La presse française : Pierre Albert

Pourquoi s’embêter à faire des notes de lecture sur certains ouvrages alors qu’il en existe «clés en main», moyennant la modique somme de 5,95€ ?

Depuis quelques temps, je travaille sur le droit pénal de la presse, en rédigeant des fascicules pour les éditions du JurisClasseur. C’est dans ce cadre que j’ai consulté avec intérêt la réédition de l’ouvrage de M. Pierre Albert, ancien directeur de l’Institut Français de la Presse de l’Université Paris II, spécialiste de l’histoire de la presse : La presse française, aux éditions de la Documentation française.  L’ouvrage date de 2008 et offre une vision particulièrement claire des publications de presse.

L’élégance du style permet de parcourir plaisamment le livre, y compris lorsqu’il est question de certains aspects a priori arides. Les considérations de l’auteur sur tel ou tel titre (sur les quotidiens parisiens, v. p.141 et s.), son attachement pour son objet d’étude, permettent de comprendre facilement la description d’un milieu complexe.

Les trois parties et onze chapitres du livre, agrémentés de nombreux tableaux statistiques, permettent d’avoir une vision complète des entreprises de presse, bien au-delà de ce que l’on pourrait penser trouver dans l’ouvrage. Il est en effet question de sujets évidents (le classement des périodiques, par exemple), mais également d’aspects tout aussi fondamentaux bien que moins évidents (la distribution, le rôle des journalistes, des imprimeurs, des secrétaires de rédaction, etc.). M. Albert fait en outre preuve d’un réalisme appréciable : il ne cède pas aux sirènes de la crise, préférant insister sur ce qui fait le particularisme d’une publication de presse écrite, par rapport aux journaux télévisés, électroniques, radiophoniques, etc. Et si l’on sent un certain agacement face au développement des journalistes bloggueurs, des publications à scandale ou de la «peoplisation», c’est surtout parce que la qualité de la presse écrite mérite qu’elle soit reconnue.

Photo de Gary Thomson, sur Flickr

Il est finalement peu question de droit dans le livre, mais les quelques développements juridiques (p.55 et s.) sont très clairs, ainsi que la description des enjeux liés à la concentration des entreprises de presse (p.121). Là encore, point de catastrophisme, mais une volonté d’expliquer les spécificités du fonctionnement du journalisme «à la française». Lorsqu’il aborde la sévérité apparente de la loi du 29 juillet 1881, c’est pour expliquer immédiatement que «la justice ne sanctionne jamais qu’un nombre infime des infractions commises et la sévérité apparente de la loi est aussi, en cas de poursuite, tempérée par la compréhension des juges » (p.58).

Chaque explication est doublée d’une approche historique, permettant de mieux comprendre l’évolution d’un quotidien, d’une concentration de pouvoirs, ou bien encore de règles professionnelles.

Il s’agit d’un livre – c’est-à-dire d’un écrit «au contenu figé hors du temps dès sa parution»– sur les périodiques «au contenu sans cesse renouvelé au gré du temps qui passe», dont la lecture est indispensable pour qui  s’intéresse au droit de la presse ou, plus largement, pour qui veut en savoir plus sur son journal préféré.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laure dit :

    Tout ce qui provient de la documentation française est de grande qualité, et la plupart des productions accessibles en ligne. Bonne rédaction pour les fascicules, en voilà une activité saine pour les vacances de Pâques ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search