Archives mensuelles : décembre 2015

L’intérêt de l’enfant : I. McEwan

images.duckduckgo.comLa fonction du juge a fait l’objet de nombreux écrits. Sur ce carnet, on songe, par exemple, à La juge de trente ans, de Céline Roux. Récemment paru aux éditions Gallimard, L’intérêt de l’enfant, de Ian McEwan, constitue un beau roman judiciaire, particulièrement remarquable pour qui s’intéresse aux relations entre droit et littérature. Le titre français est malheureusement moins riche que le titre original : The Children Act, qui renvoie au texte dont il est fait application dans le roman, tout autant qu’aux actes des enfants eux-mêmes.

L’histoire est assez simple : une juge aux affaires familiales, Fiona Maye, est confronté à des difficultés personnelles – son mari souhaite la quitter – qui perturbent son travail quotidien. Elle est en parallèle saisie d’une affaire délicate, juridiquement et médiatiquement : un adolescent de dix-sept ans, Témoin de Jéhovah, refuse une transfusion sanguine qui pourrait le sauver. Juge naturel de la protection de l’intérêt de l’enfant, Fiona Maye doit statuer en urgence sur ce cas et décide de rencontrer le jeune Adam Henry, à l’hôpital.

Ce roman est passionnant à plus d’un titre. Il est d’abord remarquablement écrit et construit. C’est ensuite un roman judiciaire où, pour une fois, la matière pénale n’est pas au cœur du récit, mais un contentieux courant, indispensable, sur lequel les universitaires se penchent trop peu, qui correspond au droit français des affaires familiales et de l’assistance éducative, démontrant, si besoin était, que ces matières ne sont pas réductibles à la seule technique juridique. Au-delà des qualités littéraires du roman de Ian McEwan, trois points retiennent l’attention du lecteur juriste : la comparaison des systèmes juridiques, le droit dans le récit, le droit comme récit.

Mais c'est un plan en trois parties!!!

Mais c’est un plan en trois parties!!!

La comparaison des systèmes juridiques est sans doute le premier aspect qui retient l’attention du lecteur. L’auteur a su s’entourer des conseils de sir Alan Ward, qui lui ont permis de donner une crédibilité juridique au récit. Le juriste français ne peut donc s’empêcher de souligner les différences existantes entre le système de Common Law et notre droit civil. La lecture du livre est ainsi riche d’enseignements sur la comparaison des fonctions judiciaires, qui apparaissent éminemment solitaires. On apprend également beaucoup sur le chemin qui mène à la magistrature. Alors que la France privilégie les concours de l’Ecole Nationale de la Magistrature, le Royaume-Uni connaît un système différent : la Judicial Appointments Commission est en effet chargée de proposer des candidats aux fonctions de juge, l’expérience étant un critère privilégié. L’héroïne du roman a ainsi été , pendant de nombreuses années, une brillante avocate, parvenue au sommet de sa carrière en devenant une High Court Judge. Le livre est également intéressant en ce qu’il permet de comparer le déroulement des procès français et anglais et les procédures mises en œuvre. La comparaison de l’exercice des fonctions est également inévitable. A cet égard, Ian McEwan montre les regrets de son héroïne relatifs à l’évolution des fonctions judiciaires, de moins en moins empreinte d’humanisme et de plus en plus technicisée. Ces enseignements sont intéressants mais ils ne suffisent bien évidemment pas à faire du roman de Ian McEwan un livre digne d’intérêt.

