Archives mensuelles : avril 2016

De l’usage du mail (en milieu universitaire)

Il peut être étrange de consacrer un billet à l’utilisation du mail en milieu universitaire, alors que de multiples recommandations ont été faites sur la manière d’utiliser les messages électroniques, de s’adresser aux enseignants (on ne résistera pas aux précieux conseils de Hervé Valoche : « Envoyer un mail à son enseignant en droit et en réchapper – Courri-Hell »), d’utiliser les bonnes formules de politesse (« ni trop, ni trop peu » serait sans doute la règle). A dire vrai, l’usage du mail en milieu universitaire ne présente pas plus de particularité qu’ailleurs, si ce n’est, peut-être, la spécificité de l’Université qui est d’être un lieu de production du savoir et de liberté. Le courrier électronique est un outil à double tranchant, aussi émancipateur qu’aliénant et il ne s’agit pas ici de s’intéresser à ses vices et vertus ou de dresser des recommandations de bonnes pratiques, mais de relever quelques-unes de ses utilisations. Celles-ci peuvent être distinguées selon que le mail est envisagé comme un moyen d’expression ou un moyen de communication.

Moyen d’expression. Souvent, le mail est un vecteur privilégié pour permettre à son expéditeur de s’exprimer ou de diffuser à une plus ou moins grande échelle la tenue d’un colloque, d’une manifestation scientifique, d’une brocante, une petite annonce, etc. A cet égard, il ne diffère pas fondamentalement d’autres moyens d’expression et peut sans doute être assimilé à d’autres plateformes comme les blogs ou les réseaux sociaux. Il sera alors envoyé à des destinataires identifiés ou non : il peut ne concerner qu’une liste précise de personnes intéressées ou susceptibles d’être intéressées par son contenu, ou, plus largement être envoyé par le biais d’une liste de diffusion. Lorsqu’il est adressé à des destinataires précis, il s’agira alors de leur faire part d’un désagrément ou au contraire de se réjouir d’un événement donné. A priori, cette pratique n’a rien de notable et ne semble pas appeler de remarques. Il en va différemment de l’utilisation de listes de diffusion. Leur intérêt est évident : éviter à l’expéditeur la tâche fastidieuse de saisie d’un nombre importants d’adresses, au risque d’oublier certaines personnes et de faire quelques impairs. Elles permettent en outre de toucher un ensemble de personnes qui, de par leur inscription à la liste, manifestent ou sont censées manifester un intérêt pour le sujet traité. La question qui se pose alors est de savoir si le mail est détourné de son objet lorsque, envisagé comme un moyen d’expression, il est envoyé sur une liste de diffusion.

S’agit-il du meilleur moyen d’exprimer une opinion ? L’Université de Lorraine s’est dotée depuis quelques années d’une liste de diffusion intitulée « Expression Libre ». Celle-ci est un formidable espace qui permet à tous les personnels de l’Université de s’exprimer directement auprès de tous les autres personnels de l’Université. Régulièrement, des collègues se plaignent de l’abondance et du contenu des messages qui y sont diffusés. Deux remèdes simples existent : créer un filtre dans sa messagerie qui évitera la confusion et classera directement les messages de cette liste de diffusion dans un dossier approprié ; se désabonner de la liste. Une telle liste est très utile et, pour tout dire, divertissante. Sachant que l’Université compte plus de 6 000 personnels (information obtenue grâce à la liste Expression Libre !), répartis sur différents sites, relevant de différentes spécialités, elle ressemble à s’y méprendre à un réseau social en miniature, « cette aire de jeu où parfois la bêtise se donne des airs de pertinence » (M. Dugain, Ultime partie, Gallimard, p. 34). Les mails envisagés comme moyens d’expression sur cette liste de diffusion permettent ainsi à tout un chacun de faire part d’une exaspération – souvent liée aux conditions de travail –, d’une indignation voire, plus rarement, d’une satisfaction. Inévitablement, les idées exprimées entraînent des réactions d’approbation, de désaccord. Parfois, un dialogue s’installe, dont tous les abonnés de la liste profitent. Certains messages deviennent des marronniers : lutte contre le capitalisme, appels à manifester, dialogues de sourds : autant d’éléments que l’outil électronique pousse souvent au paroxysme. On peut s’en amuser, le déplorer, s’en réjouir mais il apparaît bel et bien que les vertus d’une telle liste de diffusion dépassent de loin ses vices.

