Archives mensuelles : janvier 2013

Avis de prochaine parution : Des Sexualités et des Handicaps

Dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, paraîtra prochainement aux Presses Universitaires de Nancy, un ouvrage intitulé : Des Sexualités et des Handicaps, Questions d’intimité, sous la direction de Alain Giami, Bruno Py, et Anne-Marie Toniolo.

Un peu de teasing
(clic sur les images pour les agrandir)



Qu’est-ce qu’un « grand » juriste ? : L. Fontaine

La question taraude l’étudiant, l’enseignant, le praticien : comment déterminer l’importance d’un juriste ? Par ses réseaux ? Son influence doctrinale ? Sa clientèle ? Le nombre de ses consultations ? Celui de ses publications ? Lauréline Fontaine tente de répondre à cette question dans un ouvrage récemment paru aux éditions Lextenso: Qu’est-ce qu’un «grand» juriste?

La tâche est délicate car dire d’un juriste qu’il est grand signifie qu’il en est de petits. On aurait pu s’attendre à ce que des noms soient cités mais heureusement, les susceptibilités sont épargnées : c’est à peine si Capitant, Josserand ou Aubry et Rau sont utilisés pour illustrer le propos. Il ne s’agit d’ailleurs pas de savoir ce qu’est un «bon» juriste, mais ce qu’est un «grand» juriste.

L’ouvrage commence donc par une très longue introduction destinée à cerner les termes du sujet. Savoir ce qu’il faut entendre par juriste ne tombe en effet pas sous le sens. Le juriste est d’abord celui dont le droit est l’objet de son activité principale (p. 17). Il est également celui qui maîtrise une méthode en plus d’une connaissance de son sujet (p. 29). Finalement, seul celui qui prétend faire œuvre de doctrine aurait la capacité d’être un «grand» juriste : le juge, par exemple, peut certes être un grand juge, mais ses opinions, en droit français, ne sont pas connues dans les décisions qu’il rend. L’auteur s’interroge également sur une curiosité : les juristes ne sont pas ceux qui sont les plus entendus dans la société civile quand il s’agit de recueillir un avis sur le droit.

Quelques critères sont mis en avant. Le «grand» juriste est celui qui est lettré, cultivé (p. 64) car il doit avoir une pensée sociale et critique (p. 61). Surtout, le «grand» juriste n’est pas seulement un technicien : «Pour considérer que le juriste, le “grand” juriste, est un bon technicien, il faut donc aussi considérer qu’il n’est certainement pas que cela, parce qu’il est aussi un connaisseur et un penseur du social. La capacité d’un juriste à situer la connaissance du droit dans le contexte plus général du monde fait partie de ses qualités indispensables » (p. 69). De là, l’auteur développe des considérations intéressantes sur la formation des juristes et répond aux arguments incessants visant à professionnaliser les études universitaires : «En se concentrant sur ces blocs de décisions, que les universitaires ordonnancent plus ou moins bien de manière cohérente, les facultés de droit tendent aussi à accorder une place privilégiée aux “praticiens” qui participent au processus de fabrication des décisions. Par là-même, la place et le rôle des facultés comme corps d’enseignants-chercheurs en droit tendent à devenir de moins en moins légitimes. Pire, les enseignants-chercheurs par accessoire, qui utilisent en réalité une partie essentielle de leur temps à faire de la pratique – rémunérée –, se trouve complètement légitimés. Dès lors que l’on considère l’objet de l’apprentissage des juristes comme se réduisant à un ensemble de règles de droit positif, la plus-value conférée par les enseignants-chercheurs par rapport au savoir des praticiens apparaît faible, voire illégitime » (p.71). Ces propos sont à mettre en relation avec ce qu’écrivait Philippe Conte dans un article paru aux Mélanges Simmler en 2006 («Avons-nous part encore à une communauté ?», p. 31) ou aux propos de Daniel Mainguy plaidant pour des «Professeurs des Universités- Praticiens de la Justice».

