Droit et littérature: questions de méthodes

Quel pourrait être l’intérêt d’une énième contribution relative aux relations entre le droit et la littérature ? Les choses sont d’une remarquable permanence : d’un côté, la vivacité de cette approche n’est plus à démontrer, de l’autre les sceptiques demeurent. Le champ souffre toutefois d’un cruel manque de méthodologie. Car en effet, qui parle de droit et littérature ? Si ce sont les littéraires, ils ne sont pas juristes et perdent alors peut-être de vue les subtilités du droit. Si ce sont des juristes, ce ne sont pas des littéraires (il ne suffit pas d’aimer la littérature pour l’être) et ils perdent de vue ce qui fait l’essence de la littérature : le style de l’écrivain. Centrés sur l’histoire, ils ne font que traiter du récit sans s’intéresser à sa forme. Or, s’il est bien un domaine où la forme compte tout autant que le fond, c’est bien la littérature.

Plusieurs évènements expliquent ce billet et sa tentative de réflexivité. D’abord, un élément très prosaïque : les copies. Plus il y en a, plus la tentation de réfléchir à autre chose est grande. Ensuite, il s’agit d’une sorte de « pre-print » d’un travail préparatoire (c’est-à-dire un brouillon) d’un article que je dois rendre prochainement pour l’excellente revue Considérant, revue du droit imaginé, dirigée par Damien Connil et Nicolas Bareït1. Enfin, et surtout, il existe une forme d’alignement des planètes qui fait que les opportunités de travailler sur ces questions se sont amplifiées.

Nous sommes à l’université : s’il est question de méthode, il est question d’enseignement et de recherche (et aussi d’administratif, mais restons sérieux). Quel(s) enseignement(s) alors ? Et quelle(s) recherche(s) ?

Quel(s) enseignement(s) ? Du côté des enseignements, des choses ont évolué. Depuis quelques années, un cours « transversal » (commun à plusieurs Masters de droit) de Droit et littérature existe qui a permis d’essayer de réfléchir : de quoi parler ? comment en parler ? Faut-il lire des extraits ? Le choix a été fait de privilégier une approche théorique en expliquant les intérêts du rapprochement (de l’approche droit et littérature « à la papa », montrant qu’on a lu ses classiques, à quelque chose de plus fondamental sur les liens entre les deux). Surtout, par le hasard des circonstances, j’ai été amené à intervenir auprès d’un public différent – des non-juristes et, plus particulièrement, des étudiants d’études culturelles – pour un cours (une partie de cours) sur les dystopies. Juriste, c’est par le prisme « Droit et » que j’aborde les choses (en intégrant cette année des extraits de films). Plusieurs problèmes sont apparus : comment classer ce qui est ou non dystopique ? Car les juristes ne sont pas les seuls intéressés par la classification2. Il me semble en non-spécialiste qu’il y ait une évolution (soit que la dystopie se meurt, soit qu’elle se renouvelle).

Et surtout : comment parler de « droit et… » à un public de non-juristes ? Nécessairement, il faut le faire différemment car ces étudiants sont (censés être) plus familiers de ce qu’est la fiction et de l’étendue de ses possibilités. Ils ont des cours sur la BD, les polars, les mangas, etc., de sorte que le capital de départ est intéressant. Au juriste à qui il faut expliquer la potentialité de la littérature sans être littéraire soi-même, répond le besoin d’expliquer au « littéraire » l’intérêt du droit. Les choses ont ensuite évolué car – hasard des circonstances encore – une étudiante (brillante) (et ancienne juriste, même si « juriste un jour, juriste toujours ») m’a proposé de codiriger son mémoire de Master 2. A alors débuté une suite de rencontres où il a fallu lever quelques incompréhensions et apprendre à dialoguer. Adieu bipartisme du plan, bonjour fonction de séduction des intitulés. Surtout, il a fallu comprendre tout l’intérêt qu’ont les spécialistes d’études culturelles pour les théories de la fiction, de la réception, l’analyse du récit, etc. Autant de points sur lesquels il me faut travailler. Dans le cadre de ces enseignements et de cette codirection, j’ai pu assister – en partie – à des « masteriales » où des étudiants de Master présentent aux enseignants et étudiants le fruit de leurs réflexions sur leurs sujets de mémoire. Ces éléments sont importants car ils permettent un voyage en terre inconnue et de comprendre les attentes disciplinaires. Tout ceci offre des perspectives intéressantes, en soulevant des interrogations nouvelles, suggérant des pistes de réflexion originales, etc.

