À quoi sert un cours ?

La période se prêtant à la méditation, on peut essayer de réfléchir un peu à deux remarques faites pendant l’année, en lien avec les cours dispensés.

Une première remarque a été faite par une étudiante qui, à la fin d’un cours, voulait savoir si j’étais bien celui qui avait écrit dans un livre qu’elle avait acheté1. La question m’a surpris mais, à bien y regarder, il n’est pas très étonnant que les étudiants (en deuxième année ici) n’aient pas nécessairement connaissance de ce que font les enseignants qu’ils ont face à eux en cours. Si on ne leur explique pas qui fait quoi, quel est le métier et en quoi il consiste, il est normal que beaucoup ignorent ce qu’est un enseignant-chercheur. Au demeurant, lorsque j’étais étudiant, j’ai attendu longtemps avant de savoir qui étaient les personnes que j’avais en cours : non que la chose ne m’intéressait pas, mais elle me paraissait peut-être tellement évidente qu’en réalité je n’en savais rien. Or, si les étudiants savaient ce que font leurs enseignants, que, pour certains, leurs recherches irriguent leurs enseignements, qu’ils participent, pour d’autres (voire les mêmes !) au fonctionnement des diplômes ou des établissements, peut-être comprendraient-ils mieux, ou différemment, ce qui est attendu d’eux.

La deuxième, aussi simple qu’évidente, m’a été posée par un étudiant à la fin d’un cours : « à quoi sert votre cours ? ». Au regard du développement des officines de préparation aux examens universitaires et autres organismes qui promettent la réussite pour des sommes astronomiques, on serait tenté de répondre : « À réussir l’examen ». Ce serait une logique de courte vue mais on peut parfois avoir l’impression que tel est le cas lorsque, les copies corrigées il faut faire de nouveaux sujets pour corriger de nouveau et envisager ensuite les épreuves de seconde session (le rattrapage) avant de corriger ensuite. De leur côté, les étudiants pensent très rapidement aux examens : à peine le semestre commencé, arrivent les épreuves de travaux dirigés puis les examens terminaux. Dès lors, la préoccupation essentielle – et très compréhensible – est de savoir comment faire pour réussir ces examens. Si l’on ajoute à cela la nouvelle pression importante ajoutée par les sélections à l’entrée du Master (au lieu du Master 2 auparavant), on comprend que les notes obtenues occupent les pensées des étudiants. La notation s’inscrit dans le fonctionnement de « la machine à sélectionner » et, pour paraphraser Matthew B. Crawford, si vous collez un 6 à un étudiant, il est probable qu’il vous suppliera de ne pas compromettre son admission en Master2.

À bien y regarder, il n’est pas évident d’avoir conscience de l’évolution de la machine tout en étant dans la machine : le constat de la massification de l’enseignement et l’idée fausse selon laquelle les études supérieures sont le remède à tout sont regrettables et il faut souhaiter que les personnes qui ne se sentent pas à l’aise avec les études supérieures en général, et en droit en particulier, soient plus avisées d’aller vers d’autres formations et métiers au lieu de faire croire que le droit mène à tout. Il peut ne mener nulle part si on ne parvient à « avoir » ses années qu’au prix de redoublements répétés, de rattrapages et de points de jury. Si les causes de l’échec sont identifiées (problème de travail, de compréhension, de sujet ou bien rejet de la matière, etc.), on peut travailler dessus et, le cas échéant, se réorienter pour éviter de s’enfermer dans des schémas compliqués3.

Ceci étant, et indépendamment de ces considérations, à quoi sert un cours ?4 Pour les juristes, on peut évidemment entrer davantage dans le détail. Mais les matières qu’ils apprennent ont ceci de particulier que leur objet évolue, parfois même alors que le cours est dispensé5 : il ne peut donc pas s’agir d’expliquer des règles invariables, puisque les dispositions expliquées auront peut-être été modifiées lorsque l’étudiant aura terminé son semestre, son année ou son cursus. Dès lors, il ne s’agit pas que d’enseigner un état du droit.

Il est question en revanche de donner les principes essentiels d’une branche du droit : ses exigences, sa finalité, pourquoi pas ses représentations, sa portée, ses enjeux, etc. Il s’agit ensuite de transmettre une manière d’analyser les problématiques d’une branche du droit : l’explication des normes, de la jurisprudence, de leurs évolutions permettent de comprendre et de s’approprier le raisonnement juridique pour pouvoir, le moment venu, résoudre un questionnement sur une question précise, nouvelle ou non. L’examen a alors pour rôle de vérifier, d’une part, l’acquisition de connaissances, ceci étant souvent facilité par l’utilisation du code, et, d’autre part, la capacité d’analyse d’une problématique grâce à ces connaissances. S’il ne s’agit que des connaissances, l’exercice sera limité quand il s’agit d’un écrit : les meilleures connaissances du monde ne permettent pas de résoudre un exercice juridique classique. S’il ne s’agit que d’une capacité d’analyse sans les connaissances juridiques associées, l’exercice ne présente pas d’intérêt. C’est bien l’association des deux qui permet de savoir si une règle est comprise et que l’on sait la manier. Pour le dire autrement, tout le monde sait qu’il est interdit de voler, mais tout le monde ne sait pas comment se commet un vol ni comment le réprimer.

Et, dans le meilleur des cas, le cours permettra même à l’enseignant6 et aux étudiants de passer un bon moment, voire de poursuivre un but d’enrichissement personnel et donner des outils de compréhension de notre monde. Se demander à quoi sert un cours, c’est se demander à quoi sert l’Université, « cet idéal universel et républicain, celui d’une pensée critique qui s’apprend et s’exerce pour le bien de tous » ((M. Febvre-Isally, « Quelle université voulons-nous ? Introduction », Esprit, 2023/7, juillet-août, p. 33)).

 

 

 



Citer ce billet
Jean-Baptiste THIERRY (2023, 23 juillet). À quoi sert un cours ? Sine lege. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u75n

  1. L’indispensable Le Droit dans la saga Harry Potter, dirigé par Valère Ndior et Nicolas Rousseau, Enrick B. éditions, 2019 []
  2. « Si vous collez un D à un étudiant, il est probable qu’il vous suppliera de ne pas compromettre son admission à la fac de droit » : M. B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, éd. La Découverte, 2016, ne demandez pas le numéro de page je l’ai lu en epub. []
  3. Évidemment, il ne s’agit pas ici de s’interroger sur les multiples configurations d’un échec dans une discipline donnée. Les exemples d’un acharnement qui finit par payer sont nombreux et chacun puisera à loisir dans son expérience personnelle pour démontrer que tout est possible. Tel ou tel expliquera savamment qu’il « s’est fait tout seul », qu’à force de travail on arrive à tout, mais, comme je l’ai récemment entendu, ce n’est pas parce que quelqu’un réussit à gravir l’Everest en claquettes que tout le monde peut y arriver []
  4. Je mets ici de côté les cours intervenant dans des cursus non juridiques : les étudiants n’ayant pas vocation à être juristes, ils ont besoin de la présentation d’un cadre général, de quelques explications sur les règles en lien avec leur activité, pour avoir les outils essentiels de compréhension juridique de leur futur exercice professionnel. []
  5. Il faut sans doute aussi faire un sort particulier aux étudiants qui préparent examens et concours []
  6. Dit de cette manière, c’est aussi une manière de voir les cours comme ayant une utilité pour celui qui les dispense : se demander à quoi sert un cours, c’est donc se poser la question de son utilité pour les étudiants (encore heureux) mais aussi pour l’enseignant. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search