Archives mensuelles : février 2017

Actualité du droit criminel – Textes parus au JORF et au JOUE pendant le mois de février 2017

L’actualité normative du droit criminel du mois de février était particulièrement calme, jusqu’à ce que le Journal officiel du 28 février soit publié, à 2h17, contenant le texte phare de ce mois de février, qui a été et sera beaucoup commenté : la loi du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale. Le reste des dispositions concerne des domaines très techniques (droit pénal du travail pour les personnels navigants des entreprises de navigation intérieure, droit pénal de l’environnement, de l’animal). Le Journal officiel de l’Union européenne ne comporte aucune disposition intéressant le droit criminel, si l’on excepte les quelques mesures restrictives contre certains pays.

Sont donc mentionnés dans cette actualité normative du mois de février_2017, parus au JORF :

  • Décret no 2017-143 du 8 février 2017 portant création du comité interministériel de l’aide aux victimes et du secrétariat général à l’aide aux victimes;
  • Ordonnance no 2017-157 du 9 février 2017 étendant et adaptant à la Polynésie française certaines dispositions du livre IV du code de commerce relatives aux contrôles et aux sanctions en matière de concurrence;
  • Décret no 2017-176 du 13 février 2017 relatif aux zones prioritaires pour la biodiversité;
  • Décret no 2017-198 du 16 février 2017 relatif à l’interdiction de conduire un véhicule non équipé d’un dispositif d’antidémarrage par éthylotest électronique;
  • Décret no 2017-200 du 17 février 2017 relatif au régime de travail des personnels navigants des entreprises de navigation intérieure;
  • Loi no 2017-203 du 21 février 2017 ratifiant les ordonnances n° 2016-301 du 14 mars 2016 relative à la partie législative du code de la consommation et n° 2016-351 du 25 mars 2016 sur les contrats de crédit aux consommateurs relatifs aux biens immobiliers à usage d’habitation et simplifiant le dispositif de mise en œuvre des obligations en matière de conformité et de sécurité des produits et services;
  • Loi no 2017-220 du 23 février 2017 ratifiant l’ordonnance n° 2016-966 du 15 juillet 2016 portant simplification de procédures mises en œuvre par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et comportant diverses dispositions relatives aux produits de santé;
  • Décret no 2017-230 du 23 février 2017 relatif aux conditions d’identification et de cession des animaux d’espèces non domestiques détenus en captivité;
  • Décret no 2017-243 du 27 février 2017 portant statut particulier de garde juré;
  • Décret no 2017-244 du 27 février 2017 portant diverses dispositions relatives aux parcs nationaux et aux réserves naturelles;
  • Décret no 2017-248 du 27 février 2017 relatif aux modalités de fixation des tarifs des actes prescrits dans le domaine de la médecine légale, de la psychologie légale, de la toxicologie, de la biologie et de la radiologie et relevant des frais de justice;
  • Loi no 2017-242 du 27 février 2017 portant réforme de la prescription en matière pénale.

Bonne lecture!

Liste des qualifiés aux fonctions de maître de conférences 2017 – section 01

La campagne de qualification aux fonctions de maître de conférences est terminée, s’agissant de la section 01 – Droit privé et sciences criminelles. Les candidats sont aujourd’hui informés du résultat de la procédure, via l’application Galaxie du ministère de l’Enseignement supérieur.

La liste qui suit n’est en aucun cas une liste officielle : elle est donc susceptible de contenir des erreurs et oublis. Il est bien évidemment possible de me contacter pour les réparer. Seul le résultat fourni par Galaxie compte, ainsi que la liste qui sera publiée ultérieurement par le ministère. Cette publication générale intervient tardivement. Elle ne fait en outre pas mention de l’intitulé des thèses des candidats, ni du lieu de soutenance. Or, ces informations sont importantes pour les heureux candidats qualifiés, dans le cadre de la procédure de recrutement.

Félicitations aux candidats qualifiés qui vont pouvoir se lancer dans un tour de France éprouvant. Les candidats non qualifiés ne doivent pas perdre courage et surtout ne pas hésiter pour présenter une nouvelle candidature.

