Archives mensuelles : août 2014

The Paper Chase (film): J. Bridges (à propos de l’enseignement du droit)

affiche_paper_chaseEt si l’on regardait un film sur les études de droit pendant les vacances ? Il a déjà été question sur ce site de la question de l’enseignement du droit : sur ce qu’il pourrait être dans La Cuisine du droit ou dans Qu’est-ce qu’un grand juriste ?, sur l’hypothèse d’une contrefaçon appliquée à un cours de droit pénal, ou bien encore sur les travers de l’institution. Il a même été question de l’enseignement du droit aux Etats-Unis, dans cette note de lecture consacrée au livre de Duncan Kennedy : L’enseignement du droit et la reproduction des hiérarchies. Difficile de ne pas mettre ce dernier ouvrage en relation avec un film de 1973, réalisé par James Bridges et adapté d’un roman de John Jay Osborn Jr (une série télévisée a également été réalisée) : The Paper Chase (traduit maladroitement en français par La Chasse aux diplômes).

L’histoire est surprenante de banalité : il s’agit de suivre la première année de droit d’un jeune étudiant de Harvard (auparavant diplômé de l’Université du Minnesota), du premier cours aux résultats des examens. L’étudiant en question est James Hart, brillant étudiant, travailleur, qui, malgré une première expérience traumatisante en cours (v. l’extrait suivant), devient un inconditionnel de son professeur de droit des contrats, le glaçant professeur Kingsfield.

Le spectateur suit alors la vie de cet étudiant, éloigné de sa famille (dont il n’est d’ailleurs jamais question), surmené, impliqué et amoureux … de la fille de son professeur. Le film alterne alors scènes de cours et scènes personnelles. L’obtention du diplôme devient une obsession pour le héros (l’un des étudiants fera même une tentative de suicide). Obsédé par sa réussite et l’envie de plaire au terrible professeur Kingsfield, Hart travaille avec acharnement et se consacre corps et âme au droit des contrats. Il ira même jusqu’à consulter clandestinement les notes de ce professeur, précieusement conservées à la bibliothèque.

Les deux héros du film sont le professeur Kingfield et… la méthode socratique. Voici comment le professeur la décrit : « We use the Socratic Method here. I call on you, ask you a question… and you answer it. Why don’t I just give you a lecture? Because through my questions, you learn to teach yourselves. Through this method of questioning, answering… questioning, answering… we seek to develop in you the ability to analyze that vast complex of facts that constitute the relationships of members within a given society. Questioning and answering. At times you may feel that you have found the correct answer. I assure you that this is a total delusion on your part. You will never find the correct, absolute, and final answer. In my classroom, there is always another question… another question to follow your answer. Yes, you’re on a treadmill. My little questions spin the tumblers of your mind. You’re on an operating table. My little questions are the fingers probing your brain. We do brain surgery here. You teach yourselves the law but I train your mind. You come in here with a skull full of mush and you leave thinking like a lawyer ». Rien à voir, on l’aura compris, avec l’enseignement du droit dans nos Facultés, où le cours magistral reste la règle, articulé avec les travaux dirigés qui permettront aux étudiants de résoudre différents exercices. Elle se rapproche peut-être de la méthode utilisée dans certains séminaires de Master 2 où le faible nombre d’étudiants se prête davantage à ce genre d’exercice. Cette méthode aboutit surtout à un travail conséquent des étudiants qui doivent, avant chaque cours, étudier les cas sélectionnés par l’enseignant, les comprendre, pour pouvoir être à même de répondre aux questions posées.