Moyen de communication. Il s’agit peut-être de la fonction première du courrier électronique : permettre de communiquer avec une personne. Le mail n’est alors qu’un courrier, raison pour laquelle on recommande d’en respecter la forme (un objet, le respect des règles de politesse, etc.). Mais la souplesse du mail permet très facilement de multiplier les destinataires, et son instantanéité, de répondre – trop – rapidement. Ce qui s’exprime par écrit prend alors une forme nouvelle, qui ne trouverait le plus souvent pas à s’exprimer oralement, où la bienséance empêche bien souvent de donner libre cours à son irritation ou fixe des limites à ce qui peut rapidement ressembler à de l’emphase. Ce mail d’apparence anodine pourra créer des difficultés inextricables, laisser apparaître des stratégies dignes de House of Cards, conduire à des inimitiés inextricables, bref : il participera à la vie d’une Université.

Ce mail peut être adressé à un destinataire unique. Il donner alors l’illusion de la confidentialité et l’expéditeur pensera que ses propos, quels qu’ils soient, resteront secrets. Mais c’est oublier la possibilité pour le destinataire, voire l’expéditeur, de transférer le message. La « nétiquette » semble aller à l’encontre d’une telle pratique. Elle est en effet problématique puisque le transfert du message s’accompagne du transfert des en-têtes, contenant la date du message initial, l’auteur, etc. Le transfert peut être « sec » ou accompagné. Le premier interpelle souvent le destinataire, qui s’interrogera légitimement sur les raisons d’un tel transfert. S’agit-il d’un sujet dont les correspondants avaient eu l’occasion de parler ? S’agit-il d’un transfert se passant du moindre commentaire, car le destinataire voit forcément quel est le sens caché ? S’agit-il d’un transfert sans intérêt ? L’hésitation est permise. Le transfert commenté permettra de rebondir sur un sujet : du « pour info », au « qu’en pensez-vous ? », en passant par « ça confirme ce que je pensais », il s’agit souvent pour l’expéditeur de faire passer un message, en s’économisant la paraphrase laborieuse (« Comme Un Tel l’a laissé entendre dans un précédent message », par exemple).