Quelle(s) recherche(s) ? Sur le plan de la recherche, même si on aura compris que les deux sont liés, les choses ont aussi évolué. C’est par exemple la rédaction d’un billet littéraire dans l’AJ Pénal depuis 2020 (et maintenant une quarantaine de contributions, merci Maud Lena !) auquel j’attache beaucoup d’importance. Il s’agit certes d’un moment de respiration académique indispensable et appréciable (#ChersCollègues). Mais cette respiration n’est pas seulement une récréation : elle est un espace de réflexion et de maturation de l’approche droit et littérature. Car mois après mois, des choix s’imposent et des manières de rendre compte, d’approcher un objet culturel, bref, des questions de méthode. Assez rapidement, est apparu comme une évidence le fait qu’il n’était ni question ni possible que je me cantonne à la littérature – quel que soit son genre ou son statut (blanche ou non) – mais qu’il fallait y intégrer la bande-dessinée.

Plus largement, les relations entre droit et arts (puisque c’est bien de cela dont il est question et pas seulement de droit et littérature) imprègnent, irriguent une réflexion autour des représentations du droit. Lionel Miniato l’avait bien expliqué dans un entretien à la revue Considérant : les juristes s’intéressent aux fondements du droit et à son application, mais rarement à ses représentations. Or, rater cette étape revient à négliger l’évidence : le droit ne s’adresse pas qu’aux juristes et il faut donc savoir comment il est perçu, compris et représenté. La question peut d’ailleurs porter sur des représentations non-fictionnelles, comme les documentaires réalisés à partir de l’enregistrement audiovisuel des audiences, par exemple. On l’aura compris, j’espère, il ne s’agit pas dans ces réflexions de chercher à faire étalage d’une culture artistique – assez faible par ailleurs – « pour faire joli », mais bien de la construction d’un savoir théorique sur ces questions.

Depuis le mois de janvier, j’ai pu mettre en place, suite à l’initiative heureuse d’une étudiante (Mme Nazli Coban) et avec le soutien de l’Institut François Gény, un cycle de conférences sur les représentations du droit. Il s’est pour le moment agi d’accueillir des écrivains, un juriste et … des juristes écrivains pour discuter avec eux d’un livre, d’une œuvre, et voir quelles sont leur vision et leur réflexion sur des questions juridiques ou esthétiques. Se sont ainsi prêtés à l’exercice Mathieu Palain, Laure Heinich, Vincent Vigneau, Nicolas Mathieu et Thibault de Ravel d’Esclapon. Joy Sorman est la prochaine intervenante et le cycle n’a, je l’espère, pas vocation à s’arrêter. Ces conférences sont accessibles au grand public – les juristes ne sont pas forcément les plus nombreux dans l’assistance, loin s’en faut, qui reste par ailleurs très raisonnable – et permettent aux spectateurs, dans un cadre interactif, de voir un auteur et de l’entendre parler de son travail d’une manière un peu différente. Ces conférences, qui ne sont ni enregistrées, ni diffusées, ne donnent lieu à aucune publication particulière : ce sont des objets particuliers dans le champ scientifique, un peu hors du temps, des instants privilégiés où se construit comme en arrière-plan une réflexion sur le droit et les arts.

Ajoutons qu’avec un collègue, nous travaillons à la mise en place d’une démarche liant pédagogie et recherche à destination des étudiants juristes : rien n’est finalisé, mais nous avançons (sans doute pas assez !).

