Qu’est l’envie d’apprendre devenue ?

L’âge faisant et la routine s’installant, l’enseignant chercheur peut parfois devenir désabusé. Inévitablement, il se demandera si le niveau baisse (ce niveau étant toujours celui des autres, pas celui des enseignants ni le sien propre), l’impression poindra de répéter toujours les mêmes choses (ce qui est sans doute l’une des bases de la pédagogie) et une forme de lassitude inhérente à toute activité professionnelle semble inévitable. Dans ces circonstances, l’université constitue, en tant que lieu de savoir, un remède à la mélancolie : les occasions d’apprendre sont innombrables et les colloques variés (il en était déjà question ici, souvenez-vous). Mais pris dans une spirale professionnelle et personnelle, il n’est pas toujours très évident de réussir à saisir toutes les opportunités qui se présentent. Les collègues le savent bien qui souvent ne peuvent assister qu’aux colloques où ils interviennent et préfèrent renoncer à se rendre à un évènement pour corriger des copies, préparer un cours, écrire un article, remplir un tableur, répondre aux messages, faire un sujet, contacter des intervenants, remplir un dossier d’avancement, rester avec leurs proches, organiser une réunion, etc. Il faut un alignement des planètes particulier – sans parler d’une certaine dose de motivation – pour réussir à aller assister à un colloque auquel on n’a aucun intérêt immédiat. J’assiste pour ma part assez rarement aux manifestations : soit qu’elles soient tardives, soit qu’elles soient trop éloignées de mon champ disciplinaire, soit qu’elles aient lieu en même temps qu’une autre obligation, soit – soyons francs – qu’elles concernent des personnes ou des sujets que je n’apprécie pas. Au reste, les personnes qui assistent à un colloque ont des motivations différentes : on peut y être obligé ou se sentir obligé, certains iront pour réseauter (le plus intéressant dans un colloque est souvent ce qui a lieu lors des pauses, sinon la visio serait bien suffisante), se faire voir (les carrières semblent parfois plus tenir à la capacité à se faire voir des bonnes personnes plutôt qu’à faire), saluer quelqu’un, apprendre des choses (ouf !), échanger, s’enrichir, etc. Et à force de tourisme universitaire, on voit que les usages varient d’une faculté à l’autre.

Du côté des étudiants, le fonctionnement est un peu différent. Et faute d’en avoir sous la main qu’il serait possible de disséquer, les suppositions sont de mise. Il faut ajouter que l’on raisonne par rapport à un standard étudiant, déterminé par rapport à celui qu’on a été ou que l’on aimerait avoir en cours, ce qui ne permet pas d’analyse très fine. De mes années étudiantes je garde, il faut en convenir, plus de souvenirs non universitaires que de manifestations scientifiques. À vrai dire, je n’ai pas le souvenir qu’il existait alors de nombreuses manifestations auxquelles nous aurions été conviés ou incités à participer. Les concours d’éloquence, aujourd’hui légions, étaient rares. Par ailleurs, j’étais un étudiant d’un campus « retiré » et, pour ne rien gâcher, je n’habitais pas sur le lieu de mes études ce qui ne facilitait pas les choses. Mais je garde également un souvenir de curiosité et de temps passé dans les bibliothèques et au cinéma. Les initiatives étudiantes n’étaient en outre pas valorisées dans les cursus et, lorsqu’elles existaient, il faut bien convenir qu’elles consistaient essentiellement à organiser des fêtes alcoolisées qui n’entretenaient que des rapports lointains avec l’acquisition du savoir juridique.

Depuis quelques mois, mon attention a été attirée par des pratiques ou des remarques particulières en lien avec ces questions. Par exemple, lors de manifestations que j’ai pu organiser ou auxquelles j’ai eu la chance de participer, le public étudiant était nombreux, voire très nombreux. Dans d’autres, en revanche, le public pouvait être plus clairsemé. Certaines manifestations accueillent beaucoup de personnes extérieures à l’université, d’autres semblent n’intéresser que quelques personnes. Certaines fonctionnent sur le principe de la présence obligatoire, d’autres sur la liberté. Et, vu de l’extérieur, il n’est pas évident de savoir ce qui influence la quantité de personnes présentes. Les facteurs sont sans doute multiples. Par exemple, nous savons que passées les vacances d’avril, les étudiants de Licence et Master 1 entrent dans des périodes d’examen et qu’ils n’ont plus cours, de sorte qu’il est difficile de les faire venir. Certains travaillent, d’autres ont des TD, des activités personnelles et familiales, sont en stage, ce qui fait qu’il est impossible de s’assurer que le créneau choisi convienne à tout le monde. Le fonctionnement de l’université évolue également. Les initiatives étudiantes sont récompensées et les étudiants sont encouragés à organiser des manifestations diverses et variées, ce qui leur permet de recueillir points bonus et bonnes notes. Tout ceci participe à la vie des facultés. Mais, d’une manière générale, il semble bien que les manifestations dont l’étudiant ne retire aucun bénéfice immédiat ne l’attirent pas et ce, parfois, de manière difficilement prévisible. Des spécialistes identifieraient sans doute de nombreuses explications. Il peut s’agir d’un désintérêt pur et simple : contrairement à ce que pourrait penser l’enseignant, les études ne sont pas vécues comme un épanouissement mais comme un pensum qu’il faut accomplir. Plutôt que de désintérêt généralisé, il peut également s’agir d’un intérêt différencié : tous les goûts sont dans la nature. Il peut s’agir d’autres explications (examens, sport, autre manifestation, petit boulot…). À l’instar des autres universitaires, les étudiants ont tous des choses à faire.

Comment dès lors attirer les étudiants et faut-il chercher à le faire ? Une piste est de rendre la présence obligatoire, ce qui garantit la quantité de l’auditoire, mais pas sa qualité : au moins, quand personne n’est obligé, ceux qui viennent et reviennent sont vraiment intéressés. Une autre est d’impliquer les étudiants en les rendant acteurs et non spectateurs des manifestations. Mais alors comment les impliquer sans les récompenser ? Ce qui transforme un peu la chose – y compris pour l’organisateur – et travestit l’esprit d’apprendre librement à l’université.

De discussions rapides, il ressort que tout cela est sans doute multifactoriel. La participation supposerait d’être contrainte ou récompensée ou serait dépendante de « l’effet utile » immédiatement espéré. La conclusion qui revient souvent est « j’ai renoncé à comprendre ». De tout cela, il ressort tout de même qu’il vaut mieux voir le verre à moitié plein, insister sur les présences plutôt que les absences, apprécier la curiosité manifestée plutôt que l’intérêt calculé, ce qui vaut à la fois pour les étudiants et les enseignants.



Citer ce billet
Jean-Baptiste THIERRY (2024, 12 avril). Qu’est l’envie d’apprendre devenue ? Sine lege. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w7bz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search