Archives par étiquette : recherche documentaire

Bibliographies : à propos d’une nouvelle page sinelege

Une page consacrée à la QPC en matière pénale, une autre au CV, une sur les romans et témoignages sur les prisons, une page Ressources (qui n’est plus trop à jour) : le bandeau de navigation de ce site devient chargé. Il s’est d’ailleurs enrichi d’une rubrique supplémentaire : « Bibliographies doctrinales ». Titre mensonger, une seule bibliographie étant pour le moment accessible : celle d’Alain Prothais.

A tower of used books - 8446

Quelques explications sur cette nouvelle page. Elle s’inscrit dans une démarche plus globale, qui ne pourra malheureusement pas être généralisée sur ce site, de traitement des sources doctrinales. Dans le cadre d’un article à paraître prochainement, j’ai été amené à m’intéresser aux travaux du Pr. Alain Prothais, pénaliste qui s’est beaucoup intéressé au droit médical. Il est rapidement apparu intéressant de constituer sa bibliographie, que j’espère la plus exhaustive possible. Ce besoin est apparu suite à un constat simple : les bibliographies des différents auteurs sont difficilement accessibles. Lorsque, par chance, des Mélanges ont été consacrés au dit auteur, il est possible de se reporter, en début d’ouvrage, à la liste de ses publications. Mais ceci n’est pas systématique. Les Mélanges peuvent ne comporter aucune mention des publications éparses de l’auteur. Que l’on songe par exemple aux Mélanges consacrés au Pr. André VITU : nulle mention de ses publications, pourtant nombreuses. En outre, les auteurs ne s’arrêtent pas d’écrire lorsque des Mélanges leur sont consacrés, de sorte que la liste des publications n’est qu’indicative. Quand bien même ces bibliographies sont accessibles, elles ne font l’objet d’aucun traitement particulier : nul classement par thèmes, par mots-clés, nul abstract, difficulté de l’exploitation des données, etc.

La jurisprudence fait aujourd’hui l’objet d’un traitement particulier : possibilité de recherche en texte intégral, par mots-clés, en fonction du titrage ou du résumé… Rien de tel pour les sources doctrinales. Quelques exceptions existent : chaque éditeur offre la possibilité de recherche les articles d’un auteur selon différents critères ; on pense également au fameux Doctrinal, qui permet de procéder à des recherches très fines, en fonction de différents critères. Mais aucun de ces outils ne permet aujourd’hui de savoir ce qui a été publié avant l’informatisation des publications, ni de savoir ce qui a été publié chez un autre éditeur, dans des Mélanges, des ouvrages collectifs, etc. L’idée, assez simple en vérité, consiste alors à constituer des bibliographies exhaustives d’auteurs, qui pourront être par la suite enrichies de résumés, de mots-clés, voire des articles numérisés (en respect des règles du droit d’auteur), permettant une recherche efficace. La page de ce site a donc une durée de vie limitée, car une base de données pourrait être constituée. Il est d’ores et déjà possible d’utiliser Zotero à cette fin, mais l’utilisation d’un outil de gestion bibliographique est également envisageable.

Ce travail ciblerait, dans un premier temps, les grands auteurs aujourd’hui décédés pour éviter de froisser les susceptibilités car ce sont leurs publications qui sont les plus difficiles à trouver. S’agit-il d’un travail de recherche ? Difficile à dire : indéniablement utile aux chercheurs, ce travail relève sans doute davantage de l’ingénierie de la recherche. Il n’en est pas moins utile et il faut espérer qu’il pourra prospérer et constituer un outil important pour les recherches à venir.

image

Constituer une bibliographie peut être une tâche bien compliquée (via cielmondoctorat)

La gestion de la documentation juridique : St. Cottin

L’appréhension est légitime lorsqu’on est amené à lire un ouvrage rédigé par un «non-juriste» dans lequel il est question de droit. L’ouvrage de M. Stéphane Cottin en fait partie et ce que mû par la nécessité de préparer un cours d’informatique documentaire juridique que je me suis plongé dans son ouvrage La gestion de la documentation juridique, qui vient de paraître chez Lextenso éditions, dans la collection Systèmes Droit. Une autre note de lecture traite, avec l’oeil du documentaliste, du livre de M. Cottin.

Et pourtant : le seul regret à l’issue de la lecture est que ce livre ne fût pas plus long! Les charmes de l’interdisciplinarité ne sont plus à vanter et le juriste ne peut que trouver un intérêt dans la présentation des bibliothèques juridiques (p.17) ou dans la bibliographie sur l’enseignement de la documentation juridique (p.24 et s.). L’ouvrage fourmille de statistiques utiles, notamment en ce qui concerne l’analyse quantitative de l’offre des données juridiques (p.34 et s.). Au-delà de la documentation juridique, bien évidemment au coeur du propos, Stéphane Cottin montre les enjeux de cette documentation, sur la validité des normes notamment (v. p.90-93 sur la validité des publications électroniques; v. également p. 35-36 sur l’abrogation; v. également p. 96 au sujet de l’efficacité économique du droit).

L’aspect technique, qui peut en rebuter certains, est un réel atout : les présentations sont toujours claires, ordonnées, précises et, ce qui est logique mais appréciable, enrichies d’une bibliographie conséquente. Surtout, Stéphane Cottin, aussi attaché qu’il soit au développement de la numérisation des données juridiques, insiste à plusieurs reprises sur l’importance du papier, démontrant, s’il en était besoin, que la recherche ne peut s’effectuer utilement en texte intégral. Les exemples étrangers sont utilisés à bon escient, habilement et intelligemment (v. par ex. p.93 et 94).

Tout est envisagé : du blog aux bases de données, du podcast à l’utilisation (indispensable?) de Zotero. L’ouvrage est à recommander à toute personne qui utilise la documentation juridique électronique : il offre plusieurs degrés de lecture, ouvrant des perspectives insoupçonnées au néophyte. Une proposition de modèle de citation des articles et ouvrages est également faite (que l’auteur ne suit pas toujours dans ses notes de bas de page), ce qui constituera évidemment un outil précieux pour tous ceux qui ont à établir une bibliographie ou à effectuer un travail de recherche (la citation de l’URL, recommandée par l’auteur, n’est toutefois pas toujours souhaitable, ou alors sous une forme abrégée, en raison de son manque de lisibilité). Les perspectives offertes concernent également l’évolution du livre et le développement des livres électroniques : les hyperliens peuvent être intelligemment utilisés comme manière d’aller plus loin, d’intégrer des références enrichissant le corps du texte, etc.

Bien évidemment, l’enseignant-chercheur sera déçu de quelques développements succincts sur la doctrine juridique ou de la jurisprudence (p.10), laquelle n’est pas réductible aux décisions de la Cour de cassation ou du Conseil d’État. La lecture est parfois rendue malaisée par la citation de longues URL, que jamais le lecteur n’utilisera telles quelles. Mais ces désagréments sont bien véniels au regard de l’intérêt du livre.

La gestion de la documentation juridique est bien plus qu’une synthèse des bases et outils disponibles. Il s’agit, chose surprenante, d’un ouvrage qui permet de réfléchir d’une autre manière sur le droit, en s’interrogeant sur ses modes de diffusion.

Rapide compte-rendu des premières rencontres Droit et Soins

Les 19 et 20 novembre derniers, la Faculté de Droit de Nancy, en collaboration avec le Centre Psychothérapique de Laxou, organisait les premières rencontres Droit et Soins, sur le thème «Le professionnel de santé face à la violence». Le succès de la manifestation –quantitatif (voir la photo ci-contre) et qualitatif (voir le programme de la manifestation) – a confirmé l’envie des organisateurs de renouveler l’expérience.

Les communications ont été l’occasion de croiser les points de vue sur la question de la dangerosité, de la protection des professionnels de santé, de la protection des personnes hospitalisées sans leur consentement.

Cette manifestation a également été une riche occasion de rencontres. Le Québec était dignement représenté grâce à M. Michel Plante, venu présenter son expérience personnelle de la pacification de crise.

Mme Anne-Marie Savard a quant à elle traité de la question des contentions en droit canadien.

de gauche à droite : Bruno Py, Claude Finkelstein, Jean-Pascal Pareja, Anne-Marie Savard, Gilles Devers

Outre la table ronde consacrée aux contentions, deux autres tables-rondes ont eu lieu. La première consacrée à l’injonction de soins,

De gauche à droite : Paolo Di Patrizio, Jean-Baptiste Thierry, Francis Boquel, Arnaud Colas

la seconde consacrée au mineur et à la violence.

Benoît Berthelemy, Jacky Merkling, Bernard Kabuth, Eric Bocciarelli-Ancel, Catherine Lafranchi

Des tableaux, aimablement prêtés par l’atelier de création Delta, étaient exposés près du lieu de la manifestation.

Comme toujours, le succès de la manifestation doit autant aux intervenants qu’aux personnes ayant contribué à son organisation matérielle et scientifique.

La publication des actes du colloque durant le premier semestre 2011 devrait confirmer l’intérêt de ces journées.

Un moteur de recherche pour les Mélanges – II

Un précédent billet décrivait les outils disponibles pour effectuer des recherches dans les tables des Mélanges. Un site a été mis de côté qui vient compléter l’offre déjà disponible : le Centre européen de droit et d’économie met à disposition les tables des matières de plusieurs Mélanges. Il suffit de suivre ce lien.

Point route Netvibes & Sine lege

Photo par alex de carvalho

L’outil Netvibes « Nouvelles juridiques » mis en ligne il y a quelques mois évolue. Cette page unique, composée de 16 onglets, recense aujourd’hui pas moins de 107 sites ou parties de sites, grâce à l’indexation des flux RSS. Toute l’actualité est ainsi aisément disponible et consultable (excepté les articles de revues à accès restreint, même si les « unes » des revues sont disponibles).

Le site est visité une minuscule centaine de fois par semaine, presque 1000 fois depuis sa création, ce qui n’est pas négligeable mais pas tout à fait satisfaisant. Cet outil étant à la disposition de ceux qui l’utilisent, les demandes d’ajouts et autres suggestions sont évidemment les bienvenues.

En ce qui concerne ce carnet de recherches, mis en ligne en juillet dernier, environ 440 visites de 160 visiteurs différents : pas si mal pour un début.

Les outils du chercheur

Il y a peu était publié un billet sur les outils informatiques utiles dans le cadre d’une thèse. La liste fournie était intéressante mais les outils utilisés n’étaient pas tous libres, ce qui peut en gêner certains, dont je suis (une multitude de sites traitent des logiciels libres : Framasoft est l’un des plus didactiques). Sur le plan juridique, les logiciels libres soulèvent certes plusieurs interrogations, qu’ils soient relatifs à validité de la licence ou à la vente liée, par exemple.

Qu’il soit donc permis d’en lister quelques-uns, utiles au chercheur, en les accompagnant d’explications sur la pertinence de leur utilisation dans le domaine juridique:

  • le système d’exploitation! S’il ne s’agit pas d’un logiciel à proprement parler, c’est évidemment l’outil élémentaire. Et puisqu’il sera question de logiciels libres, c’est évidemment principalement d’une distribution linux dont il s’agira. Debian, Ubuntu, Mandriva, etc : elles ne manquent pas. À chacun la sienne. Et non, Linux n’est pas plus compliqué que MacOS ou Windows. J’utilise pour le moment Ubuntu, après avoir fait mes premiers pas sous Mandriva, puis Debian. Les logiciels qui suivent fonctionnent parfaitement sous MacOS ou Windows.
  • Le traitement de texte ensuite. L’excellent Openoffice est évidemment incontournable. Il s’agit d’une suite logicielle, intégrant un traitement de texte, une base de données, un tableur et également un logiciel de diaporamas, de plus en plus prisés. L’honnêteté oblige à préciser que les éditeurs juridiques ne l’utilisent pas : dès lors, et même si Openoffice gère le format propriétaire .doc, il peut y avoir quelques surprises de mise en page.  Ils ne fournissent pas davantage une feuille de style toute prête, qui faciliterait pourtant grandement le travail… LaTeX mérite également une place ici : il ne s’agit certes pas d’un traitement de texte, mais d’un outil bien plus puissant et au rendu incomparable. Il nécessite toutefois un apprentissage poussé et est largement négligé dans le domaine du droit.
  • Le navigateur internet : vu le nombre de ressources accessibles en ligne, il est bien évidemment incontournable. Firefox est devenu l’un des leaders et est d’une facilité d’utilisation et de configuration difficilement égalée.
  • Zotero : un outil bibliographique particulièrement adapté au web. Il permet de créer des bibliographies automatisées, de capturer, archiver, classer des documents de manière automatique. Malheureusement, la plupart des sites juridiques en ligne négligent cet outil et l’indexation doit alors se faire manuellement.
  • Un agrégateur de flux : même s’il existe des outils recensant les principales publications juridiques accessibles en ligne, on peut préférer y accéder depuis son ordinateur : la liste est longue et chacun y trouvera son bonheur.
  • Les amateurs de mindmapping ne sont pas négligés : il peut en effet être intéressant de pouvoir organiser ses idées clairement.

Cette liste n’est pas limitative. On peut envisager de nombreuses utilisations : travailler à plusieurs avec egroupware, utiliser l’ENT de son université (qui est le plus souvent basé sur un logiciel libre), etc.

D’une manière générale, on notera que l’informatique est largement sous-utilisée et mal connue dans nos universités. Tout le monde pense savoir utiliser « son » word, mais la fin de rédaction d’une thèse montre que ce n’est que trop rare. Tout le monde pense savoir utiliser « internet », mais là encore les surprises sont nombreuses. Les logiciels libres sont également méconnus : comme ils ne sont pas pré-installés, livrés avec l’ordinateur, ils ont une mauvaise réputation imméritée. Pour aller plus loin, on peut même se demander s’il n’existe pas un paradoxe entre la démarche de l’enseignant-chercheur et la non-utilisation de ressources libres. «Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends», cette citation attribuée à Benjamin Franklin est transposable à l’informatique et à l’utilisation de ressources libres. «Tu me donnes un logiciel, je crois savoir l’utiliser. Tu me montres comment m’en servir, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends».

