Compte-rendu des 4emes rencontres Droit et cinéma : Le vote à l’écran, deuxième partie

(Suite de l’épisode précédent)

Le dimanche 3 juillet concernait le contournement du vote. La matinée, présidée par Jean Tulard, a commencé par une communication individuelle d’un travail préparé à quatre mains. Christophe Jambost et Lionel Larré ont ainsi traité le sujet suivant : «Scorsese’s (political) Gangs of New-York : le vote selon Tammamy Hall ou la corruption de l’idéal démocratique américain». Cette «faction» (fiction inspirée de faits réels) montre comment le vote a été utilisé pour intégrer les irlandais, constituant ainsi la clé permettant à la civilisation de s’imposer face à la sauvagerie urbaine. Le vote est un outil, une marchandise. Les irlandais ont remporté des succès en raison du bourrage d’urnes et de pratiques contraires aux règles de la démocratie.

 

 

Magalie Florès-Lonjou est ensuite venue (enfin) parler de cinéma français, dans une communication élégamment intitulée «Campagnes de France». S’il existe beaucoup moins de films français sur le vote que de films américains, plusieurs oeuvres permettent de montrer la campagne électorale (La Conquête, X. Durringer, 2011) ou l’exercice du pouvoir. L’élu apparaît seul, même s’il est entouré de conseillers en communication le transformant en machine à gagner.

Danièle André a ensuite utilisé deux films méconnus (Man of the year, B. Levinson, 2006 et Swing vote, J. M. Stern, 2008) pour montrer comment le cinéma américain utilisait l’individualisme, faisant d’un citoyen isolé un individu qui pouvait jouer un rôle à l’échelon national. Ressortent de ces films une certaine défiance envers le pouvoir politique, une fragilité de la démocratie.

Puis, la dernière demie-journée, présidée par Serge Sur, comportait deux interventions. La première, de Philippe Morice était intitulée : «License to kill… ou la mort de plein droit». Amoureux de cinéma, Philippe Morice a dressé une analyse de la puissance que l’on confère par le vote, qui peut aller jusqu’à entraîner une délégation du pouvoir de tuer.

J’ai ensuite effectué ma communication «Légitimité de l’elu et du non-élu : à propos de The Dark knight de Christopher Nolan» dont le résumé est accessible dans un précédent billet, essayant de montrer que le vote était détourné pour nuire à la démocratie, mais également contourné pour la protéger, ce qui finalement assez proche du message de L’homme qui tua Liberty Valance.

La journée a été clôturée par Marie-France Verdier, présidente de séance, et Xavier Daverat, chargé d’élaborer le rapport de synthèse. Après avoir relevé que les intervenants avaient tous fait une place privilégiée au cinéma américain, il a également noté que le sujet n’avait été envisagé que sous l’angle de la démocratie, sans que soient évoquées les autres hypothèses de vote en droit social ou en droit des sociétés, par exemple. Les interventions ont montré un inachèvement ontologique de la démocratie que les films choisis traitaient sous un angle particulier : la représentation du politique. Il a également beaucoup évoqué un film dont il n’a pas été question durant ces deux jours : Heaven’s gate, de Michael Cimino.

Ces journées devraient être publiées dans la revue Politeia et le thème des prochaines rencontres Droit et Cinéma est d’ores et déjà arrêté : La Censure.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search