Archives par étiquette : assistance sexuelle

Avis de prochaine parution : Des Sexualités et des Handicaps

Dans le cadre de la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, paraîtra prochainement aux Presses Universitaires de Nancy, un ouvrage intitulé : Des Sexualités et des Handicaps, Questions d’intimité, sous la direction de Alain Giami, Bruno Py, et Anne-Marie Toniolo.

Un peu de teasing
(clic sur les images pour les agrandir)



Regards sur le handicap

Ce début d’année est l’occasion de revenir sur le handicap, suite à l’évocation du rapport Chossy sur ce carnet. La fin de l’année 2011 a en effet été marquée par le succès du film Intouchables, comédie que l’on ne présente plus.

Avec moins de retentissement que le film (mais avec plus de réflexions!) un article de Zig Blanquer et Pierre Dufour prend le prétexte d’Intouchables, de la logique animant le Téléthon et, surtout, celui de la mort de Vic Finkelstein  pour aborder la perception stagnante du handicap dans le discours public: les auteurs évoquent ainsi un «agencement qui ne sait pas encore élaborer la créativité inhérente à l’altérité corporelle, qui ne parvient pas à l’envisager indépendamment de la relation d’aide, comme début imprévisible et non comme fin nécessiteuse. Hors des critères anatomiques et gestuels propres au corps standard, point de salut, semblerait-il».

Sans doute ne faut-il pas prêter aux réalisateurs du film des pensées qu’ils n’ont certainement pas eues lors de la réalisation. Sans doute qu’un film qui aurait cherché à avoir une perception plus politique, activiste, du handicap, n’aurait pas rencontré le même succès. Il n’en demeure pas moins qu’un film si populaire est le reflet d’une manière de percevoir le handicap et qu’il est possible de critiquer le message qu’il porte sans pour autant en dresser une critique cinématographique. L’article de Zig Blanquer et Pierre Dufour devient alors chargé d’un message fort, celui de l’inutilité du compassionnel, de l’assistanat et de la nécessité de changer radicalement la perception sociale des personnes en situation de handicap. «Cibler une maladie génétique ou un accident de parapente invite immanquablement à saisir la biographie par le corps, la chair devenant alors décisive de l’échec existentiel et de l’urgence d’être sauvé, le passé brisé n’attendant alors qu’un futur salutaire».

Le droit s’inspire un peu de cette vision du handicap au travers de la loi du 11 février 2005, du moins dans les principes qu’elle affirme. Beaucoup de progrès restent à accomplir et le chemin est encore long lorsque l’on lit le rapport Chossy… Mais un texte n’est pas réductible à ses dispositions; il est indissociable de sa réception par le corps social, de son interprétation, de son application. En ce sens, Intouchables, le Téléthon ne participent pas réellement d’une modification de la perception du handicap.

Dans le même esprit, est récemment parue une courte bande-dessinée : Y’a pas de malaise! Un autre regard sur le handicap. Plusieurs auteurs sont réunis : Jul, Philippe Vuillemin, Didier Tronchet, Frank Margerin, Lisa Mandel, Matthias Lehmann, Fabcaro et James. Il s’agit de courtes histoires sur la relation entre les personnes handicapées et les personnes valides. Il y a une certaine inégalité entre les récits et j’avoue avoir eu une préférence pour ceux de Fabcaro, Jul et Vuillemin pour l’humour, et Lisa Mandel pour la pédagogie. Sont abordés les quotas relatifs à l’emploi des personnes handicapées, l’accessibilité des lieux de travail, ou bien encore des handicaps psychiques plus méconnus (autisme et dépression). Le message délivré pourrait presque se résumer au monologue du personnage en fauteuil dessiné par Jul : «Le vrai problème, ce n’est pas d’avoir à traverser un openspace sur cinq niveaux, trois escaliers, quatre couloirs, dont deux sans visibilité, pour accéder à mon poste de travail… Le vrai problème, c’est de le faire sans passer par la case “Jean-Claude”, le connard du 2e qui raconte des histoires de blondes!».

A propos d’un rapport inutile sur le handicap

"Cruce" par Daquella Manera, Flickr

Remis au Premier Ministre, au Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale et au Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, le rapport de Jean-François CHOSSY, intitulé Passer de la prise en charge… à la prise en compte, facilement accessible, appelle quelques réflexions sur ce carnet.

