Archives mensuelles : janvier 2011

Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité, Revue CREAI, déc. 2010

En avril 2010, l’Institut de Gérontologie Sociale et l’Université de Provence organisaient, sous la direction du Professeur Philippe Pitaud, un colloque consacré à la sexualité des personnes âgées et des personnes handicapées.

Les actes – enrichis – de ce colloque sont parus dans un numéro spécial de la Revue du CREAI PACA, daté de décembre 2010. Ma contribution intitulée «Appréhension juridique de la sexualité : le droit a-t-il réponse à tout ?» figure en page 44 de l’ouvrage, aux côtés d’articles très intéressants signés Alain Giami, Denis Vaginay, Gérard Ribes, Marcel Nuss, etc.

Le tout est accessible pour la modique somme de 13 euros.

En bref, encore un exemple de l’intérêt de la pluridisciplinarité!

Une nouvelle section au CNU ?

Source : http://www.gamekult.com/jeux/image-criminology-J000094977-ME0001065607i.html

La criminologie est difficile à définir (v. R. Gassin, Criminologie, Paris : Dalloz, 6e éd., 2007). Lorsqu’une chaire de criminologie est créée au CNAM et qu’elle est attribuée à des personnalités très contestées, les réactions sont vives. Que dire alors de la possible création d’une section du Conseil National des Universités dédiée à la criminologie ?

La criminologie est enseignée dans de nombreux États, ce qui n’est pas le cas en France. Elle peut certes faire l’objet de cours durant les cursus universitaires, et l’on trouve de nombreux Instituts de criminologie et des diplômes universitaires de criminologie. Le contenu de ces diplômes est souvent identique : cours de droit pénal, procédure pénale, pénologie, mais également de police technique et scientifique, de psychiatrie médico-légale. Mais l’on peut adjoindre à la criminologie d’autres disciplines, parmi lesquelles l’économie, la sociologie, la psychologie, l’urbanisme, etc. Dès lors, est-il justifié de réunir toutes ces disciplines au sein d’une section CNU, en prenant pour prétexte qu’elles ont un objet d’études commun, la délinquance ?

Ce projet serait à l’étude et considérablement avancé, ce qui a conduit à une mobilisation de nombreux enseignants-chercheurs pénalistes convaincus de l’inutilité, voire du danger d’une telle perspective. Les raisons précises de l’opposition à ce projet devraient être reprises prochainement dans une revue juridique, mais ce carnet de recherches peut servir de relais pour exposer, brièvement, les arguments s’opposant à la création d’une énième section du CNU.

Détournement http://hollywood.logeek.com/create.php

Ce qui marque avant tout est le manque total de réflexion et de recul, nécessaires préalables à la création d’une telle section. On ne connaît en effet pas l’importance quantitative des travaux susceptibles de relever de cette discipline. En outre, les effets de la création d’une telle section sont inconnus : le risque serait que les pénalistes soient détournés des facultés de droit, tout comme les sociologues, médecins, historiens, etc. On peut également relever qu’il est curieux de créer une section universitaire en raison de la communauté d’objet de l’étude : créer une section commune à ceux qui étudient le phénomène criminel, pourquoi pas, mais alors, il faudrait également créer une section dédiée à la pauvreté, à l’enfance, à la sexualité, etc. Or, de telles démarches ne sont, dans le cadre français, scientifiquement viables que parce qu’elles sont pluridisciplinaires, qu’elles permettent la confrontation de différents points de vue. Bien heureux celui qui se prétend criminologue puisqu’il est spécialiste de droit pénal, de procédure pénale, de pénologie, de sciences pénitentiaires, de psychiatrie, de psychologie, de sociologie, d’histoire, d’urbanisme, etc. La criminologie est assurément intéressante et doit sans doute être développée si cela répond à un besoin réel. Ce serait la desservir, et toutes les disciplines qu’elle concerne, que de créer, ex nihilo, une section CNU réunissant les «criminologues».

C’est la rentrée

L’heure des voeux pour cette nouvelle année civile, l’heure du bilan pour celle qui vient de s’écouler.

Ce carnet de recherches connaît un succès, relatif, mais bien réel : depuis sa création en juillet 2010, le nombre de visiteurs n’a cessé de croître : de seulement 95 personnes différentes lors de son premier mois d’existence, à plus de mille par mois aujourd’hui, sinelege peut s’enorgueillir d’un peu plus de 8 000 visites. Le rythme des publications s’est considérablement ralenti depuis le 13 décembre dernier, mais la bonne résolution de 2011 est bien évidemment de continuer à alimenter ce carnet de manière régulière.

L’espace netvibes dédié à l’actualité juridique vivote : les visites sont rares et espacées. Ceci peut s’expliquer par l’absence de référencement du site sur les moteurs de recherche, mais également par le syndrome du surplus d’informations. Quoiqu’il en soit, il vivra et continuera de s’enrichir de nouveaux widgets.

En vrac, quelques informations pour bien débuter l’année :

  • l’agrégation interne de Droit privé et sciences criminelles a fait le bonheur de quelques candidats. Les thématiques de ce site obligent à saluer, dans l’ordre alphabétique, la réussite de messieurs Joël Moret-Bailly, Bruno Py et François Vialla. Le droit de la santé est ainsi récompensé grâce à l’action de ces ardents promoteurs devenus professeurs des universités.

Détournement du post.fr

  • le projet Droit et cinéma organise les quatrièmes rencontres sur le thème du vote. Toutes les informations sont bien évidemment disponibles sur le site du projet.

Il y aurait bien d’autres éléments à mentionner, mais la nouvelle année rime avec rentrée et il faut bien se garder quelques sujets en réserve.

Bonne et heureuse année aux lecteurs de ce site!