Cristal 417 (M. Eacersall, H. Scala, B. Golzio)

En ces temps estivaux où l’extrémisme de la parole de certains policiers inquiète légitimement, où des régimes d’exception sont souhaités par les mêmes, démontrant ainsi dans le même temps le danger d’une police détachée de la limitation de ses pouvoirs par les exigences des droits et libertés, il est bon de se plonger dans la lecture d’une bande dessinée qui rend compte du quotidien d’une brigade prestigieuse. La brigade criminelle avait déjà donné lieu à un passionnant documentaire sublimé par l’aquarelle de Titwane : dans Cristal 417, elle est mise en fiction avec le même souci de réalisme.

Le lecteur suit les découvertes d’une jeune membre de la brigade criminelle de Paris, Pauline, consciente de la difficulté de ses missions. Le texte de la première planche plante le décor : « C’est […] dans la triste chambre de l’école de police de Oissel, en regardant son uniforme posé sur son lit, qu’elle a eu l’étrange sentiment de l’engagement pris, de la responsabilité qu’elle avait vis-à-vis des autres ». La police n’est pas le signe d’un privilège exercé par ses membres, mais bien d’un service public dont il faut, notamment, pouvoir rendre compte.

Cristal 417 raconte l’arrivée à Paris de l’héroïne, provinciale découvrant à la fois la double nouvelle vie parisienne et professionnelle, comme une sorte de double déracinement : s’intégrer dans une nouvelle vie personnelle, chercher un logement, rencontrer des amis et rompre avec les anciens (les pages sur son compagnon resté en Moselle ou les soirées parisiennes dans lesquelles les invités réagissent tous de la même manière en présence d’un policier sont particulièrement bien vues), tout en découvrant une police dans la police, qui plus est à un moment clef de celle-ci : le départ du 36, quai des Orfèvres pour les nouveaux locaux des Batignolles (« On avait vu sur la place Dauphine, maintenant on aura la vue sur le périph’. / […] Le Quai des Orfèvres, c’est quand même le truc le moins fonctionnel du monde / […] Il reste des bières ? J’ai envie de me saouler la gueule »), la suite des attaques de Charlie Hebdo et les futures attaques du 13 novembre. Le récit est intelligemment mené : il y est évidemment question d’enquêtes, mais vues à hauteur de policiers, de leur organisation, de leurs relations, des contraintes techniques et juridiques (les réquisitions des données de connexion, la rédaction et la tenue des procès-verbaux), de leurs coups de chances, de leurs désillusions, etc.

La confrontation de Pauline avec la misère sociale et la banalité du mal, souvent à la manœuvre dans le récit, où la stupidité se conjugue à l’avidité, entraîne un sentiment d’évidente nécessité de la mission de ces policiers empreint d’un inévitable désenchantement : « « C’est les meurtres : tu crois toujours que tu vas tomber sur Hannibal Lecter, et tu finis avec des crétins…des débiles qui pensent que tuer des gens va résoudre leur problème ».

Toute la particularité de la brigade criminelle est montrée : il ne faudrait pas croire en effet qu’elle est représentative de l’ensemble des missions de police, bien au contraire. Un personnage le résume simplement : « La crim’, c’est la brigade du directeur. On y fait des trucs qu’on ne donne pas aux autres. Parfois, c’est calme pendant longtemps, puis “tac”, y a gros coup d’accélérateur et on se retrouve sur l’affaire la plus médiatique du moment. Faut savoir gérer ». Ou un autre : « Tu t’y es pas encore habituée, hein ? C’est la crim’ ici. On a tout ce qu’on demande. / T’inquiète, si tu vas à l’O.F.P.R.A, à la sécu ou même aux urgences, on te fera quand même passer en dernier / On reste des sales flics, hein. Mais avec des moyens et du prestige ». Le dessin alterne efficacité des cases, souci de la précision et planches sur lesquelles le lecteur s’arrête pour en apprécier la composition et l’apparente simplicité. L’absence de lyrisme, de stylisation excessive et de propos caricaturaux permet de mieux appréhender les situations rencontrées par Pauline.



Citer ce billet
Jean-Baptiste THIERRY (2023, 10 août). Cristal 417 (M. Eacersall, H. Scala, B. Golzio). Sine lege. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u75q

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search