Dans l’idéal, cette méthode permet de développer les capacités de réflexion, l’aisance dans la prise de parole, la compréhension des cas, etc. Mais, dans le film, on voit vite ce qu’elle peut avoir de terrible entre les mains d’un enseignant hautain, pétri de son importance et méprisant (v. l’extrait suivant). Malgré tous les efforts de Hart, il ne se souviendra jamais de son nom. Celui-ci espère pourtant avoir réussi à gagner l’estime de son professeur lorsqu’il se voit confier des recherches, mais il sera déçu, n’ayant pas réussi à effectuer à temps sa mission. Las, lors d’un bref tête à tête dans un ascenseur, après toute une année, le professeur ne daignera pas se souvenir de celui qui semble bien être son meilleur étudiant et son plus fervent admirateur. Pourtant, Hart ne lui en tiendra pas rigueur : il est le premier à se lever, à la fin de l’année, pour applaudir le professeur Kingsfield, entraînant tout l’amphithéâtre avec lui. On peut y voir un syndrome de Stockholm, ou, plus vraisemblablement, le fait que Hart a plus appris sur lui-même que sur le droit, grâce à ce cours : l’homme qu’il admirait comme juriste est peut-être celui qui a permis, par son exigence, à Hart de devenir un homme accompli. La scène finale en est la preuve : debout sur un rocher, face à l’océan, Hart envoie voler l’enveloppe contenant ses résultats, transformée en avion en papier.

Dans le cours du professeur Kingsfield, la méthode socratique aboutit à une classification drastique des étudiants, que James Hart explique à sa petite amie, Susan: «It’s very interesting to me how quickly the classes have divided up into three factions. One faction being the students who sit in the back. Given up sitting in their assigned seats, preparing the cases. […] The second group are the ones who won’t raise their hands or volunteer an answer, but will try when called upon. That’s where I am, right now, living in a state of constant fear. And then there’s the third echelon. The upper echelon. The volunteers. They raise their hands in class. They thrust themselves into the fray. I don’t think they’re smarter than anyone else but they have courage. And they’ll achieve the final recognition. The teachers will get to know their names and they’ll get better grades». Avoir des étudiants apeurés, voilà un projet pédagogique particulier…

Le cœur du film dépasse bien évidemment (et heureusement) l’enseignement du droit : cette chasse au papier est la chasse aux diplômes, aux livres, aux notes de cours, cette quête absurde dans un système qui en exclut beaucoup, comme le rappelle Susan à Hart : « You’re gonna pass because you’re the kind the law school wants. You’ll get your little diploma, your piece of paper that’s no different than this, and you can stick it in your silver box with all the other paper in your life. Your birth certificate, your driver’s license, your marriage license, your stock certificates and your will ».

De manière plus anecdotique, le film est également marquant car il réussit à montrer la soif d’apprendre des étudiants du petit groupe d’études : passionnés par leurs études, ils apprennent avec envie. « Though I walk through the valley of the shadow of ignorance, I shall fear no evil for the law is with me », dit Hart lors d’une effraction nocturne dans la bibliothèque pour récupérer un livre dont il a besoin. L’envie devient obsession car ils en oublient de vivre et excluent presque malgré eux ceux qui ne les suivent pas, qui ne correspondent pas au stéréotype de l’étudiant en droit. C’est évidemment l’amour qui sauve James Hart et lui montre la voie de la sagesse. La morale du film peut être plus prosaïque, comme il est dit dans le film : « Nothing makes you hornier than studiying ». A bon entendeur !

NB : j’ai eu connaissance de ce film grâce à Tis et Livia : merci!

Real Humans (Äkta människor, 100% humain) : humanitude et droit

spoiler

Gare aux spoilers!

Les séries nordiques rencontrent un grand succès. Parmi elles, Real Humans (Äka Männistor) se distingue par son originalité. Le point de départ est assez simple : la vie quotidienne de citoyens suédois qui vivent entourés de robots (les hubots). Ceux-ci ont une apparence humaine et sont plus ou moins spécialisés: conduite, aide aux personnes âgées, coaches sportifs, robots à tout faire… Le récit s’enrichit tout au long des épisodes : on rencontre des robots autonomes, qui développent une conscience d’eux même, les relations entre humains et robots se complexifient et la frontière entre l’homme et la machine apparaît de plus en plus ténue. L’un des intérêts de la série est d’avoir refusé l’option d’une anticipation trop poussée. Un tel sujet aurait pu être abordé dans un futur lointain, rempli de voitures volantes. Au contraire, le choix a été fait d’ancrer le récit dans un réel contemporain : seuls les robots sont sophistiqués ; les téléphones portables sont parfois désuets, les voitures, très actuelles, et certains objets sont déjà un peu datés (un réveil des années 70, un tensiomètre dépassé…).

