Archives par étiquette : présentation

Présentation de la clinique du droit de Nancy

cliniqueLes cliniques du droit sont nombreuses et variées. Plus ou moins institutionnalisées, elles constituent toutes un outil important à destination des étudiants et professionnels du droit. L’une de ces cliniques existe à Nancy, sous une forme particulière, puisqu’il s’agit d’une association étudiante qui s’est récemment créée et dotée d’un site, d’un blog, et d’un journal. J’en ai appris l’existence grâce à Mathieu Martinelle, doctorant à la Faculté, très investi dans ce projet. Cette initiative étant particulièrement intéressante, en voici une présentation par les membres de la clinique eux-mêmes, ainsi que le rapide portrait de l’un d’entre eux.

 

Quelle est l’origine de cette clinique juridique ?

En février 2015, un professeur d’économie de la Faculté de Nancy (M. Ferey) a abordé, dans le cadre d’un entretien informel, le développement croissant des cliniques juridiques en France. L’idée d’intégrer davantage de pratique dans la théorie dispensée à l’université a ainsi été soumise aux étudiants de droit et d’économie présents. Alors que cette nouvelle approche du droit ne peut que convaincre, le projet d’une Clinique de Droit nancéienne fut lancé et concrétisé par la création d’une association loi 1901 le 24 juin 2015.

Jusque fin 2015, de nombreux entretiens avec les acteurs de la vie universitaire et de la vie judiciaire se sont tenus. Ils ont permis aux membres créateurs de faire des choix quant à l’objet de la Clinique de Nancy et quant aux modalités de mise en œuvre de celui-ci.

Quelles différences avec les cliniques juridiques existantes dans d’autres universités ?

La Clinique de Droit de Nancy présente d’importantes spécificités par rapport aux autres cliniques juridiques d’autres universités françaises et étrangères.

D’abord, la Clinique de Droit de Nancy est exclusivement administrée par des étudiants. Bien entendu, les partenariats avec, notamment, la Faculté de Droit de Nancy et l’Ordre des avocats sont essentiels. Notre Clinique ne pourrait faire sans eux. Mais alors que les autres cliniques ont à leur tête, pour la plupart, un enseignant-chercheur et/ou un praticien, les étudiants sont au cœur de la structure administrative de l’association. La Clinique de Droit de Nancy est faite par les étudiants pour les étudiants.

Ensuite, la Clinique de Droit de Nancy a vocation à être généraliste et centrée sur la pratique judiciaire. Nous aimons nous présenter comme une structure permettant d’effectuer “un stage tout en restant sur les bancs de la Faculté”. Aujourd’hui, ce n’est plus l’étudiant qui va chercher un dossier et le traiter chez un maître de stage, c’est le maître de stage qui envoie son dossier aux étudiants afin qu’ils puissent le traiter. Toute l’organisation de la Clinique dépend de cette finalité choisie. La Clinique de Droit de Nancy est à ce titre composée de différents pôles de compétences, dirigés par un responsable de pôle, dont chacun a sa spécialité.

Quelles sont les activités de la clinique juridique ?

La Clinique de Droit de Nancy est encore jeune, mais les activités se développent.

La principale activité réalisée vise à apporter des analyses juridiques et circonstancielles à des questions de droit soumises par des professionnels (en l’occurrence des avocats). Ces derniers, ne disposant que trop rarement de la documentation juridique nécessaire, sollicitent la Clinique afin d’obtenir un éclaircissement sur un point précis qu’ils rencontrent dans un dossier en cours.

À ce titre, la Clinique est partenaire l’Ordre des avocats de Nancy et reçoit régulièrement des demandes envoyées par des cabinets nancéiens. En l’état, l’Ordre a désigné 10 cabinets partenaires, lesquels peuvent nous solliciter depuis maintenant plus d’un an. Nous espérons ainsi ouvrir rapidement nos services à l’ensemble des cabinets du Barreau de Nancy. Le Barreau d’Epinal est également envisagé.

Nous souhaitons enfin apporter nos compétences aux petites structures. Ces partenariats seraient en effet bénéfiques pour les deux parties.

Ensuite, la Clinique de Droit de Nancy porte à la connaissance des avocats de Nancy certaines actualités juridiques marquantes, par le biais d’un journal sous format papier, Le Clinicien, publié régulièrement. Celui-ci est également disponible sur notre site internet sous format numérique.

