La Mort et le Droit, sous la direction de Bruno Py

Le 7 juillet 2009 a eu lieu à la Faculté de Droit, Sciences économiques et Gestion de Nancy, un colloque sur la mort et le droit, en hommage à Catherine Latini-Courtault, membre de l’ISCRIMED disparue le 7 juillet 2008.

Catherine Lattini-Courtault était ingénieur d’études au Centre de Recherche de Droit Privé et préparait une thèse sur le statut juridique du cadavre. L’hommage de ses collègues et amis a donc tout naturellement pris la forme d’un ouvrage collectif, paru en octobre aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Santé, qualité de vie et handicap.

L’ouvrage réunit de nombreuses contributions qui, par leur diversité et leurs problématiques, participent à l’éclairage d’une question difficile, perpétuellement sous les feux de l’actualité. Voici la table des matières de l’ouvrage :

  • Montrer son cadavre ! Quelle éthique du corps plastiné ? Bernard Andrieu ;
  • La circulation des personnes décédées dans l’Union européenne, Katia Blairon ;
  • Le regard du droit sur la fin de vie, Marie-France Callu ;
  • Les enfants du mort au regard du droit de la filiation, Isabelle Corpart ;
  • Le défunt devant la Cour européenne des droits de l’homme, Nathalie Deffains ;
  • Quelques réflexions sur la perception de la mort du Moyen-Âge à nos jours, Christian Dugas de la Boissony ;
  • Le décès à l’hôpital, Olivier Dupuy ;
  • L’assurance maladie face au décès du professionnel de santé, Cédric Estrada ;
  • Trois regards économiques sur la mort : Smith, Keynes et la théorie standard, Samuel Ferey ;
  • Le réginicide, un grand tabou, ou les diverses façons de tuer une Reine de France sous les Capétiens, Jean-François Gicquel ;
  • Cadavre à la une, Julie Léonhard ;
  • La mort en mode mineur, Bertrand Marrion ;
  • Cadavre : un statut en cendres ? Patrick Mistretta ;
  • Les entraves légales à la volonté de mourir, André Moine ;
  • Le médecin et la mort, Patrick Peton ;
  • Le médecin et l’agonie, Bruno Py ;
  • Les usages politiques de la mort, Ludivine Starck ;
  • La légistique de l’euthanasie, Jean-Baptiste Thierry ;
  • Décès collectifs et aide psychologique, Anne-Marie Toniolo ;
  • L’atteinte à la vie tolérée et le droit criminel, Jean-Philippe Vauthier ;
  • La France peut-elle avoir légalisé l’euthanasie ? François Vialla.

Au-delà de l’intérêt scientifique et de l’originalité des contributions, l’ouvrage montre la profonde estime de chercheurs pour celle qui «investit 47 années de sa vie à tisser des liens, par une énergie créatrice, stimulante. Nul obstacle ne résistait, face aux vagues de son dynamisme. La mort seule eut raison de sa détermination. Le souvenir de son regard éclaire le chemin.» (B. Py, p. 302).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *