Les magistrats sont-ils de bons méchants ? À propos de The Devil’s Advocate de Steve Cavanagh et The Judge’s list de John Grisham

Les magistrats sont-ils condamnés dans la littérature à ne faire qu’appliquer la règle de droit, voire à faire le bien ? La figure du juge ou du procureur n’est pas inconnue des romans judiciaires. Ils peuvent avoir leurs défauts et les personnages décrits permettent souvent de sortir de l’image policée et parfois démagogique renvoyée par les porte-paroles officiels ou officieux. En s’intéressant aux personnages des procureurs et des juges, la littérature permet de dresser des portraits différents.

Juges et procureurs ne sont pas des figures nouvelles en littérature, que l’on songe récemment au juge de Article 353 du code pénal de Tanguy Viel ou au narrateur de L’Instruction de Antoine Bréa. Le magistrat est soit le personnage principal du récit, soit un personnage secondaire, soit un personnage sans lequel l’histoire ne peut tout simplement pas avoir lieu (comme dans Article 353 du code pénal ou la Lettre à mon juge, de Georges Simenon, par exemple). Dans le roman judiciaire, il peut être un héros. Dans les livres de Richard North Patterson, la figure de Caroline Masters en est une parfaite illustration : juge, avocate, juge d’une juridiction fédérale, puis membre et présidente de la Cour suprême des Etats-Unis, elle est la figure de la juriste accomplie, brillante, fine technicienne et brillante politicienne. Scott Turow a également fait des magistrats des mis en cause (Présumé innocent), des héros (L’Angoisse du juge), des personnages corrompus (Ultime recours). La figure du juge corrompu est également au cœur de L’Informateur où l’héroïne, Lacy Stoltz, est membre du Florida Board on Judicial Conduct (qui n’existe pas, à la différence de la Florida judicial qualifications commissions).

Deux romans récents1 poussent cette figure du magistrat déviant encore plus loin. Le premier, de John Grisham, The Judge’s List, reprend le personnage de Lacy Stoltz. Alors qu’elle vivote au BJC, elle est contactée par une mystérieuse informatrice qui lui révèle qu’un juge est en réalité un tueur en série, assassinant les personnes avec lesquelles il a eu par le passé un différend. Le récit est habile et soulève pour l’auteur, le FBI et le lecteur un problème inédit : comment enquêter sur ce tueur en série d’un nouveau genre ? Le second, de Steve Cavanagh, The Devil’s Advocate, reprend les aventures de l’avocat escroc Eddie Flynn. La recette des précédents romans – créant le thriller d’action judiciaire 2 – est inchangée, même si elle s’affine. Eddie Flynn est « recruté » pour assurer la défense d’un jeune homme noir accusé du viol et du meurtre d’une jeune fille. Il lui faut lutter contre une erreur judiciaire en devenir et contre un procureur redoutable : Randal Korn. Celui-ci est prêt à tout pour parvenir à ses fins : l’exécution des accusés qu’il poursuit. Ce procureur est en réalité un tueur en série qui réussit à instrumentaliser le système judiciaire pour tuer sans avoir à le faire lui-même : « He didn’t become a prosecutor in a death-penalty state to concern himself with guilt or innocence. It was the system that appealed to him. Justice was simply a cloak he wore to disguise his true nature ».

Les interprétations des deux romans sont à l’évidence savoureuses. La tentation est grande de voir dans les personnages décrits des symboles de l’institution judiciaire. Jugez plutôt : dans le roman de John Grisham, le juge est un être profondément intelligent, mais asocial. Sexuellement impuissant, il reste très discret dans les meurtres qu’il commet même si son ego l’oblige à les signer pour laisser une trace. Chez Steve Cavanagh, le procureur est un menteur, manipulateur, corrupteur, qui aime à s’automutiler pour ressentir le plaisir de la souffrance.

Le récit de John Grisham est, comme à son habitude, très efficace. Il alterne habilement les points de vue, passant du côté des enquêteurs à celui du suspect, tout en continuant à recourir à la forme de narration qu’il utilise depuis quelques romans (peut-être depuis The Rooster BarLes Imposteurs) qui laisse une plus grande place à la digression, comme s’il se laissait glisser sur la vie et les hasards de ses personnages, au lieu d’être tout entier centré sur l’issue de son intrigue. Cette manière de faire donne au récit une crédibilité supplémentaire : même si l’objectif d’une enquête ou d’un procès, par exemple, est prenant pour les protagonistes, ceux-ci ont aussi des vies à suivre. Lacy Stoltz est certes membre du BJC, mais elle est en attente d’une transaction dans un litige né à l’occasion du précédent roman, se demande si elle doit s’engager davantage avec son compagnon ou si elle peut quitter ses fonctions actuelles qui ne promettent rien d’extraordinaire. La plaignante, aussi obsédée qu’elle soit par le tueur sur lequel elle mène l’enquête, a également une vie à mener. Cette manière de faire a pu créer de grandes surprises dans le récit si l’on songe à The Rooster Bar ou même The Reckoning (La Sentence) ou Camino Winds. Ce n’est pas tout à fait le cas ici, puisque le récit poursuit son but.

Chez Cavanagh, Eddie Flynn reste un avocat caricaturé – ancien escroc, pickpocket… devenu avocat – revenu de son passé tortueux pour ne défendre que des innocents (c’est seulement à ce prix que ses arrangements avec la loi sont admis par le lecteur). La particularité est que The Devil’s Advocate délaisse un peu l’action pure, les blagues d’avocats (« Some say all a small-town lawyer needs is a good smile to go o a highway billboard and a memorable phone number »), et le suspense (marque de fabrique de l’auteur), pour aborder un aspect plus social : la discrimination raciale et les erreurs judiciaires qui en résultent. La technique juridique est absente de ces ouvrages en général, et de The Devil’s Advocate en particulier : l’avocat n’est qu’une grande gueule qui gagne que parce qu’il a la vérité pour lui. Il n’y a guère d’argumentation, de raisonnement en construction : uniquement de l’action, ce qui rend le tout passionnant. Si les romans de Grisham et Cavanagh fonctionnent si bien, c’est grâce à la normalité de leurs méchants. Le « monstre » se dissimule aisément parce qu’il est une figure d’autorité respectée. Le juge de Grisham évolue dans la très bonne société de Floride et est particulièrement apprécié des avocats qui ont eu à plaider devant lui. Le procureur de Cavanagh est tout aussi respecté voire célébré. Ce n’est qu’au fur et à mesure du roman que sa nature sera révélée. Cette figure du méchant qui se dissimule derrière sa banalité permet aux deux récits de dépasser le thriller pur et d’inviter plus largement à se méfier de l’exemplarité de façade des gens de justice.

  1. Il ne s’agit pas ici de chercher à dresser une nouvelle figure de la littérature judiciaire : ce billet n’est que le fruit d’une coïncidence résultant du hasard des lectures. []
  2. notre recension in « Carnets de lectures 2020 », Lexbase pénal, sept. 2020 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search