Le vrai potentiel du mail réside dans la fameuse copie cachée, autrement appelée « cci » (copie carbone invisible) ou « bcc » (blind carbon copy), ou bien encore « le “level gros batard” de la copie » (C. Bodoc, « Email professionnel : mode d’emploi »). Le destinataire n’est pas informé, la copie étant délivrée à son insu. Le destinataire caché ignore également s’il y a d’autres destinataires cachés. Il s’agit donc de dissimulation à l’état pur, ce qui, pour citer quelqu’un qui se reconnaîtra, marque un état d’esprit très particulier de la personne qui a créé cette fonction. La fonction est utile et il existe quelques raisons d’utiliser la copie cachée : mais la plupart d’entre elles sont mauvaises. Par définition, une telle copie cachée ne peut s’accompagner d’un commentaire qui pourrait expliquer les raisons d’une copie cachée, sauf à révéler le stratagème au destinataire visible. Souvent, la copie cachée interviendra dans un mail au langage soutenu qui « est à l’email pro ce que le clash est au rap : une escalade de conflit codifiée » (C. Bodoc, préc.). Elle précédera souvent un mail transféré, celui de la réponse de l’expéditeur initial. Pour l’expéditeur, la copie cachée revient à s’assurer de soutiens, réels ou supposés, dans une démarche donnée ; il peut également, mais c’est plus rare, s’agir de l’équivalent d’un transfert, qui permet de montrer à une personne qu’une démarche devant être faite a bien été effectuée. Dans la « vraie vie », une copie cachée revient à porter un micro qui retransmettrait une conversation privée à d’autres personnes non concernées. Pour le destinataire, la copie cachée soulève d’autres problèmes. D’abord, un problème de prudence : s’il n’y prend garde, il peut penser être destinataire officiel et choisir le « répondre à tous » – autre source potentielle de nuisance. Une crise diplomatique peut alors éclater. Ensuite, un problème éthique : être un destinataire caché ne signifiant pas avoir été officiellement informé d’une situation – souvent conflictuelle – comment réagir face au destinataire officiel ? Encore faut-il alors se souvenir avoir été destinataire officiel ou officieux ! Faut-il choisir l’ignorance feinte ou assumer la connaissance dudit message ? Cruel dilemme. Enfin, un problème de compréhension : le destinataire se demandera inévitablement pourquoi il est caché et si d’autres sont concernés. Car si la raison pour laquelle l’expéditeur choisit de mettre des destinataires en copie cachée est sans doute évidente pour lui, il n’en est souvent rien pour ces derniers. La copie cachée n’est que la reproduction électronique de la stratégie de couloir, sournoise et insidieuse, et permet la propagation de rumeurs.

Le courrier électronique permet souvent de se comporter comme on ne le ferait pas lors d’une conversation réelle. Imaginer ce que de tels comportements donneraient dans la « vraie vie » permettrait peut-être alors de corriger quelques mauvaises manières. Ces pratiques existent peut-être parce que l’Université présente peu d’espaces où les collègues peuvent utilement se rencontrer. Si l’on excepte la machine à café, nombre de collègues travaillent à leur domicile et, s’ils ne sont pas membres élus ou nommés d’instances diverses et variées, ne disposent pas de la possibilité de se tenir informé des affaires courantes. Elles existent peut-être, plus simplement, parce que nous sommes – expéditeurs et destinataires – avides de ces petites violations de la confidentialité, manière d’enjouer un quotidien qui, s’il n’était consacré qu’à l’enseignement et à la recherche, serait trop peu grisant. Les potins font, heureusement ou malheureusement, partie de la vie en communauté.

Auditions MCF 2016

La période du recrutement des maîtres de conférences a débuté. L’on sait qu’il n’existe aucune coordination entre les différents comités de sélection, de sorte que les auditions peuvent se chevaucher. L’on sait également que les comités ne sont pas tous aussi prompts à informer les candidats d’un éventuel refus d’audition. L’année dernière, un petit espace avait été réservé sur ce site pour partager les différentes informations des auditions (principalement dans les sections juridiques).

Renouvelons l’expérience : les personnes intéressées peuvent donc utiliser les commentaires de cet article pour y mettre les différentes informations relatives aux auditions, ce qui permettra peut être à chaque candidat de mieux s’organiser.

La Déposition : P. Robert-Diard

couvRécemment paru aux éditions L’Iconoclaste, l’excellent ouvrage de Pascale Robert-Diard, La Déposition, revient sur l’affaire Maurice Agnelet. L’exercice de la chronique judiciaire peut parfois paraître limité lorsque le chroniqueur ne dispose que peu de temps ou de place pour s’exprimer. Limitée au compte-rendu des débats, la chronique judiciaire trouve néanmoins d’autres formes d’expression, par le live tweet, les blogs et, ici, la non-fiction. Pascale Robert-Diard livre avec La Déposition un ouvrage riche et passionnant qui dépasse de loin le cadre de l’affaire Maurice Agnelet. Le choix de l’auteur est en effet de construire un récit à partir de son expérience du procès, depuis son arrivée à la cour d’assises, jusqu’au prononcé de la décision (le livre se clôt d’ailleurs sur la motivation de l’arrêt). Entre temps, Pascale Robert-Diard s’effacera progressivement, pour mieux laisser le récit de la déposition – sa genèse, son déroulement – de Guillaume Agnelet prendre place. Cette déposition effectuée, la chroniqueuse reprendra petit à petit sa place. La Déposition est un court ouvrage de non-fiction, remarquablement écrit, riche d’enseignements, tant sur l’affaire Agnelet que sur le procès criminel.