  • ALLARD Baptiste, L’action de groupe. Etude franco-américaine des actions collectives en défense des intérêts individuels d’autrui, 2016, sous la direction de Luc Grynbaum, Université Paris Descartes
  • ALLOUCH Abdenbi, L’argument comparatiste. Essai sur les mutations du droit du travail, 2016, sous la direction de Martine Le Friant, Université d’Avignon
  • AZEMAR Marie, Etude sur les clauses limitatives ou exonératoires de responsabilité, 2016, sous la direction de Yves Lequette, Université Paris 2
  • BARRILLON Clément, Le critère de la qualité d’associé. Etude en droit français des sociétés, 2016, sous la direction de Marie-Laure Coquelet, Université Paris 10
  • BAVITOT Alexis, La probité publique en droit pénal, 2016, sous la direction de Xavier Pin, Université Jean Moulin Lyon
  • BETTONI Lucas, L’appel d’offres privé, 2016, sous la direction de Nicolas Ferrier, Université de Montpellier
  • BOISSON Julien, Les libéralités à caractère collectif, 2015, sous la direction de Michel Grimaldi, Université Paris 2
  • BRENAUT Maxime, Le renouveau des mesures de sureté en droit pénal français, 2016, sous la direction de Philippe Conte, Université Paris 2
  • CALLET Clovis, Le sérieux et le manifeste en droit judiciaire privé, 2015, sous la direction de Jean-Yves Chérot et Emmanuel Putman, Université d’Aix-Marseille
  • CARAYON Lisa, La catégorisation des corps. Etude sur l’humain avant la naissance et après la mort, 2016, sous la direction de Grégoire Loiseau, Université Paris 1
  • CARPENTIER Yan, Essai d’une théorie générale des aménagements de peine, 2016, sous la direction de Evelyne Bonis-Garçon, Université de Bordeaux
  • CAYOT Mathilde, Le préjudice économique pur, 2016, sous la direction de Daniel Mainguy, Université de Montpellier
  • DANET Anaïs, La présence en droit processuel, 2016, sous la direction de Aurélie Bergeaud, Université de Bordeaux
  • DE RAVEL D’ESCLAPON Thibault, Le droit commun des sûretés. Contribution à l’élaboration de principes directeurs en droit des sûretés, 2015, sous la direction de François Jacob, Université de Strasbourg
  • DEVAUX Caroline, La fabrique du droit du commerce international : réguler les risques de capture, 2016, sous la direction de Horatia Muir Watt, Institut d’études Politiques, Paris
  • DOCQ Sébastien, Essai pour le renouveau de la notion d’apport en droit des sociétés, 2015, sous la direction de Alain Couret, Université Paris 1
  • DREANO Maëlle, La non-discrimination en droit des contrats, 2016, sous la direction de Éric Savaux, Université de Poitiers
  • EL MEJRI Akram, Les LBO en droit français. Contribution à l’étude de la réception des innovations financières par le droit, 2016, sous la direction de Hervé Le Nabasque, Université paris 1
  • EMANE MEYO Martin, La norme facultative, 2016, sous la direction de Catherine Thibierge, Université d’Orléans
  • ESCUDEY Gaetan, Le couple en droit international privé, 2016, sous la direction de Sandrine Sana-Chaillé de Néré, Université de Bordeaux
  • GAYET Marie, L’anticipation successorale à l’épreuve de l’allongement de l’espérance de vie, 2016, sous la direction de Philippe Pierre, Université de Rennes 1
  • GHANDOUR Bertille, Le traitement judiciaire des entreprises en difficulté, 2016, sous la direction de Denis Voinot, Université de Lille 2
  • GOLTZBERG Stephan, Théorie bidimensionnelle de l’argumentation : définition, présomption et argument a fortiori, 2011, sous la direction de Michel Meyer et Benoît Frydman, Université Libre de Bruxelles
  • GREBENYUK Iryna, Pour une reconstruction de la justice pénale internationale. Réflexions autour d’une complémentarité élargie, 2016, sous la direction de Geneviève Giudicelli-Delage, Université Paris 1
  • GUEGAN Elsa, Essai de réforme des nullités des décisions sociales, 2016, sous la direction de Renaud Mortier, Université Rennes 1
  • JOBERT Sylvain, La connaissance des actes du procès civil par les parties, 2016, sous la direction de Philippe Théry, Université Paris 2
  • JULIENNE Clotilde, Essai critique sur la théorie des obligations en droit privé, 2015, sous la direction de Philippe Briand, Université de Nantes
  • JULLIAN Nadège, La cession de patrimoine, 2016, sous la direction de Renaud Mortier, Université de Rennes 1
  • KA Ibrahima, Le juge face aux principes directeurs du procès civil, 2015, sous la direction de Olivier Salati, Université d’Aix-Marseille
  • KILGUS Nicolas, L’usufruit de biens incorporels. Contribution à la nature juridique de l’usufruit, 2016, sous la direction de Estelle Naudin, Université de Strasbourg
  • LABERNEDE Romain, L’obligation de renégocier en droit privé des contrats, 2016, sous la direction de Judith Rochfeld, Université Paris 1
