Archives mensuelles : mars 2015

Parcours meurtrier d’une mère ordinaire : l’affaire Courjault : J.-X. de Lestrade

l-affaire-courjault-parcours-meurtrier-d-une-mere-ordinaire-de-jean-xavier-de-lestrade-video-en-pre-commande-876819484_MLRécemment projeté à quelques valeureux étudiants de L2, Parcours meurtrier d’une mère ordinaire : l’affaire Courjault, est un remarquable docu-fiction. Jean-Xavier de Lestrade est un habitué des œuvres marquantes (Un coupable idéal, The Staircase, La Disparition…) qui réussit à allier force du sujet et mise en scène.

Le procès de Véronique Courjault n’a pas été filmé. En conséquence, il fait l’objet d’une reconstitution à partir des notes prises pendant le procès. Le dispositif mis en place par le réalisateur est d’une efficacité remarquable : d’abord, parce qu’il permet d’alterner scènes de reconstitution et témoignages de proches de l’accusée ; ensuite, parce qu’il permet de vivre le procès, non pas comme un spectateur, mais comme un acteur à part entière, grâce au choix de filmer de nombreuses scènes depuis le box de l’accusée.

Au-delà de la performance impressionnante de Alix Poisson, le film est un merveilleux moyen de mettre en image la difficile fonction de juger, mais également la difficile conciliation entre l’exigence de précision de la justice et l’altération de la mémoire du fait de l’écoulement du temps. Si une vision rapide du film semble montrer au spectateur un président de cour d’assises inflexible, intransigeant, pour ne pas dire psycho-rigide, il apparaît bien que c’est cette rigueur qui permet la libération de la parole, qui oblige Véronique Courjault à mettre des mots sur ce qu’elle ressentait. Surtout, le film montre que le rôle de la justice pénale ne peut pas être réduit à la distribution de la sanction, car, comme le relève Me Henri Leclerc, « la justice ne consiste pas à compenser l’horreur du crime par l’horreur de la peine ».

Parcours meurtrier d’une mère ordinaire : l… by Telerama_BA

Le rôle du langage est fondamental. L’oralité de la procédure oblige à mettre à nu les choses les plus intimes : vie familiale, vie sexuelle, tout est passé au crible, comme autant d’indices d’une préméditation ou d’un mensonge potentiel. Mais surtout, l’oralité oblige l’accusé à expliquer son geste. L’on sait la difficulté de cette tâche depuis les Notes sur l’affaire Dominici de Jean Giono et, sur ce point, la capacité de Véronique Courjault à expliquer un acte que l’on a trop facilement qualifié de monstrueux, est confondante. Car ce sont bien ses explications répétées qui, soutenues par la force de son émotion, ont amené un verdict relativement clément au regard de la gravité du crime (huit ans d’emprisonnement). Mais il lui a fallu contredire le président de la cour d’assises (« si vous me permettez Monsieur le président, ce serait un peu simpliste comme explication », dit-elle au président).


Bande annonce Affaire Courjault (France 3) by olivier_rey

La force du film est de dépasser ce rôle du langage pour guider le spectateur dans les nuances de la personnalité de l’accusée. Ses paroles, leur perception, ses émotions, ses pensées sont magistralement mises en scène grâce à la vitre qui sépare l’accusée du reste de la salle. Jean-Xavier de Lestrade parvient à faire d’une contrainte technique un outil de mise en scène et de narration, sans lequel le film aurait perdu de sa force. Cette vitre est tout à la fois ce qui protège Véronique Courjault du reste du monde, mais également ce qui la sépare de cette impossible normalité qui veut qu’une femme ne peut que vouloir enfanter lorsqu’elle est biologiquement enceinte. Mais cette vitre est également le reflet : le reflet, voire les reflets, de l’accusée, de l’apparence qu’elle renvoie à la cour et au jury ; le reflet de la salle qui reçoit ses propos. Elle accentue la mise à distance de l’accusée, très éloignée du président et de l’avocat général (ce que renforce le jeu de la profondeur de champ : v. la vidéo des bonus tv de Telerama). Parfois, lorsque l’explication paraît marquée de la plus grande sincérité, cette vitre s’efface, jusqu’à devenir invisible.

Parcours meurtrier d’une mère ordinaire est donc à conseiller, à regarder, tout autant pour voir un procès d’assises reconstitué, que pour tenter de se mettre à la place de l’accusée, mais aussi de sa famille, de son époux, de ses avocats, des juges confrontés à cette femme qui, pour reprendre l’expression de Me Leclerc, n’est pas une femme monstrueuse, mais une femme douloureuse.

