Compte-rendu des 4emes rencontres Droit et cinéma : Le vote à l’écran, première partie

Les 4emes rencontres Droit et cinéma ont eu lieu à la Rochelle les 1er et 2 juillet derniers, en même temps que le festival du film de la Rochelle. Le programme de cette manifestation est accessible sur le blog du projet. Le thème retenu par les organisateurs était «Le vote à l’écran». L’organisation de ces deux journées était proche de la perfection. Le soleil accompagnait les travaux. Les organisateurs ont choisi de laisser beaucoup de temps à la discussion entre participants, ce qui a souvent permis d’enrichir considérablement les communications. L’amphithéâtre permettait de filmer les interventions et, surtout, de retransmettre des extraits de films pour illustrer le propos.

(Photos de Yves Ronzier)

 

Ce billet (et celui qui suivra) n’a pas pour but de faire un compte-rendu exhaustif de ces journées, mais d’en donner un aperçu destiné à en démontrer la richesse et l’intérêt. La confrontation du droit et du cinéma est à l’évidence une source infinie de réflexions permettant d’aborder des questions juridiques sous un angle nouveau, mais également d’enseigner le droit autrement.

Quel cinéphile pouvait marquer ces journées et les présider ? Jean Tulard évidemment, autour d’un Dictionnaire amoureux du cinéma (Plon, 2009), parfois critiqué, mais c’est le propre du genre. Il a donc été question de Napoléon et de cinéma, d’anecdotes personnelles, de références multiples, le tout servi par une éloquence rare.

 La première journée concernait la conquête du vote. Après les allocutions de bienvenue de rigueur, Nathalie Goedert a dressé une analyse du film La Révolution française (R. Enrico, Richard T. Heffron, 1989). Son intervention, intitulée «Voter la mort du roi» a été enrichie par les secrets de fabrication du film dévoilés par Jean Tulard, conseiller historique du film.

 
Louis XVI : Tragédie de la Vertu par LouSpagnou

Nathalie Goedert a montré que le film ne montrait qu’un scrutin sur les quatre qui ont occupé les députés, laissant apparaître que les réalisateurs ont minimisé beaucoup d’aspects historiques importants : les irrégularités du vote, l’absence d’unanimité du peuple. On retiendra, pour reprendre les propos de Mme Goedert, que le réalisateur a fait le choix de lisser l’Histoire pour la rendre plus compréhensible, simplifiant parfois de manière non justifiée.

Hasard de l’appel à contributions, les deux communications suivantes concernaient L’Homme qui tua Liberty Valance (J. Ford, 1962). La première communication était celle de Jacques Viguier : «Vote et légitimité dans L’homme qui tua Liberty Valance». Après avoir présenté le film, M. Viguier a montré, au travers de deux scènes importantes du film, que le vote fondait d’abord la légitimité du pouvoir lorsqu’il était lié à la force brute. La communauté, bien qu’ayant élu deux représentants, reste fondée sur un pouvoir légitimé par la force (symbolisée par John Wayne). L’institutionnalisation du pouvoir est progressive et repose, dans le film, sur un meurtre fondateur, celui de Liberty Valance. Puis, le vote fonde le pouvoir mais celui-ci se détache de la force brute : apparaissent alors les règles du débat démocratique et ses inconvénients (démagogie, électoralisme, etc.).


The Man who Shot Liberty Valance (Trailer) par tindou

Serge Sur intervenait quant à lui sur deux films : «The Man who shot Liberty Valance – The Adjustment bureau (G. Nolfi, 2010) : de la construction de la démocratie à l’illusion démocratique». Le premier film montre en effet comment la démocratie se construit, quand le second s’attache à en démontrer les imperfections en insistant notamment sur l’opacité du pouvoir.

L’après-midi, Brigitte Bastiat traitait d’un «sujet qui n’intéresse personne : Iron Jawed Angels de Katja von Garnier (Etats-Unis, 2004) retraçant le combat des Américaines pour l’obtention du droit de vote en 1920». La conquête du droit de vote par les femmes est un sujet peu traité par les films : des films muets existent qui sont plutôt satyriques, et Iron Jawed Angels est un téléfilm produit par HBO. Le nom de l’œuvre signifie «les anges aux mâchoires d’acier» et fait référence au surnom donné par les journalistes de l’époque aux militantes grévistes de la faim que l’on nourissait de force en leur ouvrant la bouche à l’aide de pinces de métal.


Iron Jawed Angels par MovieTrailerJunkie

La dernière communication de la journée était celle de Philippe Fache : «Show devant! La représentation du rituel de la campagne électorale comme révélateur d’une spectacularisation du politique». L’intervention ne comportait pas d’extraits de films, tant ils étaient nombreux (de Taxi Driver à The Candidate), démontrant que la représentation de la campagne électorale pouvait apparaître comme un genre à part entière, présentant par ailleurs de nombreux points communs avec le film noir.

.

Dans le droit fil du colloque et du festival du film de la Rochelle, la journée s’est terminée par la projection d’un film : Quelque chose d’organique (L. Bonello, 1998), précédé d’un court-métrage du même auteur (Where the boys are, 2009).

Riche et enlevée, la journée se terminait, laissant augurer de bonnes choses pour les communications du lendemain.

To be continued…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search