Dans les prochains jours, nous mettrons régulièrement en ligne, sur notre site internet, des brèves concernant l’actualité juridique. À cette occasion, le format papier du Clinicien ne disparaît pas pour autant, bien au contraire. À raison d’une fois tous les trois ou quatre mois, il récapitulera notamment les brèves les plus importantes et sera accompagné de « focus » juridiques sur un point précis qu’il nous apparaît important de développer.

Enfin, la Clinique s’est dotée d’un service “amélioration continue et développement”. En effet, elle est éligible au Projet Collectif Tuteuré (PCT) pour la deuxième année consécutive. L’activité de certains étudiants de M1 de la Clinique est ainsi valorisée dans le cadre du cursus universitaire. Ces étudiants-cliniciens ont pour tâche supplémentaire de proposer et d’établir de nouveaux projets, de nouveaux partenariats ou encore de faire évoluer la situation existante. Cette année, le thème du PCT est “la communication”. Faisant l’objet d’un mémoire final corrigé et noté par un professeur de Droit de la Faculté, celui-ci sera, une fois soutenu, mis en ligne sur le site internet afin que tous les intéressés puissent connaître les futurs projets des cliniciens.

Quelles évolutions pour la clinique juridique ?

Concernant les activités de la Clinique, il a été décidé cette année, dans le cadre du projet collectif tuteuré, de mettre l’accent sur le développement de la communication et de l’identité visuelle de notre structure. Ainsi, outre la mise en ligne du site-web (cliniquededroit-nancy.fr), un logo, un papier à lettre, des enveloppes et des cartes de visite ont été créés. De plus, des entretiens sont prévus avec les différents cabinets partenaires, afin de leur exposer en détail notre fonctionnement et répondre à leurs éventuelles questions. Notre relation avec l’Ordre des Avocats est suivie de près par Monsieur le Bâtonnier qui, nous l’espérons, nous permettra d’étendre notre partenariat à l’ensemble du Barreau de Nancy comme nous avons pu l’évoquer précédemment.

Concernant la structure de la Clinique, de nouveaux partenariats sont en cours de négociations, avec notamment l’UFC-Que Choisir et plusieurs radios locales

Enfin concernant les cliniciens eux-même, une journée annuelle de formation va être mise en place. Elle est actuellement en cours d’élaboration et permettra une présentation claire et structurée de la Clinique à tous les nouveaux membres. A cette occasion, une explication détaillée des activités et de la manière d’y procéder sera apportée.

Comment rejoindre la clinique juridique ?

Tous les ans, deux périodes de recrutement sont organisées.

D’abord, au mois de septembre, les étudiants de M1 sont informés qu’ils peuvent intégrer la Clinique et participer, s’ils le souhaitent, au projet collectif tuteuré.

Ensuite, au mois de février, les étudiants de L3 sont sollicités afin d’intégrer, à cette date déjà, la Clinique. Les intéressés peuvent alors prendre connaissance des différents projets de la Clinique et participer aux activités de celle-ci, sans attendre le début de l’année universitaire suivante. Ils auront alors une place privilégiée dès leur intégration en Master 1.

Si les recrutements se font à ces périodes, il est évidemment possible de rejoindre la clinique par simple demande sur le site-web ou en contactant le bureau exécutif.

Quel rôle pour les enseignants de la Faculté ?

Certains doctorants encadrent la Clinique – autant dans son organisation que dans les projets et les partenariats. Leur encadrement est fondamental et indispensable au bon fonctionnement de celle-ci. L’expérience et la légitimité qu’ils apportent sont des atouts indéniables pour notre structure.

Si à terme, une véritable équipe d’enseignants pourrait être constituée, le soutien des enseignants de la Faculté est, d’ores et déjà, tout à fait précieux dans le cadre des différentes activités menées par la Clinique. Au regard de son objet, aucun enseignant ne refuse de discuter des projets d’analyses (parfois complexes) proposés par les praticiens. Les échanges informels sont parfois sollicités, même si certaines obligations universitaires empêchent les enseignants de participer directement à la Clinique.