 

Carnets de thèse : T. Rivière

9782021125948Le doctorat est un grade universitaire particulier qui s’obtient grâce à la préparation d’une thèse. Celle-ci est le fruit d’un long travail, souvent solitaire. Depuis quelques temps, les doctorants ont pris l’habitude de rire de leur situation et de leurs travers(Ciel mon doctorat, bien sûr!). Tiphaine Rivière a réussi le tour de force de faire une bande dessinée qui reprend toutes les étapes vécues par le thésard, dans ses Carnets de thèse. Le livre est remarquable tant l’héroïne, jeune, volontaire, cumule les obstacles : un métier de professeur des collèges qui l’exaspère, un directeur de thèse qui brille par son absence et son indolence, un sujet que personne ne comprend, une administration personnifiée par un personnage dont la capacité à ne rien faire émerveille le lecteur, une absence de financement qui oblige l’héroïne à cumuler vacations d’enseignements et petits boulots à l’Université. La vie du doctorant, qui plus est non financé, est bien retracée : l’obsession du sujet, la révérence envers le directeur, la fosse aux lions (aux tigres en l’occurrence) de la première salle de travaux dirigés, les difficultés de l’insertion professionnelle (au moins Jeanne a déjà un métier), la première conférence…

Le parcours de Jeanne est malheureusement ordinaire et il peut paraître difficile de le raconter avec humour : sa thèse n’avance pas, sa famille la considère comme une jeune fille perdue, son couple n’y survit pas, la précarité la guette et l’avenir est incertain.

 

Mais la force de Tiphaine Rivière est de s’amuser de ces éléments, comme pour mieux nous montrer que, après tout, les choses ne sont pas si graves. Car Jeanne est également une jeune fille persévérante, volontaire et passionnée. Et surtout, Tiphaine Rivière croque avec délice les situations, mettant en images et en mots le vécu de son héroïne, ses défauts, son enthousiasme, ses peurs et, finalement, sa réussite.

Le dessin de Tiphaine Rivière et la mise en page aident bien évidemment à l’humour des situations. Les pages qui permettent d’afficher le discours officiel et sa signification réelle sont remarquables.

 

 

Le livre intéressera évidemment les chercheurs, jeunes et moins jeunes, quelle que soit leur discipline. Mais il serait réducteur d’en faire un roman graphique réservé aux acteurs du monde universitaire : l’histoire de Jeanne est un récit initiatique – qui correspond tout à fait au rituel du doctorat – qui est celui de la construction d’une personnalité, ponctuée d’obstacles et de joies, de satisfactions et de mesquineries. Tout ceci se déroule à l’Université, mais aurait pu se dérouler dans un autre cadre. La thèse est un travail éprouvant, particulier, qu’on ne peut comprendre qu’après l’avoir vécu. Mais elle ne constitue pas un travail extraordinaire, comme ceux qui y sont immergés le pensent trop souvent.

Liste des qualifiés aux fonctions de maître de conférences 2015 – Section 01

La liste des qualifiés aux fonctions de maître de conférences de la section 02 est d’ores et déjà disponible. Il restait donc à publier celle de la section 01.

La liste qui suit n’est en aucun cas une liste officielle : elle est donc susceptible de contenir des erreurs et oublis. Il est bien évidemment possible de me contacter pour les réparer. [ajout du 25 mars : un commentaire en bas de page indique que la liste contient trois erreurs. Elles peuvent bien évidemment être rectifiées]. Les candidats ont d’ores et déjà connaissance du résultat via l’application Galaxie du ministère de l’Enseignement supérieur.

Quoiqu’il en soit, félicitations aux heureux qualifiés. Les autres ne doivent évidemment pas se résigner.