L’affaire Agnelet (ou affaire Le Roux) a donné lieu à plusieurs procès retentissants où l’accusé aura d’abord été acquitté puis condamné. Elle a occupé les medias pendant de nombreuses années, en raison de la personnalité de l’accusé et du contexte sulfureux de la disparition de la victime. Il y a eu suffisamment de récits – et même un film – de cette affaire pour qu’il soit permis de ne pas s’y attarder ici.

Sur un plan plus technique, l’affaire Agnelet a donné lieu à un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 10 janvier 2013, relatif à l’absence de motivation des arrêts d’assises. Pascale Robert-Diard traite cette question qui est un retentissement parmi d’autres dans l’affaire Agnelet, expliquant la tenue d’un nouveau procès, celui au cours duquel interviendra la déposition de Guillaume Agnelet : « Car François Saint-Pierre a gagné, la Cour européenne des droits de l’homme lui a donné raison. Dans un arrêt rendu le 10 janvier 2013, elle juge que « faute de preuves formelles » la thèse de l’assassinat d’Agnès Le Roux n’a reposé que sur des « hypothèses » et qu’en l’absence de motivation de l’arrêt de la cour d’assises qui l’a condamné à vingt ans de réclusion criminelle, Maurice Agnelet « n’a pas disposé d’informations suffisantes lui permettant de comprendre le verdict« . L’arrêt d’Aix-en-Provence est annulé et dans l’attente d’un troisième procès, Maurice Agnelet, présumé innocent, a retrouvé la liberté » (p. 128). Mais la force de Pascale Robert-Diard est de dépasser les questions techniques et de livrer un puissant récit autour de la déposition du fils de l’accusé. On ne sait finalement plus qui du père ou du fils est celui dont la vie est la plus bouleversée par le procès. L’accusé est un personnage secondaire de l’ouvrage, quand le drame est celui du fils, pris en étau entre la loyauté familiale et sa propre conscience. La déposition de Guillaume Agnelet, et la confrontation qui en résultera, atteint « les limites qu’il ne faut pas franchir entre la nécessaire recherche de la vérité, la violence légale qui relève du procès, et l’exposition devenue obscène des déchirements d’une famille, avec l’affrontement annoncé de ces deux frères face à leur mère et sous le regard de leur père » (p. 202).