L’idée de Real Humans n’est pas nouvelle, que ce soit dans la littérature (Do Androids Dream of Electric Sheep ?, Philip K. Dick ; le Cycle des robots de Isaac Asimov), le cinéma (Blade runner, Ridley Scott, adaptation du roman de Philip K. Dick) ou les séries télé (Battlestar Galactica). Comme un clin d’œil, les scénaristes évoquent d’ailleurs les règles de sécurité applicables aux robots, qui les empêchent de mentir ou de frapper les humains, par exemple, appelées Asimov restrictions. La doctrine s’est également intéressée à la chose (v. Science-fiction et science juridique, P.-J. Delage (coord.) et spéc. P.-J. Delage, « Les androïdes rêveront-ils de personnalité juridique ? », p. 165. Il ne faut pas désespérer : les actes de ce colloque organisé par le RERDH feront bien un jour l’objet d’une note de lecture sur sinelege).

Difficile de regarder cette série sans y percevoir d’importants problèmes juridiques, soit parce qu’ils sont expressément abordés, comme la question du statut légal des robots par exemple, soit parce qu’ils sont constamment sous-entendus, comme la question de la définition de l’humain. La série a déjà fait l’objet de quelques analyses.

On peut ainsi avoir une vision « positiviste » de la série en se demandant quelles seraient les règles applicables aux dommages commis par un robot : le régime de la responsabilité du fait des choses est à l’évidence applicable. La série va un peu plus loin lorsque que deux propriétaires de robots se prétendent victimes de discrimination pour n’avoir pas pu accéder à une boîte de nuit avec leurs compagnons. Malheureusement, le procès n’aura pas lieu : une transaction est proposée aux plaignantes, qui la refusent pour une question de principe. Mal leur en a pris, puisqu’elles sont prises au piège : la loi prévoit que les robots ne doivent pas faire l’objet de modifications illicites ; or, toutes deux ont modifié leur robot, notamment pour lui incorporer des améliorations… fonctionnelles (que je laisse le soin au lecteur d’imaginer). Le procès aurait pu être passionnant : discrimination envers les robots ou discrimination envers les personnes accompagnées de robots ? Les enjeux sont conséquents, mais les scénaristes ont fait le choix de ne pas aborder frontalement la question. Cette fausse piste habile peut être décevante du point de vue du juriste, mais elle ne fait que relancer le récit.

D’autres aspects juridiques sont mis en avant dans la série : droits des salariés face aux robots utilisés par les entreprises, infractions commises par les robots (il existe même une unité policière consacrée aux infractions commises par les robots ; l’ironie du sort veut que l’une des enquêtrices est elle-même un robot), revendications politiques, infractions terroristes, statut du suspect, droits de la défense…

Au-delà de l’interrogation sur les règles applicables aux robots, Real Humans permet surtout de s’interroger sur la définition de l’humain. Au cœur du récit, cette question est riche de développements juridiques (v. encore une fois Science-fiction et science juridique, P.-J. Delage (coord.) et toutes les références indiquées). Le droit n’ignore pas la délimitation de l’humain et du non humain, de la personne humaine et des choses humaines : que l’on songe simplement aux débats récents et récurrents sur le statut de l’animal, aux problèmes soulevés par les xénogreffes ou bien au statut du fœtus. Récemment, on a pu lire ou entendre des propos sur la nécessité de donner au statut spécifique aux robots. On a également pu envisager le recours aux robots humanoïdes comme « remède » à la pédophilie. Ces questions sont toutes présentes dans Real Humans.

