Prison (Rinaudo, Royant, Dorange), Carnet de prison (Galien)

La bande-dessinée « carcérale » a donné lieu à de nombreux ouvrages qui ont souvent été recensés sur ce site. Deux ouvrages supplémentaires doivent être ajoutés à la liste.

Le premier, sobrement intitulé « Prison », édité par la Boîte à bulles, a bénéficié du soutien de la Ligue des droits de l’homme. Elle regroupe quatre histoires qui s’intéressent aux parcours personnels de détenus : elle ne concerne donc pas seulement la prison mais aussi des « parcours de vie ». Chaque récit est ponctué par des dessins qui tiennent sur une pleine page. La prison est montrée du point de vue des détenus et essentiellement dénoncée pour ce qu’elle leur fait. Appelée « l’ogresse », elle n’est montrée que comme une machine à détruire : détruire ceux qui ont besoin de soins, ceux qui ont besoin d’être protégés, ceux qui ont besoin d’être accompagnées, ceux qui tombent amoureux, etc. Les problèmes « courants » de la détention sont repris : la violence, les troubles psychiques, la surpopulation, l’absence d’intimité, etc. La narration est évidemment à sens unique, dans le sens où les auteurs posent un regard critique sur la détention : l’histoire de « Audrey et Fred » est à cet égard assez symptomatique : un détenu et une surveillante tombent amoureux et la sanction de cette dernière est montrée comme la sanction de l’amour qui ne peut pas exister en détention. Mais on peut aussi y voir un moyen de protéger la déontologie des personnels de surveillance, de protéger détenus et surveillants, ou d’assurer la sécurité de l’établissement, par exemple (dans l’histoire, la surveillante fait passer un téléphone au détenu). La dénonciation du fonctionnement carcéral manque parfois son objet, sans que l’on sache réellement s’il s’agit d’une maladresse ou d’une volonté propre. Par exemple, le témoignage final du détenu qui explique avoir raconté ces histoires « parce que je n’ai plus rien d’autre à faire. Il ne me reste que ça. […] J’ai pris perpète et je l’accepte… Je ne souhaite à personne d’avoir à tuer son propre enfant. Justin souffrait d’une maladie orpheline qui générait chez lui des crises de douleurs effroyables. Je ne supportais plus les souffrances qu’il endurait et j’ai voulu l’en délivrer ». Quelle est le but poursuivi par cette dernière affirmation ? Laisser penser que la condamnation est injuste ? Laisser penser que l’infraction était justifiée ? Et surtout, quel est le lien avec la dénonciation des conditions de détention ?

Ces quelques défauts sont à relativiser : ils sont sans doute davantage le signe de ce que les motifs d’indignation sont trop nombreux lorsqu’on parle de la prison et qu’il est alors difficile de rester mesuré. Il faut en outre souligner que le dessin de la folie est particulièrement bien montré et les auteurs réussissent à symboliser en une case un phénomène complexe (par exemple, l’éloignement familial).

 

La seconde bande dessinée est d’un genre un peu différent. Carnet de prison, de Galien, publié chez Steinkis, est le récit d’un dessinateur qui a animé des ateliers dessin en détention1. Galien découvre (une partie) de la prison et raconte la vie de son atelier de dessin ainsi que les raisons qui expliquent qu’il n’exerce plus ces activités. La démarche est intéressante puisqu’elle permet de porter, auprès du grand public, des instants de vie nécessairement difficiles d’accès. Galien ne se pose pas en lanceur d’alerte ni en critique acerbe de la prison : il témoigne des difficultés qu’il a rencontrées – les déplacements en détention, l’attitude de quelques surveillants et détenus, la lourdeur de la surveillance, la violence sous-jacente – et de ce qu’il a essayé d’apporter lors de ces séances. Le dessin, comme les autres activités socio-culturelles exercées en détention, est avant tout un moyen d’occuper le temps des détenus, mais également de leur permettre une forme d’expression particulière, inhabituelle, qui nécessite un effort particulier de concentration et de restitution. Galien restitue son expérience de la manière la plus sincère possible : conscient d’avoir pu être instrumentalisé par certains détenus, il a aussi eu des échanges passionnants avec plusieurs d’entre eux. Ici ou là apparaissent des éléments importants de la vie en détention : la confrontation des cultures professionnelles. En effet les préoccupations des personnels du SPIP, des personnels de surveillance et des intervenants extérieurs n’ont pas grand-chose en commun. Mais Galien a réussi à échanger avec tous. Les constats qu’il fait sont parfois alarmants : ainsi du risque incendie ou de l’incapacité avouée à lutter contre des mouvements violents. Il insiste sur l’importance de ne voir dans le détenu qu’un participant à son atelier de dessin sans chercher à s’intéresser aux raisons de son incarcération. Celles-ci sont difficiles à ignorer, soit qu’elles se révèlent d’elles-mêmes, soit que le détenu en parle. Dans tous les cas, malgré l’enthousiasme du dessinateur, il ne lui sera pas possible de continuer à s’occuper de ces ateliers : malgré son déménagement, il tentera de relancer une activité dans un nouvel établissement mais le projet tombera à l’eau.

Ces deux ouvrages offrent des visions complémentaires de l’institution carcérale et permettent de mieux appréhender les contraintes de ce monde peu connu des profanes.



Citer ce billet
Jean-Baptiste THIERRY (2023, 2 août). Prison (Rinaudo, Royant, Dorange), Carnet de prison (Galien). Sine lege. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u75p

  1. Pour une démarche similaire : Bast, En chienneté. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search