Lauréline Fontaine profite alors des spécificités du métier d’enseignant-chercheur pour interroger ses évolutions : fuite du temps, quand la liberté qu’il crée était l’essence même du métier, place des facultés de droit dans l’Université, etc. A cet égard, on ne peut que souscrire aux propos de l’auteur qui constate la place secondaire du droit dans les études pluridisciplinaires, où les juristes ne sont souvent vus que comme de simples consultants et où les spécificités de leurs méthodes restent largement ignorées. La place du «grand» juriste dépend également de la reconnaissance qui lui est attribuée par ses pairs. Au final, c’est seulement le juriste universitaire dont il est question et, plus précisément, du professeur des Universités et, encore plus précisément, du professeur agrégé au premier concours d’agrégation : «On ne peut pas nier que certaines gratifications, dans le système français actuel, conditionnent tout particulièrement la possibilité d’être un “grand” juriste pour la communauté toute entière. Tel n’est jamais reçu au concours d’agrégation, aura hélas peu de chance de prétendre au titre. La pensée est valorisée et se valorise par certains titres. L’agrégation ne fait pas tout, il est vrai. Il existe d’autres voies pour devenir “professeur des universités”. Mais c’est, quoi qu’il en soit, à ce titre qu’il faut prétendre, donc, pour espérer être reconnu un jour comme un “grand” juriste » (p. 146-147). La recherche collective est ainsi négligée quand les modes d’évaluation des carrières sont fondées sur les publications individuelles.

La recherche collective en droit

D’intéressants développements sont consacrés aux grandes polémiques qui ont agité la sphère doctrinale. Aujourd’hui, celles-ci seraient réduites aux questions de formation des étudiants, même si l’on peut regretter que des débats ne soient pas évoqués : le rôle de la cause dans les projets de réforme du droit des contrats, par exemple.

L’ouvrage est intéressant par le recul qu’il permet d’avoir sur le métier d’enseignant-chercheur. On peut toutefois regretter qu’il en résulte une vision parfois réductrice d’une discipline qui ne se conçoit que par rapport à elle-même, malgré les rappels incessants de l’auteur à la nécessité d’inscrire la réflexion sur le droit dans une réflexion sociale et pluridisciplinaire. Quand l’ouvrage se veut prospectif sur certains points, il est étonnamment conservateur sur d’autres.

Le temps des éminents professeurs arrive à sa fin, bon gré mal gré. Les facultés ont encore du mal à le percevoir, car elles sont attachées à leur mode de fonctionnement séculaire. Mais le travail n’est plus aujourd’hui celui d’un seul et le droit est une discipline de moins en moins isolée (parmi les autres disciplines, mais également au milieu des facultés de Droit étrangères) qui doit maintenant tenir compte de contraintes variées : celles de l’évaluation, de l’interdisciplinarité, du travail collectif, des évolutions de l’enseignement, etc. Sur ce point, Qu’est-ce qu’un «grand» juriste? est à mettre en relation avec La cuisine du droit, de Christophe Jamin.

Séminaire IRéSaP : Greffes de tissus, transplantations d’organes: questions d’incorporation, 31 janvier 2013

L’Institut Régional de Santé Publique organise le 31 janvier prochain une journée d’étude sur les greffes de tissus et les transplantations d’organes. L’Institut de Sciences Criminelles et de Droit médical, unité de recherche de l’Institut François Gény, est associée à cette manifestation et nous serons deux à intervenir lors de cette journée.

Cette journée s’inscrit dans la continuité du premier séminaire organisé l’année dernière «Médicaments, drogues, agents thérapeutiques».

Voici le programme :

Revaloriser la criminologie en France : 1er atelier de travail de la conférence pluridisciplinaire des directeurs de centres de recherche et de diplômes en criminologie

Les discussions passionnées et passionnantes sur l’opportunité de créer une nouvelle section Criminologie au CNU, matérialisées par une importante mobilisation des pénalistes (notamment), d’abord inutile, puis suivie d’effets, devaient entraîner la continuation des réflexions.

Le Centre d’étude et de recherche en sciences criminelles de Cergy-Pontoise et le Centre de Droit Pénal de Lyon organisent, le 28 janvier prochain, le premier atelier de travail de la conférence pluridisciplinaire des directeurs de centres de recherche et de diplômes en criminologie, intitulé Revaloriser la criminologie en France.

Cette manifestation se veut prospective et constituera, c’est certain, un point de départ intéressant pour toutes les personnes intéressées par la question. En voici le programme :

Mise à jour de la page QPC en matière pénale

La page QPC de sinelege a été mise à jour de la décision rendue aujourd’hui par le Conseil constitutionnel. Il s’agit de la décision no 2012-289 QPC, 17 janvier 2013 relative à l’article L. 145-2 du code de la sécurité sociale.