La difficulté entre les robots est bien montrée dans le recours à la langue : en anglais, un robot doit-il être désigné comme une chose (it), un homme (he) ou une femme (she) ? Le tour de force de la série est de montrer que la distinction entre l’homme et la machine n’est pas évidente, pas plus que celle entre l’homme et l’animal. Quels sont les facteurs qui permettent de distinguer un humain d’un robot ? Si l’on recourt à l’intelligence, les robots sont assurément humains, voire surhumains ; il en va de même si l’on utilise la mémoire. On peut alors songer à l’empathie, difficile à quantifier et difficile à isoler : on voit plusieurs robots risquer leur vie pour sauver des humains. Les robots de Real Humans sont également capables d’apprendre ; ils ont des envies (de vêtements, de liberté…) ; l’un d’eux, Gordon, semble même devenir croyant. Dans la série, la question de leur humanité est renforcée par leur apparence : l’un des personnages dit d’ailleurs que si les robots ont une apparence humaine, c’est pour que les humains puissent mieux les exploiter. Le parallèle avec l’esclavage n’est pas loin. L’originalité de la série est de montrer que l’humanité  s’acquiert par ses travers : le robot devient presque humain lorsqu’il devient capable d’auto-détermination et qu’il emprunte alors les défauts de caractère des humains. Lorsque le robot n’est que serviable, lorsqu’il n’accomplit que les tâches pour lesquelles il a été conçu,  la question de son « humanitude » (expression de J.-F. Seuvic : « Variations sur l’humain comme valeurs pénalement protégées »in Mélanges Bolze) ne se pose guère. Mais lorsqu’il commence à poursuivre un but personnel, serait-ce en raison d’un code de programmation particulier, la ressemblance avec les humains devient comportementale. Real Humans comprend ainsi des robots manipulateurs (Vera, le robot d’aide aux personnes âgées, qui n’hésite pas à mettre des somnifères dans la nourriture), menteurs (les « enfants » de David Eischer mentent fréquemment), homophobes (Saison 01, épisode 06 : Flash a des propos injurieux envers le couple de femmes qui l’accueille), violents (Rick corrige l’ex-époux)… Mieux l’acquisition de cette « humanitude » passe par la violation de la loi : l’auto-détermination, l’autonomie, l’expression de la volonté passent par la commission d’infractions, y compris par des atteintes à la vie humaine. La capacité à violer la norme serait alors ce qui permet de distinguer l’homme de la machine.

La série va encore plus loin lorsqu’elle s’intéresse au cas de Léo Escheir : enfant biologique de David, il a été ramené à la vie en devenant un être humain augmenté. La distinction biologique entre humains et robots à laquelle on aurait pu penser, se révèle inopérante en présence de cet homme biologique particulier. Représente-t-il le futur de l’humanité ? On peut le penser lorsque la question des clones digitaux est évoquée. Léo est-il mortel ? Peut-on le tuer impunément ? Il bénéficie en tout cas du droit à l’assistance d’un avocat (même si l’on apprend par la suite qu’il ne s’agit que d’un stratagème pour connaître ses plans secrets).

Autant de questions soulevées par cette remarquable série, qui montre, une fois de plus, que le droit – sa compréhension, son application et son évolution – a beaucoup à gagner en se frottant à l’imaginaire artistique. Autant de questions qui restent à résoudre, l’auteur de ces lignes n’ayant pas encore terminé la première saison.

Perles des copies

L’année universitaire est terminée : la Faculté est fermée. Les révisions sont un vieux souvenir (sauf pour les courageux candidats à l’examen d’entrée au CRFPA, par exemple), les corrections également. Voici l’occasion de revenir sur quelques perles des copies (authentiques) :

Quand je corrige les copies des L2 (cielmondoctorat)

Quand je corrige les copies des L2 (cielmondoctorat)

« Le mariage pose certaine condition comme la fidélité néanmoins la notion de fidélité pour un couple homosexuel marier est difficile à être appliqué dans le sens où la fidélité aller de paire avec la presemption de paternité étant donné qu’un couple homosexuel ne peut avoir d’enfant la presemption de paternité et de fait la fidélité sont remis en cause » #CEstClair

 » Un mari trompé dans tous les sens » #Kamasutra

« Antoine n’a pas aidé Léa dans le besoin financier qui lui fait défaut » #BesoinOrNotBesoin

 » L’article 180 petit 3″ #CEstMignon

« Ils conclusent un pacs » #BescherelleTaMère

 » vu que ici se sont deux hommes, donc la notion de fidélité n’est pas envisageable » #BoutinStyle 

« Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue devant un tribunal indépendant et incompétent » #LeNiveauBaisseALENM

« Me Eolas, avocat pénaliste connu pour son activité virtuelle » #Owned #AvocatFainéant

« Si cette personne n’est pas reconnues coupable, on dit qu’elle est déculpée » #PasDIdéeDeHashtag

« Un jugement de relaxation » #JusticeDuXXieSiècle #DétendezVous

« les infractions punies d’amandes » #ChouchouBeignetsDemandez

« Une personne poursuivie devant la cour d’assises est un assisté » #PrendsToiEnMain