  • LAROUER Marion, Les codes de conduite sources du droit, 2016, sous la direction de Pascale Deumier, Université Jean Moulin Lyon
  • LEFER Camille, Les droits potestatifs dans le contrat de travail, 2016, sous la direction de Jean-Michel Olivier, Université Paris 2
  • LERAY Grégoire, L’immeuble et la protection de la nature, 2016, sous la direction de François-Guy Trebulle, Université Paris 1
  • LINGLIN Emilie, Corps humain et assurances de personnes, 2014, sous la direction de Laurent Leveneur, Université Paris 2
  • MAIRE Guillaume, Volonté et exécution forcée de l’obligation, 2016, sous la direction de Nicolas Damas et Louis Perreau-Saussine, Université de Lorraine
  • MARGAINE Clément, La capacité pénale, 2011, sous la direction de Philippe Conte, Université de Bordeaux
  • MASSON Charles, La dualité de l’action en contrefaçon de droit d’auteur, 2016, sous la direction de Christophe Caron, Université Paris Est
  • MASSON Florent, La propriété commune, 2016, sous la direction de Philippe Stoffel-Munck, Université Paris 1
  • MATTIUSSI Julie, L’apparence de la personne physique, 2016, sous la direction de Grégoire Loiseau, Université Paris 1
  • MAUMONT Bertrand, L’acte juridique en droit des personnes et de la famille, 2015, sous la direction de Jean Hauser, Université de Bordeaux
  • MENARD Benjamin, L’anormalité en droit de la responsabilité civile, 2016, sous la direction de Stéphanie Porchy-Simon, Université Jean Moulin Lyon
  • MICHEL Claire-Anne, La concurrence entre les sûretés, 2016, sous la direction de Philippe Dupichot, Université Paris 1
  • MINOIS Maud, Recherche sur la qualification en droit international privé des obligations, 2016, sous la direction de Tristan Azzi, Université Paris Descartes
  • MOIZO Kevin, La modification unilatérale du contrat, 2016, sous la direction de Sophie Gaudemet, Université de Rouen
  • MORIN Joseph, Le régime d’indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles et la responsabilité civile. Enquête sur un régime de responsabilité au cœur de la sécurité sociale, 2016, sous la direction de Pierre-Yves Verkindt, Université Paris 1
  • MORON-PUECH Benjamin, Contrat ou acte juridique ? Etude à partir de la relation médicale, 2016, sous la direction de Dominique Laszlo-Fenouillet, Université Paris 2
  • PETELIN Tanja, La création plurale en droit d’auteur : contribution à l’étude de l’indivision, 2016, sous la direction de Philippe Gaudrat, Université de Poitiers
  • PIATEK Dariusz, La crise des exceptions en droit d’auteur : étude paradigmatique, 2016, sous la direction de Jacques Leroy, Université d’Orléans
  • PRETOT Sophie, Les communautés d’intérêts. Essai sur des ensembles de personnes dépourvu de personnalité juridique, 2016, sous la direction de Anne-Marie Leroyer, Université Paris 1
  • PROROK Johan, La responsabilité civile sur les marchés financiers, 2016, sous la direction de Hervé Synvet, Université Paris 2
  • ROUSSEL Magali, L’évaluation des qualités professionnelles, 2016, sous la direction de Antoine Lyon-Caen, Université Paris 10
  • ROUX Adrien, La corruption internationale. Essai sur la répression d’un phénomène transnational, 2016, sous la direction de Philippe Bonfils, Université d’Aix-Marseille
  • TETARD Stessy, Mandat et famille. Contribution à l’étude du contrat de mandat, 2015, sous la direction de Hugues Fulchiron, Université Jean Moulin Lyon
  • TIREL Morgane, L’effet de plein droit, 2016, sous la direction de Philippe Briand, Université de Nantes
  • VALIERGUE Julien, Les conflits d’intérêts en droit privé. Contribution à la théorie juridique du pouvoir, 2016, sous la direction de Guillaume Wicker, Université de Bordeaux
  • VAN BOSTERHAUDT Patrice, La norme pénale pour lutter contre les atteintes à la nature : vers la reconnaissance d’une valeur essentielle, 2016, sous la direction de Hervé Bonnard, Université de Dijon
  • VEYRE Liza, La notion de partie en procédure civile, 2016, sous la direction de Emmanuel Jeuland, Université Paris 1
  • VILLEGAS SANTIAGO Diana Milena, La mafia comme phénomène de pluralisme juridique, 2016, sous la direction de Nicolas Molfessis, Université Paris 2
  • WALRAVENS Arnaud, Le droit de préemption, 2015, sous la direction de Michel Grimaldi, Université Paris 2
  • WATHELET Joachim, La loyauté en droit de la propriété intellectuelle, 2016, sous la direction de Didier Poracchia, Université Aix-Marseille
  • WATRIN Lucie, Les données scientifiques saisies par le droit, 2016, sous la direction de Marie-Eve Pancrazi, Université Aix-Marseille
  • ZOLOMIAN Matthieu, Le contrôle de la gestion des sociétés cotées, 2014, sous la direction de Hervé Le Nabasque, Université Paris 1