Le reproche formulé était le suivant : «en n’excluant pas l’application cumulative des dispositions de l’article L. 145-2 du code de la sécurité sociale et de celles de l’article L. 4124-6 du code de la santé publique et en permettant ainsi qu’un praticien soit poursuivi et sanctionné deux fois pour les mêmes faits par les chambres disciplinaires de l’ordre des médecins et par les juridictions du contentieux du contrôle technique de la sécurité sociale, le législateur a méconnu le principe “non bis in idem”».

Le Conseil précise que «si l’éventualité que soient engagées deux procédures peut ainsi conduire à un cumul des sanctions, le principe de proportionnalité implique qu’en tout état de cause, le montant global des sanctions éventuellement prononcées ne dépasse pas le montant le plus élevé de l’une des sanctions encourues». Il ajoute que «si les juridictions compétentes prononcent des sanctions différentes, seule la sanction la plus forte peut être mise à exécution ; que, par ces dispositions qui s’appliquent au cumul des sanctions disciplinaires prévues par les articles L. 4124-6 du code de la santé publique et L. 145-2 du code de la sécurité sociale quel que soit l’ordre dans lequel les procédures ont été engagées ou les condamnations prononcées, le législateur a assuré le respect des exigences constitutionnelles précitées».

 

l’Ascension du Haut Mal : David B.

De 1996 à 2003, David B. a fait paraître 6 tomes de l’Ascension du Haut Mal, récit autobiographique où le Haut Mal désigne l’épilepsie de son frère.

Ouvrage remarquable par sa mise en page, la matérialisation de la maladie, les liens faits entre l’évolution parallèle des deux frères, l’importance du soutien familial malgré son inefficacité, l’Ascension du Haut Mal soulève également d’intéressantes questions en droit médical. Au-delà, c’est également le regard porté sur cette maladie qui intrigue, tout comme les modalités de prise en charge du handicap.

David B. n’épargne pas grand monde dans son récit : sa famille, le corps médical, les guérisseurs divers et variés, lui-même, son frère.

La première réaction des parents est de s’orienter vers la médecine. L’inhumanité de la relation de soins est très mal vécue par les parents et tous les membres de la famille. La maladie est alors un prétexte à l’expérimentation, sans aucune prise en compte de la volonté réelle du patient, mineur, de ses parents, sans la moindre considération pour les éléments qui, aujourd’hui, sont considérés comme essentiels. Le frère de David B. était un cas scientifique intéressant qui valait plus par l’éventuelle renommée qu’il apporterait au chirurgien que par la nécessité de le guérir. L’attitude paternaliste, inhumaine du corps médical est ce qui a conduit les parents à s’orienter vers des soins non conventionnels, voire dangereux. La nécessité de la loi du 4 mars 2002 sur les droits des malades et la qualité du système de santé n’a peut-être jamais été mieux démontrée que dans les quelques planches de l’ouvrage : «Mes parents sont bouleversés par les risques qu’entraîne l’opération. La morgue des médecins les glace. Jean-Christophe est le “cas”. Il va permettre au professeur T. de réaliser une brillante opération. Qu’importe le résultat pourvu que le praticien tranche avec élégance et précision sous les yeux émerveillés de ses assistants».

 

Face aux risques de l’opération et après avoir lu un ouvrage sur la macrobiotique, les parents s’orientent vers cette méthode. De manière surprenante, elle porte ses fruits pendant longtemps, les crises disparaissent et la famille est plus apaisée. La famille s’embarque alors dans une quête sans fin de la méthode miracle de guérison. Les péripéties sont nombreuses qui jalonnent la vie de Jean-Christophe et de sa famille. Charlatans, gourous, endoctrinement, autant de comportements qui flirtent avec l’exercice illégal de la médecine ou l’abus de faiblesse «d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables» (art. 223-15-2 C. pén.).

Difficile de ne pas voir dans l’inhumanité de la première réponse médicale l’explication au choix du recours à ces méthodes farfelues. Un passage important de l’ouvrage relate une discussion entre l’auteur et sa mère :

« –Pourquoi vous faisiez tout ça? Aller voir ou écrire à tous ces types…

C’est la seule chose qui nous restait. Tous nos repères s’étaient effondrés! Le repère pour ton père c’était le catholicisme. Pour moi c’était l’idéal laïque et républicain que ma mère m’avait inculqué. C’était liberté, égalité, fraternité. Le catholicisme ne pouvait rien pour nous. Dieu sait que ton père a prié pour Jean-Christophe. La liberté, nous n’en avions plus, avec un fils malade nous ne pouvions plus faire ce que nous voulions. Nous nous sommes vite rendu compte que nous avions beaucoup moins de moyens que d’autres pour faire soigner Jean-Christophe. Et la fraternité nous ne l’avons pas beaucoup vue. Il fallait voir les gens crier au fou quand Jean-Christophe avait une crise dans la rue.Je cherchais une solution en aveugle».