Royal court : sjiong, sur http://www.flickr.com/photos/sjiong/109817932/

sjiong, sur http://www.flickr.com/photos/sjiong/109817932/

La mise en scène du droit dans le récit littéraire est bien plus passionnante. Au-delà de l’affaire qui est au cœur du récit – le refus de transfusion d’un mineur presque adulte – et qui rappelle une affaire similaire ayant donné lieu à une décision importante du Conseil d’Etat (même si les faits ne concernaient pas un mineur : CE, 16 août 2002, référé, no 249552), plusieurs cas délicats sont mis en avant dans le récit qui permettent de démontrer les difficultés de la fonction de juger. Toute la force du roman est de montrer les difficultés de l’appréciation de l’intérêt de l’enfant. Trois cas retiennent l’attention. Celui du jeune Adam Henry, qui refuse une transfusion sanguine. Ian McEwan montre que la prise en compte de l’intérêt de l’enfant n’équivaut pas à la prise en compte de sa volonté : le refus de soin exprimé par le jeune patient est clair, et pourtant, il n’est pas le seul élément qui doit être pris en compte. Un acte conforme à l’intérêt de l’enfant peut donc être un acte allant à l’encontre de la volonté de l’enfant. Le deuxième cas, évoqué magistralement dès le début du roman, concerne la fixation de la résidence habituelle de deux jeunes filles dont les parents ont divorcé, le père appartenant à la communauté ultraorthodoxe des haredim : « la cour devait choisir, dans l’intérêt des enfants, entre l’intégrisme religieux et quelque chose d’un peu plus souple. Entre des cultures, des identités, des états d’esprit, des aspirations, des familles rivales, des concepts fondamentaux, des loyautés viscérales, des avenirs incertains » (p. 25). Le troisième cas, également traité au début du roman, concerne deux enfants siamois, Matthew et Mark. La juge avait été saisie d’un terrible dilemme : les deux enfants ne pouvaient pas survivre ensemble et une opération de séparation était nécessaire pour en sauver un, entraînant inexorablement la mort de l’autre. La tempête médiatique autour d’une telle affaire ne peut que nuire à la sérénité de la décision judiciaire et le rôle du droit est alors à définir clairement : « Citant le juge Ward, Fiona rappelait aux deux parties, dès les premières lignes de son jugement : « Cette cour est une cour de justice, non un comité d’éthique, et nous avons donc pour devoir d’appliquer les textes de loi pertinents à la situation qui nous est présentée – une situation unique en son genre ». Dans ce terrible combat, il n’y avait qu’une seule issue souhaitable, ou moins redoutable, mais la voie légale pour y parvenir était ardue » (p. 39-40). Dans ces trois dossiers, l’auteur montre avec talent le raisonnement suivi par son héroïne et la subtilité de son analyse. Il n’est pas question de faire ici une analyse juridique des questions soumises à l’appréciation de Fiona Maye. Il ne faut en effet pas déflorer l’intérêt du roman pour les lecteurs. En outre, il faut bien reconnaître les limites d’une telle approche qui relève d’un premier degré dans lequel ne tombe heureusement pas Ian McEwan.

images.duckduckgo.com

L’auteur réussit en effet à montrer que le droit est également un récit littéraire. Il ne s’agit pas seulement de voir le droit dans le roman, mais bel et bien de voir le droit comme littérature. L’intérêt de l’enfant ne va pas jusqu’à faire de la littérature un outil d’analyse juridique, comme le suggère Martha C. Nussbaum, mais montre que « le droit est un poème sérieux » (A. Garapon, D. Salas (dir.), Imaginer la loi. Le Droit dans la littérature, Michalon, 2008, Le bien commun, p. 15). L’attention littéraire que porte Fiona Maye à la rédaction de ses jugements est à cet égard remarquable. Il est question d’un « jugement élégant et juste » (p. 41), d’une juge louée « pour la concision de sa prose mi-ironique mi-compatissante, et pour l’économie de moyens avec laquelle elle exposait un différend » (p. 25), qui « année après année […] tendait un peu plus vers une précision que d’aucuns auraient qualifiée de pédanterie, vers des formulations indiscutables qui puissent un jour être citées couramment » (p. 26). Le soin que Ian McEwan apporte aux passages correspondant à la composition des décisions en fait de vrais procédés narratifs : « en quatre cents mots sur ce thème, elle avait pris la mer, avec des références bien choisies (Adam Smith, John Stuart Mill) pour gonfler ses voiles. Le genre d’envolée civilisée dont tout bon jugement a besoin » (p. 29). Ian McEwan suggère habilement cette approche artistique du jugement, qui fait de la décision une petite pièce littéraire, en convoquant la musique : alors que le roman s’ouvre sur la rédaction d’une décision, il se clôt sur un récital que donne Fiona Maye. Le soin mis à décrire l’écriture juridique se retrouve alors dans la description d’une performance musicale.

L’intérêt de l’enfant ayant une juge pour héroïne et une question de droit au cœur de l’histoire, il est inévitable que le droit y occupe une place prépondérante. Il ne s’agit toutefois pas d’un livre sur le droit, tant les thèmes abordés par Ian McEwan vont au-delà : le roman s’intéresse à la relation entre un jeune homme en construction et une femme confrontée à des difficultés familiales. C’est un récit de vies – l’une à construire, l’autre à reconstruire – qui se complètent et se rencontrent. Ces deux vies se nourrissent mutuellement mais semblent ne pouvoir être vécues en commun. Difficile alors de ne pas faire le parallèle entre la relation entre Fiona Maye et Adam Henry et celle des deux frères siamois.