Présentation de la clinique du droit de Nancy

cliniqueLes cliniques du droit sont nombreuses et variées. Plus ou moins institutionnalisées, elles constituent toutes un outil important à destination des étudiants et professionnels du droit. L’une de ces cliniques existe à Nancy, sous une forme particulière, puisqu’il s’agit d’une association étudiante qui s’est récemment créée et dotée d’un site, d’un blog, et d’un journal. J’en ai appris l’existence grâce à Mathieu Martinelle, doctorant à la Faculté, très investi dans ce projet. Cette initiative étant particulièrement intéressante, en voici une présentation par les membres de la clinique eux-mêmes, ainsi que le rapide portrait de l’un d’entre eux.

 

Quelle est l’origine de cette clinique juridique ?

En février 2015, un professeur d’économie de la Faculté de Nancy (M. Ferey) a abordé, dans le cadre d’un entretien informel, le développement croissant des cliniques juridiques en France. L’idée d’intégrer davantage de pratique dans la théorie dispensée à l’université a ainsi été soumise aux étudiants de droit et d’économie présents. Alors que cette nouvelle approche du droit ne peut que convaincre, le projet d’une Clinique de Droit nancéienne fut lancé et concrétisé par la création d’une association loi 1901 le 24 juin 2015.

Jusque fin 2015, de nombreux entretiens avec les acteurs de la vie universitaire et de la vie judiciaire se sont tenus. Ils ont permis aux membres créateurs de faire des choix quant à l’objet de la Clinique de Nancy et quant aux modalités de mise en œuvre de celui-ci.

Quelles différences avec les cliniques juridiques existantes dans d’autres universités ?

La Clinique de Droit de Nancy présente d’importantes spécificités par rapport aux autres cliniques juridiques d’autres universités françaises et étrangères.

D’abord, la Clinique de Droit de Nancy est exclusivement administrée par des étudiants. Bien entendu, les partenariats avec, notamment, la Faculté de Droit de Nancy et l’Ordre des avocats sont essentiels. Notre Clinique ne pourrait faire sans eux. Mais alors que les autres cliniques ont à leur tête, pour la plupart, un enseignant-chercheur et/ou un praticien, les étudiants sont au cœur de la structure administrative de l’association. La Clinique de Droit de Nancy est faite par les étudiants pour les étudiants.

Ensuite, la Clinique de Droit de Nancy a vocation à être généraliste et centrée sur la pratique judiciaire. Nous aimons nous présenter comme une structure permettant d’effectuer “un stage tout en restant sur les bancs de la Faculté”. Aujourd’hui, ce n’est plus l’étudiant qui va chercher un dossier et le traiter chez un maître de stage, c’est le maître de stage qui envoie son dossier aux étudiants afin qu’ils puissent le traiter. Toute l’organisation de la Clinique dépend de cette finalité choisie. La Clinique de Droit de Nancy est à ce titre composée de différents pôles de compétences, dirigés par un responsable de pôle, dont chacun a sa spécialité.

Quelles sont les activités de la clinique juridique ?

La Clinique de Droit de Nancy est encore jeune, mais les activités se développent.

La principale activité réalisée vise à apporter des analyses juridiques et circonstancielles à des questions de droit soumises par des professionnels (en l’occurrence des avocats). Ces derniers, ne disposant que trop rarement de la documentation juridique nécessaire, sollicitent la Clinique afin d’obtenir un éclaircissement sur un point précis qu’ils rencontrent dans un dossier en cours.

À ce titre, la Clinique est partenaire l’Ordre des avocats de Nancy et reçoit régulièrement des demandes envoyées par des cabinets nancéiens. En l’état, l’Ordre a désigné 10 cabinets partenaires, lesquels peuvent nous solliciter depuis maintenant plus d’un an. Nous espérons ainsi ouvrir rapidement nos services à l’ensemble des cabinets du Barreau de Nancy. Le Barreau d’Epinal est également envisagé.

Nous souhaitons enfin apporter nos compétences aux petites structures. Ces partenariats seraient en effet bénéfiques pour les deux parties.

Ensuite, la Clinique de Droit de Nancy porte à la connaissance des avocats de Nancy certaines actualités juridiques marquantes, par le biais d’un journal sous format papier, Le Clinicien, publié régulièrement. Celui-ci est également disponible sur notre site internet sous format numérique.

Dans les prochains jours, nous mettrons régulièrement en ligne, sur notre site internet, des brèves concernant l’actualité juridique. À cette occasion, le format papier du Clinicien ne disparaît pas pour autant, bien au contraire. À raison d’une fois tous les trois ou quatre mois, il récapitulera notamment les brèves les plus importantes et sera accompagné de « focus » juridiques sur un point précis qu’il nous apparaît important de développer.

Enfin, la Clinique s’est dotée d’un service “amélioration continue et développement”. En effet, elle est éligible au Projet Collectif Tuteuré (PCT) pour la deuxième année consécutive. L’activité de certains étudiants de M1 de la Clinique est ainsi valorisée dans le cadre du cursus universitaire. Ces étudiants-cliniciens ont pour tâche supplémentaire de proposer et d’établir de nouveaux projets, de nouveaux partenariats ou encore de faire évoluer la situation existante. Cette année, le thème du PCT est “la communication”. Faisant l’objet d’un mémoire final corrigé et noté par un professeur de Droit de la Faculté, celui-ci sera, une fois soutenu, mis en ligne sur le site internet afin que tous les intéressés puissent connaître les futurs projets des cliniciens.

Quelles évolutions pour la clinique juridique ?