Car le regard porté sur la maladie de l’enfant, ses crises plus précisément, constitue également un fil rouge important de l’ouvrage. L’incompréhension face à l’inconnu, le rejet voire la violence participent à la lente dé-socialisation d’un enfant. Mieux, l’auteur ne se ménage pas en mettant en images ses propres sentiments : sa volonté de soigner, mais aussi de tuer ce frère dont la maladie empêche son plein épanouissement.

Pour le droit, la maladie et le handicap sont difficiles à aborder parce qu’il s’agit de situations entraînant des réactions irrationnelles pour lesquelles la loi est souvent bien impuissantes. Le législateur ne peut que tenter de créer les conditions favorables à une intégration sans pouvoir parvenir effectivement a changer instantanément les mentalités et représentations. Il est certes utile d’incriminer les discriminations mais les réactions de rejet de toutes sortes sont en dehors du champ pénal. Sur elles, aucune prise possible, sinon celle du temps.

 

L’ascension du Haut Malest l’œuvre magistrale d’un «professeur d’histoires» (préface), démontrant que «il y a une vie après le Haut Mal» (postface).

Pour information, David B. est également l’auteur, avec Jean-Pierre Filiu, d’un autre ouvrage remarquable : Les meilleurs ennemis, une histoire des relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient.

La famille au cinéma, VIemes rencontres Droit et cinéma

Les lecteurs de ce carnet connaissent tout l’intérêt d’une lecture juridique du cinéma. Les rencontres Droit et cinéma de la Rochelle sont devenues un classique incontournable qu’il serait dommage de rater. Les sixièmes rencontres organisées cette année portent sur le thème de la famille au cinéma.

 

Voici l’appel à contribution, disponible sur calenda et sur le site du projet.

Résumé

La sixième édition des rencontres « Droit et cinéma », organisées depuis 2008 pendant le Festival international du film de La Rochelle, sera consacrée à « La famille au cinéma ». Un grand nombre de films oscillant entre deux pôles « Famille je vous aime », « Famille je vous hais », ce colloque (soutenu par le GIP Mission de recherche droit et justice) sera l’occasion d’analyser la famille et les questions juridiques qu’elle soulève dans une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, gestionnaire, sociologique, communicationnelle, cinématographique).

Annonce

La sixième édition des rencontres « Droit et cinéma », organisées depuis 2008  pendant le Festival international du film de La Rochelle, sera consacrée au thème de la famille dans le cinéma. Nous tenterons par une approche interdisciplinaire (juridique, historique, économique, littéraire, civilisationniste, gestionnaire, sociologique, communicationnelle, cinématographique) d’analyser la famille au prisme du 7ème art.

Argumentaire

Il existe un nombre incalculable de films, quelles que soient les cinématographies, oscillant entre deux pôles : « Famille je vous aime », « Famille je vous hais » et s’attachant à la famille, à la vie de famille, aux conflits familiaux, soit que la question familiale constitue l’intrigue centrale, soit qu’à travers une intrigue tout autre, on puisse néanmoins recueillir de nombreux éléments relatifs à la famille des personnages.

La famille a évolué : auparavant considérée comme uniquement fondée sur et par le mariage, elle est aujourd’hui plurielle. La fin de la distinction entre filiation légitime et naturelle et la reconnaissance aux couples pacsés de droits quasi-équivalents au mariage, et peut-être demain de la possibilité d’un mariage pour tout choix de vie (hétérosexuel ou homosexuel), ont entraîné une profonde mutation du droit de la famille traditionnel, certains auteurs préfèrant employer l’expression de « droit des couples » (X. Labbée) plutôt que celle de « droit de la famille ».

Le cinéma rend-il compte de cette double évolution, en représentant la famille ? Quelle place occupe le mariage dans la constitution d’une famille ? Un couple sans enfant constitue-t-il une famille ? Les familles reconstituées sont-elles représentées ? Quel sort est réservé aux familles monoparentales ? Les couples homosexuels, avec ou sans enfants, ont-ils droit de cité à l’écran ?