Enfin, soulignons que M. le Professeur Olivier Cachard est un acteur majeur et participe activement à la Clinique en sa qualité de tuteur du PCT “Clinique de Droit”. Il suit son évolution en rencontrant plusieurs fois par an les étudiants du projet collectif tuteuré. Son analyse est précieuse, car son œil extérieur et averti (il connaît très bien le fonctionnement de notre Clinique, des autres cliniques juridiques, de la Faculté de Droit et du monde judiciaire) est toujours bienveillant. C’est d’ailleurs sur ses bons conseils et remarques qu’il a été choisi de concentrer, cette année, le PCT, sur le thème de la communication interne et externe de la Clinique de Droit de Nancy.

clinique2

Présentation d’un clinicien : Bertrand Nau

Quel est votre parcours étudiant ?

Après un bac ES, je me suis inscrit en première année de droit. Malgré mon intérêt pour l’informatique, je n’ai pas choisi des études en relation directe avec cette matière, et le droit me semblait être la meilleure façon d’ouvrir des portes. Après avoir obtenu ma licence, j’ai intégré cette année le M1 « Droit de l’entreprise – Fiscalité et société ». En parallèle de ce cursus classique, je suis inscrit au D.U «  propriété intellectuelle ». L’an prochain, je souhaiterais intégrer le M2 « Droit de l’Entreprise Médicale, Pharmaceutique et Dentaire » et pourquoi pas, par la suite un second M2 en Propriété intellectuelle ou Droit du numérique à Strasbourg.

 

Quels sont vos domaines de prédilection ?

Mon intérêt pour les nouvelles technologies et l’informatique (tout particulièrement le développement web) sont, à mon sens, à l’origine de mon engouement pour la propriété intellectuelle (plus particulièrement la propriété industrielle). Suivre l’actualité du droit à travers l’évolution des NTIC est aussi quelque chose de très intéressant. Ainsi, alors que totalement autodidacte, j’ai appris à créer et gérer des sites internet ou encore des blogs.

 

Comment avez-vous entendu parler de la Clinique ?

Lors de mes recherches de stage pour mon second semestre de Master et l’hésitation à refaire un mémoire (devant déjà en réaliser un dans le cadre de mon D.U), j’ai été contacté par un étudiant, ami de longue date. Ce dernier m’a fait part du projet Collectif Tuteuré qui s’intégrait parfaitement dans mon parcours universitaire et mes ambitions. J’ai de suite été intéressé par le concept de la Clinique : faire un stage dans le monde judiciaire tout en restant sur les bancs de la Faculté.

 

Pourquoi avoir rejoint la Clinique ?

J’ai d’abord rejoint la clinique afin de mettre en œuvre mes connaissances théoriques juridiques acquises durant l’ensemble de mon cursus universitaire sein de notre Faculté. Le concept d’une association étudiante par les étudiants m’a séduit. Cette première approche de la pratique judiciaire est un avant-goût de  « l’après-faculté ».

 

Que vous apporte la Clinique ?

Ce projet permet de pratiquer le droit, aussi c’est un moyen d’ores et déjà de travailler en équipe. C’est donc la meilleure préparation en vue de travailler au sein d’une entreprise ou d’un cabinet d’avocats. Cet esprit d’équipe unissant les cliniciens est très enrichissant. On apprend tous beaucoup des autres (et inversement). Nous œuvrons en communauté et pour la communauté.

 

Qu’apportez-vous à la Clinique ?

Personnellement, je pense pouvoir apporter, en ma qualité d’étudiant « hybride » à la fois mon « savoir » juridique et mes compétences en développement web. Ce profil « atypique »  a permis de développer davantage encore la clinique, tout particulièrement sa communication.

Actualité du droit criminel – Textes parus au JORF et au JOUE pendant le mois de novembre 2016

L’actualité normative du droit criminel du mois de novembre_2016 a été particulièrement dense. De nombreuses incriminations ont été créées et la procédure pénale n’a pas été épargnée. Le lecteur de ces lignes pardonnera l’absence de relevé exhaustif des infractions relatives au droit des transports, remaniées par le décret no 2016-1550 du 17 novembre 2016 relatif à certaines dispositions de la partie réglementaire du code des transports. Le texte phare de ce mois de novembre est bien évidemment la loi no 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle. Les apports sont spectaculaires (suppression des juridictions de proximité, des tribunaux correctionnels pour mineurs, création de l’amende forfaitaire en matière délictuelle…) et le droit criminel est, finalement, presque épargné par cet énorme texte. Les dispositions relatives à l’état civil, à l’action de groupe, au divorce, etc. ne sont pas abordées dans cette présentation, qui ne concerne que la matière pénale.