Concernant les activités de la Clinique, il a été décidé cette année, dans le cadre du projet collectif tuteuré, de mettre l’accent sur le développement de la communication et de l’identité visuelle de notre structure. Ainsi, outre la mise en ligne du site-web (cliniquededroit-nancy.fr), un logo, un papier à lettre, des enveloppes et des cartes de visite ont été créés. De plus, des entretiens sont prévus avec les différents cabinets partenaires, afin de leur exposer en détail notre fonctionnement et répondre à leurs éventuelles questions. Notre relation avec l’Ordre des Avocats est suivie de près par Monsieur le Bâtonnier qui, nous l’espérons, nous permettra d’étendre notre partenariat à l’ensemble du Barreau de Nancy comme nous avons pu l’évoquer précédemment.

Concernant la structure de la Clinique, de nouveaux partenariats sont en cours de négociations, avec notamment l’UFC-Que Choisir et plusieurs radios locales

Enfin concernant les cliniciens eux-même, une journée annuelle de formation va être mise en place. Elle est actuellement en cours d’élaboration et permettra une présentation claire et structurée de la Clinique à tous les nouveaux membres. A cette occasion, une explication détaillée des activités et de la manière d’y procéder sera apportée.

Comment rejoindre la clinique juridique ?

Tous les ans, deux périodes de recrutement sont organisées.

D’abord, au mois de septembre, les étudiants de M1 sont informés qu’ils peuvent intégrer la Clinique et participer, s’ils le souhaitent, au projet collectif tuteuré.

Ensuite, au mois de février, les étudiants de L3 sont sollicités afin d’intégrer, à cette date déjà, la Clinique. Les intéressés peuvent alors prendre connaissance des différents projets de la Clinique et participer aux activités de celle-ci, sans attendre le début de l’année universitaire suivante. Ils auront alors une place privilégiée dès leur intégration en Master 1.

Si les recrutements se font à ces périodes, il est évidemment possible de rejoindre la clinique par simple demande sur le site-web ou en contactant le bureau exécutif.

Quel rôle pour les enseignants de la Faculté ?

Certains doctorants encadrent la Clinique – autant dans son organisation que dans les projets et les partenariats. Leur encadrement est fondamental et indispensable au bon fonctionnement de celle-ci. L’expérience et la légitimité qu’ils apportent sont des atouts indéniables pour notre structure.

Si à terme, une véritable équipe d’enseignants pourrait être constituée, le soutien des enseignants de la Faculté est, d’ores et déjà, tout à fait précieux dans le cadre des différentes activités menées par la Clinique. Au regard de son objet, aucun enseignant ne refuse de discuter des projets d’analyses (parfois complexes) proposés par les praticiens. Les échanges informels sont parfois sollicités, même si certaines obligations universitaires empêchent les enseignants de participer directement à la Clinique.

Enfin, soulignons que M. le Professeur Olivier Cachard est un acteur majeur et participe activement à la Clinique en sa qualité de tuteur du PCT “Clinique de Droit”. Il suit son évolution en rencontrant plusieurs fois par an les étudiants du projet collectif tuteuré. Son analyse est précieuse, car son œil extérieur et averti (il connaît très bien le fonctionnement de notre Clinique, des autres cliniques juridiques, de la Faculté de Droit et du monde judiciaire) est toujours bienveillant. C’est d’ailleurs sur ses bons conseils et remarques qu’il a été choisi de concentrer, cette année, le PCT, sur le thème de la communication interne et externe de la Clinique de Droit de Nancy.

clinique2

Présentation d’un clinicien : Bertrand Nau

Quel est votre parcours étudiant ?

Après un bac ES, je me suis inscrit en première année de droit. Malgré mon intérêt pour l’informatique, je n’ai pas choisi des études en relation directe avec cette matière, et le droit me semblait être la meilleure façon d’ouvrir des portes. Après avoir obtenu ma licence, j’ai intégré cette année le M1 « Droit de l’entreprise – Fiscalité et société ». En parallèle de ce cursus classique, je suis inscrit au D.U «  propriété intellectuelle ». L’an prochain, je souhaiterais intégrer le M2 « Droit de l’Entreprise Médicale, Pharmaceutique et Dentaire » et pourquoi pas, par la suite un second M2 en Propriété intellectuelle ou Droit du numérique à Strasbourg.