« Le délai de prescription de l’action publique est de u an tout ou tard » #LaDrogueCayMal

« Le tribunal correction se charge de la commission des délits » #JusticeDuXXIeSiècle #BâtardsDeJuges

« La loi pénale plus sévère ne peut pas être plus clémente » #CaptainObviousAuRattrapage

« Le délai de prescription de l’action publique est de 48 heures » #EddieMurphy #JusticeDuXXIeSiècle

« Si le divorce est prononcé, il y aura un test de paternité » #Fear

« Sa femme propose d’avoir des relations sexuelles tarifées, ce qui peut se rapprocher du concept de prostituée » #CaptainObvious

« La jurisprudence évoque l’erreur sur la qualité de prostituée » #QualitéEssentielle

« Il n’a pas fait de fouilles dans l’intimité de sa femme » #Gentleman

« L’article 180 jurisprudence 3 dispose » #GrandClassique

« Sa femme avait des relations sexuelles via un site internet » #RJ45

« L’infidélité de madame ne rend pas intolérable le maintien de la vie commune car elle aime son mari » #Matriarcat

« Les époux ceux réconcillie » #NePasCeuxEnerver

« Elle trompait son mari avant leur mariage » #daysofthefuturepast

« Dans un mariage de personnes de sexe opposé, la fidélité est importante » #SympaPourLesAutres

« Un époux entretient une liaison dont il n’a pas l’intention d’y mettre fin » #DontAuSujetDuquel #BescherelleTaMère

« L’accès au dossier est une garantie du procès équitable mais dans certaines hypothèses il peut ne pas l’être » #PtêtBen

« Nous sommes en présence d’une perquisition dans lieu de travail » #QuandHommeBlancEcritCopieWeekEndSeraStudieux

« Le dessin est caucase » #PourToiArménie

« La présence de la vocat » #UnVocatUneVocate

« les enquêteurs ont trouvé des codes concernant un site internet (arrêt Crim. 15 juill. 1909) » #Marty # InternetAVapeur

« Ce dessin est caricature » #QuandHommeBlancCoupeDuBoisHiverRigoureux

« La chambre de l’instruction de la Cour de cassation » #ToutEnUn #Pratique

Premier mot de la copie « Réçament » #CaVaÊtreLong

« Les peines privatives de liberté consistent à priver une personne de sa liberté » #SansRire #VousEtesSûr? #CaptainObvious

« Conséquences de la classification tripartite : possibilité de représaille de l’accusé/non sauvegarder » #Erreur404

« La fonction punitative » #Punitator

« Le principe de légalité criminelle oblige le juge à faire une interprétation impartielle de la loi » #ObsessionDuPartiel

« Je ne sais pas. Là non plus » #ToiAussiEcrisCommeTuPenses

« Le principe de légalité criminelle oblige le juge à faire une interprétation individualiste » #VousAvezDitCorporatisme?

« En France, la procédure est plus accusatoi qu’inquisitoi » #ATuEtAToi

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est écrouée » #Efficacité

« Dans la procédure inquisitoire on laisse planer un doute sur l’incrimination de l’accusé » #RoueDeLaFortune

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est incriminée » #DélitDInnocence

« Le juge doit faire une interprétation oral de la loi » #Dentifrice #Oracle

« Une personne poursuivie devant un tribunal correctionnel est un délinquant juvénile » #Chenapans

« La peine punitrice » #LeDroitPuniteur

« La procédure inquisitoire a des caractéristiques bien à elle » #MaisEncore

« La csqce de la classification tripartite: les infractions sont classées en 3 parties » #AlorsQueRevoilàCaptainObvious

« Le principe de la légalité criminelle oblige à faire une interprétation criminelle de la loi » #BâtardsDeJuges

« Si elle n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est assortie de sanction » #LaDrogue #IPJ

« La décision de relax » #CALMETOI

« Les deux fonctions de la peine sont la peine pénale et judiciaire (peine à perpétuité » #LaDrogue #MerciPourLesParenthèses

« Les caractéristiques de la procédure inquisitoire sont tout d’abord la procédure pénale qui se distingue de cette procédure puis c’est le fait que le coupable n’est pas tout de suite juge » #RéformeENM