  1. Paul-Anthelme ADELE , Le droit du dispositif médical. Entre gouvernement du corps et normes de gouvernance, 2013, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  2. Sarah ANDJECHAIRI, L’obligation de non-concurrence dans les baux commerciaux, 2014, Université Perpignan Via Domitia
  3. Sophie ATSARIAS, La protection des garants des dettes de l’entreprise, 2014, Université Toulouse 1 Capitole
  4. Raphaele-Jeanne AUBIN-BROUTE, Le contrat en agriculture. Contribution à l’étude du contrat comme instrument de l’action publique, 2013, Université de Poitiers
  5. Nicolas BALAT, Essai sur le droit commun, 2014, Université Panthéon-Assas
  6. Patrick BARBAN, Les entreprises de marché. Contribution à l’étude d’un modèle d’infrastructure de marché, 2014, Université Panthéon-Assas
  7. Yannick BLANDIN, Sûretés et bien circulant. Contribution à la réception d’une sûreté réelle globale, 2014, Université Panthéon-Assas – Paris 2
  8. Sarah-Marie CABON, La négociation en matière pénale, 2014, Université Bordeaux Montesquieu IV
  9. Anaëlle CAPPELLARI, L’influence du droit de la santé sur le droit extrapatrimonial de la famille. Repenser le droit français à la lumière du droit suisse, 2014, Université Aix-Marseille
  10. Celia CAVALIER, L’organisation du patrimoine du couple à l’épreuve du droit fiscal, 2013, Université Bordeaux Montesquieu IV
  11. Paul CAZALBOU, Etude des infractions de conséquence. Contribution à une théorie des infractions conditionnées, 2014, Université Toulouse 1 Capitole
  12. Eloi CLEMENT, L’influence de la victime en droit pénal, 2013, Université de Bretagne Sud
  13. Philippe COLLET, L’acte coercitif en procédure pénale, 2014, Université Paris 2
  14. Mathieu COMBET, L’établissement des sociétés en droit de l’Union européenne. Contribution à l’étude de la création jurisprudentielle d’un droit subjectif, 2014, Université Jean Moulin Lyon 3
  15. Rémi DALMAU, La désactivation de la norme nationale par la Cour de justice de l’Union européenne, 2014, Université Paris 1
  16. Pierre-Jérôme DELAGE, La condition animale. Essai juridique sur les justes places de l’Homme et de l’animal, 2013, Université de Limoges
  17. Charlotte DUBOIS, Responsabilité civile et responsabilité pénale, à la recherche d’une cohérence perdue, 2014, Université Paris 2
  18. Grégoire DUCHANGE, Le concept d’entreprise en droit du travail, 2014, Université Paris 2
  19. Frédérick DUPUIS, L’excès de pouvoir en procédure pénale, 2013, Université Toulouse 1 Capitole
  20. Aude-Solveig EPSTEIN, L’information environnementale communiquée par l’entreprise. Contribution à l’analyse juridique d’une régulation, 2014, Université Nice Sophia-Antipolis
  21. Joana FALXA, Le droit disciplinaire pénitentiaire : une approche européenne. Analyse des systèmes anglo-gallois, espagnol et français à la lumière du droit européen des droits de l’homme, 2014, Université de Pau et des pays de l’Adour
  22. Olivia FRANCO, L’ordre public, obstacle à l’harmonisation ou trait d’union entre les droits ? L’exemple du droit des sociétés et des procédures d’insolvabilité. Etude de droit européen et de droit comparé, 2014, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  23. Magali GADRAT, Restructurations et droit social, 2014, Université Montesquieu Bordeaux IV
  24. Paul GIRAUD, La conformité de l’arbitre à sa mission, 2014, Université Paris 2
  25. Nicolas GRAS, Essai sur les clauses contractuelles, 2014, Ecole de Droit de Clermont
  26. Ludivine GREGOIRE, Les mesures de sûreté. Essai sur l’autonomie d’une notion, 2014, Université Aix-Marseille
  27. Sandrine GRENIER, La réserve de propriété : un mécanisme pour les propriétés intellectuelles, 2008, Université Montpellier 1
  28. Julie GROFFE, La bonne foi en droit d’auteur, 2014, Université Paris Sud
  29. Guillaume GRUNDELER, L’investissement (étude juridique), Université Aix-Marseille
  30. Nicolas HOFFSCHIR, La charge de la preuve en droit civil, 2014, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  31. Jérémy HOUSSIER, Les dettes familiales, 2014, Université Paris 1
  32. Laura JAEGER, Nucléaire et santé. Recherche sur la relation entre le droit nucléaire et le droit de la santé, 2014, Université Aix-Marseille
  33. Mélanie JAOUL, La notion de fruits : étude de droit privé, 2014, Université Montpellier 1
  34. Yannick JOSEPH-RATINEAU, La privatisation de la répression pénale, 2013, Université Aix-Marseille