Le droit de l’Union européenne n’a pas apporté de modifications majeures, si l’on excepte la directive relative à l’aide juridictionnelle.

Sont mentionnés les textes suivants (JORF) :

  • Décret no 2016-1472 du 28 octobre 2016 relatif aux retenues sur la part disponible du compte nominatif des personnes détenues et versements au profit du Trésor des sommes trouvées en possession irrégulière des personnes détenues ;
  • Arrêté du 7 novembre 2016 modifiant l’arrêté du 2 septembre 2011 relatif à l’exécution des translations et extractions requises par les autorités judiciaires;
  • Décret no2016-1521 du 10 novembre 2016 relatif à la circulation des véhicules agricoles ou forestiers, des dépanneuses et des véhicules d’intérêt général prioritaires de lutte contre l’incendie ;
  • Décret no 2016-1523 du 10 novembre 2016 relatif à la lutte contre le financement du terrorisme;
  • Loi no2016-1524 du 14 novembre 2016 visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias ;
  • Arrêté du 10 novembre 2016 fixant le montant de la contribution des assurés au Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions;
  • Loi no2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIe siècle ;
  • Ordonnance no 2016-1360 du 13 octobre 2016 modifiant la partie législative du code des juridictions financières;
  • Décret no 2016-1550 du 17 novembre 2016 relatif à certaines dispositions de la partie réglementaire du code des transports;
  • Décret no 2016-1552 du 18 novembre 2016 relatif aux congés autres que les congés payés;
  • Arrêté du 14 novembre 2016 pris en application des articles R. 213-1 et R. 213-2 du code de procédure pénale fixant la tarification applicable aux réquisitions des opérateurs de communications électroniques ;
  • Ordonnance no 2016-1575 du 24 novembre 2016 portant réforme du dispositif de gel des avoirs;
  • Décret no 2016-1590 du 24 novembre 2016 modifiant le code de la santé publique et relatif aux déchets assimilés à des déchets d’activités de soins à risques infectieux et aux appareils de prétraitement par désinfection;
  • Décret no 2016-1609 du 25 novembre 2016 modifiant l’article D. 76 du code de procédure pénale.

Sont mentionnés les textes suivants (JOUE) :

  • Directive (UE) 2016/1919 du Parlement européen et du Conseil du 26 octobre 2016 concernant l’aide juridictionnelle pour les suspects et les personnes poursuivies dans le cadre des procédures pénales et pour les personnes dont la remise est demandée dans le cadre des procédures relatives au mandat d’arrêt européen ;
  • Décision d’exécution (UE) 2016/2047 du Conseil du 18 novembre 2016 concernant le lancement de l’échange automatisé de données pour ce qui est des données ADN au Danemark;
  • Décision d’exécution (UE) 2016-2048 du Conseil du 18 novembre 2016 concernant le lancement de l’échange automatisé de données pour ce qui est des données dactyloscopiques au Danemark.

Bonne lecture!

Actualité du droit criminel – Textes parus aux JO pendant le mois de juin 2016

Dans la continuité de l’actualité du droit criminel du mois de mai 2016, voici l’actualité du droit criminel du mois de juin_2016. La loi du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale n’est pas présentée ici : l’importance du texte a justifié qu’une présentation entière lui soit consacrée.

Une nouveauté : cette actualité du droit criminel intègre désormais le Journal officiel de l’Union européenne car, comme me l’a fait remarquer une lectrice – qu’elle en soit ici remercié! – le droit de l’Union d’aujourd’hui étant souvent le droit français de demain.