Annoncé à grands renforts de publicité sur plusieurs média, il pouvait paraître prometteur. Les quelques mentions faites sur le rapport ne traitaient que de l’accompagnement sexuel. La consultation montre que l’auteur a souhaité traiter de nombreux autres aspects : éducation, accessibilité, citoyenneté, travail, loisirs, etc.

Malheureusement, ce rapport n’est guère utile pour les personnes qui s’intéressent au handicap. Il n’est qu’une succession de déclarations de principes, d’affirmations non sourcées, de lieux communs et de bons sentiments. Le titre même du rapport est symptomatique : Passer de la prise en charge… à la prise en compte. Voilà une déclaration qui ne fâchera personne. Voilà une remarque gratuite, qui laisse supposer ce que le corps du rapport reprend, une partie étant consacrée aux «mots». Le lecteur apprend ainsi qu’il ne faut plus dire «inapte» mais «différemment apte», «handicap» mais «restriction de capacité» (ce qui est bien réducteur…), «projet de vie» mais «parcours de vie», etc. Mieux: «il faut définitivement bannir les termes « handicap », « handicapé », synonymes d’Indignité [sic]; ou « situation de handicap » qui sont stigmatisants» (p.17). Voilà qui évoque curieusement un réquisitoire du Tribunal des flagrants délires, où le procureur de la République Desproges disait : « on ne dit plus un infirme, on dit un handicapé ; on ne dit plus un vieux, on dit une personne du troisième âge. Pourquoi alors continue-t-on à dire un jeune, et non pas une personne du premier âge ? Est-ce que dans l’esprit des beaux messieurs bureaucratiques qui ont inventé ces merveilleux néologismes, la vieillesse serait une période de la vie infamante au point qu’on ne peut plus l’appeler par son nom ? Est-ce que nous vivons au siècle de l’hypocrisie suprême ? […] Il y a de moins en moins de pauvres vieux, mais de plus en plus de joyeux troisièmâgistes ; il n’y a plus de pauvres affamés sous-développés, mais de brillants affamés en voie de développement ; il n’y a plus d’infirmes, mais de pimpants handicapés ; il n’y a plus de mongoliens, mais de brillants trichromosomiques. Françaises, Français, réjouissons-nous : nous vivons dans un siècle qui a résolu tous les vrais problèmes humains en appelant un chat un chien ».

Plus sérieusement, le rapport suscite de nombreuses interrogations. Tout d’abord, il constitue une suite de recommandations de modifications de la loi du 11 février 2005, encore jeune et dont les effets ne se sont pas encore produits totalement, pourtant déjà complétée par la loi 2011-901 du 28 juillet 2011 tendant à améliorer le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées et portant diverses dispositions relatives à la politique du handicap. Cette indifférence au temps du droit n’est malheureusement pas isolée, ce qui ne la rend pas acceptable pour autant. Ensuite, les recommandations faites semblent être motivées par la volonté de plaire plutôt que de construire une meilleure politique du handicap. Les contradictions se multiplient alors : ne plus employer le mot «handicap», mais créer les «Entretiens du handicap» et une «journée du handicap»; «la dimension du handicap doit être systématiquement considérée lors de l’élaboration de la discussion et du vote de chaque nouvelle loi» (p.23), alors que le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées doit être seulement invité à «accompagner toutes les initiatives concernant le handicap» (p.28). Enfin, nombre de recommandations et de constats n’engagent pas à grand chose, ce qui est regrettable.