La Déposition est également un remarquable récit sur le procès criminel grâce aux multiples considérations tirées de l’expérience de la chroniqueuse judiciaire. Les exergues qui ouvrent les chapitres, complétées par les propos de l’auteur, offrent une vision spectaculaire du procès criminel. « Dans cet affrontement qu’est le procès, défense et accusation se comportent comme deux monteurs de cinéma avec les rushes d’un film. Chacun va faire un montage différent, aboutissant à deux versions. Laquelle est la vraie ? C’est de cette incertitude, le côté tremblé de la réalité reflétée par le procès qui donne à celui-ci son caractère unique et fascinant » (p. 85). Cette citation de Jacques Vergès montre tout le particularisme de la vérité judiciaire, son impossible reproduction de la réalité. Cette référence au cinéma est amplifiée par le propos de l’auteur, pour qui « l’ouverture du procès d’une fascinante énigme criminelle […] donne au palais de justice de Nice des allures d’opéra un soir de première » (loc. cit.). Le procès opère comme un récit dont la nature judiciaire le distingue de la vérité, souvent inatteignable, lui-même « fictionnalisé » par l’œuvre du chroniqueur, ce qui est peut-être le seul moyen de sonder les reins et les cœurs des acteurs. « Moins alléchante qu’une œuvre d’art mais plus facile d’accès que la guerre, l’audience criminelle présente un avantage qui la distingue de tous les autres théâtres de la cruauté. C’est l’unique endroit où l’on peut repaître sa curiosité en la justifiant par un prétexte légitime » (Th. Lévy, cité p. 193). Ce prétexte légitime, c’est le travail du chroniqueur, qui fait « le compte-rendu de bonne foi des débats judiciaires » (L. 29 juill. 1881, art. 41, al. 3), sans pour autant mettre de côté sa subjectivité : « Je dois tout noter, saisir l’instant, le pas affirmé ou hésitant, la pâleur ou la rougeur du teint, le regard qui affronte ou qui fuit, les doigts qui se crispent, la respiration qui se cherche, les plis du tissu qui disent la moiteur de la chair. Dans le carnet, je ne retrouve rien de tout cela. Juste en dessous de la phrase du président qui l’appelait à la barre, j’ai griffonné « mise à mort d’un homme » » (p. 193). Du cinéma au théâtre, en passant par la peinture et la littérature, le procès est un instant hors du temps où le moindre élément peut influencer le cours d’une vie, encadré par des règles dont la vertu protectrice peut parfois apparaître illusoire. Ainsi de la parole laissée à l’accusé : « Ce moment qui marque la fin de chaque procès est toujours étrange, à la fois solennel et faux. Il y a eu tant de mots avant ceux-là, les derniers, que l’on accorde à l’accusé ! S’il répond « non« , on lui en veut comme on reprocherait à un acteur de frustrer son public d’une ultime repartie. S’il parle longuement, on se lasse. S’il dit peu, ou mal, on le juge indifférent. S’il s’exprime trop bien, on l’accuse d’artifice » (p. 214). Le rôle de l’avocat n’est pas non plus négligé par Pascale Robert-Diard, qui s’intéresse à sa technique, sa vanité, voire son ambiguïté lorsque la question se pose de savoir s’il savait : « avec ces mots, Guillaume vient de le sauver. Il y a dans ce souvenir commun, dans la reconnaissance de cette complicité passée, l’espace d’une défense funambule entre le respect de la vérité d’un fils meurtri et le droit au doute que le père accusé demande à son avocat de porter » (p. 200).

On l’aura compris, La Déposition est un ouvrage précieux, qui dépasse de loin la chronique judiciaire stricto sensu et offre un regard éclairé, tant sur une affaire dramatique que sur nos institutions et, plus largement, la difficulté de l’œuvre de justice.

Making a murderer : M. Demos, L. Ricciardi

 

n°4 brighterLe quatrième numéro de La Septième obsession est paru ce vendredi 8 avril. Un dossier passionnant y est consacré aux séries. J’ai eu la chance de contribuer à ce numéro, à propos de Making a murderer. Avec l’autorisation de la rédaction, voici l’article ici reproduit (l’article qui suit est très légèrement différent de celui paru dans La Septième obsession, lequel reprend d’ailleurs en partie un précédent billet consacré au droit et aux séries).

 

 

 

Making a murderer, réalisé par Moira Demos et Laura Ricciardi, diffusée par Netflix, est une série documentaire consacré aux affaires Steven Avery. Reconnmkgu coupable d’agression sexuelle et de tentative de meurtre, condamné à trente-deux années de privation de liberté, Steven Avery a retrouvé la liberté après que la preuve de son innocence ait été rapportée : il sera resté en détention pendant dix-huit ans. Voici le premier épisode de la série révélé, qui attaque frontalement le système judiciaire du Wisconsin. Le spectateur suit alors l’action en responsabilité exercée par Steven Avery contre le Comté de Manitowoc : 36 millions de dollars sont en jeu. L’histoire aurait en elle-même fait un excellent documentaire : les témoignages recueillis par les réalisatrices sont édifiants et les dépositions filmées des différents protagonistes, accablants. Malheureusement, l’affaire ne s’arrête pas là : deux ans après sa libération, alors que Steven Avery reconstruit sa vie d’homme libre, une jeune femme disparaît, après l’avoir rencontré. Immédiatement, les soupçons des autorités policières se portent sur Steven Avery et s’enclenche alors la machine infernale.