Sont donc mentionnés, par ordre de publication dans le journal officiel concerné, les textes suivants:

S’agissant du Journal officiel de la République française :

  • Décret no 2016-763 du 9 juin 2016 relatif à la mise sur le marché des bateaux et navires de plaisance, des véhicules nautiques à moteur, de leurs moteurs de propulsion et éléments ou pièces d’équipement;
  • Décret no 2016-761 du 8 juin 2016 relatif à l’enquête nautique;
  • Arrêté du 7 juin 2016 portant application des articles L. 562-2 et suivants, et L. 714-1 du code monétaire et financier ;
  • Arrêté du 6 juin 2016 portant application des articles L. 562-2 et suivants et L. 714-1 et suivants du code monétaire et financier;
  • Arrêté du 9 juin 2016 portant création de traitements de données à caractère personnel relatifs à la vidéoprotection de cellules de détention;
  • Décret no 2016-774 du 10 juin 2016 fixant le seuil de gain prévu au second alinéa de l’article L. 561-13 du code monétaire et financier;
  • Arrêté du 10 juin 2016 portant application des articles L. 562-2 et suivants et L. 714-1 et suivants du code monétaire et financier;
  • Décret no 2016-788 du 14 juin 2016 portant publication de l’accord sous forme d’échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement des États-Unis d’Amérique relatif au renforcement de la coopération en matière d’enquêtes judiciaires en vue de prévenir et de lutter contre la criminalité grave et le terrorisme (ensemble une annexe), signées à Paris le 3 mai 2012 et à Washington le 11 mai 2012;
  • Ordonnance no 2016-800 du 16 juin 2016 relative aux recherches impliquant la personne humaine;
  • Loi no 2016-816 du 20 juin 2016 pour l’économie bleue;
  • Loi no 2016-819 du 21 juin 2016 réformant le système de répression des abus de marché;
  • Loi no2016-832 du 24 juin 2016 visant à lutter contre la discrimination à raison de la précarité sociale ;
  • Décret no 2016-843 du 24 juin 2016 relatif aux manifestations publiques de sports de combat;
  • Décret no 2016-839 du 24 juin 2016 relatif aux conditions et modalités d’exercice des biologistes médicaux et portant création de la Commission nationale de biologie médicale;
  • Décret no 2016-846 du 28 juin 2016 relatif à la modification, à l’arrêt définitif et au démantèlement des installations nucléaires de base ainsi qu’à la sous-traitance;
  • Décret no 2016-847 du 28 juin 2016 relatif aux zones à circulation restreinte ;
  • Décret no 2016-858 du 29 juin 2016 relatif aux certificats qualité de l’air;
  • Décret no 2016-859 du 29 juin 2016 relatif aux procédures d’approbation, de mise à disposition sur le marché ainsi que de déclaration des produits et des substances actives biocides;
  • Décret no 2016-867 du 29 juin 2016 portant application des articles 230-40 à 230-42 du code de procédure pénale;
  • Décret no 2016-884 du 29 juin 2016 relatif à la partie réglementaire du code de la consommation.

S’agissant du Journal officiel de l’Union européenne :

  • Décision (UE) 2016/920 du Conseil du 20 mai 2016 concernant la signature, au nom de l’Union européenne, d’un accord entre les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne sur la protection des informations à caractère personnel traitées à des fins de prévention et de détection des infractions pénales, d’enquêtes et de poursuites en la matière;
  • Directive (UE) 2016/943 du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2016 sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites;
  • Règlement Délégué (UE) 2016/957 DE LA COMMISSION du 9 mars 2016 complétant le règlement (UE) no596/2014 du Parlement européen et du Conseil par des normes techniques de réglementation concernant les mesures, systèmes et procédures adéquats et les modèles de notification à utiliser pour prévenir, détecter et déclarer les pratiques abusives ou les ordres ou transactions suspects.

Bonne lecture!

Présentation de la loi du 3 juin 2016

Images (ironiques ?) de justice.gouv.fr

Images (ironiques ?) de justice.gouv.fr

Il y a peu était inaugurée sur ce site une nouvelle rubrique sur l’actualité normative du droit criminel. Depuis, le monstre tentaculaire la loi no 2016-731 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale a été publiée au Journal officiel. L’importance du texte est telle qu’il était difficile d’attendre le mois de juillet pour la présenter: il modifie le droit pénal général, le droit pénal spécial, la procédure pénale, le droit de la peine, le droit pénitentiaire… Le texte qui suit n’est en aucun cas un commentaire de la loi, mais une présentation ordonnée des modifications apportées, avec quelques éclairages contextuels ou personnels. Il est donc par nature incomplet mais constitue un outil que l’on espère pertinent pour la compréhension, l’analyse et l’application de cette loi.