Lorsqu’il aborde la question de l’assistance sexuelle, le rapport ne dépasse pas le cadre du compassionnel, des évidences, voire des erreurs grossières. Le débat doit ainsi être posé sur la place publique car il est jusqu’alors «discrètement et soigneusement dissimulé» (p.104) : on compte pourtant nombre de manifestations, de colloques, d’émissions et documentaires sur la question… Le raisonnement n’est pas facile à suivre : «Faut-il ou ne faut-il pas s’immiscer dans la vie intime des personnes fragilisées par le handicap? […] Pour certains tenants du non, la démarche qui consiste à permettre la rencontre est dégradante et même perverse, elle ramène à une sexualité débridée bestiale et dépravée» (p.104). Voilà qui est pour le moins curieux : comment considérer que le fait de dire non à la question posée a un lien avec une considération sur la sexualité des personnes handicapées ? On l’apprend juste après : c’est parce qu’en réalité, le rapport ne répond pas à la question posée avant, mais au problème évoqué après: celui de l’aide sexuelle. L’accompagnement sexuel est présenté comme une nécessité pour les personnes n’ayant pas accès à leur propre corps (l’expression est énigmatique), alors que les exemples donnés concernent des personnes qui ont un accès physique (i.e qui peuvent se masturber), mais d’accès «intellectuel» à la sexualité. Sont ensuite mélangés plusieurs problèmes : alors qu’il aborde l’accompagnement sexuel, est envisagé le cas des professionnels confrontés à un «rapprochement en couple des personnes handicapées» (p.106), pour revenir ensuite à l’accompagnement sexuel… Or, lier ces deux aspects relève d’une confusion maladroite et problématique! Est bien évidemment envisagé le droit à la sexualité (qui n’existe pas…) et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, obligeant les Etats à prendre «des mesures efficaces et appropriées […] dans tout ce qui a trait au mariage, à la famille, à la fonction parentale et aux relations personnelles et [à veiller] à ce que […] soit reconnu aux personnes handicapées le droit de décider librement et en toute connaissance de cause du nombre de leurs enfants et de l’espacement des naissances, ainsi que le droit d’avoir accès, de façon appropriée pour leur âge, à l’information et à l’éducation en matière de procréation et de planification familiale et à ce que les moyens nécessaires à l’exercice de ces droits soient fournis» (p.109). Il y aurait beaucoup à dire sur cette référence à une disposition que respecte déjà l’Etat français. Il n’est absolument pas question dans ce texte d’obliger à créer un statut d’assistant sexuel. En outre, il est étonnant que l’auteur du rapport, alors qu’il cite un texte traitant de procréation, ne s’offusque pas de la justification légale des stérilisations non thérapeutiques des personnes «dont l’altération des facultés mentales constitue un handicap» (article L. 2123-2 du Code de la santé publique).

Intervenant fréquemment sur les aspects juridiques de l’assistance sexuelle, je suis souvent confronté à des partisans de cette pratique. Les échanges sont pourtant toujours constructifs et les arguments employés à mille lieux de ceux du rapport Chossy. Il faut savoir rendre hommage aux personnes qui militent pour la reconnaissance d’une assistance sexuelle et reconnaître que leurs arguments sont bien plus pertinents que ceux du rapport.

Il est ennuyeux que ce rapport soit gouverné par l’émotion, mauvaise conseillère légistique, ne cite aucune de ses sources et, au final, desserve les personnes qu’il est censé défendre. Il n’est pas question ici de nier les problèmes soulevés par le rapport, mais plutôt de se désoler du traitement qui leur est réservé.

Personne handicapée, vie affective et sexuelle… Quel accompagnement ?

Le Conseil général du Val d’Oise organise ce jeudi un colloque sur le thème de la vie affective et sexuelle des personnes handicapées. J’aurai l’honneur d’y intervenir.

Sexualité et handicap : et si on en parlait ? Nancy, 6 octobre 2011

 

Le 6 octobre prochain a lieu un colloque sur la sexualité des personnes handicapées. J’aurai l’honneur d’y intervenir sur le thème de l’encadrement de l’accompagnement de la sexualité. Le programme du colloque est intéressant :  venez nombreux!

Sexualité, handicaps et vieillissement : Ph. Pitaud (sous la dir.)

Faisant suite à la parution d’un numéro spécial de la Revue du CREAI PACA, Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité, lui-même issu d’un colloque organisé par le Pr Philippe Pitaud en 2010 à Marseille, l’ouvrage, dirigé par le même Philippe Pitaud, Sexualité, handicaps et vieillissement paraîtra prochainement aux éditions Érès, dans la collection Pratiques du champ social.

Cet ouvrage démontre, une fois de plus, l’intérêt des échanges disciplinaires et, au-delà.

