Les utilisateurs de trottinettes électriques sont-ils des cons ?

Pour paraphraser Desproges, de deux choses l’une : ou bien les utilisateurs de trottinettes électriques sont des cons, et ça m’étonnerait tout de même un peu ; ou bien les utilisateurs de trottinettes électriques ne sont pas des cons, et ça m’étonnerait quand même beaucoup. La question peut sembler saugrenue mais elle est bien justifiée par plusieurs facteurs. Certains sont non juridiques. Par exemple, certains conducteurs de ces « engins de déplacement personnel motorisés » privilégient des modèles customisés, imposants, avec des phares et des lumières qui montrent que le tuning ne se limite pas aux voitures. D’autres se déplacent avec moult dispositifs de sécurité – casques de motocross, lampes frontales, sacs à dos indicateurs de direction – qui leur donnent une allure particulière (que la fragilité et la vulnérabilité de ce mode de déplacement rendent bien compréhensibles). Surtout, beaucoup (#NotAllTheConducteursDeTrottinettesÉlectriques) circulent sur les trottoirs sans grande considération pour les piétons qu’ils doublent en les frôlant ou croisent sans prendre même la peine de ralentir. Juchés sur leur trottinette – laquelle peut par ailleurs être très imposante –, ils adoptent un comportement qui consiste à regarder droit devant, ayant une vague conscience du ridicule de leur posture, en se disant que puisque leur engin avance vite, il n’est pas la peine de ralentir puisque les piétons se pousseront instinctivement pour laisser passer ces nouveaux rois du bitume. Dans le train, ils n’hésitent évidemment pas à laisser leur bolide déplié, tant et si bien qu’il n’est pas rare d’entendre le contrôleur rappeler qu’il est nécessaire de plier le dit appareil. Des affiches de sensibilisation ont dû être faites pour préciser qu’il ne faut pas rouler avec ces engins sur un quai de gare ou de métro. De nouvelles conduites romantiques se développent : les amoureux se déplacent à deux sur l’appareil, enlacés sur le plateau, indifférents aux tourments du monde et à la sécurité élémentaire. Mais de ces considérations, les aficionados de ces instruments se moquent, et ils ont bien raison : ils se déplacent plus rapidement sans avoir le souci de se garer, ils utilisent un matériel plus facile à garder avec soi qu’un vélo et ont une allure qui est tout de même plus fière que les conducteurs de draisiennes électriques.

D’autres facteurs sont plus juridiques et renvoient à une interrogation plus fondamentale : celle de la connaissance de la norme et du rapport entretenu avec elle. Comme les cyclistes qui roulent sur les trottoirs ou les automobilistes qui s’arrêtent sur une piste cyclable ou sur un trottoir, les utilisateurs de trottinettes électriques roulent-ils sur les trottoirs parce qu’ils ignorent que cela est interdit ou bien parce qu’ils pensent ne pas risquer de sanction, ou bien encore parce qu’ils se moquent bien de la sanction éventuelle ? Car en effet, plusieurs comportements sont pénalement prohibés. L’article R. 412-43-1 du code de la route liste un certain nombre d’interdictions, dont la violation constitue une contravention de la quatrième classe (soit 750 euros encourus, ce qui n’est pas rien) quand il s’agit de rouler ailleurs que sur une piste cyclable, de la deuxième classe (soit 150 euros) lorsque, la circulation de ces engins ayant été autorisé sur le trottoir, elle est trop rapide, etc. Le III de l’article R. 412-43-3 du code de la route précise qu’il ne peut y avoir qu’une personne – un conducteur – sur l’engin, et que la violation de cette interdiction constitue une contravention de la quatrième classe.

Pourtant, sans disposer de statistiques précises, on peut douter de l’application de ces infractions susceptibles d’être commises en utilisant ces engins de déplacement. Il semble donc qu’existe un décalage remarquable entre l’interdit pénal et son respect. La question n’est pas propre à ces comportements. Ils présentent toutefois une particularité, c’est celle d’être visibles et commis au vu et au su de tous. Le voleur comme l’auteur de violences est difficile à identifier, l’usager de stupéfiants peut se cacher, mais le conducteur de trottinette affiche sa délinquance, à visage découvert qui plus est. Au sentiment d’impunité et à l’éventuel calcul rationnel propre à ces infractions d’indiscipline, s’ajoute en effet une forme de mépris visible pour autrui. Le conducteur de voiture qui ne s’arrête pas aux passages protégés ou tente d’accrocher le piéton qui traverse imprudemment, est à l’abri dans sa voiture. Le pilote de trottinette ne dissimule pas son visage : il n’y a donc pas chez lui de sentiment d’impunité lié à son invisibilité. Il s’agit d’une forme d’inconduite visible en ville, qui semble se distinguer d’autres comportements de faible gravité plus dissimulés ou plus difficiles à prendre sur le fait. La trottinette sur le trottoir pourrait alors être vue comme une manière d’afficher son mépris de la norme quand celui-ci est souvent tu pour des comportements de gravité similaire, comme le démontre d’ailleurs l’automobiliste qui lève la main pour s’excuser d’avoir manqué d’écraser un piéton.

Les conducteurs d’EDPM qui les utiliseraient en violation des règles d’utilisation seraient alors le symbole d’une extériorisation du recul de l’autorité. À moins que leur comportement ne s’assimile à une forme de désobéissance civile assumée : les « mobilités douces » étant négligées dans nombre d’agglomérations, il n’y aurait d’autre choix que d’imposer le changement de la voirie par la violation de la norme. L’idée est séduisante mais elle est peu efficace : les piétons ont un pouvoir de mobilisation moindre que les automobilistes, de sorte que ce sont ces derniers qu’il faudrait embêter pour espérer voir les choses bouger.

Finalement, l’ « EDPMiste » amateur de trottoirs est sans doute plus égoïste qu’ignorant de la règle, une manifestation comme une autre de ce que l’existence de la norme n’empêche pas l’anomie. Preuve que les traits de personnalité qui poussent à la recherche d’un gros engin à avoir entre les mains ne sont pas propres aux automobilistes. Dès lors, il n’est pas certain que le droit pénal puisse à lui seul modifier sensiblement ces comportements.



Citer ce billet
Jean-Baptiste THIERRY (2024, 19 avril). Les utilisateurs de trottinettes électriques sont-ils des cons ? Sine lege. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8uf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search