Les textes consolidés sont disponibles sur legifrance, depuis hier. Dans la mesure du possible, des liens vers les différentes dispositions ont été établis. On pardonnera par avance le plan « fouillis » adopté dans cette présentation, mais il est parfois inutile de chercher une logique où il n’y en a pas. En espérant que cette présentation soit utile au plus grand nombre, étudiants, enseignants-chercheurs, avocats, magistrats, greffiers… Bonne lecture!

The Law & Harry Potter

 Déjà signalé au sujet du courant Literature and Law, voici enfin une note de lecture de l’ouvrage collectif dirigé par Jeffrey E. Thomas et Franklin G. Snyder, The Law and Harry Potter, Carolina Academic Press, 2010.

L’aspect anecdotique de l’ouvrage est très rapidement contrebalancé par la consultation de la table des matières, qui mêle histoire du droit, droit public, droit privé, droit pénal, mais également des analyses économiques, de droit bancaire, enseignement du droit, accessibilité du droit, etc.

 Voyez plutôt :

 

Part I – Legal Traditions and Institutions
  •  What Role Need Law Play in a Society with Magic ? John Gava, Jeannie Marie Paterson ;
  • Bots and Gemots : Anglo-Saxon Legal References in Harry Potter, Susan P. Liemer ;
  • Harry Potter and the Half-Crazed Bureaucracy, Benjamin H. Barton ;
  • Moral Choice, Wizardry, Law and Liberty : A Classical Liberal Reading of the Role of Law in the Harry Potter Series, Andrew P. Morriss ;
Part II – Crimes and Punishments
  •  Harry Potter and the Unforgivable Curses, Aaron Schwabach ;
  • Sirius Black : A Case Study in Actual Innocence, Geoffrey Christopher Rapp ;
  • The Persecution of Tom Riddle : A Study in Human Rights Law, Geoffrey R. Watson ;
  • Punishment in the Harry Potter Novels, Joel Fishman.

 

Part III – Harry Potter and Identity
  •  Hogwarts, the Family, and the State : Forging Identity and Virtue in Harry Potter, Danaya C. Wright ;
  • Harry Potter and the Development of Moral Judgment in Children, Wendy N. Law, Anna K. Teller ;
  • Harry Potter and the Curse of Difference, Benjamin Loffredo ;
  • When Harry Met Martin : Imagination, Imagery and the Color Line, Benjamin G. Davis ;
  • Harry Potter and the Image of God : How House-Elves Can Help Us to Understand the Dignity of the Person, Alison McMorran Sulentic ;
Part IV – The Wizard Economy
  •  Economic Growth in the Potterian Economy, Avichai Snir, Daniel Levy ;
  • The Magic of Money and Banking, Eric J. Gouvin ;
  • Gringotts : The Role of Banks in Harry Potter’s Wizarding World, Heidi Mandanis Schooner ;
Part V – Harry Potter as an Archetype
  •  Harry Potter goes to Law School, Lenora Ledwon ;
  • Which Spell : Learning to Think Like a Wizard, Mary Beth Beazley ;
  • Harry Potter as Client in a Lawsuit : Utilizing the Archetypal Hero’s Journey as Part of Case Strategy, Ruth Anne Robbins ;
  • Who Wants to Be a Muggle ? The Diminished Legitimacy of Law as Magic, Mark Edwin Burge ;
  • Agents of the Good, Servants of Evil : Harry Potter and the Law of Agency, Daniel S. Kleinberger ;
  • Professor Dumbledore’s Wisdom and Advice, Darby Dickerson.

 

Les contributions, qui s’ajoutent à une liste déjà impressionante de publications relatives à Harry Potter,  mêlent le sérieux et l’humour, y compris dans la présentation finale des contributeurs (« All remainings errors are Neville Longbottom’s») et l’ouvrage présente un immense intérêt pour le juriste français : apprendre beaucoup du droit de la Common Law, du système universitaire américain, tout en s’amusant. Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les aventures d’Harry Potter pour comprendre les analyses, même si cela constitue un avantage indéniable. Il constitue également un outil de vulgarisation intéressant, offrant une porte d’entrée vers le droit grâce aux analyses qui y sont menées.