Le quatrième de couverture en dira plus :

«Vieillir avec ou sans déficiences pose avant tout la relation de l’individu au monde qui l’entoure, aux interactions avec les autres et interroge en permanence sur l’échange, au sens du partage, et dans ce mouvement, de l’amour à donner mais également à recevoir, la sexualité n’étant, elle, que l’une des formes de la manifestation de cet amour si vital et indispensable pour notre survie quotidienne. Les professionnels de ce secteur, acteurs de l’accueil en institution comme du soutien au domicile, mais également les familles, trouveront là un espace de réflexion, de confrontation et de débats pour se pencher, en retour, sur leurs pratiques professionnelles comme sur leur engagement auprès de ces populations souvent privées d’une vie intime.»

Bonne lecture à tous.

La pudeur et le soin : B. Py (sous la dir.)

L’Institut François Gény, l’ISCRIMED (unité de recherche de l’Institut), la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine, et moi-même sommes heureux de vous annoncer la parution prochaine de l’ouvrage intitulé La Pudeur et le Soin, aux Presses Universitaires de Nancy, dans la collection Santé, Qualité de vie et Handicap.

On notera un effort certain de présentation, la couverture de l’ouvrage rappelant, si besoin était, que la forme est un reflet du fond. Au-delà de la nudité affichée en couverture, cet ouvrage interdisciplinaire contient différentes communications que vous trouverez listées à la fin de cet article, après le rappel de la quatrième de couverture (plus textuelle que corporelle, contrairement à la couverture proprement dite).

«Dès lors que des êtres humains s’observent, se montrent ou se touchent, il est question de pudeur. Ni les machines, ni les animaux n’ont de pudeur, laquelle est le produit d’une conscience. La pudeur est un sentiment, une gêne, une timidité, qui est liée au dévoilement du corps.

Forcément subjective, la pudeur varie selon les individus, les situations et les contextes. Toutefois, la plupart des actes diagnostics et de nombreux traitements sont susceptibles de mettre à mal la pudeur des patients. Ainsi par exemple, les différentes techniques d’examen clinique, l’inspection, l’auscultation, la palpation et la percussion supposent une observation attentive et détaillée du corps du patient totalement ou partiellement nu.

Cet ouvrage étudie autant la pudeur du soigné, dont le corps est au cœur de la logique du soin, que la pudeur du soignant, laquelle peut également être heurtée par l’ensemble des manifestations corporelles qui lui sont perceptibles.

« La pudeur sied bien à tout le monde ; mais il faut savoir la vaincre et jamais la perdre. » (Montesquieu) »

PREMIÈRE PARTIE : LA PUDEUR DU SOIGNÉ

Histoire de la Pudeur
Catherine COURTAULT

L’image du malade : une protection pénale « bien portante »
Julie LEONHARD

La pudeur du mineur, une obsession majeure ?
Bertrand MARRION

La sexualité des personnes handicapées
Jean-Baptiste THIERRY

Pudeur et impudeur des personnes âgées. Comment prendre soin des corps des vieux ?
Marie-Claude MIETKIEWICZ

Discussion de la session du matin

DEUXIÈME PARTIE : LA PUDEUR DU SOIGNANT

Pudeur et vulnérabilité du soigné
Marie-Laure LANTHIEZ

Estime de soi / estime des soins
Gisèle ERRARD

Le voilé dévoilé de la pudeur dans la formation du soignant
Chantal BAUDUIN

Cancérologie et respect de la pudeur
Valérie MICHEL

Discussion de la session de l’après-midi
Première session

Pudeur et psychiatrie, regard juridique
Jean-Philippe VAUTHIER

La pudeur verbale dans le soin
Caroline ZORN

Aphrodite contre Hippocrate
Bruno PY

Discussion de la session de l’après-midi
Deuxième session

L’ouvrage est bien évidemment accessible sur le site du comptoir des presses d’université.

Le sexe et la norme, Bruno Py et Nathalie Deffains (sous la dir.)