L’intérêt de l’enfant est, on l’aura compris, un grand et beau roman.

Peut-on parler du terrorisme à l’Université ?

J’insistais il y a peu sur le rôle de l’Université en général, et des Facultés de Droit en particulier, pour donner les clés de compréhension et de réflexion suite aux tragiques évènements du 13 novembre. Le texte qui suit fait suite à l’annulation d’une conférence prévue à l’Université d’Aix-Marseille et je suis heureux de le relayer ici.

 

Peut-on parler du terrorisme à l’Université ?

Ainsi posée, la question pourrait surprendre, tant une réponse positive semble devoir s’imposer. L’Université semble être un lieu tout à fait propice à une telle discussion, laquelle pourrait notamment se tenir au sein d’une Faculté ou d’une Ecole de droit, puisque les réponses annoncées aux attentats du 13 novembre 2015 sont, en partie, juridiques.

Cela étant, l’on pourrait également considérer que, dans le contexte actuel, et alors que la sécurité semble être désormais le maître mot, l’organisation d’une telle manifestation pourrait exposer ses participants à un danger que l’on sait désormais rampant et quotidien.

 

Sans doute, ce souci de la sécurité est la raison pour laquelle l’Université d’Aix-Marseille a interdit la conférence-débat prévue le 1er décembre 2015, par les signataires de ces quelques lignes. En effet, au nom de la sécurité, et dans le cadre du plan Vigipirate, les services de l’Université d’Aix-Marseille n’ont pas autorisé (ce qui revient à une interdiction) la tenue d’une conférence portant sur le thème suivant : « Le droit à l’épreuve de la lutte contre le terrorisme. Analyses des mesures et reformes annoncées après les attentats du 13 novembre 2015 ».

Seul le souci de la sécurité peut expliquer ce défaut d’autorisation, puisque le contenu de cette conférence ne soulevait aucune difficulté : l’objectif était d’expliquer aux participants (les nombreux étudiants en demande) ce qu’est l’état d’urgence, pourquoi la Constitution doit-elle être révisée, ou encore ce qu’est la déchéance de nationalité, mais aussi de leur présenter le dispositif répressif actuel contre le terrorisme, etc. Bref, l’objectif était de fournir aux étudiants et aux participants un éclairage juridique s’agissant des mesures annoncées, afin qu’ils puissent les comprendre et les apprécier, chacun se forgeant sa propre opinion.

 

L’objectif de cette conférence-débat semblait donc louable, du moins non contestable, mais l’organisation de cette manifestation posait apparemment difficulté, en terme de sécurité, l’Université d’Aix-Marseille refusant alors qu’elle se déroule à la date prévue. On pourrait ici saluer cette prudence de l’Université, se souciant avant tout de la sécurité de ses étudiants, et refusant, par précaution, toute manifestation qui la mettrait en péril. Et cette même extrême prudence avait déjà empêché l’organisation d’une conférence au sein de la Faculté de droit après les attentats de janvier.

Mais alors, que penser des établissements voisins qui, apprenant la nouvelle, ont proposé que cette conférence se tienne dans leurs murs (aimables propositions déclinées par les organisateurs) ? Que penser de l’Université d’Auvergne qui, le lendemain de la date retenue à Aix-en-Provence, organisait une conférence – le 2 décembre donc – sur un thème tout à fait identique ? Université d’Auvergne qui avait déjà organisé, en janvier 2015, une conférence pour revenir sur la défense de la liberté d’expression… Certes, Clermont-Ferrand n’est sans doute pas la ville la plus exposée à des attaques terroristes (et encore, qu’en sait-on ?). Toulouse l’est à l’évidence bien plus, elle a d’ailleurs été meurtrie il y a trois ans à peine… et pourtant une manifestation similaire s’est tenue il y a quelques jours. Nanterre est aux portes de Paris, théâtre malheureux des derniers évènements… et pourtant une manifestation similaire s’est tenue également il y a quelques jours. Et à cette liste, on peut y ajouter encore Grenoble, Nancy, etc., avant de rappeler que, le 11 janvier 2016, se tiendra le colloque organisé par l’Université Panthéon-Assas sur le thème « Daesh et le droit »…

A la prudence, faudrait-il alors opposer l’inconscience de ces différentes Universités ? Cette fois, la réponse semble ne pouvoir être que négative, et l’on ne peut alors que constater que la prudence de certains était à l’évidence excessive.