La lecture offre quelques moments savoureux. Geoffrey R. Watson défend ainsi ardemment Lord Voldemort dans «The Persecution of Tom Riddle : A Study in Human Rights Law » (p. 103), ne reculant devant aucun argument, mais démontrant, s’il en était besoin, que le droit à l’assistance d’un avocat doit bénéficier à tous les délinquants. Ron, Hermione et Harry sont ainsi mis en cause pour avoir mis en place une organisation paramilitaire scolaire, tandis que les compétences d’Albus Dumbledore sont contestées car, après tout, il recrute des loups-garous comme enseignants. L’auteur se livre à un examen minutieux des différentes conventions internationales qui ont été violées par Harry Potter et ses compagnons : il est ainsi reproché à Neville Longbottom d’avoir tué un animal domestique (le serpent de Voldemort) alors qu’il n’est pas vétérinaire, violant l’article 11 de la Convention européenne pour la protection des animaux domestiques du 13 novembre 1987. Au-delà de l’habileté de l’exercice (et d’une mauvaise foi à toute épreuve), la liste des conventions internationales laisse apparaître un certain amusement, sous lequel pointe un agacement compréhensible face à certains droits considérés comme fondamentaux.

L’analyse menée par Mark Edwin Burge (« Who Wants to Be a Muggle ? The Diminished Legitimacy of Law as Magic», p. 333) est également à mettre en avant pour sa reconstitution de dialogues où les personnages de Harry Potter sont transformés en juristes afin de démontrer le parallèle entre les termes magiques et les incantations juridiques :

« Res judicata! » shouted Malfoy, shooting a blast of sparks towards Harry’s Amended Complaint. But Harry responded almost instinctively. « Waiver! » he cried, deflecting Malfoy’s spell harmlessly to the floor of the courtroom. […] « We’re doomed, » said Ron, as Harry glumly looked on. « We have absolutely no direct evidence of causation. » Hermione simply glared at them. « Oh, honestly ! Am I the only person to have read Torts : A History ? ». She deftly flicked her wand. « Res ispa loquitur, » she said, and the causation gap in the summary judgment response appeared to mend itself (p. 336).

Les analyses menées montrent, s’il en était besoin, que le monde de Harry Potter est peu concerné par le droit. L’objet des premières contributions consiste alors à identifier les traces de droit, d’une part, et à analyser les raisons de son faible développement, d’autre part. Le droit des obligations est ainsi peu développé en raison de plusieurs facteurs : l’auto-exécution forcée de nombreux contrats magiques, l’acceptation du risque plus élevée dans le monde de la magie (même si la question de la validité de l’acceptation d’un risque par un mineur est judicieusement soulevée en page 8). Finalement, l’explication du faible rôle du droit tient en un simple aphorisme : « Without lawyers, there can be no rule of law » (A. Schwabach, « Harry Potter and the Unforgivable Curses », p. 67, spéc. p. 89).

Si le droit est peu présent dans les ouvrages de J. K. Rowling, cela n’empêche pas pour autant de faire une analyse juridique des thèmes abordés. Il ne s’agit pas de dresser une liste exhaustive des thèmes abordés, mais bien de montrer leur richesse qui permet de conforter l’intérêt du courant Littérature et Droit :

  • le problème de la condamnation des innocents est ainsi soulevé grâce au cas Sirius Black (p. 91) : Geoffrey Christopher Rapp parvient ainsi à démontrer que la saga Harry Potter permet d’expliquer les mécanismes de l’erreur judiciaire ;
  • la réflexion menée autour du pouvoir de punir dans le monde des sorciers (p. 119) ;
  • la détermination de la personnalité des êtres peuplant le monde de Harry Potter (p. 189) ;
  • l’analyse économique du monde «potterien» (p. 211) : on appréciera à sa juste valeur les développements démontrant qu’un système éducatif ne doit pas être uniquement pratique ou professionnalisant, car la théorie et l’enseignement des humanités permettent de développer le sens de l’initiative des étudiants.

Du point de vue de l’Université, l’ouvrage permet également de comparer utilement les méthodes d’enseignement du droit, la manière dont on devient juriste ou magicien (les deux mondes n’étant finalement pas si éloignés) et dont on utilisera le pouvoir obtenu (car la magie, tout autant que la maîtrise du droit, confère un pouvoir indéniable).

Aborder le droit par le biais de Harry Potter peut permettre de montrer la richesse de la matière sous un angle plus accrocheur que la théorie des sources. Il ne faut donc pas s’en priver et plonger joyeusement dans la saga, littéraire ou cinématographique.