Un moteur de recherche pour les Mélanges

Les Mélanges sont une source importante de savoir et sont particulièrement prisés des chercheurs en Droit. Confronté à la multiplication des revues quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles, trimestrielles, annuelles, le chercheur est bien souvent démuni dans sa quête perpétuelle de l’actualité.

Heureusement, des outils existent qui permettent de se tenir informé aisément. Malgré tout, l’impression demeure d’une information souvent superficielle, voire incomplète du fait

  1. de la nécessité d’écrire dans l’urgence, pour réagir rapidement à une décision, un texte;
  2. de l’obligation de respecter les contraintes éditoriales, plus ou moins drastiques.

Dès lors, il est courant d’entendre dire que l’on ne pense plus que dans les Mélanges. Leur faible nombre − même si cette assertion doit être nuancée car, en tant que nouvel espace de publication, les Mélanges se multiplient également −, la réputation des auteurs et l’attention portée par les collègues à ces écrits en font des objets d’études privilégiés.

Inconvénient majeur : l’absence de référencement systématique. Plusieurs méthodes sont alors envisageables :

  1. l’exploration systématique et au petit bonheur la chance des tables des matières;
  2. l’utilisation d’outils mis à disposition par des âmes charitables.

A ce titre, il faut bien évidemment mentionner l’ouvrage de Xavier Dupré de Boulois, Bibliographie des Mélanges, aux éditions La Mémoire du Droit, paru en 2001. Malheureusement, le prix de l’ouvrage est prohibitif pour les particuliers(certains sites vont jusqu’à 275 euros, ce qui n’est après tout que la juste rétribution d’un travail colossal : vive les bibliothèques, donc!) et de nombreux Mélanges sont parus depuis 2001.

On ne peut davantage passer sous silence l’initiative de Stéphane Darmaisin qui met en accès libre les tables de nombreux Mélanges. Mais là encore, la tâche est titanesque et on ne peut accéder à l’intégralité.

Enfin, le site de la bibliothèque de Paris 2 offre un outil de recherche dans les Mélanges,  par titre, auteur ou sujet.

Ces outils sont précieux. Ils ne sont certes pas isolés, mais méritent d’être connus.

Quand les chercheurs discutent avec les professionnels de la recherche

Dans le cadre d’une formation organisée par MEDIAL, j’ai eu l’occasion d’intervenir avec deux collègues publicistes auprès des personnels de la bibliothèque universitaire de Droit, Sciences économiques et Gestion.

Cette formation poursuivait plusieurs objectifs:

  • Présenter les principaux parcours des études en Droit, principalement pour la Licence.
  • Présenter les méthodes de travail employées par les enseignants responsables des cours magistraux ou des travaux dirigés.
  • Présenter les grands principes du droit privé, du droit public et du droit communautaire et international.

A priori, il s’agissait de vulgariser les connaissances juridiques pour en présenter la substantifique moelle. Rien de neuf sous le soleil.

Et pourtant, au fil des questions et des attentes du public qui assistait à cette formation, de réels intérêts communs sont apparus. Les étudiants, tout d’abord : l’enseignant a devrait avoir le souci de la réussite de ceux auxquels il s’adresse; les bibliothécaires ont celui de fournir les renseignements appropriés, d’orienter les recherches, etc. Les chercheurs, ensuite : l’enseignant est également chercheur et a donc des besoins spécifiques; le bibliothécaire est un professionnel de la recherche et est donc un partenaire indispensable. L’Université, enfin : il est particulièrement regrettable que l’UFR ne soit pas en étroite relation avec le SCD et ses bibliothèques surtout quand, comme c’est le cas à Nancy, seul un parking sépare les deux bâtiments. La politique documentaire des bilbiothèques est, il est vrai, satisfaisante, mais échanger des informations ne peut que participer à son amélioration. Chacun a sans doute une anecdote sur ce trésor retrouvé au fond d’une poubelle de la BU, jeté parce que jamais consulté : comment en vouloir aux « désherbeurs » si personne n’a jamais mentionné l’intérêt de l’ouvrage ?

Les outils sont nombreux qui permettent de rechercher l’information.

Début de la publicité

L’un est encore méconnu, mais ne saurait le rester.

Fin de la publicité

D’autres sont connus, mais mériteraient d’être harmonisés : il s’agit des bases de données des éditeurs juridiques. Des réflexions peuvent également être menées sur la faible place des archives ouvertes dans le domaine juridique, sur la concertation entre enseignants, doctorants, étudiants, bibliothécaires, etc. Chacun a bien souvent une idée sur la marche à suivre : les mettre en commun ne peut qu’améliorer les conditions de travail de tous.