Un excellent article a été consacré par Morgane Tirel à cette série documentaire et il ne s’agit ici que d’insister sur l’intérêt de cette œuvre remarquable qu’est Making a murderer. Un désaccord, véniel, avec l’auteure doit toutefois être relevé : je n’ai pas vu d’éloge de la lenteur dans cette série documentaire, tant le récit et le montage rendent l’ensemble passionnant et incitent à un visionnage intensif. Les producteurs l’ont d’ailleurs compris : après avoir diffusé le premier épisode sur Youtube, Netflix a diffusé les dix épisodes, comme si cette histoire extraordinaire et l’indignation qu’elle suscite ne pouvait supporter une diffusion au compte-gouttes.

La forme de la série documentaire n’est pas nouvelle : Jean-Xavier de Lestrade avait déjà réalisé avec The Staircase un incroyable documentaire sur l’affaire Michael Petterson. Les deux documentaires varient toutefois sensiblement. Alors que Jean-Xavier De Lestrade avait intégré l’équipe de défense de Michael Petterson, offrant ainsi des moments rares d’intimité, de discussions sur la stratégie de défense, Moira Demos et Laura Ricciardi sont moins transparentes sur ce point : les entretiens réalisés sont, semble-t-il, réalisés le plus souvent après l’épilogue (qui n’en est pas vraiment un), mais la chronologie est floue. Les réalisatrices retracent le déroulement des évènements et de la procédure, mais à partir des éléments dont elles disposent à l’issue du dernier procès. Alors que The Staircase montrait au spectateur les évènements au fur et à mesure de leur survenue, Making a murderer est moins transparent, n’expliquant pas quand certains documents ont été obtenus. On pense à l’incroyable « aveu » de Brendan Dassey, neveu de l’accusé, extorqué par l’enquêteur de son public defender, dont l’absence de scrupules est consternante. S’agissant des entretiens avec des membres de la famille, seule leur apparence physique fournit quelques indices pour déterminer le moment où l’entretien a pu être réalisé. Making a murderer est ainsi une reconstitution a posteriori quand The Staircase suivait le déroulement des faits. Une autre différence importante entre les deux œuvres réside dans la personnalité et la situation de l’accusé. Alors que Michael Petterson était écrivain et disposait des moyens financiers de se défendre, Steven Avery est dans une situation plus précaire : s’il peut se payer les services d’avocats compétents lors de son second procès, c’est grâce, ironie du sort, à la renonciation de son action en responsabilité pour sa condamnation injustifiée. La différence entre les deux œuvres réside enfin dans la manipulation systématique des preuves dans l’affaire Avery. Dans The Staircase, l’innocence de Michael Petterson n’est pas imposée par le réalisateur : elle s’instille lentement dans l’esprit du spectateur, qui accompagne l’accusé dans son quotidien, recueille ses impressions, de sorte que se construit une réelle relation par l’intermédiaire du réalisateur. A l’inverse, dans Making a murderer, cette innocence est le cœur de l’œuvre, toute entière tournée vers la dénonciation des dysfonctionnements de l’enquête et du jugement. Aucune relation ne se construit entre Steven Avery et le spectateur. L’issue de l’affaire est connue rapidement ; même si l’on a réussi à se tenir dans l’ignorance du verdict final, on ne peut qu’être rapidement interpellé par un fait notable : Steven Avery n’est jamais filmé directement par les réalisatrices, contrairement aux membres de sa famille. Il est physiquement absent du film, aucun lien direct entre Steven Avery et le spectateur ne peut s’établir : le spectateur n’a accès qu’à des images « indirectes », tirées d’interviews réalisées par d’autres médias et réutilisées dans le documentaire, et à la voix de Steven Avery, faisant part de ses impressions au téléphone, alors qu’il est incarcéré.
Une dernière différence entre les deux séries concerne l’espoir : réel pour Michael Petterson, libéré grâce à la preuve d’un doute sur la véracité d’expertises réalisées, comme cela est montré dans The Staircase 2: The Last Chance, hypothéthique dans Making a murderer, même si la mobilisation créée par la série doit être remarquée.