Les Presses Universitaires de Nancy vont voir la collection «Santé, qualité de vie, handicap» s’enrichir d’un ouvrage collectif supplémentaire : Le Sexe et la norme, sous la direction de Bruno Py et Nathalie Deffains. L’ouvrage, qui paraîtra dans quelques jours, a un but clair, rappelé par le quatrième de couverture : «“Jouissons sans entrave !” Cette formule revendique en tant que réalisation de la libération sexuelle la disparition de la norme dans le domaine du sexe. La révolution attendue a-t-elle eu lieu ? Le droit peut-il ou doit-il “réglementer ou normer la sexualité qui est diverse ? De ce point de vue, le droit de la sexualité fut longtemps le droit d’une sexualité hétérosexuelle, monogame dans le cadre institutionnel de la famille. Comment s’adapte-t-il dans une société où la sexualité de chacun procède d’une histoire singulière, sans double, écrite une fois dans l’univers et ne reproduisant jamais dans le cosmos (Michel ONFRAY, Le souci des plaisirs, Construction d’une érotique solaire, Flammarion 2008) ?
La liberté sexuelle a pu s’affirmer dès lors que s’affaiblissait le poids de la morale traditionnelle ou de la
morale sexuelle civilisée coupable selon Freud de la maladie nerveuse des temps modernes (Sigmund FREUD, La vie sexuelle, 13ème édition, PUF 1997). Ainsi, certains comportements socialement tolérés ont disparu du champ pénal (tel a été le cas de l’adultère ou encore de l’homosexualité). Pour autant, le droit n’a pas disparu de la sphère intime des relations sexuelles. L’objet de l’ouvrage est de donner un éclairage actuel et renouvelé sur les relations qu’entretiennent aujourd’hui le sexe et la norme juridique.»

Le sommaire de l’ouvrage :

Première partie – La « règlementation » du sexe : de quel droit ?

Le Sexe et le Droit : un couple sulfureux
Bruno PY

La liberté sexuelle : Quelle liberté ? Pour quel régime ?
Nathalie DEFFAINS

Deuxième partie – Le sexe dévoilé

La nudité toute nue
Julie LEONHARD

La police des publications licencieuses et pornographiques
Nelly ACH

La représentation de la sexualité au cinéma – Les critères juridiques de sa visibilité
André MOINE

Troisième partie – Le sexe sans discrimination

La liberté sexuelle des mineurs : des limites utiles et fondées ?
Jérôme BERNARD

La Cour européenne des droits de l’Homme face à l’homosexualité
Diane COISSARD

Les conséquences juridiques du traitement du transsexualisme
Céline BENOS

Quatrième partie – Questions d’éthique

Libres propos sur l’assistance sexuelle au sujet de la liberté sexuelle des personnes handicapées
Jean-Baptiste THIERRY

Le sexe sous le microscope du droit
Jean-Philippe VAUTHIER

Cinquième partie – La prostitution

La prostitution face aux libertés de circulation en droit de l’Union européenne
Katia BLAIRON

Profession : prostitué !
Bertrand MARION

Néo-féminisme et Prostitution
Ludivine STARCK

Rappelons que l’ouvrage est disponible sur le site du Comptoir des Presses d’Université. Bonne lecture!

Personnes âgées et personnes handicapées : approches de la sexualité, Revue CREAI, déc. 2010

En avril 2010, l’Institut de Gérontologie Sociale et l’Université de Provence organisaient, sous la direction du Professeur Philippe Pitaud, un colloque consacré à la sexualité des personnes âgées et des personnes handicapées.

Les actes – enrichis – de ce colloque sont parus dans un numéro spécial de la Revue du CREAI PACA, daté de décembre 2010. Ma contribution intitulée «Appréhension juridique de la sexualité : le droit a-t-il réponse à tout ?» figure en page 44 de l’ouvrage, aux côtés d’articles très intéressants signés Alain Giami, Denis Vaginay, Gérard Ribes, Marcel Nuss, etc.

Le tout est accessible pour la modique somme de 13 euros.

En bref, encore un exemple de l’intérêt de la pluridisciplinarité!

Colloque Handicap, Affectivité, Sexualité, Dignité

Le 26 novembre prochain, l’association CQFD (Ceux Qui Font les Défis) organise, en collaboration avec la Mairie de Paris, un colloque intitulé «Handicap, Affectivité, Sexualité, Dignité». Le programme du colloque, disponible également sur le site Défis de civilisation démontre, s’il en était besoin, la richesse de la problématique, déjà abordée au cours du colloque SEXHI.

J’aurai l’occasion d’intervenir sur la question de l’accompagnement sexuel en France, toujours d’actualité.