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est relax » #ALAiseBlaise

« Le principe de légalité criminelle oblige le juge à faire une interprétation raide de la loi pénale » #Desproges

« Une personne poursuivie devant un tribunal correctionnel est appelée le présumé coupable. Si elle n’est pas reconnue  coupable on dit qu’elle est présumée innocente » #RenversementDeLaChargeDeLaPreuve

« Si une personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est discréditée » #LaHonte

« Le principe de légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation en dehors de la loi pénale » #OuiMaisNon

« Le principe de légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation légale de la loi » #Arbitraire

 » Si une personne n’est pas coupable, on dit qu’elle est blanchie » #AuQuartier

« Les deux fonctions de la peine sont: peine d’emprisonnement et peine à perpétuité » #LaDrogueEncore

 » La peine possède deux fonctions: une fonction et une fonction » #EtLa3e?

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est délibéré » #LaDrogueCayMal

« Les conséquences de la classification tripartite des infractions est que les infractions n’ont pas les mêmes conséquences  » #CaptainObvious

« Si elle n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est récidiviste » #IPJ #JeLAuraisUnJour

« Une personne poursuivie devant une cour d’assises est appelée récidive » #MyNameIsDive #ReciDive

« Le principe de la légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation civile de la loi pénale » #CaSeTente

« Le principe de la légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation immédiate de la loi pénale » #ToutDoucement

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est acculpée » #ChefsDAcculpation

« La classification tripartite des infractions est remarquable, dans le sens où elle permet de classifier les infractions » #SacréCaptainObvious

« La peine va réintroduire l’individu dans la société » #WWF #SPA #30MillionsDeDélinquants

« La classification tripartite des infractions permet de dégorger les tribunaux » #HashtagCensuré

« Les conséquences de la classification tripartite des infractions est que l’individu préfèrera faire quelque chose de plus grave qu’un simple vol pour que la sanction soit vraiment méritée » #EspritsCriminels

« Le principe de la légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation attive de la loi pénale » #Mhinnussieuse

« Si une personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est présumé coupable » #CaNeFinitJamais

« La peine sert à sanctionner les délits selon les articles imposés par le code civil » #ThéorieDuGenre #ToutMélangé

« Si cette personne n’est pas reconnue coupable on dit qu’elle est non-coupable » #CaptainObvious #3eEpisode

« Le principe de la légalité criminelle interdit au juge de faire une interprétation juridique de la loi pénale » #OnLeurDira

« La procédure accusatoire est un modèle assez récent : elle date du XIIe siècle » #ToutEstRelatif #OnEstPeuDeChoses

« La procédure accusatoire est orale, donc non-écrite » #CaptainObvious

« Les conséquences de la classification tripartite des infractions est de gagner du temps » #EnCorrigeantAussiDuCoup

« Une personne poursuivie devant une cour d’assises est un défendeur. Si cette personne n’est pas reconnue coupable on dit qu’elle acquité » #JeAcquitéTuAcquitéIlsOntquité

« La France utilise un mix de ces deux procédures » #DJJustice

« La classification des infractions a pour but le classement des infractions » #CaptainObvious

« Les caractéristiques de la procédure accusatoire c’est de pouvoir accusée des personnes en ayant des preuves qui les inculques » ##FaitesEntrerLInculqué

« Le principe de légalité interdit au juge de faire une interprétation à son compte de la loi pénale » #MaPetiteEntreprise

 

« Si une personne n’est pas reconnue coupable, on dit qu’elle est discriminé » #Teasing

« La jurisprude constante » #EtLaCoquine?

« Ce n’est pas une preuve, c’est un moyen de preuve » #EhOuais #BernieDupontel #MomoEstUnChatEtAussiUnFélin

« Le mis en examen, chef de plusieurs accusations » #Tribu #Geronimo

« Le principe de la loyalité de la preuve » #ToiAussiAjouteItéPourFaireJoli

« La liberté de la preuve est libre » #YenAMêmeQuiDisentQuIlsLontVuVoler

 

Quand j’ai fini de corriger mes copies (cielmondoctorat)

Quand j’ai fini de corriger mes copies (cielmondoctorat)