Ces questions ressurgissent non seulement sous l’angle juridique, mais également sous le prisme cinématographique. Ainsi en va-t-il de la structure de la famille, des liens familiaux, des fonctions et rites de la famille que le 7ème art nous invite à réétudier avec un œil neuf dans un continuum très vaste, allant du critique au ludique.

On notera enfin que la famille se présente parfois comme la matrice créatrice des réalisateurs, qu’elle soit réelle, fantasmée, ou sublimée. Si plusieurs cinéastes (parmi lesquels Francis Ford Coppola, Clint Eastwood ou Stanley Kubrick) n’hésitent pas à associer leur famille à leurs travaux, d’autres ont recréé une ambiance familiale autour de leurs réalisations en utilisant les mêmes acteurs et équipes techniques (John Ford, Arnaud Desplechin, Robert Guédiguian), tandis que plusieurs en ont fait un thème récurrent de leur filmographie (Woody Allen, Ingmar Bergman, John Cassavetes, Francis Ford Coppola, Jean-Pierre et  Luc Dardenne, Clint Eastwood, Michael Haneke, Elia Kazan, Stanley Kubrick, Louis Malle, François Truffaut ou Yasujiro Ozu).

Le colloque envisagé ayant une dimension plurielle, le corpus de films à étudier – qu’ils soient de fiction ou documentaires , permettra aux communications de s’inscrire dans toute l’histoire cinématographique et toutes les cinématographies nationales, sans exclusive.

Bibliographie indicative

  • Baecque (Antoine de) et Chevallier (Philippe) (dir.), Dictionnaire de la pensée du cinéma, PUF, 2012, coll. Quadrige
  • Cavell (Stanley), A la recherche du bonheur. Hollywood et la comédie du remariage, Ed. de l’Etoile, Cahiers du Cinéma, 1993 (1981)
  • Desbarats (Carole) (Dir.), Derrière la Porte, t. 1 : Les secrets de famille, au cinéma, St Sulpice sur Loire, ACOR, 2001
  • Hardwood (Sarah), Thumim (Janet), Campling (Jo) (ed). Family Fictions: Representations of the Family in 1980s Hollywood Cinema,  London: Macmillan Press, 1997
  • Kuhn (Annette), Family Secrets: Acts of Memory and Imagination, Verso, (1995) 2002.
  • Labbee (Xavier), Le droit commun du couple, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, Manuels
  • Liebman (Nina C)., Living Room Lectures: The Fifties Family in Film and Television, Texas Film Series Studies, University of Texas Press, 1995.
  • Murat (Pierre), (dir.), Droit de la famille, nos 01.01 et 01.11., Dalloz Action, Dalloz, 5e éd, 2010
  • PoirsonDechonne(Marion), collectif, Cinémaction, « portraits de famille » n°132, Corlet Editions, 2009.
  • Pomerance (Murray), A Family Affair: Cinema calls Home, London: Wallflower Press, 2008
  • Reiter (Gershon), Fathers and Sons in Cinema, McFarland, 2008.
  • Théry (Irène), Couple, filiation et parenté aujourd’hui, Odile Jacob, La Documentation française, 1998
  • Todd (Emmanuel), L’origine des systèmes familiaux, Gallimard, 2011
  • Williams (Tony), Hearths of Darkness: The Family in the American Horror Film, Fairleigh Dickinson University Press, 1996.