Quel(s) outil(s) ? Que ressortira-t-il de tout cela ? Espérons-le, quelque chose de plus construit que ces quelques réflexions. Pourrait-il en ressortir une approche méthodologique, une sorte de théorie générale des relations entre droit et littérature ? La chose peut sembler asséchante : comment les élans et les émotions littéraires pourraient se laisser enfermer dans la méthodologie aride du juriste ? Elle est pourtant nécessaire à la construction d’un champ disciplinaire. À défaut, il ne pourrait être question que d’un objet d’études, sans méthode particulière, à l’instar de la criminologie. Au reste, la méthode n’est pas nécessairement sclérosante : l’histoire doctrinale démontre que les méthodes d’interprétation évoluent (il suffit de penser au passage de l’exégèse à la libre recherche scientifique). Dès lors, il n’y a rien à craindre d’enfermer les riches relations entre le droit et la littérature, et plus largement entre le droit et les arts, dans une méthodologie qui, plutôt qu’un carcan, ne serait qu’un guide à destination des personnes curieuses d’emprunter ce chemin. Car pour stabiliser un champ disciplinaire, il faut a minima que l’on puisse s’entendre sur certaines choses. Cet intérêt est variable selon l’endroit « d’où l’on parle ». Les littéraires en général, et les spécialistes d’études culturelles en particulier, sont sans-doute plus ouverts que les juristes, en raison de la plasticité de leur champ d’études. Les juristes restent en effet tournés vers l’efficacité ou la portée, l’utilité immédiate de leur travail. Tel est le but, réel ou supposé, de leurs articles : éclairer l’avocat, le juge, le législateur, le professionnel, ordonner le système juridique. Dès lors, toute considération pour le « beau » est au mieux accessoire, au pire inutile. Il n’y a guère d’intérêt pour l’esthétique. Quant aux étudiants, à l’exception des quelques courageux qui choisissent ces cours de droit et littérature, ils perçoivent souvent mal l’intérêt d’un cours qui n’est pas une composante du programme d’un examen ou d’un concours.

L’autre constat est celui de la variété des approches – comme on s’en était fait l’écho pour les séries – et donc de leur manque d’unité. L’approche qui semble la plus répandue, la plus visible, est celle que l’on peut qualifier de « positiviste » : c’est celle du « droit dans » une œuvre donnée. Elle l’est, on l’a déjà écrit, peu fructueuse, alors même qu’il s’agit d’une démarche potentiellement infinie. Mais elle existe, il ne faut donc pas la négliger. Elle présente par ailleurs des vertus pédagogiques pour peu que l’œuvre choisie parle au plus grand nombre. Mais quel objet culturel alors : le livre, le film, la série, la musique, la bande-dessinée ? Quelles spécificités sinon trouver des cas d’école ?

Parmi les éléments de compréhension, et pour s’écarter de l’approche purement illustrative qu’ont beaucoup de juristes (sauf erreur, François Ost qui qualifie cette manière de faire « d’érudition ludique »), les interrogations méthodologiques qui permettraient de participer à la construction d’une théorie générale obligent le juriste à utiliser des outils d’analyse incontournables et à s’intéresser à l’herméneutique, entendue comme théorie de la lecture, de l’explication et de l’interprétation des textes, mais aussi de leur réception en questionnant « la textualité en elle-même, et son rapport à l’auteur (processus d’explication) et au lecteur (processus de compréhension) ». Il ne semble donc pas a priori qu’il y ait une spécificité inhérente à l’approche droit et littérature que l’on ne retrouverait nulle part ailleurs. Sans doute le particularisme de la littérature, mais l’évidence de ce constat est limitée. Il revient à dire que la spécificité réside dans le support, ce qui est un peu limité. Les outils d’analyse du récit – écrit, filmé, imagé ou musical – varient selon le récit en cause, mais il s’agit toujours d’analyser avec un prisme juridique un récit dans toutes ses composantes.

  1. qui avaient d’ailleurs organisé un séminaire consacré à la méthode, dont le présent billet reprend le titre sans vergogne []
  2. Même si on peut reprendre l’avertissement de Stephen King dans Anatomie de l’horreur : « c’est un piège, cette histoire de définition, et c’est aussi le plus barbant des sujets universitaires. Tout comme le débat sur le rythme dans la poésie moderne ou le rôle de la ponctuation dans la nouvelle, celui-ci a autant d’intérêt que la célèbre controverse sur le nombre d’anges pouvant danser sur une tête d’épingle, et il n’attire que les pochards et les étudiants en première année de lettres – deux catégories d’individus du même niveau d’incompétence » []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean-Baptiste THIERRY (3 juin 2024). Droit et littérature: questions de méthodes. Sine lege. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rdl


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search