Le droit est une affaire de spécialistes

C’est du moins ce que l’on prétend habituellement. Mais le droit se spécialise également de plus en plus, tant et si bien que les enseignants-chercheurs ne sont plus divisés uniquement en « privatistes » et « publicistes » : à l’intérieur de chaque grande discipline, les juristes deviennent spécialistes de droit des affaires, des sûretés, des contrats, de procédure pénale, de droit pénal, etc.

Ce phénomène s’explique en grande partie par la spécialisation des lois régissant chaque nouveau domaine. A la spécialisation du droit répond donc une spécialisation des spécialistes du droit, parmi lesquels figurent bien évidemment les juges.

L’Université Toulouse 1 Capitole organise les 22 et 23 novembre prochains un colloque sur La spécialisation des juges, sous la direction scientifique de Catherine Ginestet. Le contenu est particulièrement alléchant et répond à des préoccupations importantes. Rappelons, par exemple, qu’il a pu être reproché aux juges de ne pas avoir suffisamment d’expérience du « terrain ». Le colloque n’est bien évidemment pas réductible à cette seule question, comme en témoigne le programme et la présentation scientifique disponible sur le site :

« La réforme de la carte judiciaire amorcée en 2008 devait inciter à une réflexion globale, non seulement sur l’organisation judiciaire, mais aussi sur la façon dont un contentieux est attribué à un juge ou à une juridiction. Perçue comme l’un des moyens de mettre en œuvre une justice efficace et de qualité, la spécialisation des juges, fait pourtant débat. Elle agite la doctrine, impose aux juges un très haut niveau de compétence et n’est pas sans influence sur les auxiliaires de justice.

Les raisons qui justifient une spécialisation accrue ne manquent pourtant pas : la technicité, la complexité d’un contentieux notamment ou encore la rareté de certains d’entre eux, sont les plus classiques. Aussi, pour répondre à l’objectif d’une meilleure justice, plusieurs moyens sont utilisés. Il peut s’agir a minima de répartir les fonctions au sein d’une juridiction de droit commun, en créant des chambres spécialisées et des juges uniques aux fonctions particulières, de sorte que la spécialisation n’est pas l’apanage des juridictions d’exception, dites plus volontiers aujourd’hui, juridictions spécialisées. Par ailleurs, l’attribution d’une compétence matérielle précise peut aussi s’accompagner d’une extension de compétence territoriale, permettant le regroupement des contentieux au travers de pôles spécialisés. S’ils garantissent une excellente connaissance des questions à traiter, c’est au prix d’un éloignement du justiciable et de son juge, que ne comblera sans doute pas le développement de la dématérialisation des procédures, et peut-être d’une certaine normalisation des solutions jurisprudentielles. Aux regroupements régionaux existants en matière pénale, dont les critères de répartition des contentieux sont discutables, s’ajoutent désormais les pôles spécialisés en matière de propriété intellectuelle et de concurrence. Le mouvement pourrait bien s’étendre à d’autres litiges.

Au-delà d’une compétence juridique spécifique acquise par une formation appropriée, la spécialisation des juges implique celle des assistants spécialisés et des auxiliaires de justice, d’autant plus nécessaire que la spécialisation va souvent de pair avec le caractère dérogatoire des procédures. A l’opposé enfin, la spécialisation des juges pourrait favoriser le recours, dans certains domaines, à des techniques de substitution, à savoir les modes de règlements alternatifs des conflits. La déjudiciarisation progresse en effet en parallèle de la spécialisation. 

Ces journées ont pour ambition de mieux comprendre les enjeux de la spécialisation des juges, de mesurer ses avantages et ses inconvénients, et de contribuer au débat à défaut de le clore« .

Merci à Guillaume Beaussonie pour m’avoir communiqué l’annonce de ce colloque!

Ouverture du carnet de recherches

Bienvenue sur Sine lege, un site hébergé par Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.

Ce carnet de recherches vise à faire connaître mes activités de recherche, mais également à réagir sur l’actualité scientifique et juridique. Les blogs de juristes ne sont pas si fréquents. Ceux d’universitaires sont rarissimes. Les principaux figurent dans la blogoliste de la colonne de droite.

Vous pouvez également avoir accès à mon espace Netvibes, qui recense l’essentiel de l’actualité juridique.