Filmographie indicative

  • Broken Blossoms/Le Lys Brisé/The Yellow Man and the Girl, GRIFFITH (D. W.), Etats-Unis, 1919
  • Brutti, sporchi e Cattivi/Affreux, sales et méchants, SCOLA (Ettore), Italie, 1976
  • Bu neng mei you ni/No puedo vivir sin ti, DAI (Leon), Taïwan, 2009
  • Cidade de Deus/ Cité de Dieu (La),  MEIRELLES (Fernando), Brésil, 2002
  • Cimarron/La ruée vers l’ouest, RUGGLES (Wesley), Etats-Unis, 1931
  • The Descendants, PAYNE (Alexander), Etats-Unis, 2011
  • Einaym Pkuhot/Eyes Wide Open/Tu n’aimeras point, TABAKMAN (Haim), France/Israël/Allemagne, 2009
  • Elena, ZVIAGUINTSEV (Andrev), Russie, 2011
  • L’Enfant d’en haut, MEIER (Ursula), France/Suisse, 2012
  • Europa 51/Europe 51, ROSSELLINI (Roberto), Italie, 1952
  • Explorer, DANTE (Joe), Etats-Unis, 1985
  • Die Höhle des gelben/Le chien jaune de Mongolie, BYAMBASUREN (Davaa), Mongolie/Allemagne, 2005
  • Hunger, McQUEEN (Steve), Royaume-Uni/Irlande, 2009
  • Il Divo, SORRENTINO (Paolo), Italie, 2008
  • J’ai tué ma mère, DOLAN (Xavier), Québec, 2009
  • Kid (The)/Le Kid, CHAPLIN (Charlie), Etats-Unis, 1921
  • Kuma/Une seconde femme, DAG (Umut), Autriche, 2012
  • Ladybird,LOACH (Ken), Grande-Bretagne, 1994
  • Le Havre, KAURISMAKI (Aki), Finlande/France, 2011
  • My Beautiful Laundrette, FREARS (Stephen), Royaume-Uni, 1985
  • Pisito(El )/L’appartement, FERRERI (Marco), Espagne, 1959
  • Prizzi’s Honor/HUSTON (John), Etats-Unis, 1985
  • Pugni in tasca (I )/Les poings dans les poches, BELLOCHIO (Marco), Italie, 1965
  • Rebel without a Cause/La Fureur de vivre, RAY (Nicholas), Etats-Unis, 1955
  • Séparation (Une), FARHADI (Asghar), Iran, 2011
  • Teorema/Théorème, PASOLINI (Pier Paolo), Italie, 1968

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être adressées

avant le 1er mars 2013

à Magalie Flores-Lonjou mflores@univ-lr.fr et comporter :

  • Au moins 3000 signes ;
  • le titre de la communication, sa problématique, le corpus filmique ;
  • une petite notice biographique du/des contributeurs ;
  • La liste des propositions retenues par le comité scientifique sera communiquée le 10 avril 2013.  Les contributions définitives devront être reçues le 18 juin 2013.

Le colloque se tiendra à La Rochelle les 28 et 29 juin 2013, avec le soutien du GIP Mission de recherche Droit et Justice.

Comité scientifique

  • Annabel AUDUREAU Docteur en Littérature comparée, Enseignante en Expression et Communication à l’Université de La Rochelle en qualité de PRAG (IUT), vacataire en Littérature française et comparée à la faculté de Lettres modernes de La Rochelle
  • Xavier DAVERAT, professeur de droit privé, centre de recherches universitaires sur la culture et les créations intellectuelles, Université Montesquieu Bordeaux IV
  • Lucile DESMOULINS, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Laboratoire CNAM DICEN, (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique) EA 4420, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Institut francilien d’ingénierie des services (IFIS, Campus du Val d’Europe)
  • Thomas HELLER, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille3, GERIICO, EA4073
  • Thomas HOCHMANN, maître de conférences en droit public, Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Gilles MENEGALDO, professeur en littérature américaine et études et cinématographiques, UFR Lettres et Langues, Université de Poitiers, équipe FORELL B3, esthétiques comparées, EA 3816
  • Nolwenn MINGANT, maître de conférences en civilisation américaine, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, CREW/CRAN EA 4399
  • Jean-Marie TIXIER, ancien maître de conférences en littérature et cinéma, Université Montesquieu Bordeaux IV

Comité d’organisation

  • Danièle ANDRÉ, maître de conférences en civilisation et culture populaire nord-américaines, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) EA 1163, Université de La Rochelle
  • Brigitte BASTIAT, docteure en sciences de l’information et de la communication, PRCE d’anglais, Université de La Rochelle, membre associé du CRHIA EA 1163 et du Centre d’études irlandaises de Rennes 2
  • Estelle EPINOUX, maître de conférences en études irlandaises, département d’études anglophones, Université de Limoges chercheur associé à la SOFEIR, à la SAES, membre du comité des publications de la FE2C, membre du groupe de recherche EHIC (Espaces Humains et interactions culturelles à Limoges)
  • Magalie FLORES-LONJOU, maître de conférences en droit public, HDR Université de La Rochelle, CEREGE LR-MOS EA 1722, Le blog Droit et cinéma : http://lesmistons.typepad.com
  • Nathalie GOEDERT, maître de conférences en histoire du droit, HDR, Université Paris SUD, DSR (Droit et sociétés religieuses) EA 1611, responsable du festival ciné-droit à Sceaux : http://festival.cine-droit.over-blog.com/
  • Franck HEALY, maître de conférences en anglais (CIEL), Université de la Rochelle
  • Lionel MINIATO, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Centre universitaire Jean-François Champollion, Institut de droit privé de l’Université Toulouse I Capitole, EA 1920, Le blog Droit et cinéma : http://lesmistons.typepad.com
  • Jean-Baptiste THIERRY, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles, Université de Lorraine, Institut François Gény EA 1138 Le blog Carnet de recherches d’un MCF en droit privé Sine lege

 

Venez nombreux!