Le vrai héros de Making a murderer n’est peut-être pas Steven Avery, mais la presse. Son rôle apparaît fondamental, non pour faire un compte-rendu fidèle, mais pour reprendre exclusivement les thèses de l’accusation qui dévoilent l’ensemble des constatations de l’enquête, y compris lorsqu’elles sont sujettes à discussion. Le jeu est ainsi biaisé, comme le relèvent les avocats de la défense, puisque l’opinion publique – et donc les jurés potentiels – a eu le temps de se forger une conviction sur la culpabilité de l’accusé, quand celui-ci ne disposera que du seul temps du procès pour démontrer que la preuve de sa culpabilité n’est pas rapportée. La médiatisation à outrance apparaît alors excessivement préjudiciable au système judiciaire, qui est fortement influencé par les propos de la presse, alors pourtant qu’elle célébrait la libération de Steven Avery pour sa condamnation injustifiée. La publicité « à la française » apparaît comme un obstacle important à une telle instrumentalisation de la presse, même s’il est impossible, et par ailleurs peu souhaitable, d’empêcher les journalistes de rendre compte des différents éléments obtenus. Making a murderer permet ainsi de se rappeler les propos de Pierre Rancé, dans le rapport Linden : « La Jus­tice n’a pas à se pro­je­ter pour prou­ver qu‘elle n’a rien à cacher. C’est au citoyen de venir cons­ta­ter que la Jus­tice ne lui cache rien. […] La mise sur la place publi­que du pro­cès est le con­traire de la publi­cité de l’audience »[1].

Making a murderer n’est pas une série documentaire dont la narration mettrait en doute la culpabilité ou l’innocence de Steven Avery. L’innocence de Steven Avery n’est même pas un élément soumis à l’appréciation du spectateur. Cette innocence est considérée comme acquise par les réalisatrices. Leur objectif est de dénoncer les dysfonctionnements coupables d’un système judiciaire, rendus possibles par une collusion entre les différents acteurs, dont la malhonnêteté frise la caricature. Un plan résume à lui seul les incohérences de l’acharnement judiciaire contre Steven Avery : celui du drapeau des Etats-Unis qui ne parvient pas à flotter, enroulé sur lui-même par le vent, comme le système judiciaire des Etats-Unis, empêtré dans ses contradictions. On se prend alors à savourer le système judiciaire français, qui, s’il n’est pas exempt d’erreurs judiciaires célèbres, met en place des garanties grâce au rôle actif de ses juges et refuse la médiatisation incessante de chaque élément de l’enquête. A l’inverse, la procédure pénale états-unienne, fondée sur une égalité d’apparence entre la défense et l’accusation, avec un juge dont le rôle est celui d’un spectateur passif, permet l’éclosion de condamnations injustifiées. Le procès pénal français est certes moins spectaculaire que le procès pénal états-unien. Le film de procès n’est pas un genre à part entière du cinéma français : l’on veut bien renoncer à sa mise en fiction si tel est le prix du respect de nos libertés.

[1] Rapport de la commission sur l’enregistrement et la diffusion des débats judiciaires, 22 fév. 2005, p. 41.