reconnaîtra []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search