 

18e Congrès mondial de droit médical

Tous les deux ans, l’Association mondiale de droit médical organise un congrès réunissant de nombreux participants. J’avais eu l’occasion d’intervenir lorsque cette manifestation se déroulait à Toulouse, en 2006. Cette année, le 18e Congrès se déroule à Zagreb, en Croatie. Les sujets abordés sont très variés.

Nous serons deux à présenter des communications dans le cadre du projet SEXHI. M. Bruno Py interviendra sur les limites légales entre sexualité et médecine. Pour ma part, j’interviendrai sur les sujets suivants:

  • L’assistance sexuelle, nouvelle profession de santé ?
  • La santé sexuelle des personnes handicapées.

Les doctorants de notre laboratoire interviendront également. Vous trouverez ici le programme du 18e Congrès mondial de droit médical.

Les communications sont en langue anglaise, ce qui a le mérite de confronter le francophone à ses limites. On ne saurait trop insister sur la nécessité de maîtriser plusieurs langues!

Quoiqu’il en soit, ce type de manifestation démontre, s’il en était besoin, que les vacances universitaires ne sont pas nécessairement synonymes de vacances mais également que la valorisation scientifique revêt parfois des charmes touristiques.

SEXHI, un mois après : quelques mots sur l’assistance sexuelle

Le colloque Sexualité et Handicap en Institutions s’est déroulé les 24 et 25 juin dernier à la Faculté de Droit de Nancy. Il s’inscrit dans le projet éponyme mené dans le cadre de la Maison des sciences de l’Homme de Lorraine. Quelques mots sur cette manifestation, un mois après.

Comme la photo ne le montre peut-être pas, il a été un succès. Plus d’une centaine de participants ont assisté aux deux jours de colloque. Les communications se sont succédées en séances plénières et en ateliers (de deux à trois ateliers en parallèle). Le public était à l’image du projet : pluridisciplinaire. L’organisation a été à la hauteur et les retours ont été très satisfaisants. Un ouvrage doit paraître avant la fin de l’année qui permettra d’approfondir les thèmes qui ont été abordés.

Ceux-ci ont été variés et la logique a été de permettre la confrontation des points de vue.

En tant que membre du projet, je suis intervenu sur le thème de l’assistance sexuelle, en collaboration avec Bruno Py, porteur du projet. Cette intervention faisait suite à la communication de Mme Sheila Warembourg et avait pour objectif de replacer la question de l’assistance sexuelle dans une perspective juridique. La tache était délicate tant les débats sont vifs entre partisans et opposants à cette pratique.

Sans revenir en intégralité sur le contenu de cette intervention, qu’il soit tout de même permis d’en résumer rapidement les deux principaux points :

  • le régime légal de l’assistance sexuelle dépend entièrement du régime de la prostitution. En droit français, la prostitution n’est pas interdite et l’assistance sexuelle ne l’est donc pas davantage. Il en va différemment du racolage et du proxénétisme;
  • l’assistance sexuelle n’est qu’une l’une des réponses à apporter aux différents problèmes soulevés par la question de la sexualité des personnes handicapées mentales. La stérilisation, la contraception, l’interruption de grossesse sont autant de mécanismes qui concernent la sexualité et démontrent l’existence d’une discrimination négative à l’égard des personnes handicapées. Dès lors, l’attention ne doit pas être portée uniquement sur l’accompagnement érotique, mais englober d’autres facteurs déterminants, comme celui de l’accessibilité par exemple.

La difficulté d’une recherche sur l’assistance sexuelle est qu’elle se heurte à l’absence totale de contentieux. Il n’existe pas de décisions accessibles sur la condamnation (ou la relaxe) d’un assistant sexuel qui se serait livré à du racolage ou d’une personne qui aurait mis en relation une personne handicapée et un assistant sexuel. La recherche est alors purement prospective et doit intégrer plusieurs éléments:

  • la nécessité de légiférer, qui n’est pas si évidente : les personnes handicapées sont loin d’être unanimes quant à la nécessité de permettre le recours à des assistants sexuels;
  • la manière de légiférer, qui doit intégrer les développements liés à la responsabilité civile ou pénale qu’une telle pratique ne manquerait pas de créer.

Les personnes qui seraient intéressées par la parution de l’ouvrage sur la Sexualité et le Handicap en Institution peuvent se rapporter au site du projet SEXHI qui contiendra, dès que cela sera possible, toutes les précisions sur cette publication.