 

On peut parler de terrorisme à l’Université – preuve en est – pour expliquer ce dont il s’agit, pour revenir sur la difficulté d’y apporter une réponse, mais aussi pour réfléchir à l’utilité ou à l’inutilité de certaines mesures ; en deux mots, enseigner et chercher.

On peut donc parler de terrorisme à l’Université, toutefois, la question était sans doute mal posée, au-delà de l’évidence de sa réponse. Car plus que dans la réponse à la question de savoir si l’on peut parler de terrorisme à l’Université, l’enjeu semble être la réponse à la question de savoir si l’on doit parler de terrorisme à l’Université.

 

Et à cette question, la réponse est de nouveau positive : on doit parler de terrorisme à l’Université. Où le faire sinon ? Où expliquer à de jeunes esprits avides de savoir et de compréhension la complexité de ce phénomène ? Comment leur permettre de décrypter les annonces faites et relayées parfois avec beaucoup d’approximation dans la presse ?

 

L’Université est et doit être un lieu d’échanges, de discussions, de débats, comme nous le rappelait avec beaucoup de justesse la Ministre de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, peu après les attentats du 13 novembre. Elle doit l’être car, au-delà de la seule matière juridique, l’Université est la mieux à même de former des esprits éclairés, d’ouvrir les consciences et de promouvoir le vivre-ensemble.

Cette mission d’éclairage des esprits et des consciences est primordiale, rien ne doit l’entraver et, dans le contexte actuel, l’on peut se rappeler ces mots, de Martin Luther King : « L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité. Seule la lumière le peut ». S’il fallait encore s’en convaincre…

Nicolas Catelan, Maître de conférences à Aix-Marseille Université

Sylvie Cimamonti, Professeur à Aix-Marseille Université

Jean-Baptiste Perrier, Professeur à l’Université d’Auvergne

 

Murs Murs, la vie plus forte que les barreaux : Tignous

Capture-decran-2015-11-05-a-15La récente bande-dessinée documentaire de Tignous, Murs Murs, publiée aux éditions Glénat, prend une portée toute particulière depuis les attaques du 13 novembre. Dessinateur de Charlie Hebdo, Tignous fait partie des victimes des assassinats du mois de janvier. Il travaillait à cette bande dessinée depuis longtemps et sa parution posthume constitue une respiration importante et intelligente sur le sens et l’efficacité de la peine privative de liberté. Il y a une grande émotion à la lecture de ce livre qui permet de retrouver le trait si caractéristique de Tignous, dont il a déjà été question sur ce carnet. Quelques planches sont accessibles sur le site de l’Observatoire international des prisons.

L’ensemble est faiblement scénarisé : il s’agit en réalité d’un livre qui était en cours de réalisation lors de l’assassinat de Tignous. Son épouse, Chloé Verlhac a poursuivi l’œuvre entamée pour perpétuer le travail de Tignous. Murs murs est davantage un carnet de croquis qu’un récit chronologique. La parole est donnée à tout le monde : personnes détenues, personnels de surveillance et de direction. Tignous ne juge pas ce qu’il entend, ne dessine pas ses préjugés, mais retranscrit fidèlement les paroles de tous ceux qu’il a rencontrés. S’ajoutent à ces dessins quelques documents intéressants en fin de chapitres : lettres de détenus qui ont souhaité s’exprimer ; formulaires de cantine, bulletins de paie. La vie en détention est ainsi rendue plus concrète.

 

Les lieux occupent évidemment une place à part. D’abord parce que Tignous se s’est pas contenté de visiter un établissement pénitentiaire : le lecteur se rend ainsi au centre pénitentiaire de Lannemezan, au centre pénitentiaire pour femmes de Rennes, à l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville et à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Ensuite, parce que Tignous fait de ces lieux un élément central de l’ouvrage : qu’il s’agisse des alentours de l’établissement, de l’intérieur des cellules, des portes, des caméras, l’auteur réussit ainsi à remettre les personnes dans leur environnement.

Murs murs est un ouvrage intéressant, une manière de voir l’intérieur d’établissements si décriés et, surtout, d’approcher la complexité du monde pénitentiaire. La préface de la Ministre de la Justice le démontre, s’il en était besoin, évoquant la prison comme un « lieu de sang-froid car il faut sanctionner sans passion […][,] un lieu de vigilance car c’est là que fit une maligne et sinistre rencontre, l’un de ceux qui, ayant désappris à rire et à aimer, te faucha en ce mercredi matin ».