 

Quels sont vos domaines de prédilection ?

Mon intérêt pour les nouvelles technologies et l’informatique (tout particulièrement le développement web) sont, à mon sens, à l’origine de mon engouement pour la propriété intellectuelle (plus particulièrement la propriété industrielle). Suivre l’actualité du droit à travers l’évolution des NTIC est aussi quelque chose de très intéressant. Ainsi, alors que totalement autodidacte, j’ai appris à créer et gérer des sites internet ou encore des blogs.

 

Comment avez-vous entendu parler de la Clinique ?

Lors de mes recherches de stage pour mon second semestre de Master et l’hésitation à refaire un mémoire (devant déjà en réaliser un dans le cadre de mon D.U), j’ai été contacté par un étudiant, ami de longue date. Ce dernier m’a fait part du projet Collectif Tuteuré qui s’intégrait parfaitement dans mon parcours universitaire et mes ambitions. J’ai de suite été intéressé par le concept de la Clinique : faire un stage dans le monde judiciaire tout en restant sur les bancs de la Faculté.

 

Pourquoi avoir rejoint la Clinique ?

J’ai d’abord rejoint la clinique afin de mettre en œuvre mes connaissances théoriques juridiques acquises durant l’ensemble de mon cursus universitaire sein de notre Faculté. Le concept d’une association étudiante par les étudiants m’a séduit. Cette première approche de la pratique judiciaire est un avant-goût de  « l’après-faculté ».

 

Que vous apporte la Clinique ?

Ce projet permet de pratiquer le droit, aussi c’est un moyen d’ores et déjà de travailler en équipe. C’est donc la meilleure préparation en vue de travailler au sein d’une entreprise ou d’un cabinet d’avocats. Cet esprit d’équipe unissant les cliniciens est très enrichissant. On apprend tous beaucoup des autres (et inversement). Nous œuvrons en communauté et pour la communauté.

 

Qu’apportez-vous à la Clinique ?

Personnellement, je pense pouvoir apporter, en ma qualité d’étudiant « hybride » à la fois mon « savoir » juridique et mes compétences en développement web. Ce profil « atypique »  a permis de développer davantage encore la clinique, tout particulièrement sa communication.

Nouvelle revue : la Revue Droit & Littérature

affiche_9-02-17Une nouvelle revue fait son apparition dans la longue liste des publications juridiques : la Revue Droit & Littérature, publiée par les éditions LGDJ.

Son objectif est ambitieux et son contenu s’annonce passionnant. Portée par Nicolas Dissaux, rédacteur en chef de la revue, dotée d’un prestigieux comité scientifique (Peter Brooks, Christophe Jamin, Yves-Edouard Le Bos, François Ost, Michel Rosenfeld, Emmanuelle Saulnier-Cassia, Paolo Tortonese), cette nouvelle revue marque une avancée importante du courant Droit & Littérature en France, démontrant s’il en était besoin la richesse de cette approche. Ce billet n’a pas pour but de déflorer le contenu de cette revue, mais bien de donner envie de s’y plonger et de s’offrir ainsi un bol d’air, pour reprendre l’expression de Nicolas Dissaux et Emmanuelle Filiberti (« Vous qui entrez ici… », p. 3). Mais il ne s’agira pas seulement de s’aérer l’esprit: le lecteur y trouvera des développements juridiques, techniques, permettant de mieux comprendre le droit par la littérature, et vice-versa.

Je suis bien évidemment très heureux d’avoir contribué à ce premier numéro, dans la chronique « Le droit saisi par la littérature », en traitant des œuvres suivantes : L’Intérêt de l’enfant, de Ian McEwan (dont il a déjà été question ici), Il est avantageux d’avoir où aller, d’Emmanuel Carrère, et Passés par la case prison, de l’Observatoire international des prisons.

Voici le sommaire. Longue vie à la Revue Droit & Littérature !

affiche_9-02-17

rdl-1-2017-sommaire_page_1rdl-1-2017-sommaire_page_2