  35. Jérémy JOURDAN-MARQUES, Le contrôle étatique des sentences arbitrales internationales, 2014, Université Versailles Saint Quentin
  36. Emmanuelle JUEN, La remise en cause de la distinction entre la responsabilité contractuelle et la responsabilité délictuelle, 2014, Université de Bourgogne
  37. Skander KARAA, Les juges de l’activité professionnelle sportive. Contribution à l’étude des relations entre pluralisme juridique et pluralisme de justice, 2014, Université de Limoges
  38. Boubou KEITA, Essai sur la contribution de la Commission des sanctions de l’AMF à la régulation financière, 2014, Université Paris 1
  39. Fabienne LABELLE-PICHEVIN, La société, technique d’organisation du patrimoine, 2014, Université de Rennes 1
  40. Maud LAGELEE-HEYMANN, Le contrat à forfait, 2014, Université Paris 1
  41. Rudy LAHER, Imperium et Jurisdictio en droit judiciaire privé, 2014, Université Paris Est Créteil
  42. Céline LAURICHESSE, La grève en droit international privé, 2014, Université de Bourgogne
  43. Christelle LEPRINCE, L’assistance dans l’élaboration d’un acte juridique, 2014, Université Rennes 1
  44. Elise LETOUZEY, La répétition d’infractions, 2014, Université Toulouse 1 Capitole
  45. Elise LHERITIER, Les objectifs du droit de la faillite en droit comparé – France, Etats-Unis, Angleterre, Espagne, 2014, Université Paris 2
  46. Francis LIMBACH, Le consentement contractuel à l’épreuve des conditions générales. De l’utilité du concept de déclaration de volonté, 2003, Université Toulouse 1 Capitole
  47. Johanne LOTZ, La division de l’immeuble. Contribution à une théorie de la propriété, 2014, Université de Strasbourg
  48. Mathilde MAGNEVILLE, La réalisation des sûretés réelles, 2013, Université Toulouse 1 Capitole
  49. Floriane MAISONNASSE, L’articulation entre la solidarité familiale et la solidarité collective, 2014, Université de Grenoble
  50. Vincent MALASSIGNE, Les titres représentatifs. Essai sur la représentation juridique des biens par des titres en droit privé, 2014, Université Paris 2
  51. Julie MALET-VIGNEAUX, L’intégration du droit de l’environnement dans le droit de la concurrence, 2014, Université Nice Sophia Antipolis
  52. Aurore MARCHAND, L’embargo en droit du commerce international, 2009, Université de Lorraine
  53. Matthias MARTIN, L’annotation des codes. Etude et comparaison en droits français et monégasque, 2013, Université de Lorraine
  54. Alicia MAZOUZ, Le prix du corps humain, 2014, Université Paris 1
  55. Elodie MECHIN, Le droit patrimonial à la vie privée, 2014, Université Jean Moulin Lyon 3
  56. Sabrina MRAOUAHI, La règle de droit saisie par l’urgence. L’exemple du droit du travail, 2014, Université de Strasbourg
  57. Amélie PANET-MARRE, Le statut personnel à l’épreuve de la citoyenneté européenne. Contribution à l’étude de la méthode de reconnaissance mutuelle, 2014, Université Jean Moulin Lyon 3
  58. Alexandra PAULS, L’arbitre et le droit de la concurrence. Etude de droit français de l’arbitrage, 2013, Université Montpellier 1
  59. Hélène POUJADE, Le plan de restructuration en droit des entreprises en difficulté, 2014, Université Toulouse 1 Capitole
  60. Bérangère RABOURDIN, Entre memoria et conscience aristocratique. Femmes, art et religion dans le Royaume de Sicile, 2009, Université Catholique de Louvain
  61. Gaelle RABUT-BONALDI, Le préjudice en droit pénal, 2014, Université de Bordeaux
  62. Fanny ROGUE, Les nouvelles figures contractuelles. Contribution à la théorie générale du contrat, 2014, Université de Caen Basse Normandie
  63. Marie-Noëlle ROUSPIDE-KATCHADOURIAN, Le juge et le contrat de travail. Essai sur la relecture judiciaire d’un contrat, 2013, Université Paris 2
  64. Vincent RUZEK, Communautarisation et mondialisation du droit de la propriété intellectuelle, 2014, Université de Rennes 1
  65. Dorothée SIMONNEAU, Les mutations du droit contemporain des relations collectives de travail au prisme de la pensée habernassienne du droit, Université Lille 2
  66. Gustavo VIEIRA DA COSTA CERQUEIRA, Le rattachement juridique des sociétés commerciales supranationales. Proposition d’un système de rattachement pour une « société du Mercosur » à la lumière du droit européen des sociétés, 2014, Université de Strasbourg
  67. François VINEY, Le bon père de famille et le plerumque fit. Contribution à l’étude de la distinction des standards normatifs et descriptifs, 2013, Université Paris 1
  68. Stéphane ZINTY, La constitution du droit réel par l’effet de la tradition, 2014, Université Jean Moulin Lyon 3