 

French Law, a comparative approach : E. Steiner

Différentes manières existent d’appréhender la globalité et la diversité du droit. Il est aujourd’hui difficile de comprendre les spécificités du système juridique français sans jouer le jeu de la comparaison avec d’autres pays. A cet égard, j’avais déjà eu l’occasion de signaler la parution d’un ouvrage de droit anglais et américain. Mais mieux connaître son propre système juridique peut passer par une voie plus originale : savoir comment un juriste d’un autre système juridique perçoit le notre.

L’ouvrage de Eva Steiner, French Law, a comparative approach, s’inscrit dans cette logique. Il est certes prioritairement destiné aux juristes anglais, mais le juriste français découvre le droit français d’une manière éclairante et enrichissante. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’ouvrage n’est pas un simple manuel d’introduction au droit. L’ensemble est divisé en quatre parties : le processus d’élaboration du droit, la jurisprudence, l’enseignement; la dernière partie concerne quelques aspects particuliers (contrat, propriété, procédure, etc.).

Chaque partie est l’occasion d’appréhender des différences importantes : sur la rédaction des lois françaises et anglaises (méthode et style), le rôle de la codification, etc. Sur ce dernier point, l’auteur laisse entendre que l’enseignement dogmatique du droit ne résulterait pas du développement de la doctrine scientifique, mais de la codification qui supposerait une telle approche. La comparaison avec la cuisine du droit est alors inévitable.

Chaque chapitre se termine par une brève bibliographie d’articles français ou anglais relatifs aux thèmes évoqués. La place accordée à l’enseignement du droit est remarquable : les manuels français sont pauvres sur cette question quand elle est fondamentale sur la compréhension du droit. «There is naturally a direct reciprocal influence between the nature of a legal system and the pattern of legal education. The nature of the former promotes the method of the latter, which in turn perpetuates the original character of the system. The program of law studies and the method of legal education establish and fix the fundamental understanding and the mode of thought which condition the individual for his entire professional career» (Joseph Dainow, cité p. 199). Rien n’est négligé, pas même l’importance de la prise de notes pendant les cours magistraux. L’ouvrage contient également d’intéressants passages sur la méthodologie des exercices juridiques.

Ajoutons que l’ouvrage est très intelligemment enrichi de ressources électroniques librement accessibles, rappelant un autre ouvrage, non juridique, recensé sur sinelege. Il constitue en outre un excellent moyen de parfaire son anglais juridique et sa lecture ne peut donc qu’être vivement recommandée.

2013

Voici donc le temps d’une nouvelle année civile, occasion d’adresser aux lecteurs de ce carnet mes meilleurs vœux. Cet exercice est parfois difficile, tant et si bien qu’il peut s’assimiler à une corvée : comme le chantait Aristide Bruant, «Moi ça m’emmerde le jour de l’An / C’est des giri’s, c’est des magnières / On dirait qu’on est des rosières / Qui va embrasser sa maman».

Pourtant, difficile de passer à côté de vœux sincères quand le lectorat de sinelege est de plus en plus important! 8000 visites à la fin de l’année 2010, 45000 à la fin 2011. L’année 2012 aura vu pas moins de 127 000 visites (environ 10 500 visites par mois). Le succès est donc au rendez-vous, ce qui n’était pas gagné vu l’actualisation aléatoire du site et, surtout, son objet, éloigné de l’actualité juridique déjà traitée de manière pléthorique ailleurs.

Il faut donc maintenir le cap pour cette nouvelle année. Les projets passés demeurent, parmi lesquels les notes de lecture, compte-rendus de manifestations diverses et variées, billets sur l’université, maintien de la page QPC en matière pénale, etc. D’autres apparaîtront au fil du temps.

Au programme dans les jours, semaines et mois à venir :

 Et bien d’autres choses encore!

Bonne et heureuse année 2013, donc.